Faits-divers

Infanticides au Port: "Les enfants étaient l'ultime moyen pour anéantir la mère"

Mardi 26 Mars 2019 - 11:09

"On se sent impuissantes", déclare Evelyne Corbière, secrétaire générale de l'Union Femmes Réunionnaises (UFR), face au triple infanticide de la Rivière des Galets perpétré ce dimanche. Le drame s'est déroulé alors que les enfants étaient en vacances chez leur père. "Ils étaient l'ultime moyen d'anéantir la victime, car elle n'était plus accessible", souligne-t-elle. 

En effet, la femme, Julie, avait contacté l'association UFR début février pour déclarer les violences de son conjoint et demander de l'aide. Elle a porté plainte le 6 février, appelé le 115 pour obtenir un logement d'urgence et fait toutes les démarches nécessaires. "Tout avait été fait pour qu'elle soit mise à l'abri", déclare Evelyne Corbière. 

Julie avait décidé de quitter le logement familial début février. "Elle était déterminée, j'avais face à moi une femme avec une grande force qui ne doute pas", souligne-t-elle. Elle avait conscience qu'il fallait avancer. Grâce à son acharnement, elle avait réussi à obtenir un logement dans l'Est, à Bras-Panon. "Elle avait eu les clés la semaine dernière et avait commencé son déménagement ce weekend pour que ses enfants puissent faire leur rentrée dans leur nouvelle école", confie la secrétaire générale de l'UFR. 

Pour Evelyne Corbière, "il faut absolument que les choses changent". Bien qu'il y ait eu un premier éveil des consciences de la part du grand public, selon elle, la justice, quant à elle, reste sourde face à tout cela. La justice protège les droits parentaux, et donc celui du père, avant les droits des enfants. 

Selon elle, il y a abus de procédure. "Ils utilisent la justice contre les mamans. Moins il y aura de contact entre les enfants et le père, plus la justice s'en prendra à la mère d'avoir voulu rompre tout contact", confie-t-elle. En effet, elle avait quitté le domicile familial, mais le couple n'était pas officiellement séparé, le père n'était pas officiellement reconnu comme dangereux et coupable et avait donc toujours le droit de voir ses enfants. 

"Evidemment nous avons un espoir que ce drame fasse prendre conscience la justice, mais cet espoir est infime", confie Evelyne Corbière. Selon elle, il faudrait des magistrats entièrement dédiés à ce problème. "On dit aux femmes de partir, mais d'un autre côté on fait le constat que le système est inefficace et que les femmes battues sont toujours face à leurs bourreaux". 

Les forces de l'ordre sont fatiguées, déclare-t-elle, "76% des plaintes pour viol sont classées sans suite". Au-delà de ça, le délai après un dépôt de plainte est beaucoup trop long. Evelyne Corbière confie qu'il y a "un vide juridique, les enfants ne sont pas protégés, alors qu'ils sont en réalité les premières victimes. Et c'est très grave, en ne leur donnant pas la parole, on crée des futurs adultes fragiles, voire même violents". 

Depuis ce drame, l'UFR est submergée de demandes d'aides d'urgence. "De nombreuses femmes nous appellent car elles se reconnaissent et sont extrêmement inquiètes de subir la même chose", explique Evelyne Corbière. Or le dilemme est toujours le même "soit on leur dit de prendre le risque de confier les enfants au père, soit de ne pas le faire et ainsi prendre le risque de finir en garde à vue". 
Charline Bakowski
Lu 7545 fois



1.Posté par vérité le 26/03/2019 12:52

votre association de femme et d'autres associations ne servent a rien ,vous etes député vous n'avez meme pas demander une loi pour qu'une commission sévère voit le jour a l'encontre des jaloux amoureux ,comme chatte marrons avec leurs réprésailles et, menaces de mort, au premier signe, soit voté .Nous on n'est pas des élus mais ont vous donne des idées.Une commission de punition sévère doit etre opérationnel pour défendre ses femmes en détresses , en danger au première signe, de menace de mort ,aprés une séparation ,,n'on accepté par un conjoint .
Cette commission doit etre composer des élus ,qui doits mouillés leurs maillots ,communes ,département ,région, PROCUREUR, subtituts du procureur ,certains bénévoles tirés aux sorts ,assitantes sociales, experts phychiatres etc...un exemple parmis tant d'autres .Une femme doit etre libre comme l'air ,si ,elle veule se séparer d'un conjoint, mais pas subir de menace de mort ,de réprésailles , une commision de femmes en détresses doit sanctionner sévèrement au premier signe de menace de mort ,appuyer par une loi a l'assemblée nationale . et ses commissions doivent etre installés ds tous les communes ,avec l'obligation de déplacement en urgence des autorités quand il y a menace, de mort.Causé sur un plateau de télé ,et sur des antennes ne suffit pas ,vous ,et vos collègues députés ,vous devriez mouillés vos maillots par des lois sur se sujet

2.Posté par Tikaf le 26/03/2019 13:12 (depuis mobile)

FAUT QUE ÇA BOUGE ET CHANGE.... MALHEUREUSEMENT IL A FALLU QU'UN DRAME ARRIVE.
PAIX A EUX A CES 3 PETITS ANGES

3.Posté par Joseph le 26/03/2019 13:21

C'est ce qu j'ai toujours dit, ces gens sont de dangereux psychopathes !

A quand un permis pour enfanter ?

4.Posté par joseph le 26/03/2019 13:43

Ben c 'est la faute de macron .

5.Posté par jean claude payet le 26/03/2019 15:36

taper sa femme et tuer ces gamins c'est aussi l'ultime moyen pour se faire passer pour le pire des salopards

6.Posté par zorro le 26/03/2019 16:06

Soyons curieux de savoir ce que pense l'UFR, si prompte à enfourcher le premier cheval qui se présente, de cet extrait d'un article pris sur l'Internet:
"En France, une étude de 2015 de l'Observatoire National de la Délinquance et des Réponses Pénales basée sur l'exploitation des données du Casier Judiciaire a établi que 70 % des meurtres d'enfant sur la période de 1996-2015 ont été perpétrés par une femme, et que dans 72 % des cas l'enfant victime avait un lien familial avec son bourreau.
La plupart des infanticides ont pour auteur la mère"
La sur-victimisation des femmes ne correspond à aucune réalité dans ce domaine.
Au lieu de se couvrir ainsi de ridicule, l'UFR ferait donc mieux de se concentrer sur son "coeur de métier", la lutte, légitime, pour l'égalité homme/femme.

7.Posté par Marie A. le 26/03/2019 16:09 (depuis mobile)

En outre, vos propos semblent honnir la gente masculine dans son ensemble alors qu'il conviendrait de distinguer les cas particuliers. Les femmes aussi peuvent être terribles en " manipulant " la justice et en faisant tout pour obtenir la garde

8.Posté par Marie A. le 26/03/2019 16:10 (depuis mobile)

Avant de jeter le discrédit sur la justice, laquelle manque de moyens, il aurait fallu jeter un œil sur l'ordonnance de protection rendu par le juge aux affaires familiales au bénéfice de cette femme dans ce cas-ci

9.Posté par BARSAMIAN Bernard le 26/03/2019 17:16

Bonjour,

Bravo post 6 ZORRO bien dit


Rien a ajouter clair, net et précis

BARSAMIAN Bernard Président PAIRE 2 COEURS 0693327835 0262681600

10.Posté par La gitane le 26/03/2019 18:50 (depuis mobile)

Fierté culturelle ? insulaire ? ou pur sadisme ?

11.Posté par Flamboyant le 26/03/2019 23:36 (depuis mobile)

C''est horrible triste la marche blanche Sert à rien personne ne bouge il faut dénoncer la violence et protéger les victimes il faut que les députés de la réunion vote pour une loi sévère à l''Assemblée nationale pour punir les assassins trop de haine

12.Posté par sim le 27/03/2019 11:44

Je trouve que les choses sont allés un peu trop vite , février , un logement , je n 'approuve pas le meurtrier , car il souffre , et voulait faire souffrir la mère , est ce que c 'était une femme battu , la police a trouvé des traces , il fallait bien voir ce que penser cet homme au lieu de précipité et de brisé son ménage , c 'est le travaille de la justice , il fallait un suivi de l 'individu du conseil général .

13.Posté par anonyme le 27/03/2019 13:15

J'ai retiré ma plainte pour viol car 3 mois après toujours pas de convocation du coupable. j'ai abandonné car à froid et avec tout ce temps et un enfant au milieu j'ai plus eu la force....
c'est navrant de pas prendre en charge de suite ces gros FDP et qu'ils s'en sortent.
Quand il vous regarde et ne reconnait même pas les faits sur le moment c'est pas trois mois après...

14.Posté par vérité le 27/03/2019 15:14

je répond a sim poste 12, femme battu ou pas , si elle a eu un logement tant mieux, faire souffrir une mère, en noyant atrocement ses trois bouts de choux , c'était la solution ???? meme si il était en dépréssion, et non suivi par le conseil génèral, meme si il aimait sa femme comme un chatte marrons ,problème fort, qu'il avait en amour, on ne tue pas des enfants comme il a fait....il ne faut pas chercher des circonstances pour ce crapule , il y a aussi des hommes ou des femmes qui sont ds des détresses amoureux ,amoureuses , mais ne tues pas des enfants , le travaille de la justice, c'est de le sanctionner sévèrement , comme il n'avait pas pitié et, séverement, il a sanctionné , tué ses enfants anges ! et la pas brise son ménage, la femme ,té i veut pu de lui , il fallait qu'il accepte nul ds un couple n'appartient a l'autre, quand i veu pu, i veu pu, quand une femme ne veut plus d'un ex ou un homme ne veut plus d' une autre ,la vie continu meme ds la dépréssion

15.Posté par Kiki le 27/03/2019 17:18 (depuis mobile)

Il aimait sa femme avec des coups. Drôle de façon d''aimer. "Camarade, camaron" cozement créole. Mais l''inverse impossible. Savoir se quitter sans déchirements. Les enfts en patissent si ce n''est la maman tuée dvt sa progéniture. ...

16.Posté par Grangaga le 27/03/2019 17:40

Zot' nana in kayié dé sarz'.....sé pa mwin in kontt' randu.........
Kossa zot' y fé ...koman.....pou koué.......po kissa....
In...ou..kan.....koman...poukoué ????????.......
Ou sa y lé ???????
Vu ké zot' lé in z'assocyiasson koni, y dwa ramass' in fortinn'......
Kossa y fé avèk', kissa y koné, oussa y lé .....l'invantèrr'.....
Lo nom y sify pa .......Médanm'.......

Nou la ontt'....anfin, Kréol', a mwin avèk', lo piblicité y fé déssi nou........
Nou lé pa konm' sa là, nou panss' pa konm' sa là.........
Nou la pa gainll' l'édikacyion là....tié domounn', ankorr' noutt' propp' z'anfan......
Mé a zot' .......défansèrr' dé drwa dé fanm'.....
Si konm' zot' y di , zot' té y koné, kossa zot' la fé.....po fanm' là èk' son bann' mar'may'......
Ex'tradé......èx'filtré......èk' toutt' lo synonim' y pé mètt' ankorr'.....
Kossa y vé dirr' pou zot'......
Té pwin l'ar'zan ??????????
Zot' y atann' tié, po gainll' ankorr'......pliss' l'ar'zan......
Guètt' a mwin, fé pa korz' a mwin là...........

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie

Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 15 Septembre 2019 - 08:48 Yonne: Un scootériste tué par un policier alcoolisé