Faits-divers

Il n’a connu que la mouise : dernière chance pour le jeune à la masse

Samedi 26 Mai 2018 - 09:13

Correctionnelle Sud - Jeudi 24 mai :


Grand, timide, quasi apeuré, J.-F. avance encadré par les gendarmes qui l’ont extrait de sa cellule une heure plus tôt ; et s’arrête pile à l’entrée de la salle d’audience, anxiété nettement inscrite sur ses traits. Il faut qu’un de ses accompagnateurs le prenne par le bras, avec fermeté mais sans brutalité aucune, pour l’emmener, presque le porter jusqu’au banc des accusés.

En bus « pour aller voler loin »

J.-F., 23 ans, cumule déjà 5 condamnations pour des vols divers et des dégradations dues aux nombreuses vitres cassées par lui pour s’introduire dans les maisons qu’il a visitées. Cette fois, on lui reproche… exactement la même chose : des bungalows à Saint-Leu, où résidaient des touristes qu’il a proprement dévalisés. Les vitres, il les a escagassées à coups de pelle mais où a-t-il mis celle-ci, voici qui le laisse sans réponse.

Le parcours de ce jeune dégingandé, grand, mince, qui ne fanfaronne pas au demeurant, laisse pantois. Ses parents sont partis en métropole il y a belle lurette, le laissant aux bons soins de sa grand-mère à Saint-Louis. Laquelle grand-mère l’a vite mis à la porte. Si ! Ce sont des choses qu’on a du mal à réaliser mais qui arrivent.

Squattant les porches et entrées de garages, la nuit, J.-F. a dû se débrouiller seul très tôt, ne serait-ce que pour manger. Il s’est donc mis à grappiller ici ou là au petit bonheur la chance mais cette dernière ne l’a pas si bien servi : il est tombé dans le zamal puis dans les produits plus « efficaces ». Pour les obtenir, il a multiplié les larcins.

« Pourquoi alliez-vous à Saint-Leu ?
- Ben… pour voler.
- Vous alliez comment ?
- Ben… en bus ».

L’histoire ne dit pas comment il se payait le bus. Mieux vaut parfois rester évasif. Il sait juste qu’il a pris le bus exprès pour voler loin de ses sites de vie (!) habituels, faut pas lui en demander plus et la présidente Dinot s’en gardera bien. Au total, il a chourré des chéquiers et des cartes bancaires, des cartes d’étudiants qui ne lui ont guère été utiles, « et in tas d’z’affaires aussi ! »

Procureur ET humaniste

Le jeune délinquant reconnaît avoir volé pour se nourrir et surtout se payer ses doses. Dans la foulée, il a admis devant les gendarmes plusieurs autres cambriolages mais ne sait plus trop où ni quand. « C’est pas d’ma faute, je ne sais plus, vraiment ». Ce qui se comprend aisément. Tout ce que J.-F. sait expliquer avec une grande clarté, avec d’évidents accès de sincérité, c’est qu’il en a assez de sa vie actuelle.

« Je veux trouver du travail quand je sortirai. Je reçois des soins en prison, je vois un psychologue, un psychanalyste ; mais les médicaments, c’est pas une solution, c’est pas une vie, ça ! C’est pas avec ça qu’on change et moi, je ne veux pas passer ma vie en prison. Je veux vraiment travailler ».

Va savoir pourquoi, personne n’a semblé mettre en doute cette bonne volonté affichée. Le procureur Martin Genet a fait preuve d’humanisme, de grande générosité envers cet être sur une pente très savonneuse.

« Je ne réclamerai qu’une peine de principe, qui sera si possible confondue avec celle que vous purgez en ce moment, pour vous permettre de vous réinsérer socialement ». Toute la salle a apprécié le geste.

« Vous avez compris ? Oui… à peu près »

En attendant la décision du tribunal, le jeune gars s’est assis sur le banc des accusés, à moins de deux mètres de moi. Dans un élan irraisonné, je lui ai tendu la main, geste totalement inhabituel qui semble l’avoir étonné ; il a accepté.

« Ou vois ? Bande na i donne à ou in’ chance. Rate pas ! »
Son gendarme accompagnateur a souri ; lui aussi.
« Mi ratera pas ou peux êt’ sûr monsieur ».

Il était sincère. Cela va encore m’attirer la bave des mauvais coucheurs ; si vous saviez comme je m’en tape !

Le tribunal a fait droit à la requête de l’accusation : 4 mois avec confusion de peine. Pour bien faire comprendre au jeune homme de quoi il retournait, la présidente Dinot a mis les points sur les « i » : « Vous avez compris ?… Oui, à peu près, je vois, a ajouté la présidente avec beaucoup de compassion. Vous ne ferez pas quatre mois de plus ; cette peine est confondue avec celle que vous purgez. Vous ne resterez pas plus longtemps en prison. Prenez-le comme une mesure de confiance. Tâchez de vous en montrer digne ! »

Le jeune accusé a timidement souri. Je gage qu’on ne le reverra pas de si tôt à la barre. Merci Genet, merci Dinot !
Jules Bénard
Lu 2486 fois



1.Posté par cmoin le 26/05/2018 09:40

Justice laxiste et complice!Faut faire justice soi même visiblement!

2.Posté par foparire le 26/05/2018 11:25

en guise de peine, il faut que les écolos-socialos-bobos de St Paul l'ermitage le prennent en charge pour des travaux d'intérêts généraux , il va les aider à détruire des constructions 'génantes" à la masse puisque c'est sa spécialité !!....

3.Posté par Rasta le 26/05/2018 12:20

Une fois de plus une Justice bananière qui est propre à la Réunion
on dirait, 4 mois un petit tour et puis s'en va avec cinq précédentes condamnations
pour les mêmes faits , mais les magistrats sont ils des sans couilles il semblerait
que oui autant qu'ils restent à la maison et qu'ils lui adressent un courrier avec leurs plus
plates excuses. On marche sur la tête à en être dégouté et à vouloir faire justice soi-même.
Les victimes n'ont qu'à bien se tenir......

4.Posté par le 26/05/2018 12:55

merci qui merci le contribuable. Je pari qu'on en reparlera ...

5.Posté par Je ne pense pas qu''un magistrat prenne des risques inconsidérés le 26/05/2018 13:54 (depuis mobile)

A force de généraliser on finit par vivre dans une réalité incompréhensible. En l''espèce il aurait fallu être dans la salle pour saisir ce qui s''est passé. Si un jour vous êtes à la rue sans rien vous comprendrez sans avoir été dans la salle.

6.Posté par Athena974 le 26/05/2018 13:23

M. Bénar, j’approuve et je comprends votre geste

7.Posté par Jean le 26/05/2018 15:42

Puissiez vous avoir raison Mr Bénard, c'est tout ce que vous souhaite !

8.Posté par ali le khafir le 26/05/2018 20:38

une occasion ratée de sanctionner les parents car ce jeune aurait pu avoir une autre vie

9.Posté par môvélang le 27/05/2018 09:05

"""""""""""""""" Au total, il a chouré des chéquiers et des cartes bancaires, des cartes d’étudiants q""""""""""
j'espère que le tribunal lui a laissé au moins une carte d’étudiant au cas où!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

10.Posté par Jules Bénard le 27/05/2018 09:47

à posté 5 :
J'ai été dans la rue !

11.Posté par Juliette CARANTA-PAVARD le 27/05/2018 10:21

*Bonjour, Jules:

*En TRÈS "mauvaise coucheuse"...

*J'apprécie ton geste;

*Un peu moins d'en faire étalage sur Zinfos !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter