MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

Hommage à mon ami Hervé Imare


Par Jules Bénard - Publié le Vendredi 27 Mai 2016 à 10:22 | Lu 711 fois

Hommage à mon ami Hervé Imare
Voici quelques jours, on se désespérait du départ d’Ange. Notre monde musical paie en ce moment un lourd tribut à la redoutable faucheuse ; voici que le grand Hervé Imare, l’ami de tous, lui aussi, nous tire sa révérence. Avec douceur et discrétion… comme il a toujours vécu.

Il y a plus d’un point commun entre ces deux très grands musiciens. Outre des voix inimitables et un sens mélodique affûté, ils avaient le don de se faire aimer. Sans cris, sans heurts, sans grand tapage, ils s’étaient tous deux installés dans notre univers affectif pour ne plus en bouger.
Ils possédaient tous deux la vertu du sourire avec le regard, de la main tendue, ouverte paume en haut pour dire la pureté de leurs intentions.

Ces dernières années, j’ai beaucoup rencontré Hervé, le plus souvent rue des Bons-Enfants. On s’asseyait sur le muret de la Poste de Saint-Pierre et on bavardait à bâtons rompus, de tout et de rien, le « tout » tournant souvent autour de notre passion commune, la musique.

Comme Frédéric l’a fait un temps, Hervé ne pratiquait plus la scène en raison de ses options religieuses mais chantait dans son temple.

Mon ami se disait très soucieux de l’avenir des hommes, qu’il voyait vivre de plus en plus mal, de pus en plus désespérés. Cet être, déchiré par la misère des autres, refusait cependant de baisser les bras, convaincu que de meilleurs jours viendraient forcément.

Je me souviens d’une phrase qu’il m’a souvent répétée :
" Il me semble impossible que le genre humain puisse descendre encore plus bas. Quelque chose se passera ".

Voilà, c’était ça notre Hervé, une âme sensible, écorchée, mais folle d’un espoir irréversible en l’être humain. Ce petit bonhomme, qui avait perdu un bras très jeune, qui avait deux ans de plus que moi mais en paraissait dix de moins, pétillait d’énergie et était perpétuellement à l’écoute de son vis-à-vis.

Quand j’étais dans une débine sévère, voici pas longtemps, nous étions sur notre muret habituel, il m’a écouté m’épancher patiemment, ne s’est pas moqué de mes larmes incoercibles ; le bras autour de mes épaules, de sa voix douce, il s’est acharné à me regonfler mon moral qui battait furieusement de l’aile.

Il m’a parlé comme un frère, un ami, doucement, chaleureusement. Cela fait foutrement du bien.
Nous étions amis ; pourtant, pas une fois, pas une seule fois, il ne m’a dit qu’il se sentait mal. Le devenir de l’autre passait loin devant le sien. Cette discrétion courtoise, comme celle de nos amis les Chinois qui refusent d’embêter les autres avec leurs soucis, était une autre de ses qualités innées.

Il est donc parti presque en cachette, notre irremplaçable ami. Sans faire de bruit… " comme la rosée su feuille songe ".

A un de ces quatre, Hervé, et n’oublie pas de saluer Ange et Narmine pour nous. On t’a beaucoup aimé, on continue de t’aimer beaucoup.

Jules Bénard
 




1.Posté par jo le 27/05/2016 10:29

beau ,je compati

2.Posté par Bebetecoco le 27/05/2016 14:23 (depuis mobile)

Merci pour Hervé .Toi aussi Jules tu es un bon bougue..

3.Posté par GIRONDIN le 27/05/2016 22:27

Je ne connaissais pas.
J'ai cherché sur le net j'ai trouvé ça https://youtu.be/Fecs75Vb-5c


Merci Mr Bénard pour cette découverte....

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes