Océan Indien

Îles Vanille : Création d'un label qualité pour les hébergements touristiques

Vendredi 19 Juin 2015 - 15:51

Le ministre mauricien du Tourisme, Xavier-Luc Duval, qui préside depuis le 10 juin dernier, et ce, pour six mois aux destinées de l'association des îles Vanille a confié "à la Mauritius Tourism Authority et tout particulièrement à son président Robert Desvaux la mise en place d’un système de classification pour l’ensemble des hébergements touristiques", souligne un communiqué des îles Vanille.

Cette classification démarrera très prochainement à l’île Maurice et "sera rapidement étendue aux autres îles pour devenir la référence dans l’océan Indien".

"Les représentants des Seychelles et de Madagascar ont déjà fait savoir qu’ils s’appuieront sur cette démarche. Des passerelles sont également envisagées avec le classement d’Atout France valable pour La Réunion et Mayotte afin de présenter une harmonisation entre les îles".

Ce label de qualité impulsé par les îles Vanille assurera "une qualité de service et de confort" au sein des hébergements touristiques.

"Nous serons en mesure d’affirmer que par exemple un établissement classé trois étoiles à Maurice correspondra à un établissement classé trois étoiles à Madagascar, mais aussi dans les autres îles", met en avant Pascal Viroleau, le directeur des îles Vanille.

Pour rappel, les îles Vanille prônent depuis leur création en août 2010 le repositionnement de l’océan Indien comme une destination touristique et la cohésion de ses pays membres autour d'un objectif commun. 

L'île Maurice, la Réunion, Madagascar, les Seychelles, les Comores, Mayotte et les Maldives veulent ainsi avoir une plus grande visibilité en fédérant leurs atouts pluriels au sein d'une même structure à vocation touristique régionale. Le secteur touristique créateur d'emplois directs et indirects, véritable levier pérenne de croissance, est le socle du développement initié par les îles Vanille.
Lu 1179 fois



1.Posté par eric le 19/06/2015 17:11

C'est une très bonne initiative

2.Posté par Kilian le 19/06/2015 17:16

Une bonne chose pour afin rendre plus claire l'offre mauricienne

3.Posté par GIRONDIN le 19/06/2015 21:13 (depuis mobile)

Un p'tit post pour réveiller deux trois certains comme dirait mon ami KLD

Je propose que la Région vote un budget pour ce label, 1 000 000€. Faut bien donner un coup de main à notre cousin en détresse touristique

4.Posté par maconerie le 19/06/2015 21:39

bah maurice n'a pas besoin de coup de main....par contre la reun un bon coup de pied histoire de réveiller ceux qui sont encore en train de cuver.....

5.Posté par piedscrouteux le 20/06/2015 15:23

il faut penser aussi au CADRE qui entoure les soit-disant hôtels...

il n'y a pas que la vue d'un paysage qui compte mais aussi l'ambiance, et dans ce qui reste attirant à la Réunion, qui la démarque par rapport aux autres îles, LES MONTAGNES, LA VERDURE, LE CALME, LA DOUCEUR DE VIVRE... l'équivalent de la circulation, du béton, et de la surpopulation, qui gâche tout est immatériel, difficile à concevoir pour ceux qui viennent d'en bas juste pour passer en fin de matinée et repartir..
Quand on séjourne à CILAOS, le fléau de l’ile apparait ici dans toute sa grandeur: c'est des nuisances sonores aériennes qu'on ne rencontre même pas près des aéroports de métropole!

Que diriez vous d'une matinée détente au soleil, dans la piscine de l'hôtel "le Cilaos oasis de silence" (c'est marqué sur la pancarte à l'entrée!!!) au son d'une armada d'hélicoptères dont la fréquence de passage dans le ciel dépassent l'entendement (qui passent au dessus sans même se poser au rythme de un toutes les 5 à 10 minute), une fréquence de passage avec une résonance qui dépasse tout ce qui est connu ailleurs en zone habitée?

Que diriez vous d'une partie de golf à Bras Sec (ils parlent souvent de raser la forêt pour en faire un golf de 25 hectares associé aux hôtels de luxe), alors que ce succèdent, dans le ciel, 10 à 15 passages d'avions, d'ULM ou d'hélicoptères? ça serait peut être les clients du golf les premiers à se plaindre.
(car à Cilaos, ça ne semble gêner personne, comme si c'était ça où la misère...)

Si les clients des hôtels viennent par hélico plutôt que par la route, ils ne pourront pas être nombreux sans se gêner mutuellement, car il faut à peu près 10mn de nuisances sonores toutes les 6 personnes déposées et cela résonne de partout..

100mn de nuisances sonores pour 60 personnes, pour remplacer 1 seul car de tourisme, ça fait beaucoup...

Le bruit ne dure que le matin, mais c'est le matin qu'il fait beau, ça casse l'ambiance de toute découverte de la montagne...

La Réunion devra gérer ces nuisances sonores aérienne pour rester acceuillante dans les endroits restants qui sont intéressant pour les touristes, sinon ils ne seront intéressant QUE pour faire des baptèmes de l'air, soit 50.000 touriste par an environ.

En 2009, le parc national inscrit à l'UNESCO devait faire passer de 400.000 touristes à 600.000 touristes.
Hors ces 200.000 touristes là ne sont pas venus.
Ceux là comptaient en effet sur les valeurs GARANTIES par le Parc National et la protection du Bien de l'Unesco, "cirques, pitons, et remparts préservés".
Ils viennent pour la montagne, la randonnée, le coté sauvage le calme, principalement en octobre-décembre.
D'ailleurs peu de ces touristes là désirent qu'un téléphérique retire le charme de Cilaos en rompant son isolément en en "déversant une foule de ventrus". Déjà à Cilaos on redoute les effets de la surfréquentation.
C'est en saison sèche que cette surfréquentation a des effet gênants, c'est crotté de partout (caca dans les chemins), les bassins sont souillés de pellicule de crême solaire grasse, ça sens mauvais, et il passe à cette époque 50 hélicos, ULM ou avions à la suite durant 5 heures de temps. Tout cela qui annule les bénéfice, qui invalide la garantie de label... ces clients ne sont pas duppes il savent que les hauts ne sont plus conforme à leur rêve, ils se tournent plutôt vers Madères, La corse, le Haut-Atlas, quand ils veulent du soleil pour couper l'Hiver.

Le climat se réchauffe, on n'est pas en 1990 avec du 12-24° à CILAOS mais en 2015 avec du 18-29° à Cilaos, et une relative canicule dans les bas: ce réchauffement climatique transforme une destination rêvée (le soleil et chaleur en hiver) en "enfer chaud" (les bas entre fin décembre et début avril)...
il reste les hauts de l'île d'intéressant, plus que jamais, qui font les températures d'été attendues, mais pas encore caniculaires...

Peut être qui les nuisances du tourisme aérien et la saleté dans les chemins ont fait fuir... ces 200.000 touristes attendus entre 2009 et 2015 qui se montrent avides de paix, de nature, de calme, qui ignorent l'inconvénient des requins puisque qu'ils ne viennent pas pour la côte et la mer trop urbanisée pour eux, mais pour la montagne et l'isolement sauvage qui y est associé. Ces touristes là supportent mal la surfréquentation, la pollution, le "m'a tu vu" gros hôtel piscine spa, et fuient tout ce qui ressemble à un parc d'attraction bruyant et urbanisé...

Ces touristes là rêvent encore de la Réunion "le paradis des randonneurs", île préservée enfin par un Parc National. Ces touristes là connaissent les autres Parc Nationaux qui correspondent à des lieux respectés, et transposent leur bonne expérience de la Vanoise ou des Pyrénées sur leur projet de voyage de la Réunion.

Ces touristes là vous êtes en train de les perdre...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >