MENU ZINFOS
Faits-divers

Il la plaque au sol pour lui faire "juste un bécot"


Un homme a été condamné pour agression sexuelle et violences aggravées. Il n’a pas supporté que sa maîtresse le quitte. Alors que le procès arrivait avant le terme de son sursis probatoire pour une précédente condamnation, il a écopé d’une peine d’un an de prison ferme sous bracelet électronique.

Par - Publié le Jeudi 27 Janvier 2022 à 10:48

Il la plaque au sol pour lui faire "juste un bécot"
Jonathan* a une vie sentimentale loin d’être un long fleuve tranquille. Après avoir eu des enfants avec une première femme, il se met en relation avec une autre. Bien qu’en couple, il rencontre Carine* dont il tombe amoureux. Une romance débute en octobre 2021, mais rapidement, la jeune femme apprend qu’il est en couple et décide de le quitter. Ce que le trentenaire ne va pas accepter.

Le 6 novembre, il se rend chez elle à Saint-Joseph où elle organise une fête familiale. La mère de la jeune femme vient lui dire qu’il n’est pas le bienvenu. Un ralé-poussé démarre entre les deux où chacun s’accuse d’avoir frappé l’autre. Ce sont les gendarmes qui mettront fin à l’altercation. Cependant, la jeune femme ne va pas déposer plainte à ce moment-là. "Elle avait une certaine affection pour lui, elle ne voulait pas qu’il aille en détention", explique son avocate, Me Lucie Kerachni.

Il apprend son déménagement et pète les plombs

Une affection que Jonathan va prendre comme une porte ouverte à un retour. Il va donc continuer de la contacter sans cesse et se rend constamment chez un ami à lui qui est le voisin de la jeune femme. C’est justement chez cet ami qu’il est dimanche dernier lorsqu’il apprend que Carine va déménager.

Après un ou deux verres, il voit la jeune femme arriver chez elle. Il profite de ce moment pour rentrer dans le domicile. Il est "presque sobre", selon la victime. Après discussion, il repart avant de revenir un peu plus tard dans l’après-midi en escaladant le portail. C’est là qu’il va obliger Carine à l’embrasser une première fois. Il va ensuite tenter de l’embrasser une seconde fois, mais elle se débat. Il la plaque au sol avant de l’embrasser à nouveau. Il finit par partir, car il se rend chez un ami à la Rivière.

Vers 20h, Jonathan revient chez elle, mais cette fois il est "quasi ivre mort". Il va forcer le portail et rentrer chez elle avant de l’agresser. C’est la voisine de la jeune femme qui va appeler les gendarmes.

Il minimise ses actions

À la barre du tribunal, Jonathan explique tout par l’alcool, tout en refusant de reconnaître avoir un problème avec sa consommation. Pour les faits du 6 novembre, il affirme que la veille, Carine est venue sur son lieu de travail pour faire un scandale, car elle a appris qu’il était en couple. Cela lui a valu des problèmes avec son patron, mais surtout sa compagne qui travaille avec lui et qui a également tout découvert à cette occasion.

Il nie aussi l’agression sexuelle en minimisant les faits. "Elle faisait du nettoyage, elle était par terre. Je me suis baissé. Je ne l’ai pas embrassée, je lui ai juste fait un bécot", explique-t-il à la juge. Il conteste toute violence.

Me Kerachni veut de son côté mettre en avant la détresse psychologique de sa cliente. "Il a conscience qu’elle a peur, il l’a dit aux gendarmes lors de sa première audition. Elle a dû déménager, car elle ne se sentait pas en sécurité. Mais le voisin lui a donné sa nouvelle adresse. Que va-t-il se passer si demain monsieur est dehors ?", souligne-t-elle avant de demander une mesure d’éloignement et 2.300 euros de dédommagements.

"Aucune remise en question"

La procureure s’inquiète de son côté du manque de prise de conscience du prévenu depuis ses condamnations précédentes pour violences aggravées sous fond d’alcool. "Il n’y a aucune remise en question, au contraire. Il se dit victime d’une famille qui lui veut du mal", indique-t-elle avant de requérir un an de prison, dont 6 mois avec sursis, ainsi que la révocation partielle d’un sursis à hauteur de 3 mois.

Pour Me Alain Le Bras, envoyer son client en prison ne réglera pas son problème d’alcool. Il estime surtout que Jonathan a des problèmes de communication comme l’ensemble de sa génération. "Il vous a mal expliqué. Ces jeunes sont pétris de honte à l’intérieur, ils ne savent pas s’exprimer. Il faut lui laisser une chance", demande-t-il.

Jonathan est relaxé pour les faits du 6 novembre, mais est reconnu coupable pour le reste. Il écope d’une peine de 12 mois de prison, dont 3 avec sursis. Il voit la révocation partielle de son sursis à hauteur de trois mois. Il est placé sous bracelet électronique. Il a également interdiction d’approcher ou d’entrer en contact avec les victimes, et doit verser 650 euros de dédommagements à la jeune femme.

*Prénoms d'emprunt


Gaëtan Dumuids
« Dans la vie, les choses sont simples, ce sont les esprits qui les compliquent ». Cette citation... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par Ouais... le 27/01/2022 13:32

Et oui c'est toujours une épreuve, de se faire lâcher par sa maîtresse.mon pauvre Jonathan, du fait de ce coup de sang ta femme est au courant de ta relation... Pas malin le Jonathan, d ailleurs je s alus mon ex maîtresse... Et oui des fois elles ouvrent les yeux et réclament ce dont elles ont droit et le marché ne tient plus... Mdr

2.Posté par Choupette le 27/01/2022 13:50

Il faut lui envoyer Pascaline pour lui mettre 2 claques.

3.Posté par MôvéLang le 27/01/2022 15:05

'' 2.Posté par Choupette le 27/01/2022 13:50 '''

Ne surtout pas oublier que Pascaline carbure au dodo pils.

4.Posté par Choupette le 27/01/2022 18:19

3.Posté par MôvéLang

Oui mais, le principal c'est que, même bourrée, elle sait envoyer de bonnes beignes !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie












 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes