MENU ZINFOS
Société

Il porte plainte pour faire reconnaître l’engagisme comme crime contre l’humanité


Abady Egata-Patché et l’association La mémoire de Crève-coeur, engagés dans la lutte pour la reconnaissance des préjudices subis par la communauté indienne, ont déposé plainte auprès du parquet de Saint-Denis de La Réunion. Ils réclament la reconnaissance de l'engagisme subi par la communauté indienne comme crime contre l’humanité et comme source de discrimination encore aujourd’hui.

Par N.P - Publié le Lundi 10 Janvier 2022 à 18:20

Abady Egata-Patché ne désarme pas après une première tentative en 2015. La justice n'avait pas donné suite à l'époque. Cette seconde plainte trouvera-t-elle un écho ?
Abady Egata-Patché ne désarme pas après une première tentative en 2015. La justice n'avait pas donné suite à l'époque. Cette seconde plainte trouvera-t-elle un écho ?
Sa démarche en justice vise à faire reconnaître comme crime contre l’humanité et comme source de discrimination aujourd’hui l’engagisme de ses ancêtres. Abady Egata-Patché, 78 ans, réitère la plainte qu'il avait initiée en 2015. Plus armé qu'à l'époque, il croit en ses chances de succès cette fois-ci.

Les esclaves affranchis remplacés par des travailleurs venus de la côte malabar

Sa plainte s'efforce de contextualiser le destin de ces milliers d'engagés venus à La Réunion depuis l'Inde. “L’Histoire, le progrès social et la Justice réclament aujourd’hui que soit reconnue la réalité de la souffrance des engagés, de leurs descendants, et la faute collective d’une communauté française qui a érigé en système, pendant près d’un siècle, l’exploitation et l’asservissement de travailleurs venus de la côte malabar de l’Inde pour remplacer dans les territoires d’outre-mer et particulièrement à La Réunion, la main-d’œuvre d’esclaves qui venait d’être affranchie”.

L’engagisme, une forme de “réduction à l’esclavage”

Comme l’esclave, l’engagé reste la propriété de l’engagiste par l’intermédiaire de son contrat. Le châtiment corporel reste de mise et les salaires, bien souvent, ne sont pas payés. 

Le fils d’engagé réclame ainsi aujourd’hui la reconnaissance de l’engagisme de la communauté malbar comme crime contre l’humanité, au même titre que l’esclavage.

"La population tamoule se trouve discriminée par la population réunionnaise"

Pour Abady Egata-Patché, la souffrance du temps de l’engagisme pèse encore lourdement aujourd’hui sur le quotidien de la communauté des descendants des engagés. “Seule la connaissance historique de l'origine de leur souffrance permettra à la communauté Malbar de sortir de cette logique de souffrance et de se sentir reconnue à part entière”, contient la plainte déposée fin décembre 2021 sur le bureau du procureur de la République.

La population tamoule victime de préjugés

La requête relate les souffrances qui résultent de l’ignorance de l’histoire : la communauté tamoule n’a de visibilité au sein de la population métissée de La Réunion qu’à travers des pratiques culturelles souvent folklorisées, selon son argumentaire.

À La Réunion, aucune langue indienne n’est en usage dans un contexte sociétal où prédomine le recours au créole, langue majoritaire, et le français, langue officielle.

"La communauté Tamoule a 'perdu' son identité collective, et les tentatives de la rétablir se heurte à l’opposition d’une population définitivement tournée vers la modernité occidentale", ajoute-t-il alors que "la colonisation a eu pour effet un véritable ethnocide des populations en provenance de l’Inde."

Et, “entre autres conséquences de cet ethnocide, la descendance des engagés va progressivement perdre la majeure partie du patrimoine culturel de ses ancêtres.”

Cela s’exprime par la perte de la langue maternelle, la perte des repères culturels et la rupture avec les liens entretenus avec l’Inde, développe-t-il cette plainte dont il espère qu'elle rencontrera un écho plus favorable que celle initiée en 2015.

Sur douze pages, Abady Egata-Patché tente de convaincre le procureur de la République. Il est notamment question des "conséquences contemporaines" de l'engagisme. Voici un extrait de la plainte :




Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

9.Posté par Hihi le 10/01/2022 18:59

Ça pourrait faire rire qu'il s'obstine mais franchement ne peut-on pas appliquer de temps à autre la loi contre le recours abusif aux tribunaux ? Et si tous les névrosés de la vie faisaient pareil ? Allez hop 10 000 euros d'amende

8.Posté par Victorinox le 10/01/2022 18:58

Mes ancêtres étaient des paysans au service d'un seigneur du Berry. Je vais porter plainte pour faire reconnaître le servage comme crime contre l'humanité.
Où s'arrêtera le délire victimaire ?

7.Posté par Damnatio memoriae le 10/01/2022 18:58

La pratique de la religion tamoule est interdite en métropole (polythéisme), ils sont biens ici non? Tellement qu'ils veulent imposer leur identité collective.

6.Posté par Gaius Appuleius Dioclès le 10/01/2022 18:56

Les malbars devraient dire merci, ils seraient plus pauvres en Inde qu'ici.

5.Posté par N’importe quoi le 10/01/2022 18:41

C’est vrai que Virapoullé est discriminé.
C’est vrai que Sinimalé est discriminé.
Alala les tamouls sont trop discriminés.
N’importe quoi gars !

4.Posté par Europindien le 10/01/2022 18:39

Pas pour tout le monde c’est vrai, mais je reconnais beaucoup de la communauté tamoule convertis gaiement en europindien dans la rue quand je vois passer nombre de Mercedes depuis des décennies….

3.Posté par Abel le 10/01/2022 18:29

Le jugement de l’histoire n’a aucun sens

2.Posté par C.J. le 10/01/2022 18:26

Il porte plainte contre l'Etat indien aussi j'espère...

1.Posté par Tino le 10/01/2022 18:24

Faut profiter de l'occasion....Macron va leur donner ce qu'ils demandent !
Pauvre France, qui aime bien remuer toute la m...e du passé !

1 2
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie












 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes