Economie

Int'air Iles autorisée à desservir la Réunion dès le 23 janvier

Jeudi 12 Janvier 2017 - 09:56

Int'air Iles autorisée à desservir la Réunion dès le 23 janvier
Après quelques rebondissements, la compagnie Int’Air Iles est finalement autorisée à desservir La Réunion à partir du 23 janvier prochain. L'annonce a été faite ce lundi par Abdallah Saïd Sarouma, le vice-président en charge du Transport, à l'occasion d'une conférence de presse donnée à Moroni, rapportent les médias locaux. Concernant Mayotte, la première desserte commerciale a eu lieu ce mercredi, indique le Journal de Mayotte.

Cette nouvelle fait suite à un bras de fer entre la France et les Comores. Alors que l'aviation civile française avait refusé à la compagnie d'atterrir à Pierrefonds avec son A320 en provenance de Moroni, le gouvernement comorien était allé jusqu'à projeter de suspendre les programmes de vol d'Air Austral et d'Ewa Air sur son territoire. 

"Int’Air Iles avait commis une première erreur, celle de commencer à commercialiser des billets avant l’obtention des autorisations commerciales", a souligné le directeur général de l’Anacm, Jean-Marc Heintz, dans des propos rapportés par le journal Al Watwan. "Ces erreurs ont été corrigées tout récemment et l’Anacm a pris toutes les dispositions nécessaires pour appuyer Int’Air Iles", a-t-il précisé.

Toutefois, l'accord pour un atterrissage à Pierrefonds n'a toujours pas été obtenu. Nos confrères d'Al Watwan indiquent que l’Etat français a demandé à ce que les vols d’Int’Air Iles se posent dans un premier temps à Roland Garros, le temps que l'aéroport du Sud, qui ne dispose pas des moyens nécessaires pour gérer les rotations de l'A320, s'organise.
Lu 2842 fois



1.Posté par euhhhhhh le 12/01/2017 17:48

" ...ce ne sont pas les qualités des pilotes de l'A 320 d'Int'Air Îles qui sont en cause, ou l'état de l'appareil, mais la sûreté des vols au départ de Moroni. L'aéroport Moroni Prince Said Ibrahim, en dépit de son intitulé royal, n'est pas aux normes internationales en matière de sûreté des vols. Par ces temps de risque terroriste élevé, les faiblesses comoriennes dans le contrôle des passagers et des bagages ne sont pas tolérables s'agissant d'appareils qui rentrent dans l'espace aérien français et donc, à Pierrefonds. Et tant que l'Etat comorien n'aura pas permis à son Agence nationale de l'aviation civile et de la météorologie des Comores (ANACM) de se mettre au niveau, en ce qui concerne les équipements de contrôle des bagages, la formation des agents qui les servent et même la conscience du risque encouru, il est peu probable qu'une compagnie aérienne comorienne soit autorisée à se poser à La Réunion. C'est douloureux pour les Comoriens qui prennent la chose comme un affront fait à la fierté nationale, mais c'est un fait incontournable. Les avions français qui desservent eux-mêmes les Comores sont contraints d'embarquer de agents de sécurité pour contrôler les passagers sur le tarmac de Moroni Prince Said Ibrahim, avant de les laisser embarquer, car d'aucuns sont apparemment dispensés de formalités de Police du fait de leur notabilité. Quant aux bagages en soute… mieux vaut ne pas y penser.


Il n'est pas question de jeter l'opprobre sur les citoyens comoriens dont la nationalité n'est en rien en cause, mais il subissent les conséquences de politiques particulièrement opaques conduites depuis 20 ans par leurs gouvernants successifs, qui non contents d'être incapables de contrôler leurs frontières avec l'Afrique de l'Est ou même Mayotte, laissent prospérer des trafics peu honorables. Passons sur la traite des clandestins à destination de Mayotte, elle engraisse nombre de notables aux dépens de migrants aussi miséreux que les autres. En revanche, le trafic de passeports à destination des pays du Golfe, voire du Liban ou de la Jordanie, perdure depuis 20 ans au mépris de la moindre notion de sécurité intérieure, pour ne pas dire de la moindre honnêteté. Depuis Mohamed Taki Abdul Karim, l'Etat vend des passeports à qui veut, initialement aux Emirats qui donnaient une citoyenneté de seconde zones à leur “bidouns” apatrides indignes selon eux d'accéder à la citoyenneté du Koweit, du Qatar, Abu Dhabi… Mais en sus de ce business officiel et fructueux, des réseaux se sont installés qui ont vendu des dizaine de milliers de passeports biométriques ordinaires voire diplomatiques aux plus offrants, sans que cette manne passe par les caisses de l'Etat. Tous ont donné dans la combine, Ahmed Abdallah Sambi, alias l'Ayatollah, Ikililou Dhoinine, Azali Assoumani, tous sinon directement, du moins par l'intermédiaire de leurs affidés. Les bénéfices se comptent en millions de dollars et personne ne sait exactement qui sont tous ces nouveaux Comoriens de papier. Cette activité a un nom, elle est même cadrée par des textes de loi, cela s'appelle “la citoyenneté économique”. En fait, le nec plus ultra de la corruption. "

(lu sur clicanoo mercredi 28 décembre). Il y a eu un miracle depuis ou quoi ?

http://actus.clicanoo.re/article/edito/1422317-comores-citoyennet%C3%A9-%C3%A9conomique-et-corruption-au-plus-haut-niveau

2.Posté par tonton le 12/01/2017 21:00

@ 1
Pourquoi Air Austral est autorisé de décoller de Moroni vers Mayotte et La Réunion
- si la sûreté sur cet aéroport n'est pas assuré (comme vous le dites) ?

En conséquence, je demandes à ministre des transports de suspendre TOUS les vols au départ de Moroni vers les territoires et colonies Française - en nom de la "sûreté"

3.Posté par TAZ OPINION le 13/01/2017 02:36

Le débat est clair entre le post 1 dont les arguments sont tangibles et le post 2 qui les réduit à rien. Les pseudos raisons données par l'aviation civile ne tiennent pas. Il s'agit uniquement et encore de préserver le monopole de la compagnie UU afin qu'elle continue de saigner les usagers sur les vols régionaux notamment.

4.Posté par euhhhhhh le 13/01/2017 08:24

C'est écrit là :

Les avions français qui desservent eux-mêmes les Comores sont contraints d'embarquer de agents de sécurité pour contrôler les passagers sur le tarmac de Moroni Prince Said Ibrahim, avant de les laisser embarquer, car d'aucuns sont apparemment dispensés de formalités de Police du fait de leur notabilité

5.Posté par Reu le 15/01/2017 17:28 (depuis mobile)

Pour ma part j'espère ne jamais avoir à voyager à bord de cet avion poubelle.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >