MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

Il a appris. Il sait maintenant...


Par Raymond Lauret - Publié le Mercredi 11 Mars 2015 à 17:17 | Lu 1069 fois

Il a appris. Il sait maintenant...

Il a 19 ans. Il habite toujours chez ses parents, au village de la Rivière des Galets. Depuis sa maison, il a pu voir ces jours derniers les eaux torrentielles de la rivière descendre en furie vers la mer. Le spectacle était impressionnant.

Sa mère qui est née et a grandi à la Rivière des Galets lui a raconté comment les choses se passaient il y a un peu moins de 30 ans de cela. 

A l’époque, à chaque alerte cyclonique, et plus encore quand le mauvais temps se faisait persistant, pour des centaines – voire des milliers - de personnes qui habitaient dans les bidonvilles du Port, la mairie ouvrait des centres d’hébergement dans les écoles de la ville. Ici au village de la Rivière des Galets, de nombreuses familles, dont la case longeait le bord de la rivière, venaient dans deux écoles attendre que le mauvais temps se passe. Le père ou le grand frère restait sur place pour surveiller les choses. En effet, pendant qu’il était encore temps, on essayait de sauver quelques meubles et autres affaires de la famille. Car il arrivait que la falaise s’étant effondrée, des maisons se retrouvent dans le vide ou carrément dans la rivière. Pour le cyclone Hyacinthe, une bonne vingtaine de cases ont ainsi été emportées. Et beaucoup d’autres ont été sinistrées. 

Ces jours-ci, personne de son village n’a eu ce souci qu’ont connu ceux d’il y a trois décennies. Sa mère lui a expliqué que la Municipalité d’alors avait relogé nombres de familles dans des LTS de la ZAC du Port avant que ne soit construite la cité Hyacinthe pour recevoir d’autres personnes victimes des dégâts. Et puis les démarches ont été entamées pour que soit construit l’impressionnant endiguement qui canalise les eaux jusqu’à l’océan, endiguement que ses frères et sœurs et lui-même ont aujourd’hui tous les jours sous les yeux. Lors de la visite dans notre île en 1982  du Premier Ministre de l’époque, Monsieur Pierre Mauroy, le Maire du Port, Paul Vergès, obtint que l’Etat accompagne la ville dans le financement de cet ouvrage.

Aujourd’hui, toute la commune du Port est à l’abri. Notre jeune a envie, lui qui n’a que 19 ans, de dire aux jeunes de son âge tout ce qu’ils doivent à ceux qui se sont donnés pour transformer la cité portoise. Dans ce qui s’appelait il y a un siècle "La Plaine des Galets", une ville s’est construite avec ses quartiers, ses écoles, ses parcs et rues boisées, ses équipements sportifs et autres zones industrielles. Et une rivière torrentielle a été endiguée.  Pour cela, il y a eu l’engagement  et le travail acharné d’autres hommes et d’autres femmes. Il nous faut le savoir... et ne pas laisser certains raconter que, avant qu’ils n’arrivent, rien n’a été fait au Port. 

Raymond Lauret,
pour un jeune Portois qui a appris et qui sait maintenant.





1.Posté par la crise le 11/03/2015 21:06

Il sait, il sait! mais pas tout! Vous ne lui racontez pas l'histoire d'un élu parti en cavale?

2.Posté par cimendef le 11/03/2015 21:55 (depuis mobile)

Et l'histoire de petit pierre, le spécialiste des marchés publics truqués, c'est le prochain épisode ?

3.Posté par prétentieux va ! le 12/03/2015 09:31

c'est vraiment l'hôpital qui se fout de la charité ! quel prétention de votre part ! Nous sommes en 2015 quand même, arrêter de salir le PCR Mr Lauret ! moi je me méfie des gens qui se jettent des fleurs par ce que c'est souvent eux qui cachent le plus gros de l'icd berg

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes