MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

Hommage à Pierrot Malet


Par Jules Bénard - Publié le Jeudi 27 Mars 2014 à 13:44 | Lu 1018 fois

Hommage à Pierrot Malet
« Nous arrivons à un âge où la Nature cesse de nous faire des cadeaux pour nous les reprendre ».
C’est dans le dernier Indiana Jones. Comme quoi…

Quand on a plus de décennies derrière soi que devant, il faut se résigner à voir partir ceux que l’on aime, ces « cadeaux » auxquels nous avons eu droit.
Pour ce qui est de Pierrot Malet, parti voici quelques jours, en fait de cadeau, il se posait un peu là. Cet instituteur « à l’ancienne » aurait fait comme mon grand-père, hussard noir de la république, si on l’avait exigé de lui : il aurait été capable d’apprendre à lire à une vache.

J’ai eu plusieurs fois l’occasion de le citer au nombre de mes références intellectuelles favorites. Et un jour, le croisant dans un libre-service de Roches-Maigres, il m’a dit ceci, qui m’a touché au cœur :
« Je ne savais pas que tu m’aimais autant ! »
Eh bien oui on t’aimait, « monsieur Pierrot ».

Dans notre vieille école Hégésippe-Hoareau de La Rivière, monsieur Pierrot faisait partie de la très longue liste de ces vieux instituteurs entrés en pédagogie comme d’autres en religion. Avec une foi chevillée au corps et le désir forcené de faire entrer de la connaissance dans ces cocos durs que nous étions.

Pierrot, Ludo, mâââme Fritz, Ti-Souris (madame Benoît Fontaine), Roland, « monsieur » Emile, madame CC, Clé Rivière, Paulot et tous les autres, sous la houlette de grand Frantz, usaient de l’exemple, de l’humour et de quelques coups de pied au cul bien sentis. Et ça marchait.

Pierrot avait l’humour ravageur et cela participait pleinement de sa méthode d’enseignement. Même à moi, nul en math (on disait « calcul ») il a inculqué quelques notions. Exemple :
« Ti Jules, mon garçon, i multiplie pas ti poules avec ti cochons ! » disait-il joyeusement en biffant mes fautes de son stylo à encre verte. J’ai été un peu moins con ce jour-là.

Mais Pierrot n’était pas que ce pédagogue hors pair. Il était aussi un chanteur de pointe, doué d’une voix de stentor, qui animait les messes dans Notre-Dame-du-Rosaire, accompagné par l’orgue de Manille.
Un jour de détente, à l’école des filles du Ruisseau, matinée récréative avec chansons, saynètes et danses. S’accompagnant à l’accordéon, Pierrot entonna : « Va petit mousse/Où le vent te pousse… » Un tabac.

Voici quelques années, sa douce Suzette s’en est allée et c’est seulement alors que Pierrot a commencé à vieillir. Parce que si une vie se commence à deux, il est bien dur de la finir seul.

Je salue chaleureusement ses fils, mes copains d’enfance, d’école, de coups pendables, ainsi que tous ceux qui lui étaient chers. Je n’ai pu « aller au corps » en raison de problèmes de mobilité. Mais sachez que vous n’étiez pas les seuls orphelins alors, les frangins.

Vous voulez savoir jusqu’où pouvaient aller ces instituteurs de la vieille école ? Deux exemples, l’un amusant, l’autre poignant.

Le premier… Les budgets municipaux d’alors étant très pauvres, les instit’ payaient de leur poche, en fin d’année, les Prix aux meilleurs. Des pochettes de crayons, des brosses à dents, des tubes de dentifrice (choses inabordables pour les familles pauvres), des paquets de cahiers en prévision de la rentrée suivante et… quelques petits illustrés, Buck John, Kit Carson, Tex Tone, Bob Tempest, Red Canyon… Car ces tenants de la bonne écriture française admettaient que ces petits livres de cow-boys étaient bien écrits et participaient donc à notre apprentissage.

Le second… Ces vieux pédagogues, surtout en CM2, menaient la vie dure aux enfants des familles les plus démunies… pour qu’ils aient à toute force leur Certificat d’études, un diplôme que les bacheliers d’aujourd’hui seraient bien incapables de décrocher. Le Certif’ ouvrait bien des portes.
Ils allaient donc démarcher les commerçants de la place pour trouver du travail à leurs ouailles ! Comme commis aux écritures dans une grande boutique Chinois par exemple.
Je connais ainsi quelques vieux copains de la Communale qui, grâce à Pierrot, Théodore, mâââme Fritz et bien d’autres, possèdent maintenant des maisons comme je ne rêverais jamais d’en posséder une !

Voilà ! C’était ça, Pierrot et ses collègues : des guerriers de l’enseignement, des forcenés de la connaissance, des forçats de la culture pour tous.
Alors oui, monsieur Pierrot, on t’aimait et on t’aime toujours.

« Va petit mousse », na artrouver in d’ces jours. Pour entonner ensemble « Tantum ergo sacramentum ».
Si tu le permets, Pierrot, je préfère "Amazing grace", version Elvis.

Jules Bénard




1.Posté par corinne le 27/03/2014 14:24

RIP mr MALET, on ne vous 'oubliera jamais, vous avez été le meilleur instituteur de mon école, on n'oublie jamais les meilleurs et c'est toujours eux qui partent!, quelle injustice - et bravo à monsieur BENARD! quel bel hommage pour une belle personne et c'est mériter!

2.Posté par Alex LEBON le 27/03/2014 14:37

Quel bel hommage,juste,sans exagération ,moi qui ait connu Monsieur Pierrot MALET bien après vous monsieur Bénard et je l'ai découvert tel que vous le décrivez.
Bon voyage vers le père du ciel Mr. MALET.
Alex Lebon

3.Posté par Jules Bénard le 27/03/2014 14:38

à posté 1 : merci à toi Corinne que je ne connais pas. Mais on doit se connaître sûrement si on a vécu cette époque bienheureuse.
J'ai du mal à te répondre car il pleut dans mes yeux malgré le grand soleil au-dehors.
Bisous, Jules.

4.Posté par corinne le 27/03/2014 16:19

mr BENARD je connais votre visage qui m'est familier je dois dire, par le biais des journaux, mais je n'ai pas vécu la même époque que vous mais mr pierrot a été mon instituteur lui aussi - et oui il y a de quoi avoir les larmes aux yeux quand on pense à une bonne personne!...

5.Posté par Pierre VERGEREAU le 27/03/2014 18:10

Jules, merci pour ta belle et émouvante prose.

6.Posté par Mireille CORRE le 27/03/2014 19:34

Merci ti Jules pour ces "vérités"...Tonton Pierrot comme je l'appelais affectueusement me faisait penser à mon père regretté, Alsace CORRE... La foi de l'Education aux tripes....La boulimie de connaissances et de culture...Le sacerdoce de l'enseignement et de la pédagogie... la volonté de faire sortir le créole quel que soit sa race, sa religion, son rang social du fé noir !!! Près de Ta Suzette aimée, tu es maintenant serein et heureux. A Dieu Tonton.

7.Posté par VIEUX CREOLE le 28/03/2014 07:38

Repose en paix Pierrot .! Nous nous connaissions bien et nous nous estimions beaucoup ,comme j'estimais beaucoup aussi tes frères Gilbert ,Charles et André avec qui j'ai été en classe...Vous étiez une famille formidable , trés estimée dans la commune! Lors d'une rencontre ,il y a deux ou trois mois ,je te rappelais" ta voix d'or" qui interprétait si bien "le Minuit chrétien" à l'occasion de Noël ;Tu m'as répondu en plaisantant sur ta santé chancelante ,sur " ta vielle carcasse " qui était comme une vieille voiture chancelante, brinquebalante . C'était bien toi , ta gentillesse ,ton humour ...Adieu PIERROT: nous nous retrouverons ,je l'espère plus tard , dans un monde meilleur !

8.Posté par ti yab dé ho le 28/03/2014 09:37

Oui, Jules, M. MALET était un grand homme, juste, droit dans sa pensée et dans ses actions. Un Instituteur hors pair, que j'ai eu plaisir à fréquenter lorsque juste diplômé de la fac de ST-DENIS, je fus nommé chez Fanout (M. FONTAINE) comme maître auxiliaire. Puis au sein de la paroisse de LA RIVIERE. Il avait pour moi une très grande estime (ainsi que son épouse) et vraiment sans douter un seul instant, je pense que DIEU l'a accueilli avec joie. C'était un grand homme, aimé de tous. Tout comme Théodore, Emile, Mme CC, Ti clé, Claude MALET.
J'en oublie certainement.
Sincères condoléances à ses deux fils docteurs.
Repose en paix M. MALET Pierrot.

9.Posté par Paul Joseph (St Gilles) le 28/03/2014 16:50

post8 .pr vos sincères condoléances à ses premier fils médecin à Bois d'Olives et au troisième fils médecin à La Rivière (et Conseiller Général),il faut associer le deuxieme fils pharmacien(Entre Deux).

10.Posté par Mireille Malet le 29/03/2014 08:16

Que de larmes cette semaine Tonton Pierrot ! Pour toi, mais aussi en pensant à là-haut, à ceux que tu as retrouvés... Papa et maman (Claude et Suzanne Malet), vous nous manquez....

11.Posté par alliot le 29/03/2014 15:12

un énorme pilier qui nous a quitter !!!!! quel bel hommage pour une belle personne et c'est mériter!

12.Posté par JEAN PIERRE le 31/03/2014 07:45

Très touchés par cet hommage de Jules BENARD, et par vos commentaires.
Jean Pierre, Bernard et Patrick MALET

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes