MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

INTERDICTION DE COUPER VOS ARBRES CHEZ VOUS SANS AUTORISATION...


Par Georges Donald POTOLA - Publié le Dimanche 25 Avril 2021 à 07:41 | Lu 973 fois

INTERDICTION DE COUPER VOS ARBRES CHEZ VOUS SANS AUTORISATION...
Après le banian de saint Denis et de Saint Pierre, un pas de plus dans la bêtise a été franchi à Saint Paul.

Un propriétaire voulait construire sur son terrain, ou il y avait un énorme banian qui gênait le passage, alors il décida de le couper. Mais ce propriétaire sûr de son bon droit sur son terrain n'avait pas pensé qu'il allait déclencher une polémique, car il fallait demander à tous les gens du quartier leurs consentements. Or ces derniers, pas contents du tout, décident que le propriétaire ne touchera pas à cet arbre, et ce malgré qu'il est chez lui, car, couper cet arbre favorise le réchauffement de la planète ...
Bien entendu, le propriétaire ne s'est pas laissé faire, et les voisins ont médiatisé l'affaire. Ensuite quand les ouvriers sont arrivés, ils ont été à la limite d'être lynchés, à tel point que le propriétaire a été obligé en plus de la gendarmerie, de demander le service des agents de sécurité pour les protéger.    

Cela s'est passé dans la résidence Armagnac, d'ailleurs la presse en a parlé.
Pour la petite histoire, Armagnac se trouve à l'entrée de Saint-Gilles, et quand j'étais gamin, c'était un petit coin naturel, beaucoup d'oiseau, on pouvait trouver des guêpes, des cailles, des vavangues, des tamarins, et une belle vue sur la falaise pour admirer le coucher du soleil sur la mer.

Ensuite sont arrivés ces écolos du dimanche, qui ont délogé tous les habitants du secteur qui vivaient dans des petites cases en bois sous tôles, ils ont ensuite tout rasé, bitumé, parcellé et bétonné, et la faune et la flore ont disparu.
La nuit, il suffit de se promener dans les rues du coin pour voir comment ces écolos qui râlent pour le banian protègent la planète.   

Ils ont même osé dire, qu'on aurait dû mettre sur la parcelle de cette personne des logements sociaux, or, Tous les Réunionnais savent que sur Saint-Gilles on ne construite pas des logements sociaux, hormis à Carrosse et il y a plus de 35 ans, Mont-Roquefeuil plus récemment ou la cohabitation avec les métropolitains est sous tension.
Des logements sociaux dans Armagnac c'est  des recours et des procès sur 100 ans, par ces mêmes personnes.

Le comble, c'est que ces écolos roulent dans des grosses cylindrées alimentées aux gasoils, vitres fermées et clims à fond. Ils vivent dans des villas éclairées toute la nuit avec une climatisation jour et nuit. De plus, ils baignent dans leurs piscines javellisées et se détendent sur des terrasses en bois importées des pays qui détruisent les forêts. Ils équipent leurs maisons avec du cuire teinture chimique qui pollue les rivières de ces pays du tiers monde où l'on fait travailler des enfants comme des bêtes.
Aussi, ils mangent des poissons et bâtonnés issus de la pêche industrielle et voyagent 4 fois dans l'année en classe affaire dans des avions alimentés au kérosène.

On ne les a jamais entendu sur le piétinement chaque année du parc national par des milliers de raideurs qui sèment leurs déchets et excréments dans la nature. On ne les entend pas sur la pêche des requins qu'on tue en ce moment pour le plaisir de quelques personnes. On ne les a pas entendus non plus, dans l'histoire des paillotes sur le littoral qui continuent de pousser comme des champignons. Sur la pollution sonore des ballets d'hélicos sur le parc national qui perturbent les oiseaux et qui pourrissent la vie des gens des hauts, ils en pensent quoi ?  (Je ne parle pas là des hélicos pour les Mafatais).
Ou étaient-ils, il y a 4 ans, quand on a détruit une petite chapelle malabar à l'entrée de Saint-Gilles pour installer un horrible rond-point accidentogène.

Mais, ils font des scandales quand les gens coupent un arbre, ils veulent aussi interdire le batail coq,  le sacrifice cabris des malabars, le bruit des clochers des églises. Ils applaudissent quand un pauvre propriétaire est condamné à détruire sa baraque, ils exultent quand un pêcheur part en prison pour 2 kg ou 5 kg de poisson ou encore pour un zourite.

 I FO DIR A SO BAN ZÉCOLO ALÉ TIR IN FEUILLE, ET ENVOY A ZOT SIN POL !




1.Posté par MICHOU le 25/04/2021 18:24

Tous les écolos ne sont pas comme ça mais c'est vrai que beaucoup se sont engouffrés dans des créneaux porteurs qui les médiatisent et leur donnent un carnet d'adresse bien rempli, alors qu'ils s'en fichent royalement de l'environnement, des besoins des réunionnais au quotidien.
La pauvreté, l'environnement , le besoin d'avoir ce qu'il y a ailleurs au détriment des richesses locales, enrichissent beaucoup certains

2.Posté par jolacaille le 25/04/2021 22:05

Réquisitoire sévère mais hélas grandement réaliste

3.Posté par Habitant de Bras Madeleine le 26/04/2021 07:03

Réquisitoire très orienté !!!
Mais monsieur Potola vous n’avez pas été aussi virulent lorsqu’a Saint -Benoit un gros seigneur (pas un gros Blanc mais un gros Malbar) s’est opposé à la coupe d’un banian, situé sur un terrain privé, en très
mauvaise posture menaçait de s’écrouler sur l’église Saint-Madelaine !!! La paroisse de Saint-Benoit a cédé le banian est toujours là !!!!
Vous allez me dire que vous n'étiez pas actif à cette période !!!

4.Posté par Rita le 05/05/2021 09:40

Je ne sais pas quoi vous répondre, car je ne vis pas à la Reunion, mais, pourquoi ont-ils construits? Vous faites beaucoup d'enfants?
De plus j'ai lu un articles dans le Parisien, hier qui disait qu'un carrefour était dangereux et qu"il avait besoin d'un rond point, mais je suis d'accord avec vous et les écologistes, quand une certaine Cecile a débarqué un jour chez les verts avec 5 enfants dont une des filles avait comme prénom un solvant, je me suis dit mmh mmh, pas très green tout ça! Pourquoi si on a une âme nature et découvertes, ne pas appeler sa fille Pomme, ou Prune plutôt que Terebenthine;)

5.Posté par Blaise Jr. le 05/05/2021 09:44

@03
C'est quoi un gros Malbar?
Un gros blanc qui a attrapé un coup de soleil?
A part ça je crois que personne n'est jamais content!
Je me plains toujours de quelque chose moi-même.

6.Posté par Chiara le 05/05/2021 09:51

C'est beau un arbre et on a l'impression qu'il ne fait de mal à personne...
Un requin mange des poissons et croque des humains sans les trouver à leur goût mais un arbre ...il ne dérange jamais personne et n'a jamais tué personne, sauf si on s'abrite sous lui un jour de foudre!
Il peut servir de parasol surtout quand il sent pon le pin, mais pas de paratonnerre!

7.Posté par Lea le 05/05/2021 10:11

Il est bien écrit votre texte!
Vous avez les ailes des hélicos, nous le ronronnement des pots d'échappements en permanence sous nos fenêtres dans les grandes villes!
Qui a le plus de malchance?
C'est vous qui avez écrit le superbe texte du 1er avril? Vous ne pouvez pas le renvoyez, s'il vous plaît et demandez en même temps ceux de votre copain ce jour là?
Au clair de la lune mon ami Pierrot, ils étaient si beau et je n'étais pas encore là...
Repassez les ce jour, vierge de commentaires ou pas...
Je n'ai plus de feu interieur! Repassez le texte de Georges, pour l'amour de Dieu, et celui de Charles! L'infiniment précis et exquis et l'infiniment haut et grand, le globe terrestre!

Sinon Georges, vous connaissez la Cité Radieuse? Enfin les! Une à Nantes, Marseille et Berlin je crois, de Le Corbusier?
Il avait construit une école et piscine sur le toit, une galerie marchande en bas, le week-end plus besoin de sortir de ce bloc de béton et il a mis des couleurs partout sur les portes, pour amener de la gaieté!
Ouf il a rajouté un petit parc autour pour qu'on puisse promener les chiens!:)

8.Posté par Jean Thevenet le 13/05/2021 10:18

Ce que vous décrivez est LA GENTRIFICATION. C'est la suite du "tourisme de luxe" où les "écolos" sont en réalité des rêveurs qui ont adhéré à "la carte postale", plutôt consommateurs-acheteurs de paysages et consommateurs des services de vente du paysage (prestataire touristiques, "attractions").
Ces clients du tourisme deviennent une partie importante des habitants installant un processus nommé "gentrification": ils veulent quitter les villes, rêvent "d'aventure exotique au naturel" et de "cadre de vie de vacances", mais ont besoin de tout le confort et luxe d'une ville et s'installent dans "le décor de rêve" avec tout ça: il ramènent avec eux la "ville des riches" et détruisent ainsi le décors qui les a attiré, s'approprient les beaux coin, les arrangent et répandent des nuisances dues à leur transports, leur climatisation, leur voirie. Tout devient moche autour de chez eux, ils arrangent pour compenser leur chez eux et pour se ressourcer doivent se divertir en allant loin (fuite en avant), voyager à chaque vacance prendre l'avion, faire du tourisme...

Quant à l'auto qui se traine trop, pourquoi pas un hélico privé tant rêvé pour à peine plus que le prix d'une ferrari, ils en rêvent plus ou moins tous et ce rêve devient un idéal "accessible" à atteindre absolument qui fait rêver d'autres en tant que réussite.. une sorte de standard social, l'accès à la fierté: C'EST CONTAGIEUX.

On installe ainsi en attirant ces touristes de luxe dont certains s'implante un coût maximal de la vie qui repousse la population pauvre et simple, ou tout simplement simple, qui tirait un équilibre de vie de son environnement (social, naturel, culturel), et une poignée de personne profite de la vente du LUXE tandis qu'une population commerçante croient qu'ils vont les arroser de fric: on transforme ainsi les lieux de villégiature juste charmants et simple par des stations de loisir et cités-dortoir qui se dépeuplent mais se bétonnent pourtant d'autant, pour faire des locations saisonnières d'un prix à la semaine (qu'un touriste acceptera toujours) plus élevé que le prix par mois accessible au quidam moyen (qui va ailleurs, ou devient SDF en squattant des amis).

La population des lieux est repoussée dans les zones-poubelle où se déversent les nuisances (bretelles de voies rapides, routes, cul-d'aéroport et zone survolées par des circuits touristiques et aviation de loisir), et où "il n'y a plus de paysage" ou, à des degrés moindre une atteinte à l'environnement (le bruit des hélicos et avions dans les cirques), où une vie simple et frustre mais pas forcément miséreuse n'est plus possible et n'a plus de sens, où il faut isoler la case, la reconstruire en dur, urbaniser et barricader à son tour pour avoir une vie décente chez soi, et où si on ne peut le faire, ou même en le faisant, la vie devient de misère sociale et environnementale: l'environnement agressif rendant insalubre des lieux de vie simple, frustre, mais saine...

La Réunion... devient un exemple flagrant de ce "pourrissement", et le "malaise" englobé par le mot de "gentrification" semble bien installé. J'ai appris ce mot d'étudiant belges venus à la Réunion caractériser le processus de gentrification de St-Gilles, de St-Pierre Terre Sainte, en comparaison de celle de Bruxelles.
Les dégâts collatéraux se constatent entre autres à Mafate (luxe et perte d'authenticité, perte d'accès pour les locaux, car trop cher, et devenant factice, nuisances hélico, plus "parc à touristes" que "lieu authentique"), et CILAOS qui a perdu sa tranquillité et sa richesse sociale sous le vacarme des hélicoptères de tourisme, le coût des locations, la fuite des habitants, la montée des prix des produits de base quand les touristes peuvent accéder à ces produits... Le coût de la vie, parfois les nuisances, sont les causes de fuite de la population locale pauvre ou simple, un remplacement que souhaitent généralement les maires et les politiques pour obtenir une commune qui roule sur l'or...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes