Société

Il retrouve les noms de soldats réunionnais morts durant la Grande Guerre

Lundi 25 Février 2019 - 11:38

Le nom erroné sur la tombe d‘Eugène Léopold de Gérus, inhumé dans le village de Mareuil dans la Marne, a été changé le 8 février dernier
Le nom erroné sur la tombe d‘Eugène Léopold de Gérus, inhumé dans le village de Mareuil dans la Marne, a été changé le 8 février dernier
Le jeune Eugène Léopold (de) Gérus a 21 ans quand il part pour la Grande Guerre. Né le 20 novembre 1893 à Saint-Denis, il vit au 10 rue Saint-Joseph et est préparateur de vanille quand il est appelé à la guerre. 

Le 27 avril 1914, il embarque pour Madagascar. Il intègre tout d’abord le 4ème régiment d’infanterie coloniale. Il passe par plusieurs régiments avant de revenir au 10ème régiment d’artillerie à pied le 10 septembre 1917. Eugène Léopold (de) Gérus meurt des suites de ses blessures à l’ambulance de Mareuil S/Ay dans la Marne le 25 juin 1918. La croix de guerre avec étoile d’argent lui a été attribuée. "Canonnier d’une bravoure réputée. Est mort glorieusement pour la France, le 25 juin 1918, des suites de ses blessures reçues en faisant vaillamment son devoir", est-il indiqué dans le Journal Officiel du 16 mai 1922.
 
Depuis 2012, après un fastidieux travail de recherche, Jacques Dumora exhume de l’oubli l’histoire et le nom des Réunionnais morts pour la France durant la Première Guerre mondiale. 

"Dans cette tombe c’était bien (de) Gérus" 

"A cette époque, le chiffre des morts était peu fiable", explique l’animateur socio-culturel. A travers son association Centenaires Commémoratifs, Jacques Dumora s’est donné pour objectif de rendre aux Réunionnais la mémoire de la Grande Guerre. Elle "restait jusqu’aux commémorations de 2014/2018, un vide quasiment absolu tant ce moment de l’histoire a été occulté alors que cette tragédie impacte gravement la société réunionnaise d’alors, se rajoutant à un état de misère chronique, de privations, d’une économie chancelante, d’un état sanitaire de la population précarisé par de multiples maladies". "Il y avait à mon sens une forme de réhabilitation de la mémoire afin de combler un espace-temps historique qui a marqué profondément la société réunionnaise, tant par le deuil, la souffrance des familles, les blessés qui sont rentrés amputés, gazés, traumatisés par la violence du conflit et les horreurs dont ils ont témoigné", ajoute le chercheur.

Par son travail, Jacques Dumora est parvenu à constituer une liste nominative précise de 1408 Réunionnais morts de maladie, au combat, disparus au combat, de leurs blessures ou disparus en mer lors des torpillages des transports de troupes. Sur les "16 500 Réunionnais natifs de l’île appelés à servir, qu’ils soient partis de l’île à partir du 16 août 1914 ou qu’ils soient installés en métropole ou à Madagascar au début de la guerre", le passionné d’histoire a retrouvé 808 tombes localisées très précisément sur tous les fronts de la guerre. "En Turquie, en Serbie, en Macédoine, à Madagascar, dans les grandes villes du sud de la France où ils meurent de maladie, dans les nécropoles nationales du nord-est de la France".  

Parmi eux, donc, Eugène Léopold (de) Gérus, aujourd’hui inhumé dans le carré militaire de Mareuil sur Ay dans la marne, dans la tombe n°37.  "Il faisait déjà partie de ma liste dionysienne. Mais je n’arrivais pas, à cette époque, à localiser sa tombe jusqu’à ce que je trouve un (de) Ceres Eugène inhumé au carré militaire de Mareuil, mort le même jour et incorporé dans le même régiment. Je me suis alors attaché à retrouver ce (de) Ceres dans les archives qui, au final, n’existe pas. J’en ai conclu que dans cette tombe c’était bien (de) Gérus Eugène Léopold qui était inhumé, considérant que peu de militaires sont enterrés dans le petit carré militaire de Mareuil. Le maire du village a corroboré mes recherches que je lui ai transmises". 

Dijoux Marius devient par erreur "Dejou" Marius

Parce que les enjeux de la mémoire réunionnaise de la Grande Guerre restent d’actualité, Jacques Dumora cherche actuellement des descendants d’Eugène Léopold. "Ce qui devrait être facile vu que ce nom était très peu porté à La Réunion à l’époque et encore aujourd’hui". L’animateur socio-culturel a déjà envoyé quelques courriers. 

Plus compliqué en revanche, la quête des descendants de Dijoux Marius né à Saint-Joseph, mort de maladie à Montpellier le 31 juillet 1918, et inhumé sous le patronyme erroné de Dejou Marius. "Là aussi, la ville a accepté les conclusions et preuves avancées et va faire modifier sa plaque. J’aurais une photo prochainement. Il me reste deux ou trois plaques à faire changer en métropole afin de rendre leur nom à des hommes, ce qui me paraît essentiel à leur mémoire".

------------------------------------


Dans son premier ouvrage "Mémoire réunionnaise. La Grande Guerre", Jacques Dumora présente ville par ville les Réunionnais morts des conséquences de la guerre.
PB
Lu 5824 fois



1.Posté par HOARAU le 25/02/2019 15:01

bonjour,
j'ai vu votre article, super intéressant
mon père à perdu son frère pendant la guerre
et on a jamais eu nouvelles de son corps
Pourriez vous nous aidé ?

2.Posté par gaston le 25/02/2019 16:40

ou la pas trouve mon grand père par exemple gaston lagaffe .

3.Posté par Hugh le 25/02/2019 18:39

Le travail de cette personne est très important.

Il aura fallut un siècle pour rendre à certains oubliés de la grande guerre leurs noms sur les plaques des monuments aux morts.
je pense notamment au monument aux morts de Bois-De-Nefles Saint-Paul où le 10 novembre 2018, la veille du centenaire de l'armistice, une très belle cérémonies du souvenir et de réhabilitation a eu lieu, redonnant le "titre ", "Mort pour la France " à des oubliés partis combattre loin de leur île natale les envahisseurs.

Ils reçoivent de ce fait le " Titre de reconnaissance de la Nation ".

Il est important de ne jamais les oublier. Ils sont morts pour la liberté et les ultramarins ont trop souvent été négligés dans ce travail de mémoire.

Bravo Monsieur Dumora.

4.Posté par 2tention le 25/02/2019 23:49 (depuis mobile)

Il en va de meme pour un membre de ma famille qui fut mort pour la France a mont didier . Bataille de la somme né a l'entre deux Dc le 26 juin 1916.

5.Posté par Le Jacobin le 26/02/2019 10:20

Quand tu connais ton passé tu peux comprendre ton présent, ton futur est hypothétique !

Beau travail Monsieur.

6.Posté par Parterre le 26/02/2019 13:01 (depuis mobile)

Et oui on était français et pas que le 5 du mois....

7.Posté par MARIE le 26/02/2019 22:43

Bravo pour votre travail et surtout pour votre dévouement, il est normal que tous ces hommes, d'où qu'ils viennent, et quel qu'ils soit, soient reconnus pour leur sacrifice.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie