Culture

Hommage à André Legras - Deux mois après son ami Henri Maingard, il nous tire sa révérence

Jeudi 21 Novembre 2019 - 08:59

Avec l'éternel poète, son ami Pierrot Vidot - André Legras à droite et Pierrot Vidot à gauche
Avec l'éternel poète, son ami Pierrot Vidot - André Legras à droite et Pierrot Vidot à gauche
Nous sommes tous dévastés depuis que nous avons appris la fin d’André. Un des hommes les plus talentueux, les plus gentils, des plus chaleureux, des plus souriants de notre univers musical. J’en donnerai une seule preuve…

André, souffrant d’une leucémie plusieurs fois traitée en pure perte, était lucide sur son état de santé. "Je sais que je suis au bout, Jules, me disait-il voici quinze jours. Il ne faut pas se leurrer, quand faut y aller, faut y aller, comme le chantait Salvador. Il y a une chose dont je suis fier, c’est notre chanson "Zoréole". Quand nous l’avons enregistrée, qu’est-ce qu’on a pu se faire enguirlander !"

Une courte explication s’impose. C’était au milieu des années 60… Une chanson d’un racisme effréné avait été lancée au cours d’un radio-crochet. Plus tard elle avait été enregistrée ; en version instrumentale seulement, les paroles d’origine étant épouvantables et aucun de nos chanteurs locaux n’ayant voulu en prendre la responsabilité. Cela s’appelait "Oté Zoreil" et, en gros (sic !) "Koça toué la ni faire ici ? Artourne à toué dan’ ton pays !"

Le sang des Jokarys n’a fait qu’un tour. « Oté Jules, ça té pas not’ Réunion, ça ! Alors, on a sorti Zoréol pour dire exactement le contraire, que les Zoreils étaient chez eux chez nous. Et tu vois, aujourd’hui, tout le monde ici ne parle que du "Vivre ensemble".
C’était ça André et ses Jokarys. Car ils sont indissociables. Le regard et le coeur tournés vers les autres, l’amour des autres, l’empathie… le sourire spontané, la main tendue.

Une photo qui fait du mal... Sa dernière prestation scénique, à Champ-Fleuri, un mois avant le grand voyage. Un sacré courage, ce mec ! - André Legras à gauche et Jules Bénard à droite
Une photo qui fait du mal... Sa dernière prestation scénique, à Champ-Fleuri, un mois avant le grand voyage. Un sacré courage, ce mec ! - André Legras à gauche et Jules Bénard à droite
André et son complice Henri avaient effectué quelques années au petit séminaire de Cilaos, où ils se sont formés au chant polyphonique, ce qui explique cette aisance vocale, ce don inné pour la belle chanson et, surtout, les compositions marquant les âmes. Ils se sont d’abord appelés "Le Trèfle", puis le "Trio Jokary" (Legras-Maingard-Choby), puis les Jokarys tout court avec l’arrivée de Roger Ébrard, Louis Decotte, Alain Bastide (eh oui !), Daniel Watson.

Outre leurs compositions personnelles, les Jokarys ont repris, et de quelle belle manière, les grandes chansons de Georges Fourcade. Alors que ces gaillards se voulaient orchestre yé-yé, ils se sont retrouvés, contre leur gré, catalogués "orchestre folklorique". A ce titre, ils ont effectué le tour de la planète avec toutes les troupes dignes de ce nom, notamment celle de Bernadette, la soeur d’André.
Ce groupe palimpseste en a-t-il vu défiler des pointures : Max Dormeuil, Daniel Vabois, la grande Jacqueline, Betty… Car tous nos artistes ont voulu, un jour ou l’autre, enregistrer quelque chose avec eux, avec "la troupe à André".

Ce dernier, au demeurant, a toujours réfuté être un "leader". Il aimait se retrouver avec ses amis musiciens : "Il n’y avait pas de chef chez nous. On mettait nos idées en commun et on y allait". 

André n’a jamais tiré la couverture à lui, disant volontiers que le titre-phare du groupe était "Viens voir La Réunion" de son grand pote Henri Maingard.

Au titre de ses exploits, André peut se targuer d’avoir transmis son "virus" musical à quasiment toute sa famille. Y compris les petits-enfants. On a pu en voir le résultat il n’y a guère, à Champ-Fleuri, avec ce petit surdoué qui se fraye un très beau chemin sur les traces de son formidable grand-père.

Je te souhaite d’être bien là où tu es, André. Sans doute vas-tu gazouiller un "Joli zoiseau" avec l’ami Henri… avec tous ces gens que tu aimais et qui te le rendaient si bien. Comme nous.

À in d’ces quat’, l’artiste !
Jules Bénard
Lu 3549 fois




1.Posté par Choupette le 21/11/2019 09:39

Pour ceux qui ne le connaissent pas, mais qui ont aimé et fredonner les chansons des Jokarys -on n'avait pas les moyens de se payer leurs 45 tours à l'époque, qui est qui sur les photos ?

2.Posté par Monsieur GEORGES le 21/11/2019 10:08

Je salue ta mémoire André. Tu as été un bel esprit et quel talent musical. Je ne te reverrai plus dans ta petite carriole d'un autre âge, dans les rampes de la Montagne, mais à chaque virage je penserai à toi.
Na'rtouve un jour

3.Posté par Ti Tangue zilé zone le 21/11/2019 11:45 (depuis mobile)

https://youtu.be/JYnklkc_5oM
Kit ta wet .... le RAP maintenant lé plus gaillard ...ils auraient des mots plus élégants...ah ah ah ..

4.Posté par Dignité le 21/11/2019 15:53

J'ai connu André LEGRAS dans le cadre de mes activités professionnelles.
Alors que j'étais un jeune "cadre" de l'administration , je l'ai rencontré dans plusieurs réunions de travail sans me douter un seul instant qu'il était quelqu'un bourré de talent, reconnu par beaucoup de gens d'importance.
Il est vrai aussi qu'il était d'une grande discrétion lors de ces réunions et qu'il était tout en retenue.
Par la suite, on se rencontrait au hasard de nos sorties et il avait toujours ce sourire discret de l'homme simple qui s'évertuait à ne pas attirer la lumière sur lui.
Sans le connaître profondément, n'étant ni de sa famille ni de ses amis, j'ai toujours pensé qu'il était quelqu'un de bien, étranger à tout sentiment de haine.
Les témoignages de sympathie exprimés en sa faveur à l'occasion de sa disparition me confortent dans ma pensée.

5.Posté par " VIEUX CREOLE " le 25/11/2019 11:38

TRES BEL HOMMAGE ( D'UN " GRAND AMOUREUX" DE CETTE¨ ÎLE QUE NOUS AIMONS TOUS ) a ces talentueux artistes de notre folklore local :"les Jokarys "auquel s'était joint le Génial et habile conteur- chanteur Daniel VABOIS ! ! CE GROUPE , AVEC LA DYNAMIQUE ET GÉNIALE BERNADETTE LADAUGE , LA DELICIEUSE" CREATRICE DE S I BELLES BELLES CHANSONS SUR NOTRE ÏLE", Jacqueline FAVEYROLE ONT PORTÉ -AVEC FERVEUR- LES AIRS DE NOTRE FOLKLORE A PARIS ET EN MÉTROPOLE ! ! !
--- Vous seul JULES BENARD était capable de réaliser cet Hommage ! Même si votre modestie doit en prendre un coup ( vous y survivrez ) ! C'est Hommage qui nous plonge avec bonheur et nostalgie dans un passé qui s’éloigne ! ! !

---Mais pourquoi diable , les Radios et les Télés locales , REJETTENT DANS L 'OUBLI , CES ARTISTES TALENTUEUX REUNIONNAIS QUI ONT ENCHANTÉE DES GENERATIONS DE COMPATRIOTES? ? ?

---------- INCOMPRÉHENSIBLE !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 2 Décembre 2019 - 09:22 Concours de la correspondance : Semaine 15