MENU ZINFOS
Société

Incendie au Maïdo : "On espère que c'est pas un gars de chez nous"


L'enquête de gendarmerie tentera de déterminer l'origine de l'incendie du Maïdo. Un départ de feu qui interpelle jusque dans les rangs des sapeurs pompiers alors que le calendrier était défavorable.

Par Ludovic Grondin - Publié le Dimanche 8 Novembre 2020 à 01:22 | Lu 9467 fois

L’origine volontaire du feu du Maïdo ne fait pas de doute. Dès vendredi vers 19H30, les pompiers reçoivent la première alerte. Ils interviennent sur un feu qui s'est déclaré sur un îlot de végétation entouré d’une route goudronnée, au niveau du belvédère. Cet incendie a été déclaré éteint avant minuit. 

Plus tard dans la nuit, un deuxième feu s’est déclaré. "Il était plus loin, distinct du premier", précise le colonel Boucheron, chef de groupement opérationnel du SDIS. Les premières équipes à être intervenues ont réussi à éteindre le premier foyer avant minuit mais c’était sans compter sur le départ du deuxième vers 2H30 du matin. 

Un enchaînement qui rappelle de mauvais souvenirs. Ceux d’octobre 2010 et 2011 où la planèze du Maïdo a concentré tant d’efforts, durant des semaines pour le premier et des mois pour le second incendie.

Il y a dix ans, le feu s’était également déclaré vers 19H30 se souviennent des soldats du feu mobilisés sur ces deux théâtres d’opération il y a dix ans. Même la piste de personnes qui bivouaquaient au belvédère du Maïdo ne semble pas convaincre. A première vue donc, ce geste est criminel. 

"Le DASH était en panne depuis deux jours"

"On espère que c'est pas un gars de chez nous", soufflent les mêmes pompiers qui ont vécu les gigantesques feux d’il y a dix ans, allumés par la main d'un pompier, le caporal Patrice Nirlo. "Les incendies ne peuvent pas revenir avec une telle fréquence", complète un agent de l’Office national des forêts, confortant la piste du geste volontaire. Cet agent aussi avait vécu les incendies d'il y a une décennie.

Ce sont des circonstances nettement défavorables qui immiscent le doute chez certains soldats du feu. "Le DASH était en panne depuis deux jours… moins de vingt personnes étaient au courant de son immobilisation. Et puis, le directeur départemental du SDIS, le colonel Hervé Berthouin a achevé sa mission ce vendredi après trois ans à La Réunion", font remarquer des pompiers simplement étonnés par la coïncidence du calendrier. 

Ce samedi au poste de commandement, c’est ainsi le colonel Dominique Fontaine qui était le véritable numéro 1 sur site. D’ailleurs, l’appel à candidature pour le remplacement du colonel Berthouin s’est achevé le mois dernier sur un échec, le seul officier ayant candidaté ne présentait pas le niveau requis de contrôleur général pour un SDIS comme celui de La Réunion. L'appel à candidature sera renouvelé.




1.Posté par Yaboss le 08/11/2020 05:36

Moins de 20 personnes au courant de la panne du dash et au moins 10 fois plus de malade du feu ici surtout après le versement des prestations et la plus grosse semaine de vente du mois pr les alcooliers de l'île.

2.Posté par Didier le 08/11/2020 07:05

Le gros problème vient des primes que les pompiers touchent sur un feu qui durent des semaines, autour de 15000€ pour un pompier qui va enchaîner les heures. Ce système est pourri, y en aura toujours deux ou trois qui veulent une l'auto neuve...

3.Posté par Pécos le 08/11/2020 07:37

Très opaque cette affaire du Maïdo ..... Le SDIS aurait-il, dans ses rangs, des pompiers pyromanes qui auraient de la rancoeur au sein de la profession ou par amour du feu ? That is the question !

4.Posté par Freedom fighter le 08/11/2020 08:28

Sa sent pas bon ce feu. Et comme par hasard le dash est en panne, drôle de coïncidence tout de même non!?

5.Posté par soweto le 08/11/2020 08:30

I l faut déterminer à qui ces incendies profitent, bien sûr il y a les pompiers volontaires qui touchent des primes mais aussi les compagnies d'hélicoptères qui en période de disette touristiques "covid" verraient là un gros moyen de faire renter de l'argent ( 600 euros une rotation).

6.Posté par John le 08/11/2020 08:44

Arrêtez la désinformation car je me demande ou vous avez eu cette information sur ces primes que vous dites. Je souhaiterai avoir les preuves de ce que vous avancez et je pense que les internautes aussi.
Si c’est vraiment le cas je vous suggère de passer le concours et d’en faire votre métier et vous serez riche.

7.Posté par Juliette CARANTA-PAVARD le 08/11/2020 10:08

*Les pompiers, mieux que quiconque,

*Savent à quel point TOUT est possible ICI...

*Pompier-pyromane, nous avons déjà eu;

*Pour la "mise-en-l'air", il faudra innover...

8.Posté par Ouais ... le 08/11/2020 10:36

Après les exploits d un pompier, dans l incendie du maido, il n y a pas assez d element pour insinué qu il s agisse d un pompier,après si il y a autre chose, je ne sais pas mais...

9.Posté par mouinlapa le 08/11/2020 11:08

bizar bizar!!, vou la di bizar, kom lé bizar ??... alon bat' karé ek prim fé dan mon loto ti név !!,sa lé bon mèm' mon kamarad !!..

10.Posté par À post6 le 08/11/2020 13:11

Vous êtes sur.?. Évidence qu il y à une taupe chez vous... Et les primes c est une réalité.. Je suis bien placé pour le savoir.. Faut savoir de quoi on parle... C est trop gros la quand même.. Vous êtes des Malendrins

11.Posté par oh rage... le 08/11/2020 16:01

ya qu a foutre dehors les pyromanes... on renouvelle...le parc pompier...

12.Posté par Valou97450 le 08/11/2020 18:17

Quelle honte alors que vous ne prenez aucun cimm , un bon paquet d'ordure !!

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes