Courrier des lecteurs

Il faut supprimer le Département

Lundi 6 Avril 2009 - 14:09

Qu’y a-t-il de commun entre le Département mis en place par les lois de décentralisation de 1982 et le Département d’aujourd’hui ? Pas grand-chose, tant il s’est affaibli et a vieilli prématurément. Les causes en sont multiples.


La montée en puissance de l’intercommunalité est la principale cause de cet affaiblissement. Les derniers transferts de compétences et le contexte financier défavorable n’ont fait qu’accentuer cette dégradation, d’autant que le Département, insensible à cet environnement en mutation, continue à entretenir le rêve de sa splendeur passée. Aujourd’hui, le Département n’est plus qu’un gestionnaire qui a de plus en plus de mal à faire entendre sa voix dans le concert des collectivités et des regroupements intercommunaux. Coincé entre la Région et l’intercommunalité, il est considéré, au mieux, comme un guichet à subventions par ces dernières, et de moins en moins comme partenaire, y compris de la Région.

Examinons quelques uns des reproches que l’on peut faire à cette collectivité.
Qu’y a-t-il de commun entre un canton rural de 4 000 habitants et un canton urbain de 20 000 habitants ? Pas grand-chose évidemment, faites le test : demandez à un habitant du chef lieu d’un département à quel canton il est rattaché et quel est l’apport du Département pour son quartier, vous aurez sans doute en face de vous un regard interrogatif. La compétence sociale occupe une place majeure dans les politiques départementales. Les autres compétences sont souvent soumises à la portion congrue. La nature même du travail social et la demande croissante impactent la totalité des secteurs ressources des départements et absorbent une grande part de ressources humaines et des crédits d’équipement. Face à cette situation, les départements sont avant tout les gestionnaires de la compétence sociale et accessoirement ceux des autres compétences.
 
Le Département pratique fortement la délégation. Que ce soit auprès d’associations créées à cet effet (social) ou bien auprès d’entreprises (transports par exemple), les départements baignent dans la culture de la délégation au secteur privé dont on connaît bien les limites .
 
Le Département peut se comparer à un châtelain ruiné qui ne sait pas comment réparer la toiture. Habitué à un train de vie très respectable dans les 20 années qui ont suivi la décentralisation Defferre, beaucoup de départements ne se sont pas préoccupés de contrôle, de gestion et d’évaluation des politiques. Ils découvrent aujourd’hui les dégâts provoqués par leur imprévoyance. Ils découvrent surtout la difficulté à entrer dans un processus de contrôle du fonctionnement interne de la collectivité et de l’évaluation de l’impact des subventions et des contrats ou accords passés avec des tiers, privés ou publics. La tentation est alors forte, face à cette difficulté, de contourner l’obstacle et de différer des projets d’investissements en cours ou de les supprimer en justifiant ces décisions par « la crise ».
Le Département est aujourd’hui une collectivité cernée par l’intercommunalité. Enfin, ses compétences facilement transférables.
 
On peut donc supprimer facilement le Département.

Michel Drouet
michel.drouet@wanadoo.fr
Lu 640 fois



1.Posté par Gérard Maillot le 06/04/2009 17:42

"Il faut supprimer le Département "
L'institution n'est pas à supprimer. Il faudrait surtout que certains de "nos" hommes et femmes politiques rendent stylos, tabliers et porte-monnaie!
Certains devraient aussi rendre les voix des électeurs!
je suis méchant...Non?

2.Posté par fiuman le 08/04/2009 17:33

Entièrement d'accord avec l'analyse, mais cette suppression aurait du être réaliser lors de la création des régions, Mais comment virer les conseiller généraux ? Seul peut-être Sarko avec son désir quelquefois pathologique de changement est capable de mener cette tache à son terme et de réaliser quelques économies ( moins d'élus, moins de voiture, de portable, de billet d'avion, de cocktails, d'indemnités etc. etc......... ).


Mais la France ne sait qu'empiler des strates administratives ou politiques et créer des impôts nouveaux.

3.Posté par bibi le 08/04/2009 18:32

la fusion de la région et du département en "assemblée unique" comme ce qui est proposé pour Mayotte serait surement source de grandes économies d'échelle et permettrait à mon sens une nette diminution des gaspillages d'argent public

4.Posté par papapio le 09/04/2009 08:31

Qu’y a-t-il de commun entre le Département et la LOI ? Tout simplement. Quand on sait à quel point les lois y sont niés au profit de l'intérêt personnel et électoraliste, on a raison d'en espérer l'effondrement, pour redistribuer les fonds aux Vrais Organismes Paritaires Sociaux.

5.Posté par fiuman le 10/04/2009 16:36

ce n'est pas parce que l'on veut supprimer le conseil général que son budget doit être livré à des associations.

Vous avez surement remarquer que plus les temps sont durs, plus les associations se multiplient.
de là à conclure qu'elles se nourrissent de toute les miséres il n'y a qu'un pas. J'ai envie de le franchir

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 22 Juillet 2019 - 15:42 Cachez ce homard, que je ne saurais voir

Lundi 22 Juillet 2019 - 11:31 CETA, c’est plus fort que toi !