MENU ZINFOS
L'Edito de Pierrot

Il serait temps de dire que la place de certains élèves n’est pas dans les lycées


Par - Publié le Mardi 23 Octobre 2018 à 09:24 | Lu 5702 fois

Il serait temps de dire que la place de certains élèves n’est pas dans les lycées


Je vous propose de revenir ce matin sur l’affaire de ce jeune de 15 ans et demi qui a été mis en examen dimanche pour avoir braqué sa professeure avec un pistolet, dans un lycée de la banlieue parisienne, pour qu’elle le marque présent alors qu’il était arrivé très en retard.
 
Cet épisode est symbolique, à mon avis, de bien des dérives de notre société.
 
Dans quel monde vivons-nous où l’on est capable de sortir une arme, même s’il s’est avéré par la suite qu’elle était factice, pour un motif aussi futile ?
 
Mais tout de suite se pose la question : La faute à qui si l’on en est arrivé là ?
 
Certains vont vous objecter que ce n’est pas la faute de ce pauvre gamin qui n’est en fait qu’une victime de la société. Qu’il a eu le malheur de naître au mauvais endroit, dans la banlieue parisienne… Qu’on comprend son désespoir, sachant qu’il n’a pas d’avenir…
 
Autant vous dire tout de suite que mes poils se hérissent quand j’entends de tels arguments. La quasi-totalité des élèves de ces établissements dits « difficiles » vont s’en sortir dans la vie et ne sortent pas une arme à la moindre occasion.
 
Il serait peut-être temps de rappeler que ce n’est qu’une infime minorité de jeunes qui posent problème, que ce soit dans les lycées ou dans les cités. Et qu’ils pourrissent la vie des élèves qui eux, veulent travailler, ou de braves familles qui n’en peuvent plus d’être harcelées par les trafiquants de drogue. Qui sont souvent les mêmes.
 
D’autres vont montrer du doigt l’institution Education nationale. Je veux bien que certaines classes soient surchargées, que les enseignants qu’on envoie dans les lycées les plus difficiles sont malheureusement les moins expérimentés, qu’ils n’ont souvent pas eu une formation suffisante. Certes. Mais ne renversons pas le problème. La pauvre professeure qui se fait braquer, ce n’est pas elle la fautive ! La victime, c’est elle !
 
Par contre c’est vrai qu’il y a une immense hypocrisie. Reprenons l’exemple de ce jeune. Il va passer en conseil de discipline et probablement se faire exclure. Mais que va-t-on en faire ? Il n’a pas encore 16 ans, donc il va falloir le recaser ailleurs, dans un autre lycée.
 
Et que fera-ton le jour où l’on aura exclu tous ceux qui posent problème ? Ils seront toujours au sein de collèges ou de lycées « classiques » où ils pourront recommencer leurs agissements, jusqu’à la prochaine exclusion.
 
La seule solution consisterait à cesser de se boucher les yeux. Oui, il y a des jeunes particulièrement difficiles. Oui, leur place n’est pas dans les lycées « normaux », au milieu des autres élèves. Arrêtons la câlino-thérapie. Ayons le courage de créer des établissements spécialisés, avec une discipline quasi-militaire, un peu à l’image de nos APECA de l’époque, où l’objectif serait en priorité de leur réapprendre qu’il y a des règles qu’il convient de respecter.
 
Comment également ne pas dénoncer l’attitude de certaines familles ? Dans le cas de ce lycéen, on a même entendu ses parents dénoncer le battage médiatique autour de l’affaire, au lieu de condamner le geste de leur rejeton ! Coupez leur les allocations familiales, et vous verrez que ça les fera réfléchir !
 
Enfin, la réaction des politiques a été tout aussi lamentable. Comment ne pas rire en entendant le ministre de l’Education, Jean-Michel Blanquer, affirmer avec le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner, qu’ils allaient proposer la mise en place d’un plan d’actions contre les violences visant les enseignants.
 
Pitoyable ! « Si vous voulez enterrer un problème, nommez une commission », disait Clémenceau…


Pierrot Dupuy
Pierrot Dupuy est le fondateur de Zinfos974. C’était le 1er septembre 2008… Aidé d’une petite... En savoir plus sur cet auteur

Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

4.Posté par La culture de l'omerta le 23/10/2018 09:48 (depuis mobile)

Blanquer c'est la culture de l'omerta. Son coup médiatique "pas de portable au collège" n'aura pas été suffisant pour masquer la violence scolaire. Et si en plus on met la poussière sous le tapis ...

3.Posté par La vérité vraie... le 23/10/2018 09:42

Non, non. Il faudrait plutôt dire que certains chefs d'établissement (directeurs dans le privé), certains CPE (responsables pédagogiques/éducatifs dans le privé) ne sont pas à leur place. Une bande d'incapables voués à la maçonnerie qui joue aux échecs avec leur personnel.
Moi je connais une collègue d'espagnol, traitée de "sale pute" dans un collège. Le gamin est resté presque jusqu'à la fin de l'année...conseil de discipline très clément (tout le monde a eu peur du chef d'établissement). Au final ce sont les parents qui ont retiré l'enfant quand eux l'ont voulu et après bien avoir nargué l'équipe enseignante.
Tout le monde sait dans le chef lieu de quel établissement il s'agit...

2.Posté par LORHEIN le 23/10/2018 09:40

Comme toujours, excellent édito!

1.Posté par #pasdevague le 23/10/2018 09:35 (depuis mobile)

Macron et Blanquer découvrent la violence en milieu scolaire. Ce qui est fort de café c que Blanquer a été recteur de .... Créteil. Les nombreux tweets " PasDeVague " donnent une idée de l''ampleur du phénomène.

1 2
Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes