MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

Homo Sapiens Sapiens : vraiment ?


Par Bruno Bourgeon - Publié le Samedi 5 Mars 2022 à 17:53

Linné, le chantre du modèle de l’Homme blanc tout-puissant, fut contemporain de Voltaire, symbole des Lumières. Tous deux moururent en 1778. En prônant l´égalité des hommes, c´est l´humanisme des Lumières qui incita l´abolition de l´esclavage. Cependant Voltaire ne peut être absous de ses allégations racistes. La convention scolaire passe sous silence la vision voltairienne du monde africain. Pour preuve, on peut lire dans son Essai sur les mœurs : « La plupart des Nègres, tous les Cafres, sont plongés dans la même stupidité, et y croupiront longtemps » ; ou encore dans son Traité de Métaphysique : « Je me suppose donc arrivé en Afrique, et entouré de nègres, de hottentots, et d’autres animaux ».

Et non, M. Arouet, Homo Sapiens n’est qu’une espèce parmi 2 millions d’autres. Certes l’Humain est apte à la position debout, possède un langage articulé et complexe, est doué d´un système cognitif à l’abstraction, à l’introspection et jouit d’une conscience de soi et du monde. Mais cette ultime dotation, conscience universelle, ne serait qu’un postulat, une conscience mauvaise, en perdition.

En qualité de dernier représentant du genre Homo, l’Homme appartient à la famille des hominidés qu’il partage avec les singes anthropoïdes. Sa bipédie, son cerveau plus volumineux et une pilosité moins abondante le différencient des autres singes. La domestication du feu et la conception d´outils, avec tout un cortège de progrès dont la dernière période est illustrée par la maitrise du génie génétique et le développement des nanotechnologies, font que notre Homo Sapiens est finalement plus génial tant que l’orang-outan son cousin qu’il a déshérité de son habitat que de l’escargot qu’il écrase sous ses pas avec la désinvolture de ses mocassins en crocodile. L’Humain est aussi un artiste. Enfin, et n’est-ce pas là son moindre défaut, il brille par l’ampleur des transformations, des déconstructions et des destructions qu’il opère sur les écosystèmes. Sans doute parce qu’il n’a pas pris conscience qu’il s’agissait des murs de sa propre maison, dont il retire chaque jour une ou plusieurs briques. L’Humain est un saccageur (Hubert Reeves).
Et voilà quelques exemples, de cette « sagesse » :
  • Deux millions de Gaulois assassinés par les Romains ;
  • Des millions de morts lors des croisades, des pèlerinages armés et dévoyés, durant la Guerre de cent ans et au fil d’innombrables guerres de religions ;
  • Dix à quarante millions de Chinois massacrés par les Mongols au XIIIe siècle ;
  • Le peuple Tasman décimé par les Britanniques lors du génocide « le plus parfait » de l’histoire ;
  • Des centaines de milliers d’Aborigènes australiens décimés par les mêmes colons britanniques ;
  • L’extermination de vingt à soixante millions d’Amérindiens, depuis la « découverte » espagnole, l’évangélisation et la colonisation, jusqu’à la Conquête de l’Ouest ;
  • Les traites négrières totalisèrent plus de 50 millions de victimes ;
  • Un million deux cent mille Arméniens périssent dans le premier génocide du XXe siècle ;
  • Quarante millions de morts (WW1) et soixante-cinq millions (WW2) ;
  • Le régime stalinien : quarante-trois millions de morts ;
  • Le régime maoïste : trente millions de victimes et des famines à la chaîne ;
  • La terreur sanguinaire de Pol Pot : un million cinq cent mille Cambodgiens.
  • Un million de victimes du Biafra, huit cent mille Rwandais, en majorité Tutsi, ayant trouvé la mort durant les trois mois de génocide, trois cent mille morts et trois millions de déplacés au Darfour.
Depuis l’esclavage du peuple Noir jusqu’au Nouvel Ordre mondial, soit de 1900 à l’aube du troisième millénaire, en passant par Hiroshima, Nagasaki, la guerre au Vietnam, le capitalisme porte à lui seul la responsabilité d’un bilan amplement supérieur à cent millions de morts.

Déforestation, productivisme agricole, agro-terrorisme, mort biologique du sol, désertification, sixième crise de la vie et extinction massive d’espèces de cause anthropique, pollutions, réchauffement du climat, fonte des glaces, montée des océans, tarissement accéléré de toutes les ressources non-renouvelables, nous entrons de plain-pied dans un monde immonde. 20.000 ha de forêts disparaissent chaque jour. Selon un rapport du WWF, nous avons perdu en 30 ans près de 30 % de tout ce qui vivait sur Terre. L’eau vient à manquer : la Terre est bleue comme une orange.

L’ours polaire marche sur les eaux, l’aigle impérial se fait éboueur, le vautour se cannibalise, l´orang-outan est exproprié, l’orque et le dauphin tournent en rond dans des bassins de ciment, le panda géant porte un collier-émetteur, le crocodile est mocassin, la panthère se porte dans les beaux quartiers, les oiseaux chantent sur des barbelés, les libellules se noient dans des piscines, il n’y a plus rien à butiner, les ruches sont désertées, les papillons sont en volière, la grande forêt est vide, terriblement silencieuse, le corail est souvenir, mais Total veille sur les océans, Monaco protège la faune… et Areva attend que fonde le Grand Nord pour s’en approprier les richesses. Aucun insecte nocturne ne vient plus virevolter autour du lampadaire, on ne voit plus de hannetons, on n’entend plus chanter les grenouilles et depuis longtemps, la chevêche ne perche plus sur le poteau téléphonique. Où sont le carabe doré, la cétoine, les papillons multicolores, la rainette verte, la jolie couleuvre de notre enfance ?

Adieu veau, vache, cochon, couvée, homme, tous réifiés. Voir ce qu’en disent Laurent Alexandre ou Jacques Attali : l’avenir de l’Humanité, c’est le Trans-humanisme, c’est-à-dire rien d’autre que l’aspiration à l’immortalité au travers de modifications génétiques ; qui dit immortalité dit réification, car nous sommes mortels, un objet est immortel. En plein délire, le vivant est industrialisé, nous élevons des poulets sans plumes, des lapins géants. Dans ses zoos, ses cirques, ses laboratoires, ses batteries, l’Homme enferme, dompte, torture, exploite, les espèces compagnes et aussi la sienne. Pommes de terre, maïs, riz, tomates, tous aliments transgéniques. La grande parade des inconnus est dans nos assiettes.

En guise de bénéfices : cancers, maladies environnementales et génétiques, perte de fécondité, maladies nouvelles concoctées de toutes pièces, cent mille molécules chimiques lâchées dans les sols, les eaux et les airs, pesticides et biocides dans la rosée et dans nos urines, un milliard de Terriens souffrant chaque année les méfaits de la pollution, recul des terres fertiles, catastrophes « naturelles » plus nombreuses et plus meurtrières, hordes de réfugiés de l’environnement…

D’ici à 2050, on prévoit des sécheresses drastiques susceptibles d´affecter 2 à 3 milliards d’humains.

Depuis l’an 1 de l’Ère chrétienne, la population humaine est passée de 250 millions à bientôt 8 milliards d´habitants. Pour les trois quarts de l´humanité, la Terre-nourricière ne l’est plus. A l´horizon 2050, la fourmilière humaine comptera peut-être 10 milliards d’individus malheureux. Plus d´un million de personnes se suicident chaque année, au chômage, au travail, dans les villes, dans les champs, en prison, en liberté. Notre démographie galope, il est dit que si nous ne décroissons pas, nos maîtres bienveillants vont nous décimer. Cette décimation est déjà dans les tuyaux : lisez « The Limit of Growth », du Club de Rome (premier auteur : Dennis Meadows, 1972). Exterminateur et invasif, Homo Sapiens est la seule espèce de grande taille à investir selon une croissance infernale la quasi-totalité des niches des autres espèces. Avec comme posture : « ôte-toi de là que je m´y mette », dorénavant surnuméraires, nous sommes trop encombrants dans le fragile équilibre et représentons le vrai syndrome de la planète. Nous sommes les auteurs du plus effroyable laminoir de biodiversité. Nous souffrons d’une incurable cécité écologique doublée d’un besoin d’asservir, de dominer, régner, contrôler, ordonner, gérer, intervenir, décider, nous ne sommes bons qu’à saccager, détruire, modifier, altérer, uniformiser, aligner, nettoyer, vider, couper, tailler, tondre, scalper, raser, décapiter, brûler, sans comprendre, ni donner, admirer, ou même regretter.

Guerres et discriminations envers et contre tout, contre soi, contre l’homme, surtout contre l’autre et le différent, en un mot… contre la Nature. Sexisme, sectarisme, racisme, spécisme, pillage du vivant réduit à la notion de ressources, saccage des paysages défigurés. Où est la sagesse ?

Notre politique est celle de la terre brûlée. Ne rien laisser derrière soi qui puisse profiter à l´ennemi. Mais quel ennemi, sinon nous ?
Sapiens, nos ancêtres cueilleurs-chasseurs que nous avons persécutés, l´étaient. Nous qui prenons tout, Homo pseudo-sapiens economicus ou demens, peuple dernier et civilisé, vils urbanistes, économistes imbus, agronomes-valets ou politiciens bouffis de suffisance, nous ne le sommes plus. Sans vouloir offenser Léonard de Vinci…, Homo Sapiens n´est qu´une sombre brute.

Aujourd’hui qu’apparaissent des dégâts anthropiques irréversibles, nous sommes les propres artisans de l’anéantissement de notre milieu. Voilà une bien étrange capacité. Est-ce pour en arriver là que nous aurions engrangé tant de pensées et de connaissances dans nos bibliothèques pharaoniques ? Les comparant à celles des animaux ou de nos ancêtres antédiluviens, ne peut-on pas conclure que nos facultés, nos exceptionnelles aptitudes s’avèrent contre-productives ? L’aspect coupable réside davantage dans nos acquis que dans notre inné. Homme, qu’as-tu fait de ton talent ? Sapiens comme exterminateur de sa propre espèce, comme destructeur de la biodiversité, comme apprenti-sorcier génétique, finalement comme suicidaire en détruisant notre biotope. Ne sommes-nous que cela ?




1.Posté par Dans le sillage de la comète humanité le 07/03/2022 09:42

C'est désespérant mais il faut garder espoir.
Peut être que l'humanité, "comète dans sa course folle", va se stabiliser dans un cocon arc-en-ciel et pour des siècles et siècles.

2.Posté par Saucratès le 07/03/2022 10:47

Bonjour Bruno. J'ai lu ta prose. Quelle noirceur ! Un rappel salutaire de nos monstrueuses exactions contre les autres hommes, mais vous semblez indiquer que nous sommes encore pires envers le reste de la création, contre le reste des habitats terrestres. Un appel au suicide intégral de notre espèce pour sauver ce qui peut encore l'être sur Terre ! Je te soupçonne vouloir que, comme dans Avatar, la nature (Eywa) puisse se révolter et anéantir l'humanité ! En tout cas je te trouve bien pessimiste sur la nature humaine. Amitiés. Saucratès.

3.Posté par A mon avis le 07/03/2022 17:03

Les principales caractéristiques de la vie sont :
- produire de l'énergie (en mangeant d'autres espèces vivantes)
- se multiplier
- croitre et se développer

Homo sapiens n'est pas plus sapiens que les autres espèces animales. Il vit et se développe aux dépens des autres !

Et quand une espèce vivante a épuisé son biotope, et/ou que les conditions deviennent défavorables, elle disparaît !

4.Posté par polo974 le 07/03/2022 20:53

Et c'est copié d'où cette fois?

5.Posté par Saucratès le 07/03/2022 22:56

La réponse d’AMA ne répond pas au problème évoqué. Les humains seraient quelques centaines de millions, leurs dégradations des écosystèmes terrestres ne poseraient pas problème. La Terre pourrait sans difficulté se ressourçait. Le problème est que l’humanité est comme un virus, se reproduisant et consommant jusqu’à épuiser l’ensemble des ressources disponibles sur l’ensemble des terres émergées. Regardons Mayotte. Ils étaient quelques 6.000 habitants en 1982. Ils sont aujourd’hui plus de 150.000 habitants à vivre sur ce bout de terre. Idem pour l’Australie où l’arrivée du peuple des aborigènes à entrainé la disparition de presque toute la faune.

La Terre ne pourra jamais subvenir aux besoins de demain 9 ou 10 milliards d’habitants. Le problème n’est pas que certains consomment trop, mais que l’espèce humaine est trop nombreuse, qu’elle se multiplie trop rapidement, et qu’elle a déjà pratiquement épuisé la Terre. L’image des deux Terres n’a aucun sens. C’est l’explosion de la natalité qu’il faut pointer du doigt, à laquelle il faut répondre. Et aujourd’hui, c’est effectivement trop tard. Il eusse fallu agir lorsque nous n’étions encore que 3 milliards d’habitants sur cette Terre. Stériliser l’humanité ou disparaître. Saucratès

6.Posté par A mon avis le 08/03/2022 13:36

@ 5.Posté par Saucratès
Vous ne faites qu'illustrer ce que j'ai résumé en une phrase :
" Et quand une espèce vivante a épuisé son biotope, et/ou que les conditions deviennent défavorables, elle disparaît ! ""

Toutefois, vos illustrations s'agrémentent de "sau-tises" :

" l’humanité est comme un virus, se reproduisant et consommant " Humanité = UN virus ? mais passons.
Mais qu'entendez vous pas "consommation du virus" ? Que consomme un virus ? Il n'y a pas de "métabolisme cellulaire" chez le virus.
Et le terme "reproduction" est incorrect.
Les virus ne se reproduisent pas. Ils se multiplient.
La "reproduction" nécessite une fécondation, c'est à dire la fusion d'un gamète mâle et d'un gamète femelle. Il n'y a pas de virus mâle ni femelle.

Un virus n'est qu'un "sac" contenant un programme génétique, qui va s'introduire dans une cellule vivante pour fabriquer et multiplier ce programme et "l'ensacher". Le virus ne peut pas se multiplier sans l'intervention d'une cellule hôte qui effectue la multiplication!.
C'est pourquoi certains hésitent même à classer les virus dans l'ensemble des "êtres vivants" ?

Remarque : Tous les virus ne sont pas pathogènes.

" La Terre pourrait sans difficulté se ressourçait. " " Il eusse fallu agir "
Décidément la conjugaison et vous, ne faites pas toujours bon ménage !

" l’Australie où l’arrivée du peuple des aborigènes à entrainé la disparition de presque toute la faune. "
Comment pouvez vous écrire une telle énormité ? Les Aborigènes (avec une majuscule ) seraient responsables de la disparition de la faune ? Alors qu'ils vivaient en parfaite harmonie dans la nature avant l'arrivée des colonisateurs !
Vous n'en ratez pas une !

" Stériliser l’humanité ou disparaître. "
En toute logique, si vous stérilisez l'humanité, elle disparaitra aussi

7.Posté par cyclope exalté le 08/03/2022 17:54

3 prozac 2 temesta et au lit, ça ira mieux demain papy !




6 Comment pouvez vous écrire une telle énormité ? Les Aborigènes (avec une majuscule ) seraient responsables de la disparition de la faune ? Alors qu'ils vivaient en parfaite harmonie dans la nature avant l'arrivée des colonisateurs !
Vous n'en ratez pas une !




Et si vous vous renseignez de temps en temps au lieu de vous indigner bêtement à chaque fois ???

Certains chercheurs prétendent que la propension des aborigènes à bruler les terres a créé dans le passé une catastrophe écologique, et a durablement transformé le pays et créé le désert peu après leur arrivée sur ce territoire.. De nombreuses espèces animales n'ont pas survécu à leur arrivée.

D'autres collent la désertification et la transformation du pays sur le dos des européens.

Ce qui est sur c'est qu'avant l'arrivée des européens savoir allumer un feu était inconnu des habitants de ce pays.

De plus, l'homme a toujours modifié les territoires qu'il colonise, La Réunion et Maurice le prouvent.
Perso je ne suis pas raciste et je ne crois pas ces peuples incapables de faire ce qu'ont fait tous les autres peuples...à savoir apprivoiser leur environnement.


https://sciencepost.fr/les-incendies-en-australie-sont-egalement-la-consequence-de-la-disparition-de-certaines-pratiques-aborigenes/

http://www.aborigenes-australie.info/histoire/

8.Posté par Saucratès le 08/03/2022 20:49

Salut Cyclope. Tout à fait vrai. Ce cher AMA ne réfléchit même plus. Il s’indigne et se moque. Lorsque l’on cherche le terme de «mégafaune», on tombe immédiatement sur «mégafaune australienne» dans WIKI.

«Le terme mégafaune australienne s'applique aux espèces animales de grande taille de l'Australie qui se sont éteintes à la fin du pléistocène, entre 50 000 et 20 000 ans. Les datations à l'uranium-thorium montrent qu'ils ont disparu en un assez bref laps de temps lorsque les humains sont apparus sur le continent, il y a 47 000 ans».

AMA est certainement fort en conjugaison (bon moi aussi ma faute m’a sauté aux yeux) mais il est nul dès lors que les informations contredisent les idées toutes faites qu’il se fait sur les gentils sauvages et les méchants colonisateurs. Alors oui, les gentils aborigènes ont exterminé une bonne partie de la faune australienne en quelques millénaires.

«Certaines espèces de la mégafaune survivaient encore en Tasmanie il y a 40 000 ans, quand l'abaissement du niveau de la mer permit aux humains d'atteindre l'île». Les gentils aborigènes seraient donc aussi des exterminateurs, comme tous les humains ?? Saucratès

9.Posté par A mon avis le 08/03/2022 20:56

@ 7.Posté par cyclope exalté

Remarque : Abirigène est un nom propre

************
Comment pouvez vous écrire :
" la propension des aborigènes à bruler les terres a créé dans le passé une catastrophe écologique,"

et plus loin :
"" Ce qui est sur c'est qu'avant l'arrivée des européens savoir allumer un feu était inconnu des habitants de ce pays. "


Ah !...Ah !...Ah !...Ah !...

10.Posté par A mon avis le 08/03/2022 21:16

@ 7.Posté par cyclope exalté

Apparemment vous ne savez pas lire. Extrait de l'article dont vous donnez la référence :

" Barbara Glowczewski est une anthropologue française et directrice de recherche au CNRS. Ses recherches concernent notamment les Warlpiri de Lajamanu, dans le désert du centre de l’Australie. Interrogée dans un article publié par Reporterre le 16 janvier 2020, l’intéressée explique que les savoir-faire aborigènes permettaient de prévenir l’apparition de « mégafeux », comme ceux ayant récemment touché le pays. Les autochtones avaient la connaissance du danger de ces feux. Ces derniers déclenchaient et surtout maîtrisaient de petits feux afin de nettoyer les zones jugées inflammables. "


***********

" Les aborigènes aménageaient le territoire

Barbara Glowczewski a également cité l’anthropologue aborigène Marcia Langton. L’intéressée a prouvé que les aborigènes ont permis le maintien d’une certaine fertilité sur le territoire. Ainsi, la légende stipulant que les aborigènes auraient pratiqué trop de feux et fait des deux tiers de l’Australie un désert est donc sans fondement. Il faut aussi savoir que l’entretien de ces espaces dégagés entre les forêts étaient des zones propices à une sorte de proto-agriculture. Il s’agissait d’espaces fertiles, contenant de nombreuses ressources alimentaires.



Ce qui confirme mon affirmation que les Aborigènes vivaient en harmonie avec leur environnement.
CQFD.

Bonne nuit cyclope exalté avec vos 3 prozac 2 temesta.
Un conseil réduisez le dosage car manifestement on voit déjà l'effet de votre surdosage sur l'intellect !

11.Posté par A mon avis le 08/03/2022 21:41

@ 7.Posté par cyclope exalté

Une remarque encore sur ce que vous écrivez :
" i[De plus, l'homme a toujours modifié les territoires qu'il colonise, La Réunion et Maurice le prouvent.
[ ... ] je ne crois pas ces peuples incapables de faire ce qu'ont fait tous les autres peuples...à savoir apprivoiser leur environnement. ]i "

Il est tout à fait exact que Homo sapiens à l'instar de toute autre espèce vivante a tendance à coloniser son milieu de vie et par conséquent à modifier son environnement.
Le biotope est en harmonie lorsque toutes les chaînes alimentaires sont en équilibre.
Et il suffit qu'un facteur varie pour que l'équilibre disparaisse.

Le défaut de Homo sapiens c'est justement d'avoir cherché à apprivoiser la nature ; à la soumettre à sa volonté. Et plus les techniques ont évolué, plus le déséquilibre a été important.

Les peuples premiers vivaient en harmonie avec leur environnement. Ils faisaient partie intégrante de la Nature.

Le déséquilibre a commencé dès que Homo sapiens a découvert la culture et l'élevage, dès qu'il a commencé à apprivoiser la nature.
Et comme je l'ai déjà dit :
" Et quand une espèce vivante a épuisé son biotope, et/ou que les conditions deviennent défavorables, elle disparaît ! ""


Certains chercheurs font débuter la dernière ère géologique "Anthropocène" avec l'utilisation de la culture et de l'élevage et non à partir de l'industrialisation et l'utilisation des énergies fossiles

12.Posté par A mon avis le 09/03/2022 21:44

@ 8.Posté par Saucratès

Pas facile de vous suivre dans vos commentaire qui manquent singulièrement de cohérence :

1°) dans votre commentaire @5 vous parlez de La Réunion, puis de Mayotte à notre époque, puis vous écrivez :
" Idem pour l’Australie où l’arrivée du peuple des aborigènes à entrainé la disparition de presque toute la faune. ""
"Idem " = époque actuelle
" disparition de presque toute la faune " (vous ne parlez pas de macrofaune) = ce sont les Aborigènes actuels qui sont responsables de la disparition de la faune (actuelle).
Affirmation qui bien entendu est totalement fausse.

2°) dans votre commentaire @8, vous évoquez "la mégafaune australienne du paléozoïque".
Vous faites un bon de 50 000 ans en arrière.

Pour se faire une idée : Lascaux (-18 000 ans) ; grotte Chauvet (-36 000 ans)
Vous affirmez ainsi que les aborigène en Australie sont à l'origine de la grande extinction du Quaternaire.
Comme si vous rendiez les "aborigènes" de la grotte Chauvet responsables de la disparition des dinosaures et des aurochs en Europe !

Certes, des hypothèses avancent que les aborigènes d'Australie, chasseurs des grands mammifères, auraient participé à la disprition de la mégafaune

Mais à la même époque, la mégafaune disparait aussi sur les autres continents. Et la population aussi semble avoir diminué en Australie en même temps que la méga faune.
Modification du climat à l'échelle planétaire ?
Mégafeux en Australie : cause naturelle ou provoquée par les humains ?
Il est difficile d'établir de grandes théories, à partir de seulement quelques sites de recherches archéologiques en Australie.
Aucune des hypothèses avancées n'est confirmée.

En revanche, que Homo sapiens, depuis son apparition, ait eu un impact sur son environnement plus important que n'importe quelle autre espèce animale, cela ne fait aucun doute.

13.Posté par O.M le 09/03/2022 22:52

Article assez réaliste même si il n'y a pas que çà dans le monde(ce qui évite la psychose?).
Par contre il y a quelque chose qui me chiffonne avec ce "sapiens" utilisé un peu bizarrement :
-sapiens voudrait dire intelligent, etc...d'après Wikipedia. En gros, il "sait" puisqu'il a la "science"(se remet en cause car le renforce). Il viendrait d'Afrique vers les pays du Nord.
-la "science", ou certains scientifiques, disent que le réel c'est quand on sait pas sinon c'est la psychose. La science dominerait plus dans l'hémisphère Nord ou aurait vécu l'homme de Néandertal et dont au moins dans les médias maintenant on lui donne une image plus cueilleur et fraternel que chasseur.
Evidemment gros comme une montagne on me voit arriver avec la distinction des deux espèces sous un vocabulaire plus populaire voire même raciste: est ce que sapiens veut dire noir, sauvage et destructeur et est ce que Néandertal veut dire noble, plein de vue bienveillant et.. blanc?
Question un peu polémique due aussi à mes litiges avec des medecins et affiliés qui pour certains m'ont posé cette question du supposé agresseur créole ou blanc et des croyances, mais valable pour plusieurs raisons:
-Afrique moins développé économiquement et scientifiquement que Nord donc sensé être "arriéré"("le jour où l'Afrique se reveillera")
-Afrique à priori plus peuplé que Nord après Asie probablement par plus d'usage d'outils technologiques au Nord vs plus de bras au Sud et conditions météos conditionnant le tout. Et au Nord, la science améliore les conditions de vie pour vivre plus longtemps ce qui crée une certaine démographie aussi.
-meteo justement : il fait froid on se couvre,fait des réserves ou se déplace. il fait bon on se découvre, tout pousse et faire des efforts fait transpirer il fait très chaud, on fait des réserves, on se couvre et on se déplace différemment.
Dans tout ça il y a possibilité de modifier l'environnement effectivement (canaux, serres, jachères etc..)
Maintenant Sapiens africain qui part en Europe change lentement mais sûrement au moins en apparence(plus clair) : peut-être que sapiens africain était blanc avant de devenir noir et comme le blanc est la reunion de toutes les couleurs, peut-être qu'il y avait toutes les couleurs avant(on est des lézards dixit cerveau reptilien) et peut-être que l'européen qui va en Afrique change aussi(si il est au soleil il bronze aussi)

Comment harmoniser tout ça?
On réunit les continents le long d'un même couloir terrien en arborant tout ce qui dépasse (une Pangée en bande équatorienne), on fait en sorte d'avoir le même climat sur cette bande selon les rayons du Soleil et on voit ce qui se passe. Probablement qu'il y aura une adaptation ou pas du tout.
En envisageant qu'on s'adapte, contrairement à la croyance on sait qu'on meurt, les autres sont là et on est confronté à des rangers et miracle, on voit aussi qu'on se reproduit (beurk, c'est pas la "mort"..) et donc on cro^it en démographie .Arrive alors la surpopulation puisque tout le monde s'adapte et fait comme tout le monde. On cherche alors une solution et ça passe par la science: aller dans l'espace et coloniser y compris en recréant puisqu'on "sait" que le Soleil disparaitra, entre autres. Et l'histoire se recommence: il faut se protéger des radiations, trouver des matériaux, de la nourriture, se reproduire etc..même en ne le "sachant pas" car après tout ce qui caractérise le non sapiens, c'est peut-être que d'après sa science, il n'y avait personne pour lui dire qu'il "sait"(et le scooter etc..).

Commentaire un peu long, un peu de travers, assez réaliste quand même a mon avis et reprenant des idées des autres commentateurs tout en posant une vraie question: qui est le fameux sapiens et pourquoi on l'oppose subitement à non sapiens qui si ca se trouve à probablement fait conceptuellement la même chose.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie









 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes