MENU ZINFOS
Faits-divers

Il la séquestre et la caresse : "C’était un objet entre les mains de son agresseur"


Un an de prison supplémentaire pour ce quinquagénaire qui n’a toujours pas compris à quel point il a traumatisé une jeune femme, forcée à monter dans sa voiture à une heure du matin dans une rue de Saint-Denis. La suite tient du cauchemar.

Par Isabelle Serre - Publié le Vendredi 10 Juin 2022 à 09:38

Forcée à monter en voiture, la victime a ensuite subi des attouchements
Forcée à monter en voiture, la victime a ensuite subi des attouchements
Février 2022, Karine* rentre chez sa tante après une soirée entre amis. Elle marche seule dans une rue du quartier de Deux Canons à Saint-Denis. Soudain, une Clio s’arrête à sa hauteur.
 
Frédéric Buisson est au volant. À ses côtés se trouve un dalon. Tous deux sont alcoolisés. "Elle faisait du stop, j’ai voulu lui rendre service", affirme le prévenu, rejugé ce jeudi à sa demande devant la cour d’appel. 

"Si tu résistes, je me débarrasse de toi"
 
Mais la jeune femme, née en 1993, n’a pas vécu les faits de la même manière. Elle affirme avoir été forcée par le conducteur à monter dans la voiture. "Il m’a entouré le cou et m’a fait monter en menaçant de se débarrasser de moi si je résistais". 

Le véhicule avait roulé jusque dans un coin désert de Montgaillard. Heureusement, la victime avait eu la présence d’esprit d’appeler son compagnon et de lui expliquer qu’elle venait d’être séquestrée. 
 
En roulant, Frédéric avait posé sa main sur la cuisse de la trentenaire, puis sur son sein. Le fait que cette dernière soit en pleurs n’avait rien changé. "C'était l'épaule, ma main a peut-être dérapé".
 
Une heure plus tard, elle avait prétexté une envie pressante pour s’éloigner et rappeler son copain qui avait réussi à la localiser.

Un truc dans son verre au bar
 
"La police a trouvé la victime traumatisée, tremblante, en larmes", résume la présidente de la cour d’appel visiblement excédée par les explications du prévenu qui n'a pas l'air de réaliser la gravité des faits. Il reste sur sa ligne : "Je n'avais aucune arrière pensée, et au bar où j’étais avant, on m’a mis un truc dans mon verre". 
 
"Votre ami a témoigné. Vous avez dit que tant que vous n’auriez pas ce que vous vouliez, vous ne la laisseriez pas tranquille", insiste la cour. "Je lui ai touché la cuisse pour qu’elle se calme", se justifie Frédéric Buisson.
 
En première instance, le mis en cause avait écopé de trois ans de prison ferme et d’une incarcération immédiate. Mais l’avocate générale a souhaité aller plus loin, requérant 4 ans de prison. "C’était un objet dans les mains de son agresseur", fustige la représentante de la société. 
 
Devant l’absence de remise en question du détenu conjuguée à un casier judiciaire sur lequel figurait déjà une condamnation pour agression sexuelle, la cour a fait tomber son couperet : 4 ans de prison.  

* Prénom d'emprunt




1.Posté par Mary le 11/06/2022 05:05

Y’a que ça à la réunion éduqué vos fils vraiment à vomir

2.Posté par Lucide le 11/06/2022 13:12

1.Posté par Mary le 11/06/2022 05:05

Le viol n'est pas né à la Réunion que je sache.

3.Posté par Marie le 11/06/2022 15:53

Pourquoi zinfo met parfois le nom de l'agresseur et parfois pas ?

4.Posté par jojo le 11/06/2022 21:32

oh! le saligaud ! ..... mon verdict : bref passage sous la lame de l'échafaud ... ça ne coûte pas cher et ça rapporte gros ... (à méditer)

5.Posté par Badman le 13/06/2022 08:05

Coupe son zoeuf...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie












 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes