MENU ZINFOS
Actu Ile de La Réunion

“Il y aura une opération de blocage le jour de l’arrivée du Premier ministre”


Ils étaient plus de soixante-dix artisans et chefs d’entreprise de TPE et PME, tout à l’heure chez Souraya Gangama, responsable du Collectif des terrassiers. La décision d’une action sur la voie publique a été votée à l’unanimité. Ce sera le jour même de l’arrivée du Premier ministre François Fillon à La Réunion”.

Par Jismy Ramoudou - Publié le Samedi 4 Juillet 2009 à 13:49

“Nous n’avons plus rien à perdre”, a lâché dépité un artisan au sortir du rassemblement de ce matin. “Quitte à mourir, il vaut mieux que ce soit avec dignité qu’en esclave. Mais quoi qu’il en soit, on ne se laissera pas faire”.

Il y a de la détermination dans la voix de notre interlocuteur. Il y a surtout un ras-le-bol d’être toujours en train de “mendier des moyens pour faire marcher nos entreprises, créer des emplois, contribuer à la cohésion sociale et être pris pour des imbéciles”, a dit le même artisan.

“Les motivations qui nous amènent à nous réunir ce matin, c’est la prochaine venue du Premier ministre François Fillon à La Réunion. Nous voulons l’interpeller sur nos problèmes financiers et économiques”, annonce Souraya Gangama, responsable du Collectif des terrassiers.

“Cela maintenant des mois que nous alertons les autorités sur la situation de nos entreprises. Nous avons commencé dès le mois d’octobre de l’année dernière”.

 “Au mois avril de cette année, avec deux autres syndicats, l’Aveca et l’Unostra, nous avons donné du poids à nos revendications, entre autres les charges sociales et fiscales, la position des banques et des organismes de crédit et la relance de la commande publique”.

“Le problème, c’est que depuis plusieurs mois on nous balade, à chaque manifestation, nous avons droit à un certain nombre de promesses verbales, mais rien de concret n’a été fait ou obtenu à ce jour”.

“Au mois de mai, l’ancien secrétaire d’Etat à l’Outremer, Yves Jégo, il nous a promis l’application à La Réunion du plan Corail décidé pour les Antilles. Ce plan aurait été adapté à notre île et aurait dû concerner toutes les caisses sociales et fiscales, avec un report de ces charges pour 2010”.

“Cette promesse nous avait été faite en présence du préfet Pierre-Henri Maccioni et du secrétaire général des Affaires régionales, Jean Ballandras, Et encore une fois, nous n’avons rien vu venir à ce jour. Nous espérons que son successeur respectera la parole de l’Etat”.

Les artisans et les chefs d’entreprise en sauront plus lundi. “Nous serons reçus par le préfet Pierre-Henri Maccioni”, a dit Souraya Gangama.  





1.Posté par titou le 04/07/2009 20:10

Il y a un paradoxe. Ce gouvernement aimerait autant que ces artisans baisser les charges sociales mais ce sont les syndicats qui n'en veulent pas.
Alors pourquoi ne pas s'en prendre à ces derniers ?
Sinon, quand une entreprise ne s'en sort plus, il faut mettre la clef sous la porte ( c'est ce que j'ai fait ) et arreter de demander de l'aide. On ne vous doit rien.

2.Posté par mwa la pa di le 04/07/2009 23:33

Les artisans voudraient nous faire payer leur gabegie financière. Trop souvent certains ont les yeux plus gros que leur ventre. Chacun veut acheter le matériel alors qu'une coopérative serait plus judicieuse. Mais non, il faut passer commande de tout le matos sans avoir d'assurance pour des travaux, alors on s'endette et puis la merde arrive. Je reconnais que c'est de la provoque de ma part, mais pas si faux que cela.

3.Posté par looping974 le 05/07/2009 08:03

soyons solidaires .....vous êtes locataires faites construire ...vous habitez dans l'est ....faites construire une maison dans l'ouest pour vos week -end ......

4.Posté par david le 05/07/2009 10:13

Les commentaires débiles sur les 4x4 tardent à venir cette fois...

5.Posté par jiji le 05/07/2009 10:43


Tout a fait d'accord avec le post 2

Par rapport au nombre d 'habitants et à la superficie de l' ïle, le nombre de pelles mécaniques et autres mastodontes sur roues semblent être l'un des plus élevés du monde.
Ces engins qui ont fait les beaux jours de la défiscalisation et qui sont tous plus disproportionnés les uns que les autres auront du mal à être amortis.
Il est à craindre malheureusement que cette situation servent de prétexte au lancement de grands chantiers inutiles et catastrophiques pour notre environnement.

6.Posté par fiuman le 05/07/2009 10:55

Ils sont tous atteints du syndrome de la subvention ou celle de l'aide.
Je voudrais que l'on examine les véhicule personnels de tous ces entrepreneurs, il y a certainement plus de gros 4x4 et de berlines allemandes que de twingo, ils vivent sur leur entreprise comme crapatte sur tété bef, pas de téléphone, d'internet, de parabole, de voyage à Maurice ou plus loin encore etc etc..... le restaurant c'est la carte bleue de la boite qui paye.
Et si en plus ces entrepreneurs ne savent pas gérer, s'ils sont incapables d'évaluer les fluctuations de l'activité et de modifier leur voilure alors basta et déposer votre bilan.

7.Posté par david le 05/07/2009 11:43

Ca commence. mdr.
Première caricature avec le post 6 ; commentaire tout droit sorti de " Brèves de comptoir" de Gourio.

8.Posté par curebien le 06/07/2009 12:08

7. Posté par david le 05/07/2009 11:43

Ca commence. mdr.
Première caricature avec le post 6 ; commentaire tout droit sorti de " Brèves de comptoir" de Gourio.
_________________________________________________________________________________

Tu ne trouves pas normal de vivre en fonction de ses moyens et pas au dela?

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes