National

Impôts, dépenses, organisation de l'État et transition écologique : la lettre de Macron aux Français

Dimanche 13 Janvier 2019 - 23:05

L'hebdomadaire Le Point publie ce soir en exclusivité l'intégralité de la lettre que le président Macron s'apprête à envoyer à tous les Français, en préparation aux futur grand débat national qu'il souhaite voir se mettre en place dans toutes les mairies de France, pour tenter de trouver une sortie à la crise provoquée par les Gilets jaunes.
Nous la publions ci-dessous :


Dans une période d'interrogations et d'incertitudes comme celle que nous traversons, nous devons nous rappeler qui nous sommes.

La France n'est pas un pays comme les autres.

Le sens des injustices y est plus vif qu'ailleurs. L'exigence d'entraide et de solidarité plus forte.
Chez nous, ceux qui travaillent financent les pensions des retraités. Chez nous, un grand nombre de citoyens paie un impôt sur le revenu, parfois lourd, qui réduit les inégalités. Chez nous, l'éducation, la santé, la sécurité, la justice sont accessibles à tous indépendamment de la situation et de la fortune. Les aléas de la vie, comme le chômage, peuvent être surmontés, grâce à l'effort partagé par tous.

C'est pourquoi la France est, de toutes les nations, une des plus fraternelles et des plus égalitaires.

C'est aussi une des plus libres, puisque chacun est protégé dans ses droits et dans sa liberté d'opinion, de conscience, de croyance ou de philosophie.

Et chaque citoyen a le droit de choisir celles et ceux qui porteront sa voix dans la conduite du pays, dans la conception des lois, dans les grandes décisions à prendre.

Chacun partage le destin des autres et chacun est appelé à décider du destin de tous : c'est tout cela, la nation française.

Comment ne pas éprouver la fierté d'être Français ?

Je sais, bien sûr, que certains d'entre nous sont aujourd'hui insatisfaits ou en colère. Parce que les impôts sont pour eux trop élevés, les services publics trop éloignés, parce que les salaires sont trop faibles pour que certains puissent vivre dignement du fruit de leur travail, parce que notre pays n'offre pas les mêmes chances de réussir selon le lieu ou la famille d'où l'on vient. Tous voudraient un pays plus prospère et une société plus juste.

Cette impatience, je la partage. La société que nous voulons est une société dans laquelle pour réussir on ne devrait pas avoir besoin de relations ou de fortune, mais d'effort et de travail.

En France, mais aussi en Europe et dans le monde, non seulement une grande inquiétude, mais aussi un grand trouble ont gagné les esprits. Il nous faut y répondre par des idées claires.

Mais il y a pour cela une condition : n'accepter aucune forme de violence. Je n'accepte pas, et n'ai pas le droit d'accepter la pression et l'insulte, par exemple sur les élus du peuple, je n'accepte pas et n'ai pas le droit d'accepter la mise en accusation générale, par exemple des médias, des journalistes, des institutions et des fonctionnaires. Si tout le monde agresse tout le monde, la société se défait !

Afin que les espérances dominent les peurs, il est nécessaire et légitime que nous nous reposions ensemble les grandes questions de notre avenir.

C'est pourquoi j'ai proposé et je lance aujourd'hui un grand débat national qui se déroulera jusqu'au 15 mars prochain.

Depuis quelques semaines, de nombreux maires ont ouvert leurs mairies pour que vous puissiez y exprimer vos attentes. J'ai eu de nombreux retours que j'ai pu prendre en compte. Nous allons désormais entrer dans une phase plus ample et vous pourrez participer à des débats près de chez vous ou vous exprimer sur internet pour faire valoir vos propositions et vos idées. Dans l'Hexagone, outre-mer et auprès des Français résidant à l'étranger. Dans les villages, les bourgs, les quartiers, à l'initiative des maires, des élus, des responsables associatifs, ou de simples citoyens… Dans les assemblées parlementaires comme régionales ou départementales.

Les maires auront un rôle essentiel car ils sont vos élus et donc l'intermédiaire légitime de l'expression des citoyens.

Pour moi, il n'y a pas de questions interdites. Nous ne serons pas d'accord sur tout, c'est normal, c'est la démocratie. Mais au moins montrerons-nous que nous sommes un peuple qui n'a pas peur de parler, d'échanger, de débattre.

Et peut-être découvrirons-nous que nous pouvons tomber d'accord, majoritairement, au-delà de nos préférences, plus souvent qu'on ne le croit.

Je n'ai pas oublié que j'ai été élu sur un projet, sur de grandes orientations auxquelles je demeure fidèle. Je pense toujours qu'il faut rendre à la France sa prospérité pour qu'elle puisse être généreuse, car l'un va avec l'autre. Je pense toujours que la lutte contre le chômage doit être notre grande priorité, et que l'emploi se crée avant tout dans les entreprises, qu'il faut donc leur donner les moyens de se développer. Je pense toujours qu'il faut rebâtir une école de la confiance, un système social rénové pour mieux protéger les Français et réduire les inégalités à la racine. Je pense toujours que l'épuisement des ressources naturelles et le dérèglement climatique nous obligent à repenser notre modèle de développement. Nous devons inventer un projet productif, social, éducatif, environnemental et européen nouveau, plus juste et plus efficace. Sur ces grandes orientations, ma détermination n'a pas changé.

Mais je pense aussi que de ce débat peut sortir une clarification de notre projet national et européen, de nouvelles manières d'envisager l'avenir, de nouvelles idées.

À ce débat, je souhaite que le plus grand nombre de Français, le plus grand nombre d'entre nous, puisse participer.
Ce débat devra répondre à des questions essentielles qui ont émergé ces dernières semaines. C'est pourquoi, avec le Gouvernement, nous avons retenu quatre grands thèmes qui couvrent beaucoup des grands enjeux de la nation : la fiscalité et les dépenses publiques, l'organisation de l'Etat et des services publics, la transition écologique, la démocratie et la citoyenneté. Sur chacun de ces thèmes, des propositions, des questions sont d'ores et déjà exprimées. Je souhaite en formuler quelques-unes qui n'épuisent pas le débat mais me semblent au cœur de nos interrogations.

Le premier sujet porte sur nos impôts, nos dépenses et l'action publique.

L'impôt est au cœur de notre solidarité nationale. C'est lui qui finance nos services publics. Il vient rémunérer les professeurs, pompiers, policiers, militaires, magistrats, infirmières et tous les fonctionnaires qui œuvrent à votre service. Il permet de verser aux plus fragiles des prestations sociales mais aussi de financer certains grands projets d'avenir, notre recherche, notre culture, ou d'entretenir nos infrastructures. C'est aussi l'impôt qui permet de régler les intérêts de la dette très importante que notre pays a contractée au fil du temps.

Mais l'impôt, lorsqu'il est trop élevé, prive notre économie des ressources qui pourraient utilement s'investir dans les entreprises, créant ainsi de l'emploi et de la croissance. Et il prive les travailleurs du fruit de leurs efforts. Nous ne reviendrons pas sur les mesures que nous avons prises pour corriger cela afin d'encourager l'investissement et faire que le travail paie davantage. Elles viennent d'être votées et commencent à peine à livrer leurs effets. Le Parlement les évaluera de manière transparente et avec le recul indispensable. Nous devons en revanche nous interroger pour aller plus loin.

Comment pourrait-on rendre notre fiscalité plus juste et plus efficace ? Quels impôts faut-il à vos yeux baisser en priorité ?

Nous ne pouvons, quoi qu'il en soit, poursuivre les baisses d'impôt sans baisser le niveau global de notre dépense publique.

Quelles sont les économies qui vous semblent prioritaires à faire ?

Faut-il supprimer certains services publics qui seraient dépassés ou trop chers par rapport à leur utilité ? A l'inverse, voyez-vous des besoins nouveaux de services publics et comment les financer ?

Notre modèle social est aussi mis en cause. Certains le jugent insuffisant, d'autres trop cher en raison des cotisations qu'ils paient. L'efficacité de la formation comme des services de l'emploi est souvent critiquée. Le gouvernement a commencé à y répondre, après de larges concertations, à travers une stratégie pour notre santé, pour lutter contre la pauvreté, et pour lutter contre le chômage.

Comment mieux organiser notre pacte social ? Quels objectifs définir en priorité ?

Le deuxième sujet sur lequel nous devons prendre des décisions, c'est l'organisation de l'Etat et des collectivités publiques.

Les services publics ont un coût, mais ils sont vitaux : école, police, armée, hôpitaux, tribunaux sont indispensables à notre cohésion sociale.

Y a-t-il trop d'échelons administratifs ou de niveaux de collectivités locales ? Faut-il renforcer la décentralisation et donner plus de pouvoir de décision et d'action au plus près des citoyens ? A quels niveaux et pour quels services ?

Comment voudriez-vous que l'Etat soit organisé et comment peut-il améliorer son action ? Faut-il revoir le fonctionnement de l'administration et comment ?

Comment l'Etat et les collectivités locales peuvent-ils s'améliorer pour mieux répondre aux défis de nos territoires les plus en difficulté et que proposez-vous ?

La transition écologique est le troisième thème, essentiel à notre avenir.

Je me suis engagé sur des objectifs de préservation de la biodiversité et de lutte contre le réchauffement climatique et la pollution de l'air. Aujourd'hui personne ne conteste l'impérieuse nécessité d'agir vite. Plus nous tardons à nous remettre en cause, plus ces transformations seront douloureuses.

Faire la transition écologique permet de réduire les dépenses contraintes des ménages en carburant, en chauffage, en gestion des déchets et en transports. Mais pour réussir cette transition, il faut investir massivement et accompagner nos concitoyens les plus modestes.

Une solidarité nationale est nécessaire pour que tous les Français puissent y parvenir.

Comment finance-t-on la transition écologique : par l'impôt, par les taxes et qui doit être concerné en priorité ?

Comment rend-on les solutions concrètes accessibles à tous, par exemple pour remplacer sa vieille chaudière ou sa vieille voiture ? Quelles sont les solutions les plus simples et les plus supportables sur un plan financier ?

Quelles sont les solutions pour se déplacer, se loger, se chauffer, se nourrir qui doivent être conçues plutôt au niveau local que national ? Quelles propositions concrètes feriez-vous pour accélérer notre transition environnementale ?

La question de la biodiversité se pose aussi à nous tous.

Comment devons-nous garantir scientifiquement les choix que nous devons faire à cet égard ? Comment faire partager ces choix à l'échelon européen et international pour que nos producteurs ne soient pas pénalisés par rapport à leurs concurrents étrangers ?

Enfin, il est évident que la période que notre pays traverse montre qu'il nous faut redonner plus de force à la démocratie et la citoyenneté.

Être citoyen, c'est contribuer à décider de l'avenir du pays par l'élection de représentants à l'échelon local, national ou européen. Ce système de représentation est le socle de notre République, mais il doit être amélioré car beaucoup ne se sentent pas représentés à l'issue des élections.

Faut-il reconnaître le vote blanc ? Faut-il rendre le vote obligatoire ?

Quelle est la bonne dose de proportionnelle aux élections législatives pour une représentation plus juste de tous les projets politiques ?

Faut-il, et dans quelles proportions, limiter le nombre de parlementaires ou autres catégories d'élus ?

Quel rôle nos assemblées, dont le Sénat et le Conseil Economique, Social et Environnemental  doivent-ils jouer pour représenter nos territoires et la société civile ? Faut-il les transformer et comment ?

En outre, une grande démocratie comme la France doit être en mesure d'écouter plus souvent la voix de ses citoyens.

Quelles évolutions souhaitez-vous pour rendre la participation citoyenne plus active, la démocratie plus participative ?

Faut-il associer davantage et directement des citoyens non élus, par exemple tirés au sort, à la décision publique ?

Faut-il accroître le recours aux référendums et qui doit en avoir l'initiative ?

La citoyenneté, c'est aussi le fait de vivre ensemble.

Notre pays a toujours su accueillir ceux qui ont fui les guerres, les persécutions et ont cherché refuge sur notre sol : c'est le devoir de l'asile, qui ne saurait être remis en cause. Notre communauté nationale s'est aussi toujours ouverte à ceux qui, nés ailleurs, ont fait le choix de la France, à la recherche d'un avenir meilleur : c'est comme cela qu'elle s'est aussi construite. Or, cette tradition est aujourd'hui bousculée par des tensions et des doutes liés à l'immigration et aux défaillances de notre système d'intégration.

Que proposez-vous pour améliorer l'intégration dans notre Nation ? En matière d'immigration, une fois nos obligations d'asile remplies, souhaitez-vous que nous puissions nous fixer des objectifs annuels définis par le Parlement ? Que proposez-vous afin de répondre à ce défi qui va durer ?

La question de la laïcité est toujours en France sujet d'importants débats. La laïcité est la valeur primordiale pour que puissent vivre ensemble, en bonne intelligence et harmonie, des convictions différentes, religieuses ou philosophiques. Elle est synonyme de liberté parce qu'elle permet à chacun de vivre selon ses choix.

Comment renforcer les principes de la laïcité française, dans le rapport entre l'Etat et les religions de notre pays ? Comment garantir le respect par tous de la compréhension réciproque et des valeurs intangibles de la République ?

Dans les semaines qui viennent, je vous invite à débattre pour répondre à ces questions déterminantes pour l'avenir de notre nation. Je souhaite aussi que vous puissiez, au-delà de ces sujets que je vous propose, évoquer n'importe quel sujet concret dont vous auriez l'impression qu'il pourrait améliorer votre existence au quotidien.
Ce débat est une initiative inédite dont j'ai la ferme volonté de tirer toutes les conclusions. Ce n'est ni une élection, ni un référendum. C'est votre expression personnelle, correspondant à votre histoire, à vos opinions, à vos priorités, qui est ici requise, sans distinction d'âge ni de condition sociale. C'est, je crois, un grand pas en avant pour notre République que de consulter ainsi ses citoyens. Pour garantir votre liberté de parole, je veux que cette consultation soit organisée en toute indépendance, et soit encadrée par toutes les garanties de loyauté et de transparence.

C'est ainsi que j'entends transformer avec vous les colères en solutions.

Vos propositions permettront donc de bâtir un nouveau contrat pour la Nation, de structurer l'action du Gouvernement et du Parlement, mais aussi les positions de la France au niveau européen et international. Je vous en rendrai compte directement dans le mois qui suivra la fin du débat.

Françaises, Français, je souhaite que le plus grand nombre d'entre vous puisse participer à ce grand débat afin de faire œuvre utile pour l'avenir de notre pays.

En confiance,

Emmanuel MACRON
Pierrot Dupuy
Lu 2893 fois



1.Posté par Ken le 13/01/2019 23:32

Et bien nous sommes barrés...

2.Posté par Igard PAZOT le 14/01/2019 03:02

il est doux il est moelleux et double epaisseur.

3.Posté par matthieu le 14/01/2019 08:41

Nous attendons sa démission.

4.Posté par JEAN CLAUDE le 14/01/2019 09:10

Du baratin tout cela

Stop a l OPTIMISATION

stop aux avantages des elus et a la meme enseigne que les citoyens

5.Posté par MT CRISTO le 14/01/2019 09:18

La lettre d'un imbécile qui devrait démissionner.

6.Posté par MôveLang le 14/01/2019 09:42 (depuis mobile)

Je n''ai pas lu sa merde et ne la lirait pas, mais je peux quand même dire qu''il nous a entendu et vu, mais il n''a rien compris.
Je ne vois pas comment virer son altesse présidentielle et sa cougar avant la fin de son mandat

7.Posté par Ti Tangue zilé zone le 14/01/2019 10:02 (depuis mobile)

Hi hi hi ....Et le pouvoir d’achat ?

8.Posté par Aieaieaie le 14/01/2019 10:19 (depuis mobile)

La vrai question est... Ce président est il vraiment conscient du mal être des citoyens français
? .. Je ne pense pas.. Il vit dans un autre monde..

9.Posté par MACROOOO le 14/01/2019 10:24

DIRECT AUX CHIOTTES SA LETTRE DE MERDE!!!!!!! POURRITURE VA!!!!

10.Posté par Daniel FAIVRE le 14/01/2019 10:34

Le torchon de Macron, ce personnage haineux qui nous coûte un pognon de dingue,les dépense de L'Elysée et de Brigitte, l'argent donner généreusement a l'étranger les fonctionnaires de Bercy, les déplacement du Président et du Premier Ministre, les subventions aux syndicats, aux grand médias menteur, a certaines associations, une assemblée Nationale,et un Sénat, l'Europe ces fonctionnaires,
ou va ce pognons de dingue??

11.Posté par ne nous laissons pas manipuler le 14/01/2019 11:00

Le grand débat ?
De la couillonnisse en barre, du grand n’importe quoi, de la poudre aux yeux …
Complètement verrouillé par le gouvernement qui en a certainement déjà rédigé les conclusions
Une provocation de plus et encore un peu plus d’huile sur le feu …
La preuve c’est macron lui-même qui n’a pas cessé de la donner en répétant à chacune de ses interventions qu’il garderait le cap et poursuivrait les « réformes » qu’il a décidé.
Donc zéro confiance dans macron, son gouvernement et sa pseudo concertation.

12.Posté par les médias roulent tous pour lui ... mais ne le répétez pas le 14/01/2019 11:05

vous avez dit bizarre ?

Grand merci à zinfos de garantir une pluralité d'information

13.Posté par PEC-PEC le 14/01/2019 11:05 (depuis mobile)

C'est bien de critiquer, mais qui donc l'a élu ?
Alors ne vous étonnez donc de rien. Ce qu'il fait il l'avait annoncé ! Il fallait lire les programme au lieu de venir pleurer maintenant. Les jaunes prêchent l'anarchie et rien d'autre, vous voulez ça?

14.Posté par matthieu le 14/01/2019 11:07

Malheureusement l'histoire nous enseigne que les guerres civiles sont les plus impitoyables,là il n'y a plus de neutres, rappelons nous la guerre d'Espagne,la haine submerge tout,on tue et on est tué.
Malheureusement aussi et cette lettre est une nouvelle provocation contre le peuple français en insurrection,on s'y dirige tout droit.
Je prie la Vierge,patronne de la France pour qu'elle n'éclate pas.

15.Posté par La parole au Peuple le 14/01/2019 11:19

Belle lettre et très habile. Rappel des avantages du systeme social francais, rappel de la solidarité des travailleurs francais envers des non travailleurs, rappel de l'utilité des impots, rappel que la violence est inutile au débat, rappel de la tolérance religieuse et envers les étrangers, et surtout donner la parole au peuple. Faire des référendums.
Que le peuple s'exprime et propose des solutions ! Ceux qui ne sont pas contents devraient envoyer leurs propositions.
Insulter le président et demander la démission est une proposition facile. Mais quelle est la suite ?

16.Posté par MARTIN LANE le 14/01/2019 11:19

@ 13 y avait pas de programme, juste "un prooooojeeet " et le choix au 2eme tour entre la peste , le choléra et l'abstention.

17.Posté par Modeste le 14/01/2019 11:38

faudrait savoir aussi ce que vous voulez, qu'importe que vous ne le souhaitiez pas comme président, en attendant faudra faire avec.
tout le monde gueule sur les mesures prises ces derniers temps, maintenant il propose une ouverture du moins d'ouvrir le débat sur les problèmes revendiqués par beaucoup et de trouver des solutions, mais non on continue dans la critique et l'affrontement, en clair on est pas content mais on ne propose rien de réalisable
! si vous voulez tout foutre en l'air posez vous la question qu'est ce qu'il en sortira déjà, et beaucoup au passage laisseront des plumes.......quand aux riches sur lesquels beaucoup font une fixation, rêvez pas quand ils sentiront le vent tourner ils auront vite fait d'aller voir ailleurs, là ou l'herbe est plus verte et après les couillons, petits commerçants, travailleurs qui auront subi de plein fouet la crise, il leur restera qu'à s'en mordre les doigts car avant de refaire surface...... là aussi dites vous bien que ce sera le plus malin qui s'en sortira et profitera de la déchéance de beaucoup pour faire son bizness!
alors les grands penseurs, les grandes idées......dites vous bien que ce sera le peuple qui subira les conséquences, pas les dirigeants et encore moins ceux qui ont les moyens......d'aller voir ailleurs!

18.Posté par Dorian le 14/01/2019 12:00

Je vois aux commentaires que vous n'avez pas compris le problème. On peut changer Macron, mais les problèmes seront toujours là. Son remplaçant se retrouvera avec les même questions et les même difficultés. Changer un type ne fera pas disparaitre les problèmes comme par magie.

19.Posté par PEC-PEC le 14/01/2019 12:01 (depuis mobile)

Les élections c''est par définition la démocratie. Il y a eu un premier tour pour choisir alors !?! Comment donner sa confiance et le pouvoir à un gamin qui n''a rien montré, prouvé, démontré ? Les électeurs responsables pour 5 ans.

20.Posté par MARTIN LANE le 14/01/2019 12:08

Ceux qui ont les moyens d'aller voir ailleurs sont déjà partis. Ceux qui pleurnichent en traitant les travailleurs, les P.M.E. les jeunes de feignasse, d’illettrés, d'incompétents sont ceux qui nous coûtent le plus gros "pognon de dingue" en évasion fiscale, C.I.C.E. et optimisation fiscale , traitements et indemnités .
Je n'ai pas voté pour Macron , mais je ne me souviens pas que son projet était de plumer les contribuables français jusqu'à l'os, ni de faire plonger les P.M.E. à cause de trop de taxes.

21.Posté par Bleu outre mer le 14/01/2019 12:15

Je constate que Zinfos a ouvert le débat, avec les contres qui râle et aucunes propositions.

Un point important serais de faire entrer dans la constitution la reconnaissance et le pouvoir du bulletin blanc. Avec cette reconnaissance, beaucoup d’élus ne serais pas élus et donc nous pourrions choisir qui ont veux et non pas qui on à envies de nous imposer.

Pas de cumul de fonction comme ici, nos élus qui font cela pour raison financière et familiale et non pour la population.

Le point sur la dette dans la lettre est le fait que les états ont donné la gestion aux banques et que nous remboursons les intérêts, et donc la puissance économique à des lobbys, la bourse spécule sur les sociétés et permet à certains de spéculer sur l’emploi dans les sociétés. A quoi sert la Bourse…….. Taxe Tobin pour les transaction, nous payons bien des taxes sur nos achats.

Concernant l’impôt le rétablissement de l’ISF.

Pour l’écologie ici la Région investie dans le tout Béton et le tout voiture, projet Gérri pour l’autonomie de La Réunion sur le plan énergétique, couler par le même. Donc participation active et transparence des projet comme la NRL, si cela avait été fait correctement, nous ne serions pas avec un projet qui à opposé les pour les contre cette route, puis les pour les contre le viaduc, puis les pour les contre les carrières. Se projet démontre l’incompétence d’un élu à laisser plutôt son nom. Que de travailler pour l’ensemble des Réunionnais. Après le bétonnage va continuer, les projet, la route des sables, les téléphériques et ces pilonnes, puis d’autre routes car il faut faire vivre le BTP et les concessionnaires, besoin de mettre encore plus de voitures, nous sommes en saturation sur l’île, donc construisons des routes et surtout pas de projet alternatif, cette vision va coûter cher à La Réunion et à ses habitants .

Plus de participation, cela veux dire plus de responsabilisation et moins de victimisation.
Trouver pour cela les plate formes numérique adaptées afin de poser ses orientations et ses choix de société, pour ceux qui veulent le faire numériquement et qui ne peuvent pas se déplacer pour ces Réunion, ou les personnes qui animent sont le plus souvent incompétentes, ne savent pas animer un débat.

Voilà quelques point non exhaustifs,

22.Posté par Monique depite le 14/01/2019 12:16 (depuis mobile)

C PAS SA....
NOUS VEUX OUT DEMISSION..OU COMPREND PAS LES GENS I VEUT PUS DE OU.....LA POINT UN PEU DE DIGNITE....EN CREOLE I DI OU LA POINT LE NEZ....

23.Posté par laurent le 14/01/2019 12:29

beaucoup de commentaires ici sont haineux, ce n'est pas macron le plus haineux dans cette histoire, c'est les gens qui écrivent les commentaires et certains sont tout simplement à supprimer. d'ailleurs macron a été élu, mais peut être voulez vous une dictature, ou on ne lira plus vos commentaires stupides et crétins pour certains. on peut ne pas aimer ce président, mais il représente nos institutions et comme le dit un post ici qui veut visiblement la guerre civile, nous n'irons pas vers cela car la pluralité de discussions dominera la violence ! sinon vouloir remplacer un président élu démocratiquement ne se fera qu'avec un autre QUI NE SERA PAS MEILLEUR (avant le PS était mauvais, et france insoumise comme le RN sont des extrémistes délirants). une représentation des GJ en politique ne pourra aussi satisfaire tout le monde donc cela continuera à crier. gueuler c'est bien mais proposer et gérer, c'est autre chose et tous les commentaires ici ne comprennent pas du tout cà. pour autant je n'écris pas que j'apprécie ce président

24.Posté par Babeuf le 14/01/2019 12:42

Quand nos élus veulent noyer une affaire ,ils créent des commissions parlementaires qui n'aboutissent jamais à la vérité:
Le Grand débat de Macron sera une commission plus large que les autres pour mieux noyer le poisson !!!

25.Posté par Ôté le 14/01/2019 12:47 (depuis mobile)

Impossible de croire en macron. Il est méprisant ,arrogant, insultant envers les français les plus vulnérables.Et les gens qui l''entourent le sont tt autant voir pire.

26.Posté par Zarin le 14/01/2019 12:50

Si la tèr groblan ziska zordi
La klos i sone ansanm Véli
Po apèl zésklav konm dann tan lontan
Madam Débassyns lé ankor vivan

O Sarda toué la roul anou...

"La France n'est pas un pays comme les autres."

27.Posté par SH le 14/01/2019 13:00

Pas un mot sur l'Outre-mer...
Un 'oubli freudien'?
Pour Macron, nous n'existons même pas.

28.Posté par Sisi le 14/01/2019 13:33

Post 17.... si on propose que l'état fasse aussi un effort : diminuer le train de vie de tous les ministres, sénateurs et députés (appartements, frais de mission et j'en passe.....).

29.Posté par A mon avis le 14/01/2019 13:35

INSULTES . PROPOS ORDURIERS ET SCATOLOGIQUES !

Voilà des arguments intelligents !

30.Posté par Batofou974 le 14/01/2019 13:40

Pipeau, pipe à l'eau, pipe à eau..Bref, encore une couche "de m..de" pour nous entuber encore plus. S'il était capable et avait de bonnes mesures, les histoires de "gilet jaune" seraient TERMINEES, mais pas "'en souffrance" tous les samedis. Si le peuple conteste, c'est qu'il en a MARRE, d'avoir le bec dans l'eau et le cul en l'air ! Il écrit au peuple ! MDR, il nous berne en racontant que "chez nous ceci; chez nous cela.....", oui chez nous c'est toute la merde en barres qui existait avant le début de son mandat et il n'est PAS capable de diluer !

Nous sommes la risée des autres grandes nations et pas que ...mêmes les petites se foutent de notre gueule ! On en tirera RIEN de sa mandature, faut pas se leurrer ! Il va nous ponctionner, et foutre le pays en pagaille !

31.Posté par Yves montant le 14/01/2019 14:03 (depuis mobile)

Avec le temps tout va tout s''en va . Vous voulez du pouvoir d''achat . Vous voulez brillez comme thomas nabilla.. la cafrine veut briller comme Beyoncé le cafre peser comme jayzé mais on paye en solidarité pour les bras cassés les assisté t.t.c tu sé

32.Posté par austrodoudou le 14/01/2019 14:23

A tous les critiqueurs faciles (surtout ceux qui n'ont pas daigné lire la lettre) vous avez là une occasion d'exprimer vos désidératas. Un exemple vous souhaiter une baisse des taxes ou impôts ok mais quelle dépense proposez vous de supprimer en contrepartie ? vous voulez la démission du président mais que proposez vous à la place ? ect etc. Seulement cela demande du courage qui visiblement vous fait défaut, c'est tellement plus facile de dire yakafokon

33.Posté par Modeste le 14/01/2019 14:38

et alors MARTIN LANE critiquer c'est bien beau et c'est quoi pour vous la solution? beaucoup comme vous critiquent le système qui n'est pas parfait certes, mais là on propose d'ouvrir le débat de coopérer et de proposer des solutions, à par "baver" en permanence vous proposez quoi de réalisable????

34.Posté par Gilles VACANZA le 14/01/2019 14:54

un débat juste pour gagner du temps c'est sur , mais cela n'est pas une raison pour le rejeter par avance il faut y participer et défendre les propositions des gilets jaune .Ce qui est sur est que ce président n'est pas a la hauteur ,il nous casse les oreilles avec sa transition écologique et applaudit le lancement du plus gros porte container qui va polluer en un seul voyage plus que cinquante huit million de voitures en un seul voyage ?Et ci il remet en place le futur contrôle technique (qu'il a juste repoussé de six mois ) des milliers de travailleurs qui ne peuvent s’acheter un véhicule aux nouvelles normes ce retrouverons hors la loie ou sans voiture .
PS: pour ceux et celles qui ne pense qu'a critiquer les fautes d’orthographe de ceux qui prennent le temps d'écrire dans ces colonnes je dirai simplement : Lorsque le sage désigne la lune , l'idiot regarde le doigt

35.Posté par matthieu le 14/01/2019 16:23

Comme le dit François Asselineau,le seule lettre que nous attendons de Macron,c'est sa démission.
Un député a signé la demande de destitution article 68 de la constitution, c'est un bon début qui permettrait d'éviter la guerre civile qui se profile à l'horizon.
A voir le nombre de blessés, d'estropiés, de morts et d'arrestations par des policiers déchainés et une justice versaillaise,il semblerait qu'elle ait déjà commencée du côte macroniste.

36.Posté par matthieu le 14/01/2019 16:49

Surréaliste qu'un peuple comme le nôtre soit contraint de négocier ses libertés fondamentales avec des girouettes politiques comme Aurore Bergé,des journalistes incultes,des auteurs de livres de cul comme Schiappa ou d'ex-joueurs de poker proche de la pègre comme Castaner
Laurent Ozon

37.Posté par le taz le 14/01/2019 17:20

dépenses = revenus...
dans un système équilibré.

or la france, depuis les années 80, gaspille l'argent public a tel point qu'il faut s'endetter pour équilibrer les comptes.

cela va-t-il changer ?
je pense que non.

donc les doléances, du genre donne toujours plus, et je crée moins de richesses...
comment dire... c'est foncer droit dans le mur.

va falloir accepter une baisse drastique de la générosité de la sécu, des retraites et des allocs de toute sorte avec une très faible croissance et beaucoup beaucoup beaucoup beaucoup beaucoup beaucoup de gens qui veulent une grosse part du gateau.

gateau qui ne grossira plus.

38.Posté par Fredo974 le 14/01/2019 17:58

Vive Macron !

39.Posté par KLOD le 14/01/2019 18:06

les questions sont néanmoins intéressantes ..........................


après, il est vrai qu'un gouvernement dit "ni droite-ni gauche" , c'est ce que j'avais cru , et oui , un rêve : le ni droite , ni gauche , mais que les "meuilleurs" d'entre nous ...................................
bref un gouvernement "de rêve" qui commence à donner plus de pouvoir d'achat aux plus riches ...................... c'est sur que c'était mal barré .

mais bon , on a échappé au : "fillon pour tous", "le fn mortifère" , "le mélenchon vénézuélien" , c'est déjà ca , il n'y avait pas trop le choix ............................. par le fait ! Hamon ayant été inexistant , et c'est dommage !


"Et maintenant que vais-je faire
De tout ce temps que sera ma vie ?" ,,, et que sera le reste de mon quinquennat ??????????????????

vive Gilbert Bécaud !

40.Posté par Pfff le 14/01/2019 18:32 (depuis mobile)

Pfff les forts en gueule derrière leurs écrans et comme des carpettes devant nos élus bref des planqués

41.Posté par Léonard le 14/01/2019 21:36

De l'enfumage, du bla-bla pour chercher à hypnotiser les Français que Macron prend toujours pour des cons. De la vaseline dans son charabia ! Il brasse beaucoup plus d'air que toutes les éoliennes de France et de Navarre, c'est dire...
Il fait trainer le mouvement jusqu'à son essoufflement et rien de plus car il est incapable de proposer des solutions pour apaiser la colère ...
Il doit présenter sa démission à son employeur, c-à-d le peuple, avant que celui-ci le licencie pour faute lourde.

42.Posté par matthieu le 14/01/2019 22:08

Plus dure sera la chute.
Il va partir dans la catastrophe.
Comme beaucoup de monarques avant lui qui ont méprisé le peuple français,il va prendre le chemin de l'exil avec sa smalah.
Sa garde prétorienne,CRS gazeurs et matraqueurs qui estropient à vie des gens de notre peuple ne le sauvera pas.
Deux exemples viennent immédiatement à l'esprit, Charles X et Louis Philippe.
Il peut bien inviter tous les milliardaires à Versailles pour achever de dépecer la France, son règne est fini.

43.Posté par GIRONDIN le 14/01/2019 22:14

......... C'est pourquoi la France est, de toutes les nations, une des plus fraternelles et des plus égalitaires.........

......... Sur ces grandes orientations, ma détermination n'a pas changé..........


Tout est dit, blablater blablater....... Mi change rien ...... 🤔

44.Posté par Bertel de Vacoa le 15/01/2019 11:21

Comme toujours Zinfos souffle dans le sens du vent !

45.Posté par Bertel de Vacoa le 15/01/2019 11:23

Chez nous, ceux qui travaillent financent les pensions des retraités.

FAUX !

46.Posté par jean-richard bennala le 16/01/2019 16:37

sa lettre c'est une poubelle ambulante cette France est belle et mérite mieux il protège ces potes de la finance et crache sur les français qui se lèvent tôt il ne respecte même pas la terre de son pays vive la France mais sans macron,à toi France je t'aime belle mais malmenée pour le moment.

47.Posté par jean-richard bennala le 16/01/2019 16:37

sa lettre c'est une poubelle ambulante cette France est belle et mérite mieux il protège ces potes de la finance et crache sur les français qui se lèvent tôt il ne respecte même pas la terre de son pays vive la France mais sans macron,à toi France je t'aime belle mais malmenée pour le moment.

48.Posté par jean-richard bennala le 16/01/2019 16:37

sa lettre c'est une poubelle ambulante cette France est belle et mérite mieux il protège ces potes de la finance et crache sur les français qui se lèvent tôt il ne respecte même pas la terre de son pays vive la France mais sans macron,à toi France je t'aime belle mais malmenée pour le moment.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie

Dans la même rubrique :
< >