MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

Hors antenne


- Publié le Lundi 19 Mars 2012 à 09:52 | Lu 2022 fois

Hors antenne
Hier soir, après le débat "historique" au sujet de l’enseignement du créole sur Antenne (merci à Laurence Françoise d’avoir, pour la première fois dans le monde audiovisuel, invité un contradicteur aux kwyzeurs, les seuls à prendre la parole depuis 35 ans !), Axel Gauvin me répondait qu’il s’exprimait en créole parce que ses amis lui reprochaient de défendre la langue créole tout en parlant le français. Ils l’accusaient même, selon lui, de ne pas savoir parler créole. Mais sa femme ajoutait immédiatement qu’Axel ne s’adressait exclusivement qu’aux Réunionnais créolophones.

C’est une double injure : d’abord aux Réunionnais qui comprennent TOUS le français et ensuite aux métropolitains résidentrs et aux touristes qui nous faisaient l’honneur de suivre ce débat en direct.
Ensuite Laurence nous a permis de constater qu’Axel Gauvin n’avait nullement varié dans sa conception autonomiste de La Réunion et que ses connaissances en français non plus ne s’étaient pas étoffées: M. Gauvin soutient toujours mordicus, en opposition avec tous les dictionnaires de français, que le créole réunionnais est une langue.
Eh bien non, M. Gauvin, tant que le créole réunionnais ne s’écrira pas dans une écriture étymologique, il restera cantonné dans son actuel statut de sympathique patois français.

M. Gauvin était soutenu dans sa thèse par le représentant du recteur, Fabrice Georger, en service commandé pour, lui aussi, une thèse de doctorat en poche, contredire notre association (pourtant composée de gens extrêmement compétents sur ce sujet) et affirmer que le créole réunionnais est une langue !
On est en droit de se demander si ce genre de doctorat est toujours offert en cadeau surprise dans des boîtes d’une célèbre marque de lessive en poudre !

Nous renouvelons au recteur une demande de réunion de travail sur le sujet de l’enseignement du créole à laquelle il oppose depuis des mois un silence aussi lâche que méprisant.
Le Capes de créole est un Capes au rabais.
Dans aucune autre académie de métropole on propose un Capes de patois et l’usage du patois pour mieux aider les élèves à acquérir plus facilement le bon usage du français. Ce n'est pas là de la pédagogie mais plus simplement de l'anti-pédagogie.
Il n'y a plus de jeunes Réunionnais qui arrivent dans une école sans comprendre le français. Nos enfants regardent tous la télé où il n'y a pas de sous-titrage en créole !
Capes et master de créole réunionnais : avec un patois d’à peine 3 000 mots et expressions spécifiques, cela n’est ni plus ni moins qu’une mystification, une tromperie, une arnaque ! ! !

Armand GUNET
Association « Réagissons ! »
reagissons-la-reunion.fr/Reagissons.html



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

62.Posté par bertel le 24/03/2012 06:19

61.Posté par Caton2 le 23/03/2012 21:18
Pauvre pauvre Bertel.


C’est un point de vue ! Visiblement, vous avez fait quelques lectures ! Grand bien vous fasse. Vous êtes d’un formalisme qui n’a pas sa place dans le premier degré et vous n’y comprenez rien, ce que je ne cesse de vous dire et que je maintiens.

Ce n’est pas une tare puisque vous avez une expérience d’enseignant, expérience bien éloignée cependant des préoccupations du primaire. Il vous manque le recul pour transposer ce que vous lisez et du coup, vous en déduisez ce qui vous arrange, vos conclusions étant polluées du filtre de votre expérience pédagogique certes respectable mais extrêmement limitée.

Ceci dit, vous vous intéressez aux problèmes de l’éducation et de ce point de vue, c’est positif. Vous me faites penser, j’ai le droit aussi…lol…, à un technicien qui aurait eu un CDD très limité pour s’occuper de l’entretien des fuselages d’avion, qui s'abreuve de toute une littérature aéronautique et qui se croit pilote de ligne.

Bertel de Vacoa

61.Posté par Caton2 le 23/03/2012 21:18

Pauvre pauvre Bertel. Métalinguistique = relatif au métalangage. Ça vous avait échappé? En revanche ce qui ne m’a pas échappé c’est que vous avez écrit: « ne fuyez pas... ce n'est pas un gros mot ! » tellement vous étiez fier de me sortir le mot de métalinguistique »!
Tenez, vous me faites penser à un personnage de théâtre:
« Barbara, celarent, darii, ferio, baralipton, métalangue etc. - Voilà des mots qui sont trop rébarbatifs. Cette logique-là ne me revient point. Apprenons autre chose qui soit plus joli. » Voila ce que pourraient répondre les pauvres bambins (en créole bien sûr) dans le cadre de l' exercice de « prise de conscience des compétences métalinguistiques par des élèves de moins de 10 ans »! Vous êtes sûr que c’est « par »?

Comme prise de conscience de ce qu'on appelle « voyelles » en métalinguistique, celle là serait plus à leur portée... et à la votre:
« - La voix A se forme en ouvrant fort la bouche : A.
- A, A. Oui.
- La voix E se forme en rapprochant la mâchoire d’en bas de celle d’en haut : A, E.
- A, E, A, E. Ma foi ! oui. Ah ! que cela est beau !
- Et la voix I en rapprochant encore davantage les mâchoires l’une de l’autre, et écartant les deux coins de la bouche vers les oreilles : A, E, I.
- A, E, I, I, I, I. Cela est vrai. Vive la science !
- La voix O se forme en rouvrant les mâchoires, et rapprochant les lèvres par les deux coins, le haut et le bas : O.
- O, O. Il n’y a rien de plus juste. A, E, I, O, I, O. Cela est admirable ! I, I, I, O.
- L’ouverture de la bouche fait justement comme un petit rond qui représente un O.
- O, O, O. Vous avez raison, O. Ah ! la belle chose, que de savoir quelque chose ! 
- La voix U se forme en rapprochant les dents sans les joindre entièrement, et allongeant les deux lèvres en dehors, les approchant aussi l’une de l’autre sans les rejoindre tout à fait : U.
- U, U. Il n’y a rien de plus véritable : U.
- Vos deux lèvres s’allongent comme si vous faisiez la moue : d’où vient que si vous la voulez faire à quelqu’un, et vous moquer de lui, vous ne sauriez lui dire que : U.
- U, U. Cela est vrai. Ah ! que n’ai-je étudié plus tôt, pour savoir tout cela ?»

Ah la belle chose que de prendre conscience de la métalangue phonétique monsieur Bertel-Jourdain! Et savez-vous ce que je vous dis?
- U!

60.Posté par bertel le 23/03/2012 19:47

59.Posté par Caton2 le 23/03/2012 17:46
ll est vrai que je démontrais, avec quelques arguments imparables, l’ineptie de l’enseignement du créole, ce qui a du vous mettre en colère.


Moi, en colère ? Et pourquoi donc ? Vous n'avez rien démontré... parce que vous n'avez par perçu le centième du problème !

Vous aviez l’air tellement fier de me sortir le mot de « métalangage »,... dites-vous.. LOL

QUI vous a parlé de métalangage ?

On vous parle du premier degré !!!... et de la prise de conscience des compétences métalinguistiques par des élèves de moins de 10 ans !!! ... tête de noeud !!!

Si cela peut vous faire plaisir, je veux bien encore faire joujou avec vous pendant un moment ... mais les inepties de ceux qui ne savent pas de quoi ils parlent... ne m'amusent jamais longtemps.

Bertel de Vacoa

59.Posté par Caton2 le 23/03/2012 17:46

Bertel! Lamentable encore une fois!
Et cette phrase vous l’avez trouvée quelque part sur le net?: « Quand je dis qu’une phrase comporte un sujet, un verbe et un complément, je fais du métalangage sans le savoir, comme monsieur Jourdain faisait de la prose sans le savoir. »
Vous n’avez pas compris que je suis allé voir vos sources pour m’en moquer? Vous aviez l’air tellement fier de me sortir le mot de « métalangage », que j’ai voulu connaître vos sources! Pan dans le mille! 
Heureusement pour nos enfants, vous n’êtes pas enseignant. Votre capacité à digérer une information puis à la transmettre est totalement nulle; d’autant que votre capacité d’attention ne vous permet pas de lire un texte de plus de dix lignes comme vous l’avouez en invoquant un mauvais prétexte. Un prétexte de dernier de la classe!
Il est vrai que je démontrais, avec quelques arguments imparables, l’ineptie de l’enseignement du créole, ce qui a du vous mettre en colère.
Allez chercher où j’ai copié ça! Bonne chance!

58.Posté par bertel le 23/03/2012 17:08

55.Posté par Caton2 le 21/03/2012 21:06
"Je crois que vous n’avez rien compris à ce que vous ont dit vos amis enseignants, dont je ne doute pas de la compétence, ni de la bonne volonté."


Vous savez bien que je ne ne comprends jamais rien ... Mais je vois que vous, vous avez tout compris, en bon copieur-colleur... Lol

Pour preuve :

Le métalangage est le langage qui parle du langage. Le "jargon" linguistique qui permet d'analyser le langage, est un métalangage. Lorsque ce langage second est organisé lui-même et forme un tout, c'est une métalangue ... écrivez-vous ou recopiez-vous.... en bon ex vacataire...

On vous parle du premier degré !!!... et de la prise de conscience des compétences métalinguistiques par des élèves de moins de 10 ans !!!

Pfffffffffftttttttttttttttttttttttt !

La longueur de votre réponse prouve par ailleurs combien vous maîtrisez le sujet ! Je vous cède donc la place pour développer vos théories de l'apprentissage du français en milieu créolophone.

Bertel de Vacoa



57.Posté par nicolas de launay de la perrière le 22/03/2012 14:24

49.
un commissaire aux comptes est un prestataire de service qui a son intervention régie par un contrat de prestation.
un salarié est un offreur de travail en contrepartie d'un salaire, par le biais d'un contrat de travail.

le contrat de travail, s'il est bien malgré tout un contrat de prestation contre contrepartie salariale notamment, ne peut se confondre avec un contrat de prestation d'ordre commercial au sens de celui dont les prestataires de services, non salariés, bénéficient avec leurs entreprises clientes.

s'il faut user des artifices du sieur Gunet sur le patois et la langue, alors il en est ici fait démonstration.

un contrat de travail lie un salarié à son patron et inversement.
un contrat de prestation de service lie le donneur d'ordre à son prestataire et inversement.

ce sont bien deux relations contractuelles différentes.

aussi, je le redis face à la bêtise dont fait montre Gunet, je n'ai jamais été commissaire aux comptes...

56.Posté par bébèr le 22/03/2012 13:31

à lire dans les courriers des lecteurs de clicanoo :

"Les créoles sont-ils vraiment des langues ?

9.1. Cette question n’a naturellement aucun sens, même si on l’entend encore parfois poser !

Que pourraient donc bien être les créoles s’ils n’étaient des langues ? Comment ceux qui en usent se comprendraient-ils si ces créoles n’avaient pas de grammaire, comme on le dit encore parfois ?
9.2. Les créoles sont désormais, pour la plupart, pourvus de systèmes graphiques, parfois même officialisés, ont des grammaires explicites et consignées dans des ouvrages ; ils ont des dictionnaires et même pour plusieurs d’entre eux des atlas linguistiques ! Ils constituent un champ très important et très actif de la recherche en sciences du langage car ils sont pratiquement les seules langues du monde dont on puisse étudier avec précision et de façon documentée la genèse et l’évolution ; ce sont, en effet, des langues récentes et qui se sont souvent formées dans des espaces limités, la plupart du temps des îles, dont l’histoire est bien établie. On ne doit d’ailleurs pas oublier que, globalement, les créoles sont bien mieux décrits et étudiés que l’immense majorité des langues du monde.
9.3 Les créoles ne sont nullement (bien que la plupart des matériaux linguistiques qu’ils présentent viennent du français ordinaire ancien et/ou régional) de simples variétés ou dialectes du français. Si l’on veut absolument faire cette comparaison, les créoles ont, un peu, avec le français, le même rapport que les langues romanes (espagnol, français, portugais, etc.) présentent avec le latin"

Gunet va dire que Chaudanson n’est pas linguiste, qu’il est plus fort que ce dernier ahahahahah. Pauvre type.

55.Posté par Caton2 le 21/03/2012 21:06

Bertel: « Les enseignants qui sont mes amis pratiquent, eux, et confrontent leur pratique aux écrits. Et de leur pratique, ils me disent faire le travail, en toute logique, en mettant en avant le mélange des codes. Une fois ce mélange repéré, tant à l'oral qu'à l'écrit, ils passent à la différentiation des codes afin de travailler, comme l'a si bien dit Monsieur Gorger, sur les compétences métalinguistiques. »

Ouh là là! Vla ti pas que notre Bertel se mêle de linguistique!
Il nous assène des « codes linguistiques et du métalangage » pour faire savant.
Les codes linguistiques. Un terme issu du métalangage linguistique , pour dire langues différentes: dans notre cas, créole et français.
Le métalangage est le langage qui parle du langage. Le "jargon" linguistique qui permet d'analyser le langage, est un métalangage.
Lorsque ce langage second est organisé lui-même et forme un tout, c'est une métalangue. la métamathématique est une métalangue.
Grace à ce métalangage, l'enfant peut prendre du recul sur l'usage de sa propre langue, afin de la comprendre et de l’analyser.
Quand je dis qu’une phrase comporte un sujet, un verbe et un complément, je fais du métalangage sans le savoir, comme monsieur Jourdain faisait de la prose sans le savoir.
Il est inutile d’utiliser un jargon « savant » monsieur Bertel, pour parler de choses simples, sauf à essayer de prouver que vous comprenez ce que de toute évidence vous ne comprenez pas!
« De leur pratique, ils me disent faire le travail, en toute logique, en mettant en avant le mélange des codes ».
Mettre en avant le mélange des codes? Voulez-vous dire qu’ils analysent les mélanges français / créole dans le langage courant? Pour quoi faire? Pour séparer les codes dites-vous? Et dans quel but pédagogique?
Je crois que vous n’avez rien compris à ce que vous ont dit vos amis enseignants, dont je ne doute pas de la compétence, ni de la bonne volonté.

La notion de diglossie chère à Gunet ne peut s’appliquer à la coexistence entre créole et français, précisément parce que la frontière entre les deux langues n’est pas nettement définie et qu'elles se mélangent souvent dans un langage de communication courante utilisant les deux langues.
La diglossie décrit une situation linguistique relativement stable où une communauté utilise deux codes distincts dans des circonstances distinctes.

C’est pourquoi je crois qu' enseigner le créole comme on enseigne le français, c’est à dire avec des règles bien définies de grammaire et de syntaxe et une orthographe rigoureuse (qu’elle soit étymologique ou non) crée de l’insécurité linguistique chez l’élève en créole. Si cet élève est « insecure » dans l’apprentissage du français, c’est précisément parce que sa langue maternelle est le créole et que le créole des hauts n’est pas le même, ne serait-ce qu'en phonétique et en syntaxe, que le créole de Saint Benoît, ou que celui du sud. S’il y a des créoles, pas « un » créole c’est parce que c’est une langue parlée. Chaque groupe de locuteur, voire chaque locuteur à «son » créole. Ce sont ces différences qui font sa richesse.
Et voilà qu’on fragilise l' unique point de repère linguistique de l’élève créole en lui imposant une pratique différente de celle qu’il a apprise de ses parents, et qu'on lui demande de la formaliser par l’écrit.
Son créole ne serait donc pas le « bon » créole?
Quelle ineptie pédagogique!

54.Posté par bertel le 21/03/2012 18:47

"53.Posté par Au post 50 le 21/03/2012 18:19"

Je suis meurtri !

Je ne parlerai plus jamais créole mais "gunéen". Je le promets ! Le créole n'existe pas ! Gunet EST le Créole !

J'avoue me repentir de m'être attaqué au Chuck Norris Linguistique péï !

Je vais faire effacer ma mémoire subversive par trop créolophone... LOL

Bertel de Vacoa


53.Posté par Au post 50 le 21/03/2012 18:19

Vous savez plutôt bien écrire, mais vous ne savez pas lire !!!
M. Chaudenson ne pouvait pas écrire que les créoles sont des chaussettes ou des bicyclettes.
Il a utilisé le terme générique de langues.
Comme on peut dire qu'une bicyclette, un cyclomoteur et un vélomoteur sont des cycles.
Le créole réunionnais est bien une langue au sens large comme un vélomoteur est un cycle.
Au sens strict; une Motobécane personne ne dit que c'est un cycle mais un cyclomoteur.
Au sens strict, le créole est un patois comme une Motobécane est un cyclomoteur !
Votre petit cerveau gros comme un pois chiche a-t-il, enfin, compris ?

52.Posté par bertel le 21/03/2012 18:01

Ah ! J'allais oublier !

Monsieur le Recteur... vous le reconnaîtrez facilement... il circule en motobécane... LOL

Bertel de Vacoa

51.Posté par bertel le 21/03/2012 17:38

Désolé... m'sieu Caton pour la réponse tardive mais je e devais de répondre en premier au Prophète Gunet ! Lol

37.Posté par Caton2 le 20/03/2012 19:19
Bertel, vous n’avez rien compris à ce texte,


Ben voui ! Comme d'hab ! Lol
J'attendais avec fébrilité votre explication !

Au lieu de tolérer voire d’utiliser ce qu’elle appelle un macro-système de communication c’est à dire le mélange de créole et de français, utilisé dans la vie courante, une zone linguistique informelle (appelé aussi « zone interlectale »), les enseignants s’appliquent à créer une séparation nette entre créole et français, ce qui, selon elle, créé les conditions d’une nouvelle insécurité linguistique.

Complètement faux ! La différence entre vous et moi, c'est que vous lisez et que vous adoptez parce que ce vous lisez convient à votre théorie.... un peu comme le gunet qui pioche à droite et à gauche et ne compile que ce qui l'arrange... au service de sa théorie qu'il diffuse ou tente de diffuser comme vérité absolue.

Gunet, c'est le Chuck Norris linguistique peÏ ! Lol

Les enseignants qui sont mes amis pratiquent, eux, et confrontent leur pratique aux écrits. Et de leur pratique, ils me disent faire le travail, en toute logique, en mettant en avant le mélange des codes.

Une fois ce mélange repéré, tant à l'oral qu'à l'écrit, ils passent à la différentiation des codes afin de travailler, comme l'a si bien dit Monsieur Gorger, sur les compétences métalinguistiques... ne fuyez pas... ce n'est pas un gros mot !

Ce travail réalisé, l'apprentissage du français qui reste la finalité, en est facilité.

Bertel de Vacoa

50.Posté par bertel le 21/03/2012 17:21

Pour résumer et pour intercéder… Lol.. car l’autre ne comprend pas pourquoi le Recteur ne le reçoit pas. Fais pitié !

Monsieur le Recteur, je vous remercie de recevoir le Gunet car il a fait une "découverte" importante qui vous ravira et avec vous l'ensemble des enseignants, en particulier ceux de maternelle.

Selon ce grand chercheur : "Il n'y a plus de jeunes Réunionnais qui arrivent dans une école sans comprendre le français."

Par ailleurs, fort de son expérience limitée à, c'est lui qui le dit, ses fréquentes visites dans un espace de restauration – sic -, il proclame avec autorité que pratiquement tous les jeunes réunionnais parlent français entre eux … une fois sur dix ou sur quinze… il aurait entendu du créole !!!

Recevez-le, non en tant collecteur linguistique mais bien en grand spécialiste de ce qu’il continue de nommer patois avec la conviction d’un météorologiste prévoyant le temps.

Ce grand spécialiste cite M. Chaudenson pour argumenter ses vérités à lui mais conteste ce que ce même chercheur, un vrai lui, conclut dans - Les Créoles - Que Sais-Je – PUF – en page 93 :
« Les créoles sont des langues, nées de la colonisation européenne des XVIIème et XVIIIème siècle, dans des sociétés, pour la plupart insulaires, où l’arrivée massive d’esclaves, rendue indispensable par le développement agro-industriel, a modifié le mode de transmission de la langue européenne. »

Monsieur le Recteur, l’évangile pédagogique selon Gunet, affirme que les enfants regardent chez eux la télévision, non sous-titrée en créole, qu’ils écoutent la radio et que donc, ils maîtrisent parfaitement le français qu’ils entendent chez eux. Quelle belle économie pourrait faire l'Académie !

Je vous assure que je n’invente rien, Monsieur le Recteur, et vous prie de trouver ci-joint la vidéo des « découvertes pédagogiques » "gunéennes" .

Suivre ce lien.

Et ce serait moi le charlot ! MDR

Bertel de Vacoa

49.Posté par Un ancien commissaire aux comptes nul ! le 21/03/2012 16:35

Deux balles, c'était deux centimes de franc ancien.
Le post 43 vous a ramené au 21e siècle.
Laissez écrire les gens qui maîtrisent mieux que vous !

48.Posté par 44, 45, 46 le 21/03/2012 16:24

La longueur de vos posts, leur nombre et leur couleur marron, indiquent bien que vous avez vos fesses à gratter !
Si, si, vous étiez bel et bien commissaire aux comptes dans une ex-concession automobile à St-Denis.
Personne ne garde pourtant de vous un souvenir imprérissable là-bas !
Signe de votre médiocrité !

47.Posté par nicolas de launay de la perrière le 21/03/2012 14:11

26.
autant leur accorder alors la maîtrise du créole, puisqu'une part importante de la jeunesse scolarisée, aura toutes les peines du monde à maîtriser ce qu'il n'utilise pas dans leur quotidien..



46.Posté par nicolas de launay de la perrière le 21/03/2012 14:08

43.
deux centimes, c'est mieux que deux balles non ? c'est un crédit honorable que vous m'accordez là , non ? mais c'est vrai que les chiffres et vous, ce n'est pas la bonne combinaison..

45.Posté par nicolas de launay de la perrière le 21/03/2012 14:06

43.
je ne suis pas ancien "commissaire aux comptes"..utilisez les mots, c'est bien, en comprendre la signification, c'est mieux...

si l'on applique ce constat à votre utilisation gonflante de diglossie, patois, langue..on se demande, cher armand, où vous voulez en venir.. mais nous le savons déjà tous ! enfin tous ceux, de bertel à caton2, qui réagissons systématiquement à vos délires.

44.Posté par nicolas de launay de la perrière le 21/03/2012 14:00

43.
ma foi, si vous maîtrisez mieux le becherel que moi, ce que je reconnais bien volontiers, autant vous avez encore à progresser cher gunet, sur la connaissance du monde mystérieux de la finance et de ceux qui travaillent sur cette thématique là, et de la multiplicité des intitulés de fonction qui y sont rattachées.

Au fait, quand vous aurez fini de jouer avec vos 'tits bois, vous aurez l'amabilité de me les passer..enfin s'il en reste quelque chose... mais bien nettoyés hein ? pas avec toute la merde que vous brassez relativement au créole qui est bien une langue, et à votre orgue dont certains autour de moi, hésitent à vous faire savoir par ma plume, là où il serait le plus à propos de placer au moins l'un de ces tuyaux ...

Ce ne serait plus un orgue à tuyau, mais à un orgue à tuyau et au moins un 'tits bois, si l'on s'en réfère au dit endroit très opportun, évoqué ci-dessus, et à sa conséquence sur la requalification du tuyau en "tits bois....

43.Posté par Mais qui est ce La Perrière ? le 21/03/2012 10:06

La Perrière est un ancien commissaire aux comptes d’une ex-entreprise dionysienne.
Gardez vos chiffres La Perrière et laissez les lettres à M. Gunet qui maîtrise ce sujet beaucoup mieux que vous !
Quant à vos jeux de mots à vous, ils ne sont pas à deux balles mais, hélas, à deux centimes d’euros mon pauvre !
La Perrière, prends deux ‘tits bois et allez jouer avec don’ !

42.Posté par Zozossi le 21/03/2012 01:07

-M. Gunet a tenu le langage du bon sens: ce rôle peut sembler terriblement ingrat seul face à un idéologue bredouillant et à un bureaucrate alimentaire. Mais il a eu les mots justes, les pieds bien enracinés dans son île et dans sa langue -française- qu'il connaît l'une et l'autre mieux que beaucoup -en tout cas mieux que ses pitoyables contradicteurs réduits à recourir à l'argument d'autorité: "nous avons raison parce que nous avons pour nous la loi et les spécialistes"...
-Que M. Gunet ne s'en fasse pas: on sait depuis longtemps qu' "un sot savant est sot plus qu'un sot ignorant". Quant à certaines lois absurdes et scélérates, un bon coup de torchon se prépare... Alors cultivons notre langue française dont une vie ne suffit pas à explorer la richesse, et lâchons-nous de temps en temps en patois créole sans en faire tout un plat!

41.Posté par nicolas de launay de la perriere le 20/03/2012 22:24

bof, gunet et son affirmation à deux balles sur le créole qui n'est pas une langue, ou sur l'orgue qui serait le plus bel instrument du monde.. ou de son association "réagissons" ou celle de monstres et charades.. bref... gunet, un type qui pense avoir raison sur tout, qui pense à ce doux temps des colonies où bwana blanc pouvait à loisir affirmer et confirmer sa supériorité sur les races inférieures.. ahhhhhhh gunet !!!!!!! le chantre du colonialisme, le défenseur de la langue française, ce sympathique patois parlé par si peu de personnes en comparaison d'autres langues bien supérieures à sa si chère langue française...

ah ce doux temps des colonies comme le chante si bien le grand michel sardou, le plus grand défenseur de la langue française chantée si l'on devait se référer aux critères de classification de ce cher gunet...

tiens, je me demande s'il existe encore des exemplaires de son livre sur les boutiques créoles lontem' ... sans doute la CMM a t elle dû en trouver certains exemplaires sur des racks de pièces détachées dans une concession que lui et moi connaissons, mais pour des raisons différentes, assez bien ...

n'en déplaise à ce top gunet, qui en manque parfois (du nez), le créole est une langue comme n'importe quelle autre langue, née d'apports divers, parler et comprise par une minorité de gens. tout le reste, n'est qu'enculage de mouche, voilà donc l'occupation de gunet..Enfin, l'une d'entre elles... faudrait voir si gunet ne pourrait pas servir à aider le CIRAD dans sa lutte contre la mouche bleue...Des fois que...cela serait sans nul doute bien plus utile que les prises de position à deux balles, de cet énergumène sur la musique ou sur la culture.

40.Posté par Plié de rire avec la grande bretelle ! le 20/03/2012 20:19

Post 39
Du mal à se vendre ?
J'ai un exemplaire de la seconde édition chez moi et il n'y en a plus un seul en librairie !!!
C'est ça mal se vendre ???
Quel(le) Charlot(te) cette bretelle !!!

39.Posté par bertel le 20/03/2012 19:44

14.Posté par Rire à se tordre avec "Vanessa" !!! le 19/03/2012 17:27
.../... Lisez donc pour de bon mon Grand Lexique créole,
30.Posté par Au post n° 28 le 20/03/2012 09:47
.../... C’est donc une belle somme lexicale que ce Grand Lexique.../... M. Gunet, en un peu moins de 200 pages, recense tout le vocabulaire spécifique de notre île.
36.Posté par BERTEL : intoxiqueur ou illettré ? le 20/03/2012 18:16
.../...Toute personne ayant chez elle le Grand Lexique d'Armand Gunet


MDR ! Visiblement, LA Grande, La Seule ? ... référence a du mal à se vendre !

Bertel de Vacoa

38.Posté par bertel le 20/03/2012 19:34

36.Posté par BERTEL : intoxiqueur ou illettré ? le 20/03/2012 18:16

C'est vous qui voyez !

Mais, pour moi, votre ouvrage n'est nullement obligatoire pour parler de notre langue régionale et encore moins de la place du créole dans l'enseignement.

Moi je ne vends rien et suis profondément attristé de vous lire faire le service après-vente d'une émission ( et d'un ouvrage... LOL ), j'ai bien tout entendu et ne suis pas le seul, émission que j'ai plus subie que suivie tant vous avez été ridicule au regard du sujet abordé !

Bertel de Vacoa

37.Posté par Caton2 le 20/03/2012 19:19

Bertel, vous n’avez rien compris à ce texte, qui n’est pas de moi mais de Séverine Rapanoel. Ce qu’elle explique c’est exactement le contraire de ce que vous avez compris.

Certes, elle met en cause les enseignants dans leur application trop rigide de concepts mal digérés mais elle critique aussi le concept simplificateur de diglossie cher à Gunet, ce qui aurait du vous faire plaisir.
Au lieu de tolérer voire d’utiliser ce qu’elle appelle un macro-système de communication c’est à dire le mélange de créole et de français, utilisé dans la vie courante, une zone linguistique informelle (appelé aussi « zone interlectale »), les enseignants s’appliquent à créer une séparation nette entre créole et français, ce qui, selon elle, créé les conditions d’une nouvelle insécurité linguistique.
En effet, le créole normalisé (formalisé dans une orthographe et avec des règles syntaxiques) fait douter les élèves de leur capacité à s’exprimer correctement dans leur propre langue maternelle « L’accent est davantage mis sur le bon usage des formes et non sur l’approche communicative ».
Cette mise en insécurité dans la pratique de leur propre langue, s’ajoute à celle ressentie lorsqu’ils s’expriment en français, rendant de ce fait l’apprentissage du français plus difficile «enseigner le créole comme on a enseigné le français ne conduirait-il pas aux mêmes erreurs que l’on veut éviter : créer de l’insécurité linguistique chez l’élève en créole (alors qu’il est déjà insécure en français) ? »
Je pense que cette réflexion est pleine de bon sens. 

36.Posté par BERTEL : intoxiqueur ou illettré ? le 20/03/2012 18:16

Les deux probablement, mon capitaine.
Toute personne ayant chez elle le Grand Lexique d'Armand Gunet pourra constater l'intox du sieur Bretelle : à la page 213, bibiographie, le dictionnaire d'Alain Armand est le deuxième ouvrage cité, juste après le dico de Baggioni.
En outre, Bretelle, où avez-vous lu qu'Armand Gunet nie l'existence d'une grammaire en fin d'ouvrage d'Alain Armand ???
Oté Bretelle, prends deux 'tits bois et allez jouer avec don' !!!

35.Posté par bertel le 20/03/2012 17:26

26.Posté par Caton2 le 19/03/2012 21:41
.../...Ce constat montre combien il est non seulement inutile mais nuisible de tout formaliser, y compris et surtout l’écriture du créole. Pourquoi rajouter des handicaps à des élèves déjà handicapés par leur retard en français?


Ce constat montre simplement que vous aussi avez raté une occasion de vous taire !

Tout le monde connait les problèmes d'apprentissage du français dans ce milieu créolophone. Jamais, je dis bien jamais, à cause des résistances des Gunet et autres, le problème n'a pu être abordé sereinement en profondeur.

Les textes ont ouvert la voie mais les textes ne peuvent ouvrir les esprits !

L'action des enseignants habilités reste marginale. Il est donc faux, m'sieu Caton, de proclamer comme vous le faites, que ce serait "rajouter un handicap" aux élèves pénalisés justement, par la non prise en compte de leur bilinguisme qui est un principe de réalité dont se détournent les bien-pensants. - sic -

Bertel de Vacoa

34.Posté par bertel le 20/03/2012 17:11

"30.Posté par Au post n° 28 le 20/03/2012 09:47
Gros menteur ! ! !
Le dictionnaire d’Alain Armand, certes très important, est l’un des 20 ouvrages contenus dans l’ouvrage d’Armand Gunet.


Le dictionnaire d'Alain Armand, que vous n'avez jamais cité, comporte 399 pages plus un précis grammatical de 37 pages !!! Vous avez intégré une part de l'ouvrage mais continuez à négliger le travail de l'auteur en disant qu'il n'existe pas de grammaire !!!
Qui est donc le menteur ?

Toujours rien sur le fond ! Vous persistez à affirmer que "Il n'y a plus de jeunes Réunionnais qui arrivent dans une école sans comprendre le français."

Bertel de Vacoa

33.Posté par bertel le 20/03/2012 17:05

"31.Posté par Caton2 le 20/03/2012 11:14
Il n’y que Bertel pour n’avoir pas compris


Il n'y a que vous pour croire que je n'avais pas compris ! Lol

Bertel de Vacoa

32.Posté par Caton2 le 20/03/2012 11:33

31. corriger (à la fin) : quel genre d’enfants ils...

31.Posté par Caton2 le 20/03/2012 11:14

Il n’y que Bertel pour n’avoir pas compris que c’était Gunet (parlant de lui à la troisième personne, comme Jules Cesar) qui lui répondait sous le pseudo « au post 15 » (comme « au post 28 ».
Comme personne ne fait cas de lui, Gunet se dédouble dans un fan club imaginaire. Pauvre Bertel, pauvre Gunet! Tiens, on devrait les marier ces deux là, pour voir quels genre d’enfants il procréeraient!

30.Posté par Au post n° 28 le 20/03/2012 09:47


Gros menteur ! ! !
Le dictionnaire d’Alain Armand, certes très important, est l’un des 20 ouvrages contenus dans l’ouvrage d’Armand Gunet.
C’est donc une belle somme lexicale que ce Grand Lexique.
Reportez-vous à l’importante bibliographie en fin d’ouvrage !
M. Gunet, en un peu moins de 200 pages, recense tout le vocabulaire spécifique de notre île.
C’est dire la modeste ampleur de notre si sympathique patois !
"Bretelles", allez jouer cannettes, don' !

29.Posté par Soixante trois le 20/03/2012 09:36

Monsieur Gunet , est il le même homme qui cherche des subventions pour un orgue à gros tuyaux ?
Super , il "attaque" sur deux fronts : la langue créole et la musique . J'ai reçu un petit retour de son post sur le sujet des subventions accordées à "Sakifo", je peux vous assurer que ce post était un peu salé .
Doux ou salé , il faut s'en accommoder , et il n'y a pas mort d'homme !

28.Posté par bertel le 20/03/2012 06:21

24.Posté par Au post 15 le 19/03/2012 20:14
Manifestement, M. Bertel, il vous manque deux des éléments du service trois pièces qui fait les hommes, sinon pourquoii ne pas signer votre post ?
Ensuite, c'est M. Gunet qui est l'auteur de l'ouvrage le plus complet sur le créole réunionnais (Le Grand Lexique créole de l'île de La Réunion) et cela est indéniable.


Monsieur "Au post 15"

Quel joli nom ! Peu importe qui je suis, répondez sur le fond !!! Un peu d'humilité ne ferait pas de mal à Monsieur Gunet ! Il est loin d'être le seul à avoir publié un ouvrage sur notre langue créole.

Négliger, pour exemples que les autres me pardonnent, des auteurs comme Alain Armand (Dictionnaire Kréol-Français Rénioné - La littérature réunionnaise d'expression créole) ou Mme Gillette Staudacher-Valliamée (Grammaire du Créole Réunionnais), pour se proclamer auteur incontournable et détenteur exclusif de la vérité linguistique relève pour le moins de malhonnêteté intellectuelle et ne reflète en rien le caractère de chercheur animant quiconque apporte sa pierre à cet édifice.

Bertel de Vacoa

27.Posté par Thierry le 19/03/2012 23:31

De la langue créole,

Moi, j'aime le créole libre, le créole impalpable, le créole à l'état sauvage... J'aime le créole qui va s'enrichir librement et au gré de la mode d'un nouveau mot, d'une autre langue (=un néologisme) ...

J'aime le créole sans embarras.... j'aime le créole que créole je parle, je vis.... j'aime le créole sans artifice. J'aime le créole chanté à la yab' des hauts, le créole du zabitan des bas, le créole cafre, le créole malbars ... le créole de tel endroit qui ne sera jamais le même parlé que celui d'un autre endroit. J'aime le créole mozaïque.

Le créole parlé d'aujourd'hui ne sera jamais le même que celui d'hier et loin de celui de demain ... parce que le créole parlé s'enrichit chaque jour du "vivre ensemble" et de la nouveauté en s'appuyant sur son passé.... Vous y comprenez quelquechose ??? Vous ?? Non, moi non plus .... parce que le créole bouge ... le créole est vivant...

Un certain auteur chantait "ouvrez ouvrez la cage aux zoizos" s'il vous plait laissez libre notre créole ...; c'est comme cela qu'il est BEAU et qu'il le restera ... un parfum de liberté...non dompté ... merci de le laissé libre NOTRE créole ...

d'ailleurs tellement de paroisses et chacune tire dans la patte de l'autre ....

26.Posté par Caton2 le 19/03/2012 21:41

À force de vouloir tout formaliser en utilisant des concepts linguistiques ou socio-linguistiques comme celui de « diglossie » on finit par faire exactement le contraire de ce qu’il faudrait faire pour éviter l’insécurité linguistique dont on veut préserver les enfants issus de milieux créolophone.
C’est ce que constate l’universitaire Séverine Rapanoel (université de Grenoble):
« Comme à la Martinique, les chercheurs attestent que pour converser, les Réunionnais usent d’un « macrosystème de communication » (Prudent, 1993) issu du contact du français et du créole.
Cependant, ce mode de communication n’est pas reconnu par les institutions et les implications didactiques qui en découlent peuvent être lourdes de conséquences:
Les enseignants maîtrisent mal les concepts sociolinguistiques qu’ils se sont appropriés lors de leur formation.
Par conséquent, ils mettent en place des activités inadaptées à la situation sociolinguistique réunionnaise car ils se fondent sur un cadre théorique inapproprié mais qu’ils croient être correct. L’accent est davantage mis sur le bon usage des formes et non sur l’approche communicative.
De plus, ce « bon usage » est discutable, étant donné l’absence de normalisation de cette langue. Enseigner le créole comme on a enseigné le français ne conduirait-il pas aux mêmes erreurs que l’on veut éviter : créer de l’insécurité linguistique chez l’élève en créole (alors qu’il est déjà insécure en français) ? »

Ce constat montre combien il est non seulement inutile mais nuisible de tout formaliser, y compris et surtout l’écriture du créole. Pourquoi rajouter des handicaps à des élèves déjà handicapés par leur retard en français?

25.Posté par Au post 19 le 19/03/2012 20:21

"j'ai écris ce que j'avais à dire, moin la partaj mon lavi ... "
3 fautes graves : 1 de typo + 1 de grammaire + ersatz de créole.
Il fallait écrire :
"J'ai écrit ce que j'avais à dire, moin l'a partage mon l'avis".
Vous devez être une prof de LCR aussi mauvaise en créole qu'en français !!!





24.Posté par Au post 15 le 19/03/2012 20:14

Manifestement, M. Bertel, il vous manque deux des éléments du service trois pièces qui fait les hommes, sinon pourquoii ne pas signer votre post ?
Ensuite, c'est M. Gunet qui est l'auteur de l'ouvrage le plus complet sur le créole réunionnais (Le Grand Lexique créole de l'île de La Réunion) et cela est indéniable. Il a donc plus d'autorité pour aborder la question de l'écriture du créole que MM Georger et Gauvin réunis !!!

23.Posté par Caton2 le 19/03/2012 19:44

16. Des lettrés comme vous Bertel?
Cependant Je constate avec plaisir que vous avez tenu compte de mes conseils. Vous êtes en progrès. Le post 15 prouve que vous vous êtes renseigné sur le sujet et que vous avez réussi à faire un compte rendu cohérent, à défaut d’être exact, de ce que vous avez collecté. Je vous donne un B+.

22.Posté par bertel le 19/03/2012 19:40

[Au service de tous ceux qui veulent jouer à la "noébéatitude" !]urlhttp://www.proverbes-citations.com/les-proverbes-par-themes.shtml

Lol

C'est une grande misère que de n'avoir pas assez d'esprit pour bien parler, ni assez de jugement pour se taire. ( La Bruyère )

Bertel de Vacoa

21.Posté par bertel le 19/03/2012 19:24

"20.Posté par noe2012 le 19/03/2012 18:34
Le créole à l'école ? NON


MDR ! ATPR ! On retrouve toujours les grands "lettrés" sur ce type de sujet ! (bis)

Ne manquent plus que chikon et ses alias... et l'énarque !

Bertel de Vacoa


20.Posté par noe2012 le 19/03/2012 18:34

Le créole à l'école ? NON

Ce n'est pas une langue qui permet aux enfants un jour de trouver du boulot en Europe .
Préférons l'anglais , l'allemand , l'espagnol ...le français !
Il faut permettre à nos enfants de pouvoir aller ailleurs que rester jusqu'à leur mort à la Réunion !

La langue de la République est : le Français !

19.Posté par vanessa 3 le 19/03/2012 18:31

A Don Ali et Choupette :
merci pour votre correction, effectivement , comme tu l'écris Choupette , la phrase correcte est " s'il s'était exprimé..." . Vous voyez : ensemble on peut y arriver!

"Les profs auraient zappé cette leçon ou quoi ? " : peut-être , suis-je le fruit d'une assimilation forcée , d'un martellement unilingue, d'un enseignement sans prise en compte de ma langue maternelle : le créole ?

Mais quand même, prendre le temps de réagir pour une mauvaise tournure, une erreur ...et ne pas réagir concernant le fond de mon argumentation, me laisse croire à une maitrise d'apparat de la langue française.
j'ai écris ce que j'avais à dire, moin la partaj mon lavi ...

18.Posté par bertel le 19/03/2012 18:02

"Il n'y a plus de jeunes Réunionnais qui arrivent dans une école sans comprendre le français."

Désolé ! J'ai "zappé" cette belle déclaration, preuve de l'ignorance profonde de Monsieur GUNET !!!

Bertel de Vacoa

17.Posté par L. Michèle le 19/03/2012 17:53

Définition de patois d'après Larousse:
patois
nom masculin (radical expressif patt-)
Définitions de patois
Système linguistique essentiellement oral, utilisé sur une aire réduite et dans une communauté déterminée (généralement rurale), et perçu par ses utilisateurs comme inférieur à la langue officielle.
La Réunion est elle essentiellement rurale, je ne le savais pas.
Au fait le post 4 a bien signé à moins que vous n'arrivez pas à lire VANESSA.


La langue créole n'est pas inférieure à la langue française car elle est justement langue de France. Je ne pense pas que la majorité des réunionnais perçoivent la langue créole comme inférieure à la langue française.

Mais maintenant Gunet est jaloux du diplôme de Georger, allez passé si ou i gaingne!!!!
De toute façon Sieur Gunet est plus fort que tout!!!!plus que les lois, plus que les dictionnaires, plus que la fac!!! Mersi Gunet tire anou dann fénoir !!!!

16.Posté par bertel le 19/03/2012 17:42

"2.Posté par Caton2 le 19/03/2012 12:29 "

On retrouve toujours les grands "lettrés" sur ce type de sujet !

Bertel de Vacoa

15.Posté par bertel le 19/03/2012 17:40

"Hors antenne .../....

Monsieur GUNET, vous avez participé à un débat où visiblement, à mon humble avis, vous n'avez pas tenu la distance tant vous ne maîtrisez pas le sujet. Votre courrier de ce jour confirme mon sentiment.

On est en droit de se demander si ce genre de doctorat est toujours offert en cadeau surprise dans des boîtes d’une célèbre marque de lessive en poudre !... écrivez-vous.

En ce qui me concerne, même si je ne connais pas particulièrement, Monsieur Fabrice Georger, je n’admets pas que, dans votre ignorance du dossier, vous puissiez porter atteinte à une personne parce que vous ne comprenez pas de quoi il s’agit alors que vous vous posez en interlocuteur sur un sujet qui vous dépasse tant dans sa dimension linguistique, culturelle que pédagogique.

Vous nous donnez l’impression d’ignorer les textes officiels concernant les langues régionales et c’est très regrettable pour quelqu’un qui prétend « avoir quelque chose à dire » au nom des membres d’une association ouvertement en guerre contre la réalité linguistique de notre petit DOM.

Des textes existent en créole(s) - je mets un "s" volontairement - une grammaire existe bel et bien et tous les sentiments peuvent s'exprimer dans notre belle et imagée langue régionale, tous les messages peuvent être émis et compris, sur tous les thèmes de conversation quel que soit le sujet. Même la poésie peut trouver à s'exprimer en créole.

Libre à vous de l'appeler patois. Mais en le faisant, vous insultez tous nos aïeuls qui ne parlaient pas le français normé, langue que, sauf votre respect, vous ne maîtrisez pas à la perfection par ailleurs, tout au moins oralement !!!

Nos aïeux ont construit une société avec des valeurs, un savoir-vivre et un patrimoine sur lesquels reposent notre société actuelle dont nous sommes issus. Et moi, même s’ils n’avaient pour langue que le seul créole, je leur rends hommage pour me permettre de vous apporter aujourd’hui contradiction !

Vous semblez oublier que le français lui même a connu au cours des siècles, tant à l'oral qu'à l'écrit, une longue maturation faite d'apports divers et que la graphie ne s’est jamais figée, même si les tolérances admises sont aujourd’hui mineures. – Voir les tolérances grammaticales et orthographiques -

Le créole réunionnais est un laboratoire in-situ de l'évolution d'une langue. Qu'elle soit régionale n'est aucunement gênant, bien au contraire. Cet état constitue un laboratoire pour ceux qui ne sont pas figés dans leur petite histoire et leurs représentations anachroniques.

"Nos enfants regardent tous la télé où il n'y a pas de sous-titrage en créole" ... dites-vous ! Tout comme des enfants regardant la télé dans n'importe quelle langue, à la différence près qu'ils peuvent comprendre en partie les situations en mettant en œuvre leurs aptitudes à la lecture d’images, tant que celles-ci font référence à leurs acquis culturels car nos enfants sont exposés à des acquis culturels divers, ce qui est une chance que vous voulez ignorer.

Pour autant, ils ne maîtrisent pas le français oral et encore moins écrit car ils sont toujours confrontés à des mélanges sur lesquels ils ne peuvent mettre un nom. De plus savants que moi, titre que je ne vous reconnais pas non plus, parlent d’insécurité linguistique. Je leur fais plus confiance pour débattre du sujet que vous avec votre piètre métaphore mettant en oeuvre des « mob et des cyclos » !!!

Nos ancêtres ne sont plus… seulement les Gaulois, Monsieur GUNET ! Actualisez vos connaissances et votre culture !

Bertel de Vacoa

14.Posté par Rire à se tordre avec "Vanessa" !!! le 19/03/2012 17:27

J'étais plié de rire à la lecture de votre post 4. Lisez donc pour de bon mon Grand Lexique créole, vous apprendrez que l'apport africain est de 5 mots en tout et pour tout.
Malgache : 65 mots. Indien : 41 mots. Portugais : 12 mots.
Total : 123 mots !!!!!!!
Tout le reste c'est du patois français avec, forcément, une grammaire très proche du français ( ce qui est logique) comme l'affirme le professeur Chaudenson.

13.Posté par Aux posts 4, 5 et autres autonomistes le 19/03/2012 17:13

Au départ, ce sont les langues régionales françaises qui sont mises à l'honneur : le breton, le basque, l'alsacien, le provençal et l'occitan.
Jack, grand ministre de gauche, a ajouté à ces langues régionales les patois créoles.
Quant à M. Georger, avec son doctorat en sciences du langage, il a oublié de passer son certificat d'études primaires. Il aurait appris qu'un patois est un mode d'expressiion essentiellement parlé sur une surface géographique peu étendue (un département maxi) et d'un vocabulaire restreint et sans écriture officielle.
Notre créole cadre parfaitement avec cette définition et n'est donc rien d'autre qu'un patois hyper sympathique.
Post 4, vous n'avez pas le courage de vos tristes opinions ; vous ne les signez même pas !

1 2
Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes