MENU ZINFOS
Social

Insécurité : Alliance Police demande aux candidats des élections de se positionner


Une policière tuée dans son commissariat il y a deux semaines, un autre abattu par un trafiquant de drogue cette semaine. En l'espace de quelques jours, les rangs des forces de l'ordre ont été meurtris alors qu'ils ne faisaient que leur métier. Cette bouleversante escalade dans la violence inquiète les syndicats de Police. Dans une tribune adressée aux candidats engagés dans les prochaines joutes électorales, Idriss Rangassamy, le secrétaire départemental d'Alliance Police Nationale, demande à chacun d'entre eux de se positionner afin d'éclairer le choix des électeurs.

Par LG - Publié le Dimanche 9 Mai 2021 à 09:58

"Notre organisation syndicale souhaite des engagements forts"
"Notre organisation syndicale souhaite des engagements forts"
Mesdames, Messieurs les candidats aux élections départementales et régionales.
 
Si les débats pour les élections à ces deux assemblées portent principalement sur la solidarité et la cohésion sociale, l’éducation, l’aménagement et les transports ainsi que les actions culturelles et sportives, il n’en demeure pas moins que le volet sécuritaire doit être évoqué dans un contexte particulièrement anxiogène.
 
C’est d’ailleurs ce qu’estime Dominique Bussereau, président de l’Assemblée des départements de France (ADF), qui le 24 février 2021, lors d’une rencontre avec le Club des directeurs de sécurité des entreprises (CDSE), indiquait : « enjeu clé de l’attractivité des territoires, la sécurité est indiscutablement un facteur de leur développement. Elle génère de la confiance pour que les populations s’y établissent ou pour qu’une économie touristique y soit pérenne. Les notions de sécurité touchent les départements dans leur fonctionnement quotidien ».
 
Ce point de vue est également partagé par le syndicat Alliance Police Nationale Réunion. Raison pour laquelle, pour pallier aux manquements sécuritaires constatés sur le territoire réunionnais, notre organisation souhaite aller plus loin en suggérant plusieurs axes de propositions qui sont les suivants :
 
1) La création d’une compagnie départementale d'intervention basée dans le sud de l’île semble devenue indispensable et ce pour plusieurs raisons.
 
D’abord parce que nul n’est censé ignorer que le front de mer de Saint-Pierre attire énormément de fêtards les week-end et particulièrement la nuit, entraînant insécurité, violences, et trafic de stupéfiants.
 
Ensuite parce que le territoire du sud a pour ambition d’être de plus en plus attractif avec notamment la volonté d’une part du Syndicat Mixte de l’aéroport de Pierrefonds de relancer l’aéroport sudiste, et d’autre part de faire de cette même zone un grand pôle économique à vocation régionale avec notamment l’aménagement, toujours à Pierrefonds, d’une importante zone industrielle et artisanale (gare, multiplexe, restaurants, palais des congrès).
 
La création permanente d’une compagnie départementale d intervention (CDI) permettrait ainsi de rassurer la population de par la présence constante d’effectifs sur le terrain, mais également une intervention rapide en cas de difficultés. La crise des gilets jaune a permis de mettre en évidence l’isolement de la circonscription de sécurité publique de Saint-Pierre, avec toutes les difficultés d’y envoyer les renforts.
 
2) Autre proposition pour améliorer la sécurité à La Réunion, l’instauration d’une antenne de la police aux frontières au Port de la Rivière des galets.
 
En effet, La Réunion, considérée comme le territoire aux 1000 paysages, est devenue une destination d’émotions, appréciée de plus en plus par les touristes du monde entier. Pour preuve, l’augmentation avant la crise sanitaire, du nombre de croisiéristes arrivant par la gare maritime du Port grâce notamment au projet des Iles Vanille. Le développement touristique et de ce fait économique de l’île passera obligatoirement par une sécurisation régalienne du port de la Rivière des Galets.
 
De plus,  cette activité transfrontalière prenant de plus en plus d’ampleur, le site de la Rivière des galets est devenu par voie de conséquence un lieu de passage particulièrement sensible en matière de lutte contre l’immigration clandestine. 
 
L’arrivée de migrants sri-lankais sur le territoire réunionnais en est la parfaite illustration. Dans ce contexte, seuls des fonctionnaires de la  police aux frontières, formés en la détection de faux documents, sont les plus à même d'effectuer de façon plus approfondie les missions de contrôle des pièces d’identité des passagers.
 
Enfin, le port de la Rivière des galets est devenu une véritable plaque tournante de trafic en tout genre tels que, notamment, de stupéfiants et d'armes. La Réunion ne doit pas devenir une banlieue du 93.
 
3) Une nouvelle répartition entre les forces de police et de gendarmerie doit également s’opérer à la Réunion .
 
En effet, la loi d’orientation et de programmation relative à la sécurité (LOPS) de 1995, ainsi que ses textes d’application (décrets 96-227 et 96-628 du 19 septembre 1996), ont posé les principes de la répartition des tâches et des zones entre la police et la gendarmerie. Il s'agit notamment d'élargir les zones de compétence de la Police nationale à la périphérie des grandes villes, et à donner une compétence générale à la Gendarmerie nationale sur les zones rurales, y compris les villes moyennes,  jusqu'à 20 000 habitants. Les départements d’outre-mer n’échappant pas à cette règle.
 
Or, force est de constater qu’à La Réunion plusieurs communes dépassent déjà cette limite, telles que Saint-Paul (104.000 habitants), Le Tampon (76.000 habitants), Saint-Louis (52.000 habitants), Saint-Joseph (38.000 habitants) et que celles-ci entrent donc dans les critères d’un redéploiement Police-Gendarmerie. Le livre blanc de la sécurité publié l'année dernière par le ministère de l'intérieur préconisait un nouveau seuil de 40000 habitants par commune au bénéfice des zones police. Mais au-delà des textes, Alliance police nationale veut mettre en avant une cohérence de répartition des forces de l'ordre, une cohérence opérationnelle et un ancrage fort sur le territoire de policiers connaissant les us et coutumes. Un courrier  a été présenté et signé par des élus, nous continuons les rencontres et espérons avoir la signature de toutes les personnes se sentant concernées par la sécurité à La Réunion.
 
4) Enfin, une nouvelle orientation politique sécuritaire ne pourrait être envisagée sans évoquer un rapprochement police-population. Rapprochement qui ne pourra se réaliser que par une présence plus accrue des fonctionnaires de police sur le terrain, permettant une plus grande proximité avec les citoyens, commerçants, élus, avec par conséquent un dialogue renoué.
 
Sans oublier les actions de prévention auprès de la jeunesse, et notamment par le biais d’interventions de policiers référents en matière de prévention contre l’usage de stupéfiants, de cybercriminalité, de harcèlement scolaire ainsi qu’en matière de sécurité routière au sein des collèges et lycées.
 
Aussi, au regard de ce qui a été évoqué, notre organisation souhaiterait connaître les points de vue des différents candidats aux prochaines échéances départementales et régionales sur nos propositions, afin que chaque électrice et électeur puisse faire son choix.
 
Notre organisation syndicale souhaite des engagements forts afin de créer une synergie pour la sécurité de notre belle île.
 
Alliance police nationale a déjà entamé un travail et souhaite aller au bout du chemin. Pour nous la sécurité est une priorité, sécurité des citoyens comme celle des policiers.
 
À l'heure où la police ne cesse d'être la cible de tous les maux de la société, à l'heure où la police paie un lourd tribut face à des personnes en perte de repères, il est important de porter des valeurs et de préparer au mieux l'avenir de notre jeunesse.
 
Pour alliance Police Nationale Réunion, il n’y aura ni liberté, ni développement économique, social et culturel sans sécurité.




1.Posté par HULK le 09/05/2021 10:32

Ce n'est pas la peine d'attendre quoi que ce soit des politiques, soyez réalistes. Ils vous mentent depuis des décennies.

2.Posté par Domi le 09/05/2021 10:51

Les policiers «  connaissant les us et les coutumes » de leur région d’ancrage !!
Oui tout à fait !!! Pour preuve je n’ai pas marqué mon stop et je me fais arrêté par une policière sans doute stagiaire qui me demande mes papiers et qui sors son carnet de contravention . Mais voilà qu’arrive mon « sauveur », le frère d’un ami, il regarde sa collègue et lui dit c’est bon !!!
Sur le coup j'étais content de ne pas avoir de contravention mais en y réfléchissant !!!
C’est ce qu’on pourrait appeler les us et les coutumes des policiers ayant un ancrage territorial .

3.Posté par Tina Ralbol le 09/05/2021 11:04

Je me souviens des gilets jaunes moi...et des violences policières. On ne l'a pas entendu à l'époque. Les gendarmes sont plus respectueux et ne jouent pas aux pleureuses 24/24 par le biais de leurs syndicats.

4.Posté par PIPO 🙈🙉🙊 le 09/05/2021 11:41

pipo
Cette semaine aussi un homme est mort pour avoir voulu sauver un enfant de la noyade, une dame aussi pour avoir dit non à son ex, puis pleins d'autre, un pilote d'hélicoptère, un maçon, un électricien, un chauffeur livreur, un enfant sur son vélo... Bref il n'y a pas que des policiers qui meurent, mais tout être vivant est mortel!!!!!
Sur la vie il y a une date de préemption, alors lâchez prise....

5.Posté par Que ce fonctionnaire n'hésite pas à démissionner ! le 09/05/2021 12:07

Lol
Alliance, c'est le syndicat qui fait arrêter des journalistes ?

6.Posté par Post le 09/05/2021 12:28

Sacré flics..
Toujours entrain de râler.
Ici à 974 zot le triplement payer et met la pose!
En France Oui. Mais ici aller sier

7.Posté par Dadalita le 09/05/2021 13:39

Soyons honnêtes....contents d'avoir les forces de l'ordre quand nous sommes victimes d' actes délictueux et ...leur cracher notre venin quand, par manque de discernement de notre part.. ( à la mode)...On se prend un pv, par exemple...bref, estimons nous heureux que nos forces de l'ordre dans sa majeure partie, ont pour le moment fait montre de valeurs et d'une éthique ..qui mettent l'humain au centre de leurs prérogatives....nous ne vivions pas heureusement des situations comme dans d'autres pays tels que le Bresil par exemple...où un policier tué...30 exécutés en face... Quid du devenir de notre démocratie ( ?)...compte-tenu de la situation actuelle, posions-nous la question de savoir si cette démocratie ne va pas aboutir à un système autoritaire....

8.Posté par Damnatio memoriae le 09/05/2021 17:20

"Insécurité : Alliance Police demande aux candidats des élections de se positionner"
Où comment vendre ses voix?
Les policiers veulent des peines exemplaires contre ceux qui les tabassent, ok pour moi logique.
Logique aussi que des peines exemplaires soient appliquées aux policiers qui tabassent.
Non?

9.Posté par Soutient ? le 09/05/2021 17:42

EN DIRECT Paris 9 mai 2021, 12:37 ©

«Il y a eu une charge sans sommation» : des blessés lors d'un rassemblement de Gilets jaunes à Paris
GEOFFROY VAN DER HASSELT

Des policiers ont interpellé un Gilet jaune lors d'une manifestation à Paris, blessant plusieurs personnes. Pour une des organisatrices du rassemblement, «tout se passait bien» avant que les forces de l'ordre n'interviennent «sans sommation». Au cours d'une nouvelle manifestation de Gilets jaunes le 8 mai à Paris, des agents de la Brigade de répression des actions violentes motorisées (BRAV-M) sont intervenus pour interpeller un manifestant et ont blessé plusieurs personnes, selon plusieurs participants témoignant auprès de RT France. Ces tensions sont intervenues en début de parcours, rue de la Roquette, en présence d'une centaine de Gilets jaunes. La police a donné des coups de matraque et diffusé du gaz lacrymogène, ce qui a provoqué des malaises chez certains manifestants. Par la suite, le cortège s’est arrêté place de la République, en soutien à la mobilisation pour le peuple colombien. Une «interpellation abusive avec, surtout, une méthodologie abusive» Revenant sur l'interpellation au micro de RT France, Sabrina Naït, co-déclarante de la manifestation, a expliqué que «tout se passait très bien» au départ du cortège, sans «tension» ni «animosité». Puis la police a selon elle lancé «une charge [...] sans sommation», avant de procéder à l'interpellation au milieu de la foule. Cette représentante des Gilets jaunes, par ailleurs compagne de l'homme interpellé, a expliqué que ce dernier était sous le coup d'une interdiction de manifester à cause d'une fiche de police que les forces de l'ordre «ne mettent pas à jour» alors «qu'il a été acquitté». Sabrina Naït évoque ainsi d'une «interpellation abusive avec, surtout, une méthodologie abusive».

En savoir plus sur RT France : https://francais.rt.com/france/86415-il-a-eu-charge-sans-sommation-blesses-rassemblement-gilets-jaunes-paris

10.Posté par Marc le 09/05/2021 16:43

La sécurité n’est pas une compétence de la Région. Elle n’est une compétence du département que dans l’aspect sécurité routière sur les routes départementales. Vous êtes hors sujet.

11.Posté par grndin le 09/05/2021 19:03

ou croit encore père noël ou bie ou veut faire le buzzz?

12.Posté par vingt coeur le 09/05/2021 19:14

faut il une police pour proteger les policiers..??

13.Posté par MICHOU le 10/05/2021 07:26

4) Enfin, une nouvelle orientation politique sécuritaire ne pourrait être envisagée sans évoquer un rapprochement police-population. Rapprochement qui ne pourra se réaliser que par une présence plus accrue des fonctionnaires de police sur le terrain, permettant une plus grande proximité avec les citoyens, commerçants, élus, avec par conséquent un dialogue renoué.

14.Posté par RALEUR le 10/05/2021 10:05

Ce ne sera que des promesses électorales !!! Une fois les élections passées, on oubli !
Un peu comme font les syndicaliste non ?

15.Posté par Honnête Citoyen le 10/05/2021 11:57

Je travaille, paye mes impôts et subit la délinquance. Pourtant, je ne soutiendrais jamais la police. Les policiers sont mals formés. Parlent mal. Aucune plainte ni main courante acceptée par les commissariats.
A l'aéroport c'est pire. Des policiers qui gueulent alors qu'on a 10 000 km dans l'estomac. Aucun professionnalisme ni déontologie de leur part. A la Reunion, c'est pire. Ils sont là juste pour la vie chère.
L'insécurité c'est eux.

16.Posté par polo974 le 12/05/2021 18:47

pistolets à bouchon pour les policiers, afin d'éviter qu'ils se blessent trop sévèrement en rendant visite à la famille dans un hôtel.
bombes à eau afin qu'ils ne fassent plus péter de grenades dans leurs véhicules.
genouillères et coudières mises à disposition, des fois que...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

3 rue Émile Hugo
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes