Courrier des lecteurs

Interdiction de baignade à Bassin la Paix

Mardi 13 Mars 2018 - 09:56

Fréquentant ce bassin depuis de nombreuses années, pour des entraînements avec des engins nautiques spécifiques et aussi en nageant avec des proches en déployant des moyens de sécurité renforcée, j'ai pu faire les constats suivants :

Par temps ensoleillé une couche d'eau de surface est chauffée par le soleil et monte un peu en température. Des nappes d'eau un peu plus profondes, poussées par la chute d'eau, viennent se mettre en dessous de ces couches de surface. Cet apport d'eau renouvelée est plus froid de quelques degrés que l'eau en surface. Un nageur qui évolue dans ce bassin sent très précisément et de manière tangible qu'il traverse successivement diverses couches d'eau froide et chaude. Les organismes qui ne sont pas habitués à ce type de changement de phase très rapide dans les températures se font surprendre et réagissent par un malaise qui s'apparente ici un type particulier d'hydrocution, sachant que l'hydrocution « traditionnelle » se produit dans d'autres circonstances.

C'est à cause de ce malaise que les nageurs en difficulté coulent à pic et sont entraînés par noyade vers le fond, et non l'inverse, c'est-à-dire que ce n'est pas à cause des tourbillons (inexistants) qu'ils sont inspirés au fond du bassin et se noient.

A-t-on consulté des spécialistes en eaux vives avant d'en arriver à cette conclusion aussi aberrante ? A-t-on fait un test simple d'observation in situ, réalisé par des plongeurs experts encadrés par des moyens de sécurité renforcée ? Comment expliquera-t-on que les sauveteurs qui ont procédé aux secours sur les cinq derniers accidents n'ont jamais évoqué ces prétendus tourbillons ? Et si tourbillons dangereux il y avait, comment se fait-il que les centaines de baigneurs qui ont traversé ce bassin n'aient pas été aspirés vers le fond ?

Il n'en reste pas moins que, pour les raisons que nous avons évoquées, ce bassin présente une dangerosité spécifique, à laquelle n'est pas préparée la plupart des nageurs. À ce titre, on peut effectivement penser à une réglementation destinée à prévenir les risques. On peut aussi concevoir que les municipalités ressentent le besoin d'ouvrir le parapluie administratif pour se prémunir contre de potentielles procédures judiciaires et autres plaintes pouvant subvenir. Peut-être peut-on même leur reconnaître une certaine philanthropie visant la sauvegarde des personnes fréquentant les lieux. Mais il faudrait dans ce cas faire preuve quand même d'un peu de sérieux et ne pas évoquer des raisons absurdes pour justifier l'interdiction de baignade, car il est complètement faux d'affirmer que, dans ce bassin, il existe des tourbillons entraînant les baigneurs vers le fond.

De fait, ce motif évoqué pour produire cette interdiction de baignade est basé sur une rumeur colportée depuis des décennies, et ressortie comme explication à chaque accident. Il est navrant de constater que ces inepties sont reprises pour justifier une interdiction de baignade. Elles sont destinées à effrayer le public fréquentant les lieux et sont tout simplement une contrevérité qu'il convient de dénoncer car ce n'est pas la première fois qu'on peut surprendre les responsables de ces interdictions en flagrant délit d'incompétence en matière d'expertise des risques en eaux vives.
AB
Lu 470 fois



1.Posté par polo974 le 13/03/2018 13:14

Va nager tout près de la chute, et tu verras si tu n'es pas aspiré par le contre...

Dans ces cas, la seule solution est de plonger et de nager au fond pour s'éloigner de la chute.

C'est la même chose (en pire) à la cascade du Niagara.
C'est la même chose sous chaque chute, derrière chaque rocher dans une rivière avec un peu de courant.

Bon, en effet, la température de l'eau est revigorante, et peut saisir quelqu'un qui ne s'y est pas préparé...

Bref, il y a nettement plus dangereux que ce bassin.
Cette interdiction est une connerie opération parapluie qui risque d'ailleurs de se retourner contre les maires, vu que c'est une sorte d'aveu d'inaction antérieure...

Bientôt, à force d'interdictions, on sera tous cantonnés dans nos cases avec à la rigueur le droit de sortir pour vider la boite aux lettres (et encore il existe des modèles 2 faces)...

2.Posté par RÉUNIONNAIS le 13/03/2018 17:14 (depuis mobile)

Avec toutes ces interdictions. Maintenant on peut plonger ou pas dans notre jacuzzi ? Et ou piscine ?

3.Posté par françois BOCQUEE le 13/03/2018 18:58

Cher AB. Dans mon post, je n'ai pas fait de fixation sur les "tourbillons" mais plutôt sur des lieux de contre-courants. Pour avoir fait de l'hydrométrie pendant de longues années, en particulier avec un dispositif de mesure de vitesse du courant via une hélice étalonnée, je peux vous assurer qu'il arrivait que l'hélice tourne...à l'envers, notamment à l'arrière de blocs rocheux ou de petites cavernes...que l'on trouve souvent en dessous des éperons rocheux (même petits) qui forment des "rapides" en lieux et places. On a retrouvé pour info la jeune noyée dont je parlais en dessous de l'éperon rocheux ou elle était littéralement collée à la paroi sans pouvoir en sortir hélas. Et tout cela est d'autant plus piégeux que ces effets varient selon le débit. Cordialement.

4.Posté par Boa Bill le 15/03/2018 11:22

Que faut-il faire ?

1 ) Si on interdit.... certains critiquent allègrement...
2 ) Si on ne fait rien... d'autres avec les mêmes cités au point 1.... vont parler d'incompétence des élus et autres responsables...

Et .... si .... on remettait aux normes l'accès à ce bassin, un des plus beaux de La Réunion... pour permettre aux touristes de profiter du spectacle.... en n'omettant pas de leur SIGNALER que la baignade n'est pas conseillée !.... avec risque de mort !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 16 Novembre 2018 - 10:37 Jusqu’où l’hybris ?

Jeudi 15 Novembre 2018 - 17:19 Panique à Matignon !