Courrier des lecteurs

Horizon

Jeudi 16 Août 2018 - 10:27

Je quête souvent sur ta ligne,
Un rêve, un récit, un signe.
Un nuage qui se pose, cotonneux,
Sur le bord de l'Océan fougueux
Et me voici transporté, emporté
Comme un fétu de paille, balloté
Sur ton image colorée d'imaginaire,
En un voyage aux pays des mystères.
Tu t'arrêtes, ô ligne intense
Là où mon infini commence.
J'ai essayé de t'emprisonner
Dans ma cage aux barreaux dorées,
Hélas! je n'ai même pas pu te saisir.
Plus je m'avançais, plus je te voyais partir.
Alors, j'ai lâché avec rage, sur toi,
La meute de mes mots toujours aux abois,
J'ai écrit sur ta page, Horizon!
Libérés, enfin, de leur prison,
Mes mots ont joué à saute-moutons
Par dessus la marge de mon imagination.
J'ai volé, tel le goéland,
Porté par tous les vents
Jusqu'aux confins de mon inconscience,
Faisant fi de toutes poétiques licences.
Toujours plus loin, toujours plus haut,
J'ai voulu imprimer mon sceau,
Me prenant pour Verlaine ou Boileau,
Enflé que j'étais de mon arrogance,
Gonflé comme baudruche, de ma suffisance,
Alors que je ne suis qu'un ramasseur de mots
Qui tente à travers eux, de panser ses maux.
La vision de ton éternel mirage
Dans le désert de mes "rimaillages",
M'a fait avancer, suivre ma voie,
Celle qui me conduit vers toi
Tout en restant un humble moi,
Simple et discret cueilleur d'émois,
Car, tu es sans fin, mon Horizon,
Comme le feu de ma passion.
Arnaud JOMAIN
Lu 542 fois



1.Posté par A mon avis le 16/08/2018 17:23

Dans ces quelques vers, toute l'humilité d'un vrai poète !

2.Posté par L''''Ardéchoise le 17/08/2018 19:05

Je quête souvent sur Zinfos "Un rêve, un récit, un signe"...
Et je bois l'eau divine pleine des mots du ramasseur que je picore à loisir !
Ils me nourrissent à l'infini de rêves jamais finis.

3.Posté par L'Ardéchoise le 19/08/2018 21:10

Arnaud, vu les commentaires peu, ou moins que peu, seriez-vous d'accord pour que je reçoive vos poèmes par un autre biais ?
Parce que moi j'aime, pas toujours à 100%, mais j'aime, j'adhère et je suis ravie d'être dans le cercle de cette poésie qui me fait rêver.
Votre cousin est là-haut, je l'ai adoré mais je ne suis pressée de le rejoindre.
Vous êtes vivant et partager vos mots est un grand plaisir.
Plus tard, nous y serons dans ce pays en l'air !
Continuez, juste je veux savoir s'il n'y a pas un autre site sur lequel nous pourrions conjuguer cet immense plaisir qu'est la poésie de vie .

4.Posté par JOMAIN le 20/08/2018 17:43

Bonjour L'Ardéchoise, j'essaie de vous faire transmettre mon mail, ce sera plus simple.
Bien cordialement

A. JOMAIN

5.Posté par une réunionnaise 97410 le 21/08/2018 00:07

C'est dingue çà, je n'arrive pas comme l'ardéchoise à me laisser porter avec ce genre de poemes, je ne sais pas pourquoi, je lis son poeme jusqu'à la fin, mais je n'arrive pas.Comment vous faites l'ardéchoise?
Alors que les paroles des chansons en anglais et françaises çà rentre tout seul, çà trouve leur chemin, je ne comprend pas.
Ce poeme je me dis de quoi on parle là ? Je ne comprend pas.
Je ne dois pas etre poetique pour un sou.
Mais j'ai lu son poeme en entier.

6.Posté par L'Ardéchoise le 25/08/2018 17:54

Chère réunionnaise 97410, désolée tout d'abord de répondre si tardivement, d'autant que je suis sensible à vos interventions qui sont si souvent d'une grande gentillesse sur des tas de sujets où d'autres déversent volontiers des insanités.

Comment je fais ? Mais c'est juste parce que je suis tombée dans le chaudron quand j'étais petite !
A l'école, j'adorais les poèmes qu'il fallait apprendre par coeur, puis au collège, j'ai découvert les poètes allemands (Uhland, Goethe, Schiller...) puis les latins (surtout Virgile) et nos grands classiques, puis à mon adolescence, j'ai eu la chance de fréquenter les néo-surréalistes et les lettristes.
J'ai eu Baudelaire à l'écrit du Bac, il n'a pas suffit (en maths, c'était la cata), et j'ai eu le culot il y a bien longtemps de proposer Eluard au rattrapage (candidate libre), il m'a sauvée...
C'est juste le pouvoir des mots qui savent vous toucher, vous transcender, cela ne s'explique pas vraiment.
Si vous avez du mal avec les poèmes, arrêtez-vous simplement à quelques lignes, quelques phrases et laissez-vous porter par la magie des mots, n'essayez pas de tout absorber, vous verrez que le reste viendra tour seul .
Et s'il ne vient pas, ne gardez que ce qui vous a marquée, le temps se chargera de vous faire un clin d'oeil.

Vous parlez de chansons, il y en a de bien belles, et la France compte des talents dont les paroles valent largement des Prévert et autres, mais écoutons-nous les mêmes ?
Et en ce qui concerne les chansons anglaises, ok, mais quand on a la traduction, c'est des fois...euh..., enfin bref, un peu "basique", comme "discours"...

Arnaud, il y a un certain temps déjà, Pierrot avait donné mon contact à un Zinfonaute, il peut récidiver.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 16 Novembre 2018 - 10:37 Jusqu’où l’hybris ?