Santé

Insuffisance rénale: Une anomalie spécifiquement réunionnaise découverte

Mercredi 2 Novembre 2016 - 14:58

Des chercheurs ont découvert à La Réunion une mutation génétique unique, responsable de l'insuffisance rénale. Une avancée qui devrait permettre d'améliorer le traitement et la prévention pour les nouvelles générations.


Un pôle de recherche a été inauguré ce mercredi matin, à la Clinique Oméga, au Port
Un pôle de recherche a été inauguré ce mercredi matin, à la Clinique Oméga, au Port
La découverte devrait permettre d’améliorer la qualité et l’espérance de vie de nombreux Réunionnais. Alors qu’un pôle de recherche ODHIR (Obésité, diabète, hypertension, insuffisance rénale) a été inauguré ce mercredi matin, à la clinique Oméga (Aurar), au Port, une avancée scientifique particulièrement importante y a été dévoilée.
 
"Nous avons découvert un anomalie génétique typiquement réunionnaise en matière d’insuffisance rénale", indique le professeur Philippe Froguel, chercheur au CNRS. Une annonce qui résonne dans notre île où la prévalence de l'insuffisance rénale chronique est trois fois plus élevée qu'en métropole. 

"Nous avons fait du séquençage de gènes chez des familles malades repérées par l'Aurar. Chez l'une d'entre elles, nous avons trouvé une mutation unique, qui n’avait jamais été retrouvée ailleurs, et qui est responsable de la maladie", explique le médecin, le travail ayant commencé avant l'inauguration du pôle ODHIR.

Un deuxième gène a été découvert par les chercheurs. Il s’agit d’une mutation également très rare dans le monde, n’ayant été retrouvée que sur vingtaine de personnes. Les caractéristiques plus précises font encore l’objet d’études. "On a trouvé une anomalie sur un gène important pour le rein, et on est en train de tester le reste de la famille".
 
De la prévention et des traitements ciblés


Outre un éclaircissement sur la cause de la maladie, ces découvertes sont importantes en ce qu’elles vont permettre d’adapter les traitements et de mettre en place une meilleure prévention. "On recherchera la présence de cette anomalie pour les futures génération, et si on la retrouve, il y aura une possibilité de prévention de la maladie rénale terminale et donc de la mise en dialyse. On peut la retarder au maximum, voir la retarder", indique encore le professeur Froguel. 

Si cette découverte est une grande avancée, le pôle de recherche vise à en permettre d’autres, non seulement en matière d’insuffisance rénale, mais aussi de diabète ou d'obésité. Multidisciplinaire, il se compose d'une équipe médicale de l'Aurar, de l'Unité CRNS de Lille, de l'Inserm U1188 et du laboratoire de biologie cerballiance.

"La démarche vise aussi à s’associer avec la communauté locale des chercheurs tout en développant des collaborations avec des structures de recherche nationales et internationales", indique l'Aurar, qui y a investi 500.000 euros, et compte y dédier une nouvelle enveloppe de 150.000 euros en 2017. 

"Nous aimerions que la Réunion ne soit pas qu’une terre d’exception en termes de prévalence de ces maladies, mais aussi pour la recherche et pour l’innovation", espère Marie-Rose Won Fah Hin, la directrice générale de la structure. 

Marine Abat (marine.abat@zinfos974.com)
Lu 15682 fois



1.Posté par plus ou moins le 02/11/2016 14:55

nou lé pa plis nou lé pas moin... LOL Nou lé pa pareil!!

2.Posté par Jose le 02/11/2016 15:32

Ce qui prouve que la mutation génétique est possible en croisant certains groupes présentant les mêmes anomalies entre-eux.
Extrapolez le sens de ma pensée, et tirez en les conclusions sur l'avenir de l'humanité, sur quelques générations bien sûr, comme le peuplement de notre Île, assez jeune somme toute.

3.Posté par Job le 02/11/2016 20:36 (depuis mobile)

Comprends pas le journal parle d un gène diabète et la on parle de reins faudrait savoir et etre plus clairs

4.Posté par li le 02/11/2016 20:53

Mi la tou compris
Pimen cabri i nettoi tro.

5.Posté par redoutable le 02/11/2016 21:33

Une étude à peu près similaire a eu lieu aux E.unis mais à plus grande échelle. Le séquencage génomique sur 600000 personnes a fait émerger 13 profils génétiques exceptionnels porteurs de mutations les destinant à une maladie génétique et sont en parfaite santé !

Il en déduit que ces 13 personnes possédent une sorte de "super génome" capable de bloquer des maladies génétiques dont ils devraient pourtant être atteints.

Cette découverte permettra aux scientifiques de déceler des indices pour developper des thérapies.

6.Posté par Carrity_Jack le 02/11/2016 23:16

Et donc cette découverte vous met en joie ! ! !

7.Posté par tete picohe le 03/11/2016 08:02

et un député va sorte une taxe pour ça

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter