MENU ZINFOS
Faits-divers

Il violente sa compagne enceinte de neuf mois de jumeaux


Des faits particulièrement violents se sont produits dans la nuit du 10 au 11 janvier dernier dans le quartier de Bras Fusil à Saint-Benoit. Une jeune femme, enceinte de 9 mois de jumeaux, a été violentée par son conjoint lors d'une dispute. Le positionnement du prévenu de 25 ans ont de quoi inquiéter la justice, donc la société. La victime est affirmative : "Les violences ont commencé depuis qu'il voit une autre femme".

Par - Publié le Mardi 17 Janvier 2023 à 11:48

Felix A., 25 ans, est du genre prudent. Il ne se déplace jamais sans un sabre et un couteau. Comme il l'indique, il préfère anticiper sur ceux qui lui veulent du mal. Ce lundi, c'est dodelinant qu'il pénètre dans la salle d'audience. Il n'est pas très grand, fin et la tête rasée mais uniquement sur les côtés laissant apparaitre un effet ananas au sommet de son crâne. Dès le début, il réfute les accusations de violences : "Tout ce qu'elle a dit, c'est faux. Elle est folle, suicidaire. C'est elle qui m'a fait mal, je ne voulais même pas la toucher. J'ai jeté ma machette et mon couteau au sol et je l'ai poussée parce qu'elle ne voulait pas que je parte pour aller voir mon autre femme", explique le prévenu à la présidente.

Pour bien se faire comprendre, il ôte son t-shirt en pleine salle d'audience afin de montrer les marques qu'il a sur le corps. Rappelé immédiatement à l'ordre par la présidente, il se rhabille. Pris de logorrhée, il poursuit : "Elle a crié sur moi et quand on me crie dessus, je pète un câble. J'étais sur les nerfs, c'est pour ça que je suis sorti prendre l'air. Après je me suis excusé et vu qu'elle m'a fait mal, je ne voulais pas faire l'amour avec elle, c'est elle qui m'est monté dessus, ça je l'assume". "Estomaqué" est le mot qui convient pour définir la réaction du tribunal à ce récit hors du temps. 

"Madame la juge, regardez son parcours à elle"

Pourtant, la victime affirme bien aux gendarmes qu'elle a subi une scène d'une rare violence. Une ITT de 3 jours à l'appui, elle leur explique qu'il l'aurait d'abord menacée avec un couperet, avant de la jeter à terre. Dans la chute, sa tête aurait cogné une table et ensuite, il l'aurait attrapée par les cheveux pour l'empêcher de s'enfuir, relate la présidente en résumant les faits. Là encore, il a une explication rationnelle : "Madame la Juge, regardez son parcours à elle. Elle a subi des viols et a un enfant placé. Avec moi, elle reprenait sa vie en main", estime-t-il.  "Pourquoi mentirait-elle alors ?", argue la magistrate. "Elle est jalouse. Elle ne supporte pas que je couche avec d'autres femmes, mais moi, je fais ce que je veux de ma vie", explique avec véhémence Felix A., qui voit une autre femme qui est aussi enceinte de lui, avant de conclure : "Moi, je ne frappe pas les femmes". "Et les hommes ?", rebondit la présidente. "Les hommes oui, si quelqu'un me touche, ça part direct"

"Nous ne sommes pas là pour juger un discours mais des faits"

Bien évidemment, le palmarès du prévenu parle pour lui. Il a écopé d'une peine de 6 ans de prison par le Tribunal pour enfant de Mamoudzou pour des faits de violences volontaires ayant entrainé la mort. "J'ai pété un câble avec toute la souffrance endurée en prison", lâche-t-il. "Et la souffrance de la victime qui est morte vous y pensez ?", fustige la présidente. "Incroyable ce discours à la légitimité de la violence", tance la procureure, effarée. "Nous ne sommes pas là pour juger un discours mais des faits. Entre son discours et les faits d'extrême violences relatés par la victime qui ne correspondent pas au certificat médical, il y a sans doute un juste milieu", poursuit le parquet qui requiert 18 mois de prison dont 6 avec sursis probatoire et le maintien en détention. 

"Ce dossier pose un certain nombre de questions. Le parquet demande 12 mois ferme mais reconnait qu'on ne sait pas ce qu'il s'est passé. Il reconnait une poussette, il n'y a rien d'autre dans ce dossier. C'est au parquet de prouver sa culpabilité, nous ne sommes pas aux Etats-Unis. Il n'y a que le certificat médical, rien ne prouve qu'il ait porté ces coups, d'autant qu'il est possible qu'elle se soit fait du mal toute seule compte tenu de son état psychologique. Elle est suicidaire et quand on l'est, on a tendance à se faire du mal soi-même", plaide la robe noire eu égard au passif médical de la victime.

"Je demande une injonction de d'éloignement pour qu'elle ne s'approche plus de moi", vocifère Felix A. sur sa lancée avant que le tribunal ne se retire pour délibérer. Tenant compte des zones d'ombres, le tribunal prononce une peine de 10 mois de prison dont 4 avec sursis, un maintien en détention et une interdiction de contact avec la victime. 


Regis Labrousse
Faits-diversier Passionné par tout ce qui vole, j'ai eu la chance de pouvoir effectuer une longue... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par Pardonmay le 17/01/2023 13:33

L' aide financière proposée c'est 👍 mais que fait on de ces bourreaux 🤔

2.Posté par babafigue le 17/01/2023 14:17

C'est triste quand meme!
Dans 15 ans elle aura deux garde du corps!
Enfin si c'est pas ses futurs ados qui lui foutrons sur la gueule...

3.Posté par Jls le 17/01/2023 17:22

#jean Michel trogneux !!...
Ou est Jean Mimi ?!!

Baisement sa pété, Brunel la fine tout balancé !!

Le réseau mondial les cuites, juges et autres administrateurs zot sa souffert !!

4.Posté par Le Dionysien le 19/01/2023 05:33

Oú allons nous ? Quelle sera le devenir de notre société reunionnaise dans un futur très proche? Le fait divers en dit long sur le malaise que nous vivons actuellement, la derive depuis des années de ces assistés et la montée en puissance de l'immigration avec cette polygamie de surcroit. Nous partons surement vers la meme situation qu'a moyotte dans certains quartiers de l'ile. Que font nos politiques ? La nupes? Ou sont 'ils? Au dela de la degradation visuelle, environnementale des quartiers sociaux, nous aurons cette violence... Devons nous accepter ces situations?

5.Posté par PERESAVON le 22/01/2023 10:22

Jamais sans son sabre et autre c'est devenu récurant et banale la violence sous toutes ses formes. Il a déjà pété un câble. La victime c'est lui dans cette histoire...est-il encore connecté... Moi, je ne frappe pas les femmes"...elle s'est faîte du mal toute seule...il y à trop de magicien à la Réunion. "Je demande une injonction d'éloignement pour qu'elle ne s'approche plus de moi" C'est une exigence qui va comme un gant à sa propre personnalité de ne plus s'approcher de la victime pendant très longtemps.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie









 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes