MENU ZINFOS
Faits-divers

Homicide involontaire : "Je suis pointilleux avec le code de la route"


Par - Publié le Vendredi 20 Mars 2020 à 14:17 | Lu 12490 fois

Le seul dossier retenu ce vendredi matin en audience correctionnelle concernait un accident mortel datant du 15 mars 2018, rue Labourdonnais à Sant-Denis.

Ce jour là, à 19h, Armand D., pilote émérite bien connu dans le monde confiné des motards de la Réunion, a perdu la vie, percuté par une voiture.

Commercial à la concession Ducati, il avait reçu la charge de roder le dernier fleuron de la marque italienne. Il circulait paisiblement sur la rue Labourdonnais, suivi en voiture par sa femme et ses deux enfants, quand il a été percuté par un chauffard qui changeait brusquement de voie.

Éric P., 44 ans, circulait à bord d'une Peugeot 308 avec son fils de 4 ans et allait récupérer sa femme qui travaillait à la chambre de commerce. Plusieurs témoins raconteront à la police qu'il circulait à vive allure et qu'il avait un comportement dangereux. C'est d'ailleurs un brusque écart sur sa droite qui provoque l'accident qui causera la mort d'un père de famille.

Éric P. percute la moto et la bloque sur le côté droit de la chaussée, empêchant toute manoeuvre du pilote. Armand D. est éjecté de la moto. Il succombera à ses blessures en raison d'une perforation profonde au niveau du cou qui a sectionné l'artère carotide. La victime sera testée négatif à l'alcool et aux stupéfiants. 

Contrôlé positif au cannabis et positif au test d'alcoolémie

Controlé positif au cannabis et positif au test d'alcoolémie avec un taux de 0,38 mg/l, Éric P. est placé sous contrôle judiciaire par le juge des libertés et de la détention. Ce vendredi 20 mars 2020, Eric P. reconnaît à la barre qu'il a un problème avec l'alcool et le cannabis. S'il jure ne plus boire une seule goutte, il reconnaît prendre encore une tafe ou deux sur un joint de temps en temps. Mis en examen pour homicide involontaire aggravé, il semble se rendre compte des conséquences irréversibles de son comportement au volant ce jour-là, il sait qu'il risque une peine maximale de 10 ans de prison. 

"Je revenais du Port de Sainte-Marie, il pleuvait un peu. Pour moi il y avait de l'espace, je suis assez pointilleux sur le code de la route, je me suis rabattu un peu vite - il a effectué un premier dépassement par la droite et s'est rabattu brusquement avant de tourner rue Labourdonnais - je l'ai dépassé par la droite. Au début, j'étais sûr que je n'avais pas fait d'écart mais peut-être, avec du recul, que je circulais à cheval sur les deux voies, j'étais sûrement à cheval sur les deux voies. Je n'ai jamais vu la moto, c'est mon fils qui m'a dit "moto Papa", explique t-il à la présidente. 

Dans un premier temps, elle affirme aux policiers que c'était elle qui conduisait

Si la procédure n'a pas retenu le délit de fuite, c'est parce que plusieurs témoins affirment qu'il s'est bien arrêté, qu'il est allé voir le motard et qu'il est reparti avant de revenir sur les lieux de l'accident : "Quand j'ai vu ce qu'il s'était passé, j'ai regardé la voiture, j'ai vu mon fils tout seul, j'ai vu noir. Je suis retourné à la voiture, je ne suis pas resté sur place", ajoute le prévenu.

Il est parti récupérer sa compagne à la CCIR et lui a expliqué ce qu'il venait de se produire. Ils sont revenus ensemble sur les lieux de l'accident. Dans un premier temps, elle affirme aux policiers que c'était elle qui conduisait. Elle revient sur ses déclarations dès qu'elle apprend le décès du motard comprenant la gravité de la situation. 

Lors de l'enquête, une vidéo récupérée par la police permettra de voir ce qu'il s'est passé à 200 mètres de l'accident. Il s'avère qu'une 308 roulait dangereusement à vive allure, voie de gauche, alors qu'une moto rouge remontait paisiblement la rue, voie de droite, à allure normale. La suite est malheureusement connue. L'expert conclura que la voiture a percuté la moto à deux reprises. Le deuxième impact a bloqué la moto, empêchant toute manoeuvre de dégagement. "Mr (...) connaissait particulièrement bien les motos. Les rodages lui étaient confiés", dira son responsable chez Ducati lors de son audition. 

Des vies brisées pour la famille et le poids de la culpabilité à porter pour lui
 

"Ce sont des faits dramatiques aux conséquences irréparables. Des vies brisées pour la famille et le poids de la culpabilité à porter pour lui. Son premier réflexe est de fuir mais il a, par la suite, accepté sa responsabilité mais pas jusqu'au bout. Il a 8 mentions sur son casier, exclusivement pour des délits routiers, c'est quand même compliqué de se dire pointilleux du code de la route ! Les explications sont assez claires, il avait un comportement dangereux avant et après l'accident !

Un homicide involontaire avec deux circonstances aggravantes, c'est 10 ans de prison. il a été averti pendant de nombreuses années et condamné à plusieurs reprises. Quand je l'entends dire aujourd'hui qu'il consomme encore du cannabis, les bras m'en tombent ! Je vous demande une peine de 4 ans de prison dont 18 mois avec sursis, une obligation de soins, l'annulation de son permis et l'interdiction de le repasser pendant 5 ans. Pour la partie ferme de la peine, je demande à ce qu'elle ne soit pas aménageable. Je m'en rapporte sur la nécessité d'un mandât de dépôt", 
requiert la procureur de la république.

Invité à s'exprimer avant le délibéré, Éric P. s'adresse essentiellement à la femme et aux soeurs de la victime présentes à l'audience : "Je m'excuse après de la famille, je n'ai jamais voulu ça. Je suis prêt à travailler pour rembourser, je suis désolé".

Le tribunal déclare le prévenu coupable et le condamne à une peine de 5 ans de prison ferme dont 2 ans avec sursis, une obligation de soins, annule son permis et lui interdit de le repasser pendant 5 ans, confisque la Peugeot 308 et ne prononce pas de mandat de dépôt. Le tribunal accepte la constitution de partie civile de la famille et renvoie l'audience sur interêts civils au 28 septembre 2020 à 14h.


Regis Labrousse
Faits-diversier Passionné par tout ce qui vole, j'ai eu la chance de pouvoir effectuer une longue... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par polo974 le 20/03/2020 14:43

""" ... une peine de 5 ans de prison ferme dont 2 ans avec sursis ... """

c'est du sursis ferme ? ? ?

2.Posté par Thierrymassicot le 20/03/2020 15:43

Et pas de mandat de dépôt? donc trois ans de rien et deux ans de sursis..J'avoue ne pas bien comprendre.

3.Posté par Kiki le 20/03/2020 17:22 (depuis mobile)

Ces inconscients du volant. Tant qu''ils ne prennent pas la vie de quelqu''un c''est : "pas grave, demain j''arrête l''alcool, cannabis, vitesse..." lui, sera attendu dès sa sortie de prison et pr le second avec un bouquet à chaque anniversaire.

4.Posté par A.A.C le 20/03/2020 17:47 (depuis mobile)

Non mais franchement c’est quoi cette peine ??? Je suis outré cette famille a perdu un être cher sa femme et ses enfants on vu leurs père mourrir sous leurs yeux et vous voilà la peine pffff

5.Posté par HONTEUX ! le 20/03/2020 17:51 (depuis mobile)

Pas de mandat de dépôt alors qu''il était bourré et drogué ! 😡
Drogué, bourré et, huit mentions et il se dit "pointilleux" sur le code ! Foutage de gueu*e oui !
Justice de me*de ! 😡 😡 😡

6.Posté par wtf le 20/03/2020 18:47

Condoléances à ses proches et tristesse pour les concernés, car vies brisées des deux côtés (l'auteur de toute façon, peu importe le quantum de la peine, il est déjà détruit aussi ainsi que ses proches).

7.Posté par païpaï le 21/03/2020 07:40

ENCORE UN SANS CERVELLE..........RDV DANS QUELQUES ANNÉES.......IL REVIENDRA POUR UN AUTRE ACCIDENT..........
QU'EST-CE QU'ILS ONT CES TYPES A FAIRE LE KAKOU AVEC LEURS VOITURES.....?????? SANS CA ILS TROUVENT PAS DE NANA OU QUOI...??????

8.Posté par Ti Tangue zilé zone le 21/03/2020 19:16 (depuis mobile)

On dit pas s’il travaillait...et la médecine du travail silence ..cette médecine devrait faire des contrôle prévenir le patron et à la porte...trop de zamalés ici

9.Posté par Carlota porsa le 22/03/2020 12:47

Voilà ce qui arrive quand on laisse un volant dans les mains des héritiers de la lignée Kallikak, lignée largement majoritaire dans le 974.

Cet étron immature ne fera vraisemblablement pas une nuit de prison et continuera a être un fléau social, dans 5 ans au pire il sera de retour sur nos routes à se prendre pour un boss de GTA....tant qu'on continuera à traîner et pire encore financer la vie de tels boulets notre société nagera en pleine Idiocracratie.

10.Posté par Jeloga le 23/03/2020 09:45

C'est bien de vouloir travailler... Mais comment on fait pour rembourser la vie d'un homme ? D'un mari ? D'un père de famille ?

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes