Blog de Pierrot

Harcèlement moral et sexuel : Thierry Robert veut des preuves? Les voici !

Le 15 février dernier, la cour d'appel de Paris a condamné Thierry Robert à verser à Marie*, son ancienne attachée parlementaire, d'importants dommages et intérêts : 10.000 € pour harcèlement sexuel, 10.000 € pour harcèlement moral, et 20.000 € pour rupture abusive du contrat.

Depuis que la nouvelle a été rendue publique, l'ancien maire de Saint-Leu et toujours député multiplie les interviews et les communiqués de presse pour expliquer que c'est lui la victime dans cette affaire, et non pas Marie.

A l'écouter, Marie et son collègue n'en voulaient qu'à son argent, ce qui au passage, relevons-le pour l'anecdote, pourrait constituer une diffamation. Mais Thierry Robert n'en est pas à un procès près. Il a de l'argent et peut payer des avocats et les amendes qui vont avec.

Ainsi donc, pour le député, les juges des Prud'hommes l'auraient condamné sans preuves mais surtout, encore plus étonnant, ceux de la Cour d'appel, qui sont des magistrats bien plus aguerris, seraient eux aussi tombés dans le panneau. Pour quelle raison? Mystère et boule de gomme...

En fait, comme d'habitude, Thierry Robert essaie de déployer un écran de fumée pour tenter de dissimuler l'infamie : en tant que député de la République, il a été condamné pour harcèlement moral et sexuel.

Et contrairement à ce qu'il affirme, les preuves existent. Nous allons lui rafraichir la mémoire...

Samedi 24 Février 2018 - 15:07

Selon Thierry Robert, comme il le déclare dans un communiqué, "tout est parti du fait qu'un jour j'ai dit, lorsqu'il y avait l'affaire Cahuzac, que je touchais 90.000 euros par mois dans le cadre de mes affaires personnelles. Mes deux attachés ont changé d'attitude à mon égard, et m'ont demandé une augmentation, que j'ai refusée. Il y a eu une réunion à Paris au ministère de Bercy et mes assistants devaient rapporter un dossier. Ils ne l'ont pas fait. J’étais très mécontent. En rentrant à l'Assemblée nationale, je leur ai dit qu’à mon prochain passage à Paris, il faudra qu'on en parle. Et je suis allé prendre mon avion.


Même pas une semaine après, je reçois un courrier disant qu'ils vont porter plainte pour harcèlement moral et harcèlement sexuel, pour la fille. Je me suis rendu à Paris immédiatement. Je les ai entendus et je les ai licenciés parce que je considérais que c'était du chantage pour avoir de l'argent. Partant de là, mon avocat a appelé leur avocat qui m'a demandé 150.000 euros par personne. Chose, bien sûr, qu'on a refusée immédiatement. On a porté plainte auprès du procureur de Paris pour chantage. Le procureur a considéré qu'il n'y avait pas suffisamment d'éléments et il a décidé de classer l'affaire. Ils n'ont pas porté plainte au pénal, car ils savent très bien qu'au pénal il faut des preuves. Ils se sont donc contentés d'aller aux prud'hommes.

(...) Mon attachée parlementaire a maintenu harcèlement moral et harcèlement sexuel, alors qu'il n'y a aucun élément dans le dossier, rien, aucun élément qui prouve qu'il y a harcèlement. Il n'y a aucun élément probant si ce ne sont les termes de harcèlement sexuel.

(...) Mais moi, j'ai ma conscience extrêmement tranquille. Je n'ai jamais eu une quelconque attitude qui puisse laisser entendre quoi que ce soit. Comment la justice peut condamner sans preuve ? C'est extrêmement grave. Je réfléchis à un pourvoi devant la Cour de cassation
".

Ainsi donc, tout serait parti d'une volonté soudaine de ses attachés de "se faire de l'argent" sur son dos, du jour où ils ont découvert qu'il gagnait 90.000 € par mois. Et surtout, qu'il n'y aurait aucune preuve dans le dossier. Tout cela est faux. Thierry Robert ment et nous allons vous en apporter la preuve.

Un an d'écart entre l'affaire Cahuzac et la demande d'augmentation de salaire

Thierry Robert prend pour point de départ de cette affaire une demande d'augmentation que lui auraient faite ses deux attachés, à la suite de la divulgation de l'affaire Cahuzac. C'est au mois de décembre 2012 que Médiapart fait ses premières révélations sur l'ancien ministre du Budget. Or, ce n'est que le 9 octobre 2013, soit presque un an plus tard, que les deux salariés vont évoquer pour la première fois cette demande d'augmentation.

Premier mensonge.

Un patron qui traitait ses employés comme des esclaves

Toujours selon Thierry Robert, cette demande d'augmentation (200 € par mois en ce qui concerne Marie) serait uniquement due au fait que Marie et Alain (là aussi, prénom d'emprunt), auraient découvert qu'il était riche et qu'il convenait de "le faire cracher au bassinet".

Il préfère taire que cette demande était en fait motivée par le nombre important d'heures supplémentaires qu'il leur imposait tard le soir, mais aussi le week-end. Nous avons en notre possession une multitude de mails envoyés à minuit, parfois à 3h du matin, exigeant des notes ou la préparation de conférences de presse pour le lendemain. Parfois le week-end, les jours fériés et même pendant les vacances des salariés. Le tout sur un ton comminatoire, limite humiliant, en tout état de cause susceptible de causer un énorme stress chez ses employés.

Deuxième mensonge. Mais le plus grave est à venir.


Le début de l'attestation de la psychanalyste parisienne
Le début de l'attestation de la psychanalyste parisienne
Des preuves à foison dans le dossier

Selon l'ancien maire de Saint-Leu, et c'est là le plus important, je le cite : "J’ai été condamné sans preuve, juste pour avoir refusé de donner 150 000 euros à chacun de mes deux d’attachés (sic). (...) Il n'y a aucun élément dans le dossier, rien, aucun élément qui prouve qu'il y a harcèlement. Il n'y a aucun élément probant. (...) Mais moi, j'ai ma conscience extrêmement tranquille. Je n'ai jamais eu une quelconque attitude qui puisse laisser entendre quoi que ce soit. Comment la justice peut condamner sans preuve ? C'est extrêmement grave".

Ainsi donc, il n'y aurait aucun élément probant dans ce dossier, aucune preuve. Faux, faux, et archi-faux. Ces preuves existent et nous allons les mettre sur la table.

Le premier témoignage est celui de V.F., une psychanalyste à Paris qui a suivi Marie. Il est édifiant et suffirait à lui seul à mettre à mal toute la théorie du complot que tente de mettre en avant Thierry Robert pour se dédouaner.

Elle date la première visite de Marie dans son cabinet au 8 Février 2013, soit huit mois avant qu'il ne soit question de demandes d'augmentation adressée à Thierry Robert et qui, selon ce dernier, serait à l'origine de toute l'affaire.

Nous pourrions résumer ce témoignage mais il est tellement clair et accablant que nous préférons vous le livrer dans sa quasi-intégralité :

Lors de cette première entrevue du 8 février, "au vu des symptômes exposés et de la détresse psychique dans laquelle se trouvait Marie, il a été décidé d’un commun accord qu’une psychothérapie de soutien s’avérait indispensable.
En effet, j’ai pu constater que ma patiente souffre de troubles anxieux consécutifs à un harcèlement psychologique et sexuel dans son cadre professionnel. Elle m’a fait part de ses insomnies répétées, d’une anxiété généralisée et d’un sentiment d’insécurité permanent dans le cadre de son travail.
Elle a été victime à plusieurs reprises de conduites, mots et attitudes hostiles à son encontre. Elle a pu ressentir qu’à chaque fois que des paroles à caractère sexuel étaient échangées, son intégrité physique et psychique s’en trouvaient atteintes sans ne jamais pouvoir s’en protéger.
Le vendredi 17 mai, je reçois Marie. Je constate qu’elle est particulièrement fatiguée et abattue. Elle m’explique qu’elle a accompagné son employeur pendant 2 jours à Londres pour un projet professionnel. Elle s’est aperçue seulement quelques heures avant de partir que son employeur ne souhaitait pas que son cabinet à la Réunion soit au courant de son déplacement avec elle. Son employeur lui a justifié cela car il ne veut pas que l’on croie à la Réunion que Marie était sa maîtresse…
Elle dit avoir redouté les moments seuls avec son employeur. Elle me raconte également les nombreuses allusions de la part de son employeur au fait qu’à la Réunion, aucun homme ne l’aurait laissée partir seule avec son employeur, qu’il était surpris qu’elle accepte ce déplacement. Marie est donc restée sur le qui-vive pendant tout le déplacement et cela l’a particulièrement épuisée psychiquement.
J’ai reçu ma patiente le vendredi 5 juillet. Elle était dans un grand état de tension émotionnelle et de stress. Son employeur avait fait irruption dans son bureau à l’improviste alors qu’il était sensé être en vacances et que son collègue était en congé. Marie redoutait depuis plusieurs mois de se retrouver seule avec son employeur suite aux nombreux sous-entendus et regards intrusifs qu’il lui lançait. Elle m’a raconté que son employeur a cherché à avoir une conversation d’ordre privé avec elle, ce qui l’a mise particulièrement mal à l’aise. Son employeur est donc parti mais il a continué à lui envoyer des emails, cherchant par ce moyen à établir une relation d’ordre privé avec elle.
Lors d’une autre séance, Marie a encore relaté de nombreuses réflexions lors de déjeuners avec son employeur et sa collègue, où son employeur lui avait avoué qu’il oubliait sans cesse qu’elle venait de se marier pour justifier le fait qu’il lui vante les mérites sexuels des Réunionnais. Selon lui, elle aurait mieux fait de profiter de la vie.
(…) Face à son harcèlement et son insistance concernant les tenues vestimentaires et la façon dont elle les portait, ainsi que ses qualités esthétiques, Marie a donc tenté de mettre en place une stratégie d’évitement, des mécanismes de défense afin de déjouer le jeu pervers de celui-ci mais en vain. Seul le plaisir de maintenir son pouvoir et d’humilier celle-ci lui conférait un intérêt.
Peu à peu, ma patiente a commencé à perdre confiance en elle, à souffrir d’un sentiment de dévalorisation et d’un surmenage psychique.
Après l’été, lors de la séance du 13 septembre, ma patiente m’a raconté avoir vécu des humiliations lors de son séjour professionnel à la Réunion. L’attitude intrusive dont elle a été victime depuis de nombreux mois s’est radicalement modifiée à partir de cette période en agressions et violences verbales caractérisées. L’abus de pouvoir, les vexations et l’intimidation qui a consisté bien souvent à hausser le ton, voire hurler en la menaçant de façon détournée, ont alimenté chez Marie un état de tension psychique permanent entrainant ainsi ses troubles anxieux.
Le 20 septembre, Marie m’a raconté un épisode particulièrement douloureux pour elle. J’ai pu constater son émotion quand elle le racontait. Il s’agissait d’un rendez-vous ministériel où son employeur leur a proféré des menaces en public et leur a dit qu’elle et son collègue ne servaient à rien.
Le 18 octobre, Marie est en larmes. Elle m’a dit avoir reçu deux mails de la part de son employeur la menaçant de ne plus travailler avec elle. Il pense qu’il cherche à se séparer d’elle. Elle est profondément bouleversée par la violence des mails et exprime son incompréhension face à ce déchainement. Elle ne comprend pas pourquoi son employeur s’acharne sur elle.
Marie est toujours suivie en psychiatrie de soutien
".

De nombreux témoignages démontrant le harcèlement sexuel

Ce témoignage d'un expert est accablant, mais ce n'est pas tout. Il est corroboré par plusieurs autres témoignages d'amis ou de collègues, qui tous attestent dans les formes prévues par la loi, qu'ils ou elles ont rencontré à de nombreuses reprises Marie durant cette période allant de début 2013 à octobre, et qu'à chacune de ces rencontres cette dernière leur racontait ses déboires et était manifestement dans un état de grand stress et de peur vis-à-vis de son employeur.

Et ces témoignages donnent des détails encore plus précis sur les réflexions à caractère sexuel que Thierry Robert faisait en direction de son attachée parlementaire. Ils sont accablants et permettent de comprendre pourquoi les juges sont entrés en voie de condamnation.

Nous avons bien sûr tous ces témoignages en notre possession si d'aventure, comme il en a l'habitude, Thierry Robert souhaitait nous poursuivre en diffamation. Procès qu'il a toujours perdus pour le moment...

Mais ces témoignages de la psychanalyste et des amis de Marie montrent surtout que ce n'est pas sur un coup de tête que Marie a soudainement décidé de demander une augmentation. Que cette requête n'est arrivée qu'au terme d'un long processus de brimades, d'abus de pouvoir, d'humiliations, et surtout de propos relevant du harcèlement sexuel, ensemble de faits qui ont entrainé une détérioration de ses relations avec son employeur qui l'ont amenée à lui demander d'appliquer son contrat à la lettre. A savoir 35h par semaine et non pas la nuit, le week-end ou les jours fériés. Et c'est cela qui a déplu à Thierry Robert.

A moins qu'il n'ait décidé de se débarrasser d'elle plus simplement le jour où il a enfin compris qu'il ne réussirait pas à la mettre dans son lit...

Le "chantage" n'était en fait qu'une demande de dommages et intérêts

Quand à ce que Thierry Robert présente comme un chantage, à savoir l'exigence du versement de la somme de 150.000 €, il s'agit ni plus ni moins que du montant qu'on demandé les salariés pour tous les préjudices qu'ils estimaient avoir subis : 55.504,20 € à titre de dommages et intérêts pour licenciement sans cause réelle et sérieuse, 50.000 € de dommages et intérêts pour harcèlement moral et sexuel, 5.116,31 € à titre d'heures supplémentaires, 18.501,80 € au titre de l'indemnité prévue par l'article L 8223-1 du code du travail, etc...

Il ne s'agissait pas d'un chantage mais d'une première demande d'un avocat à un autre avocat en vue d'une juste indemnisation et dans le cadre d'une négociation entre professionnels du droit. Un accord aurait pu être trouvé sur une somme éventuellement moindre, ce qui aurait évité le procès aux Prud'hommes.

Demandes d'ailleurs en partie retenues par les juges des Prud'hommes, puis par ceux de la Cour d'appel, puisque Thierry Robert a été condamné le 15 février dernier au final à plus de 46.000 € de dommages et intérêts pour la seule Marie...

 
*prénom d'emprunt donné par le magazine Le Point, par respect de la vie privée de l'ex-attachée parlementaire. Nous mêmes, qui avions été à l'origine de la divulgation de cette affaire, avions toujours pris soin de dissimuler les noms de Marie et de son collègue. Thierry Robert, avec la goujaterie qui lui est coutumière, n'a pas hésité à "balancer" le nom de son attachée parlementaire dans une interview qu'il a donnée à des médias métropolitains et qu'il a postée sur sa page Facebook ! Ça donne une idée du personnage...
 
Pierrot Dupuy
Lu 42471 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

94.Posté par loyada le 28/02/2018 20:04

93.Posté par GRUMPA***comment ? la réussite de certains en est là aujourd hui ! je pense qu il faut regarder en arriere et surtout etre honnete afin de vraiment déterminer cette "reussite" je ne pense pas que cela soit grace à la sueur de leur front !!!!! car l intégrité et l honneteté n y sont déjà pas !!!

93.Posté par GRUMPA le 28/02/2018 13:21

Bande de jaloux vous ne savez plus quoi inventer tellement vous crevez
de jalousie de la réussite de certains .
Vous feriez mieux de vous mettre au boulot et d'en prendre de la graine.
Bande de médisants et de nuisibles

92.Posté par Sandrine le 27/02/2018 07:30

Il en fait beaucoup trop pour la population, ce qui gène fortement la classe politique française.
Tout comme J-H Ratenon bientôt, a continuer dans cette voie, il va être très vite éjecté du circuit sans comprendre comment !

91.Posté par L'Ardéchoise le 26/02/2018 18:30

84 : le psy, ou plutôt pseudo-psy, au propre comme au figuré : toujours aussi malhonnête !!!
Le texte que vous avez recopié sans, comme d'hab, citer vos sources est tiré du "Petit traité de la connaissance de soi " - José Le Roy - 2017.

Quand cesserez-vous donc de vous faire passer pour l'intello-érudit-écrivain-poète, et j'en passe, que vous n'êtes absolument pas ?
Saurez-vous un jour argumenter quoi que ce soit sans plagiat ?

90.Posté par klod le 26/02/2018 17:54

tention "ti robert de st leu ex "la mousache" la di : " oté Dupuy , mon zavocat ( pas marron !) sa okup de ou ; et "je suis innocent" comme té i dit les fan du "petit lys" .."
la run y fé ri , ou pas ................................

l'ile "intense" ?

89.Posté par loyada le 26/02/2018 17:40

73.Posté par kersauson de (p.) ***** primo tes ancetres je n en ai rien a péter je ne les connais pas mais a travers toi et tes posts on peut deviner ce qu ils etaient , malheureusement pas des as vu que toi tu ne comprends rien !!!! que tu sois sur ton caillou our ailleurs ????? je ne te demanadais simplement ce que tu foutais sur ce forum si Dupuy t emmerde tant que cela ? mais peut etre afin d affiner ton instruction parce que toi c est du lourd !!!! et si tes ancetres t avaient appris que l on ne fera jamais d un ane un cheval de course tu serais resté ds ton écurie !!!

88.Posté par Micronésie le 26/02/2018 16:02

C'est fou comment est-ce que les partisans de Thierry Robert sont nombreux! J'ai l'impression de revoir la campagne de François Fillon qui injure la presse et parle de fake news !
Il faut savoir que la justice ne condamne pas sans raison, et si les faits ne sont pas avérés, que Thierry Robert fasse appel.
S'il a raison, son appel sera entendu, sinon il sera encore condamné.
La presse ne fait que relayer l'information au peuple, il ne condamne pas, c'est bel et bien la justice qui décide dans ce pays ! Et non pas M. l'harceleur qui ose se pose en victime! Et qui ose divulguer les noms des victimes (pas très classe, mais idéal pour les harceler)!

Allez-vous continuez à soutenir Thierry Fillon...je veux dire François Robert...oups, Thierry Robert aussi aveuglément ? Que vous a-t-il promit ? Un petit lopin de terre ? Un emploi pour votre fille en tant qu'assistante parlementaire (attention, c'est risqué !!) ?


Comme on dit, l'amour rend aveugle, mais là c'est plus être idiot qu'autre chose...


87.Posté par OMO le 26/02/2018 15:57

74 et de nombreux autres
Tout individu impliqué dans des affaires de mœurs : harcèlement , agressions ; violences, viols nie pratiquement toujours avec une rhétorique constante :
-c'est une presse de caniveau
--non au tribunal des médias
-la fille ( ou la femme) m' a aguiché
-elle était consentante
-elle n' a aucun humour c'était juste de la drague
- c' est de la diffamation je vais porter plainte
- c'est un complot certains auront des comptes à rendre
-etc, etc, etc,
- Avec pour les minables des plus minables "ce n'est pas moi" ou" l' autre a fait pire , occupez- vous de lui plutôt que de moi qui suis innocent" .
Sauf que dans le cas présent c'est plus embêtant car il s' agit d' une décision de justice , et en général les "arguments" avancés plus haut sont plutôt en début de ce genre d' affaires .
' Autre chose également c'est qu'il s' agit d' un député c'est à dire quelqu'un que des électeurs ont élu pour notamment voter les lois qui organisent notre vie républicaine.
Force est donc de constater que la défense de ce député n' est pas très éloignée de celle du citoyen ordinaire rattrapé par ses agissements.
En conséquence puisque c'est une affaire jugée ( qui n'épuise pas les droits de l' accusé à continuer à se défendre) que veut bien dire sa défense , telle qu'il l' expose :
- que les magistrats ont ourdi un complot avec tous ceux qui lui en veulent ?
- que les témoignages sur lesquels les magistrats se sont appuyés sont des grossiers faux ?
- que la presse a soudoyé le tribunal ?
-qu'en France la justice est corrompue ?
La presse , locale comme nationale, ne rend compte qu' une décision de justice qui n'est pas ordinaire
c'est donc à la magistrature et la justice qu' il faudrait s' en prendre , ne croyez-vous pas ?
Sauf si naturellement des responsables de la presse ont corrompu le Tribunal .
Mais dans tout cela où sont les preuves ? quelle est la ligne de conduite de cet accusé - député ?
Ou ce qui est dit de la presse , et de zinfos et de son directeur en particulier :
- sont des diversions dont les invectives ,, voire les menaces , masquant avec difficulté la réalité des actes reconnus comme agressions par la justice ;
- sont des éléments exposés d' un complot contre un député pour le détruire , présentés avec violence tant l' injustice est insupportable aux yeux de certains ici , et vous également .
Une sorte d' affaire Dreyfus du XXI siècle en quelque sorte .
Que la personne condamnée et ses soutiens nombreux aillent alors au bout de leurs accusations et développements pour traquer cette " injustice" .
Et il n'est pas nécessaire de recourir à la vulgarité ou aux injures pour cela , ni aux menaces .

En conclusion

Un justiciable , vous et moi , devrait pouvoir échanger , débattre, voire polémiquer , avec respect des personnes.
Un député qui a mandat de représenter La Réunion au concert de la Nation, à plus forte raison doit avoir un vocabulaire , une parole et une conduite exemplaires

En ajoutant surtout que toute violence faite aux femmes , est le harcèlement sexuel en fait partie , est suffisamment préoccupante dans cette ile , pour que ces questions , celle des agresseurs , de leurs responsabilités soit posée et examinée pour être combattue avec la plus grande des énergies .
Ne souhaitant pas rabâcher je ne compte plus intervenir sur " le fil" de ces échanges, tout en espérant pouvoir lire :
- l'analyse et les décisions du MODEM et de F BAYROU
- l' analyse des mouvements de Femmes

86.Posté par Hihihi le 26/02/2018 14:29 (depuis mobile)

Harcèlement sexuel sur une femme ...non.!!!!
Sur un homme peut être !!!!

85.Posté par kersauson de (p.) le 26/02/2018 13:01

le dupuy insiste LOURDEMENT
pour que ns partagions sa vision ( et celle de ses dalons bien connus)
sur mr Thierry !
u[LOURD LOURD LOURD ]u

post33 loyada employé a la region ! mdr

84.Posté par le psy le 26/02/2018 12:49

Qui suis-je ? Que suis-je ?
Cependant, il ne s’agira pas ici de psychologie, ou en tout cas pas seulement. Nous avons tendance en Occident aujourd’hui à limiter la connaissance de soi à la connaissance de nos problèmes personnels, de nos désirs, de nos angoisses. Nous pensons que se connaître consiste à explorer le moi individuel, à se plonger dans ses souvenirs, ses pensées, ses désirs. Le succès de la psychanalyse et plus récemment celui de toutes les nouvelles thérapies psychologiques montrent combien nous aimons « nous regarder le nombril ».
Si de telles analyses peuvent parfois nous aider, elles peuvent aussi nous enfermer dans le cycle sans fin de nos plaintes et de notre individualisme. En ce sens, Clément Rosset n’a pas tort de critiquer l’auto investigation ; il écrit : « Terrain d’élection du narcissisme, l’introspection est le plus souvent l’offrande complaisante de sa personne au regard de l’autre. Elle apparaît comme un discours exhibitionniste dont elle constitue un genre particulièrement déplaisant dans la mesure où elle ajoute, au fait de se composer un visage à destination de l’autre, l’imposture de prétendre restreindre son intérêt à l’observation de soi-même. Le désir d’être vu se travestit en somme en intention de se connaître. »
Bien souvent, sans doute, l’observation de soi se révèle n’être au fond qu’un exhibitionnisme impudique et égocentriste. Mais la connaissance de soi ne se limite pas à ce repliement sur son petit moi ; elle peut aussi faire découvrir notre véritable identité en nous hissant au-delà de notre ego. Si certains penseurs affirment que la connaissance de soi est inutile voire néfaste parce qu’elle ne conduirait qu’à un narcissisme égotique, c’est peut-être qu’ils confondent alors le moi empirique – l’individu – et l’essence de notre être.

83.Posté par l''''''''''''''''amoureux le 26/02/2018 12:48

Il fait le buzz ce monsieur !
A 40 ans , il est aussi célèbre que notre Président Macron ...
Même Trump lui a donné un coup de fil pour le féliciter de ses dragages débiles ... vouloir emmener la dame sur son Harley , c'est un bon point !
N'étant pas très "canon" sur ses 1,62m et ventre proéminant (bonne bouffe) , il fait la cour aux dames grâce à sa fortune ... Félicitation !

82.Posté par Johnny Payet le 26/02/2018 08:39

En fait Trump s'est inspiré Thierry Robert pour faire ses fake news et le buzz.
Une vrai légende vivante.
Pierrot, si tu continue, il va bientôt faire la grève de la faim d'UNE JOURNEE devant les grilles de la préfecture en savate deux doigts et son bertelle !

81.Posté par J''''ai appelé mon avocat !!! le 26/02/2018 08:33

"J'ai appelé mon avocat" .... Au fait Thierry, as-tu payé ton avocat ?

80.Posté par Mathieu le 26/02/2018 08:33 (depuis mobile)

Et on pourrait voir les soit disant mails envoyés ? Pour l’instant on a qu’un preuve celle de la psy mais pas les mailsd’harcelement Et de menaces.

79.Posté par Saint Pauloise indignée le 26/02/2018 07:43

BRAVO à notre ami Pierrot pour son édito ce matin sur RTL ...

POURQUOI n'interpelle-t-il pas la dépitée-démago Bello et ses pleureuses de l'UFR, sur leur mutisme assourdissant envers son collègue macho, le guignol kréol Saint leusien, honte de La Réunion,qui vient de voir la confirmation en appel de sa condamnation pour harcèlement sexuel ???

78.Posté par Jeanfoutre le 25/02/2018 21:36

Zanluc

Question SANS IMPORTANCE
pendant cette période de bons offices qui payaient cette pro ?

77.Posté par zanluc le 25/02/2018 19:41

l'important ce n'est pas que la spy soit experte ou pas ,mais c'est les faits qu'elle a retranscrit sur les déclarations et le mal etre de l'employé au fil toutes les consultations
point barre

76.Posté par Insupportable ! le 25/02/2018 19:33 (depuis mobile)

C'est insupportable de devoir subir sans cesse ce délinquant raconter sa version délirante de la vérité !
Toujours vouloir se poser en victime alors que le délinquant, l'agresseur, c''''est lui !
Curieux le silence de Mme H. BELLO à ce sujet...

75.Posté par Nrl le 25/02/2018 16:08 (depuis mobile)

Une enquête sur l’ordi Disparu et le grand plongeon de la nrl sera bienvenue...un journaliste doit rester neutre n’est ce pas

74.Posté par jean jouhis le 25/02/2018 15:54

post 20 OMO
le pb est qu il n'y a pas de journalistes dignes de ce nom a zinfos,
tout comme il n 'y a pas de president digne de ce nom aux USA
les FAKES NEWS sont monnaie courante pour nourrir

facile d avoir un site et de pouvoir tout dire sans risque de censure

73.Posté par kersauson de (p.) le 25/02/2018 15:52

post 30 loyada
perso
mes ancetres sont arrivés ici en 1810, venant de l isle de France
que viens je faire ici ? ben je suis chez mwa hé couyon

et le defouloir de dupuy en recherche de notoriété qu il n'atteindra JAMAIS est desopilant avec tant et tant de fakes news
CQFD

72.Posté par une réunionnaise 97410 le 25/02/2018 15:47

post 70 sabrina, avec cette réflexion, vous sortez de la crédibilité vous etes d'accord avec moi?Les gouts et les couleurs c'est à chacun son choix.Il y a des hommes gros, 100KGS avec un gros ventre qui ont une belle femme canon, mince, jolie, la totale quoi.Personne n'est là pour parler de sa beauté, de sa mocheté, de son corps, en un mot de son physique, on parle de son comportement qui lui crée des problèmes de plus en plus.

71.Posté par kersauson de (p.) le 25/02/2018 15:45

dupuy
ki DETESTE THIERRY
veut nous faire passer pour des adeptes de sa haine !
il nous innonde de fakes news
ce n est pas le role d un JOURNALISTE DIGNE DE CE NOM

JAMAIS JACQUES T. ( qu il reve degaler en notoriété) ne se permettrait d'etaler une telle HAINE

ARRETE DUPUY
tu n es plus CREDIBLE

70.Posté par Grégory Schpountz-Bretzel le 25/02/2018 15:08

Enorme faute professionnelle et violation de la déontologie de la profession de psychanalyste de la part de cette soit-disant "psychanalyste" !
Depuis quand un thérapeute a-t-il le droit de violer les règles du secret professionnel, sauf lorsqu'il a connaissance d'un crime bien entendu ?
Monsieur Dupuy, celle que vous appelez un "expert" est une thérapeute et non un expert psy nommé par la Justice pour les besoins d'une enquête.
Jouer sur le double sens du mot lorsqu'on a affaire à une affaire judiciaire montre que vous êtes aussi un expert en matière de journalisme accusatoire. Un journaliste inquisitoire n'aurait pas ce ton de procureur.
Ceci dit, peu importe si Thierry Robert est un harceleur ou un patron infect, ce qui est fort possible et condamnable, mais on comprend bien que dans votre propos il s'agit de descendre un opposant politique.
Emploieriez vous le même ton et le même argumentaire, s'il s'agissait d'une affaire concernant Didier Robert ou quelqu'un de son bord ?

69.Posté par Paul Hoarau le 25/02/2018 13:46

Nous sommes réellement dans une époque moderne ; L'information fait un virage à 90 degrés, nous avons déjà
la radio inversée ou c'est l'auditeur qui informe , et la radio qui écoute ! Aujourd'hui, nous avons la presse inversée, l'information n'est pas tout à fait dans l'article, mais dans les commentaires liés à cet article !
Le commentateur nous informe plus que le journaliste lui-même..... chacun li kone un peu mieu l'autre ...
Pour commencer dans un Dupuy Sommeil un Robert qui n'aime pas trop un autre Robert ! Il fallait le trouver !
De journaliste, le voilà procureur et juge !
Ailleurs, il devient du harceleur moral !
Quelque part, ce n'est pas du travail de journaliste, c'est du règlement de comptes !" Pléonasme "
Et enfin un commentaire sensé :" l’accusation est telle que s'il y a calomnie Thierry Robert se doit de porter plainte et faire accuser d’emblée Pierrot Dupuis!.. Il n'y pas chercher midi à quatorze heures !

68.Posté par reunionnais qui comprend plus rien. le 25/02/2018 13:37

A quand un code du travail clair expliquant ce qui est disable de ce qui n'est pas disable à une collègue feminine??

J'ai bien du mal à distinguer ce qui est une drague lourde de ce qui est du harcèlement sexuel.

Il est temps que le législateur légifère la dessus de manière claire.

Peut on dire a une femme au travail qu'elle porte une jolie robe? Est ce du harcèlement, un compliment ou de la drague lourde?
La bise entre collègue? C est quoi du harcèlement sexuel ou de la politesse?
Et si par hasard mon regard se porte sur ses fesses? Dois je aller en prison? m excuser? peut on regarder une collègue femme? ou est ce de l agression sexuelle?

bref moi j y comprend plus rien, du coup j ai arrêté de faire la bise à mes collègues féminines et je me contente de leur serrer la main et d'éviter de les regarder. Mais le truc marrant c est que certaines l'on mal pris. Enfin bref je comprends plus rien.

Que le législateur fasse son travail. Les femmes veulent l'égalité. Ok pas de souci mais qu'on légifère clairement la dessus car là ras le bol.

Qu'on m explique la différence entre du harcèlement sexuel, une blague lourde, une drague merdique, une drague pas merdique?

Qu'un code du travail dans les relations hommes femmes soit édicté par les législateurs.

Et tant qu'on y ait pour éviter pas mal d emmerde, j attends que le législateur crée un document légal à faire signer avant chaque rapport sexuel afin que tous le monde soit au clair.

Un truc sur le consentement explicite. Pourquoi pas devant notaire lol.

67.Posté par jlc le 25/02/2018 12:14

Bonjour! pourquoi le président de l'assemblée nationale ne le raye pas de la liste des députés avec tous les conneries qui fait et qui dit. ça c'est un élu de la république

66.Posté par A mon avis le 25/02/2018 12:11

Monsieur Dupuy, avez vous pensé à la "victime" de Thierry Robert ?
En étalant ses déboires psychiatriques, vous participez à son harcèlement !
Pas de quoi être fier !

65.Posté par A mon avis le 25/02/2018 12:07

@ 45 PATRICK CEVENNES : "con", "tête de nœud" sont vos insultes favorites. C'est en vous rasant le matin que de telles insultes imagées vous viennent à l'esprit ?

Je maintiens :
Aucun psychanalyste en titre n'est expert auprès des tribunaux.
Les psychiatres eux, sont experts !

En parlant de psychiatre, peut-être qu'une consultation vous serait utile, car votre propension à utiliser ces insultes imagées masque peut-être quelque déficience ou autre refoulement ! 😊😊😃😃😅😅

64.Posté par Choupette le 25/02/2018 11:28

Monsieur Didier Robert sortez du corps de M. Pierrot Dupuy !

63.Posté par Zigoto 1er le 25/02/2018 10:38

La justice devrait condamner ce clown à de l'inéligibilité à vie et on n'en parle plus. La honte de la République !

62.Posté par Tipoisson 🐟 le 25/02/2018 08:54 (depuis mobile)

Bonjour tout le monde,
Hé ben... j''en apprends des choses depuis que je lis zinfo974. Ha elle est belle la France ! 🇫🇷

61.Posté par Zavate le 25/02/2018 08:52

DUPUIS i calcul Zinfo Mediapart kwé ?!!!!! Il n'y a pas de rédacteur en chef à ZINFO ???? Perso, je suis apolitique mais Il est clair au vu de l'article que Mr DUPUIS règle ses comptes avec Mr ROBERT. Cela n'est tout bonnement pas normal. Qu'il se fasse poursuivre pour diffamation ne m'étonnerais pas ! Après les preuves, les comptes rendu d'un psychanaliste !!!! Lol ! J'ai été enquêteur et dans des dossiers bien plus grave, à 90% du temps même les psychiatres avaient tendance à prendre partie des victimes et de leur bla bla quand il s'agissait de mensonge ! les psychologues à 100% , les psychanalistes, les tribunaux ne travaillent même pas avec ! Après une chose qui m'étonne le harcèlement sexuel est une infraction pénale, elle est où l'enquête police/gendarmerie ? les vraies expertises médicales ? etc .... Je ne défends pas Mr ROBERT que je ne connais pas mais il a fait une erreur monumentale de suivre au civil avec des témoignages non partials etc ... Bref ! maintenant qu'il est condamné, DEMISSION !!!!!

60.Posté par jérome le 25/02/2018 08:51 (depuis mobile)

Attestation d''une Psychanalyste? C''est Une blague non.Car n''importe qui peut se dire psychanalyste.Ce n''est pas réglementé et il n''y a pas de diplôme.Demain je peux me dire psychanaliste et faire la même chose sauf que c''est sensé rien valoir

59.Posté par Kaflacour le 25/02/2018 08:47 (depuis mobile)

Presse subventionnée par la région Réunion, je vous laisse deviner🤔

58.Posté par alcide le 25/02/2018 08:17

Têtes gonflées par le fric ? Rien de net dans les 2 camps.

57.Posté par Manou le 25/02/2018 07:57

Je crois qu'il s' est tiré lui meme une balle...... pourquoi il faut le croire lui et non la justice ? Il devrait se calmer, se faire tout petit. Ce qui m'a tjrs choqué avec ce monsieur ce sont ces propos virulents, ses "aboiements" sur tout et n'importe quoi.

56.Posté par Didier le 25/02/2018 07:55 (depuis mobile)

Une attestation sur l''honneur? Trop fort comme preuve alors la oui. Il faut savoir que n''importe qui peut se déclarer psychanaliste au fait. Ce n"est pas réglementé.je n''aime pas forcément ce t.robert mais ça me géne un peu cet "article"

55.Posté par Dav le 25/02/2018 07:25 (depuis mobile)

Dupuy et sa presse à carton pfffff on dirait un vrai gamin ce pierrot

54.Posté par Pro No Stick le 25/02/2018 07:19

ah le fameux cas Nivot dans lequel nombre de journalistes aiment tant surfer...garanti sans requins...gare à la noyade toutefois !

53.Posté par Tanguy le 25/02/2018 06:48

il faudrait en tourner un film de cette affaire

52.Posté par Et doudoudou et dadada le 25/02/2018 06:17 (depuis mobile)

PATRICK CEVENNES
Et page 111 il y a l''expert en plomberie

51.Posté par lectrice scandalisée le 25/02/2018 06:08

HONTE à ce guignol qui fait passer les réunionnais pour des demeurés sans cervelle !!!

50.Posté par GIRONDIN le 25/02/2018 05:39 (depuis mobile)

46. OMO
Petit a: Girardin, ça doit être moi, à la méthode zinfo, un pseudo...
Petit b: Très bien Toussala mais quel rapport avec mon post 2?

49.Posté par une réunionnaise 97410 le 25/02/2018 01:29

post 17,l'ardéchoise et post 45 Kayam, peut etre que c'est Marie elle meme qui a refilé ce morceau de papier certificat médical au site pour le publier.A mon avis c'est ce qui s'est passé.Moi, je ne suis ni pour Marie, ni pour Thierry Robert, c'est eux qui a apporté le problème sur un plateau dans les médias, c'est à eux de règler ce problème.

48.Posté par L'Ardéchoise le 25/02/2018 01:01

En relisant tranquillement : une "psychanaliste (Mme) qui décide que la personne a besoin d'une "psychothérapie"...
On est dans le mélange des genres, dans les attributions sauvages de thérapie, dans un manque de déontologie plus qu'évident.
Est-ce qu'un tribunal peut tenir compte de tout cela ?

Attention !!! Je ne défends pas TR : il m'insupporte, mais à un point !
Toutefois, faut pas non plus utiliser tout et n'importe quoi, c'est dangereux !
Et la "nana" qui a fait cette attestation, elle mérite d'être poursuivie, tout bêtement et tout simplement.

47.Posté par une réunionnaise 97410 le 25/02/2018 00:54

On dirait il y a un mauvais courant qui s'acharne sur lui, Thierry Robert, les conneries arrivent toujours en escadrille, chez lui.Et il y a dans tous les domaines, les conneries.Et il donne le baton pour se faire battre.Cette connerie de harcelement sexuel et moral aurait pu etre éviter, non, il fonce dedans, la tete la première.
Il y a des patrons qui veulent se débarrasser d'un employé écrit et donne l'ordre dans son « entre soi « à pousser à la porte ».Concernant Thierry Robert çà doit etre écrit « à pousser hors du monde politique de notre ile, et qu'il ne refait plus surface ».on se pose la question quand meme.Les personnes agées st leu sont pour lui coute que coute, surtout piton st leu.J'ai des proches gramounes sur st leu qui pensent ainsi de lui, ils l'ont vu grandir.C'est un enfant de l'ile peut etre, il y en a qui le respectent et il y en a non, et il y a qui n'a rien à foutre tout simplement.

46.Posté par OMO le 25/02/2018 00:40

34 GIRARDIN
Je ne frôle rien du tout et je ne poursuis aucun acharnement et je veuille à mon expression tant cette affaire n'est pas mineure , aussi je vais compléter ce que j' ai écrit.

A-Ce dont il est question ne réclame dans nos commentaires aucune invective, pirouette ou grossièreté.

B-La personne condamnée est un parlementaire appartenant à un parti national , dont le leader fait campagne depuis des années sur la moralisation de la vie publique .
Que disent ce parti et son leader de la situation de ce parlementaire ?
Combien le Parlement compte-t-il actuellement de membres condamnés pour harcèlement moral ? pour harcèlement sexuel ? et pour harcèlement moral et sexuel?
Dans combien d' Affaires jugées , en première instance , en appel ou en Cassation , ce parlementaire est-il impliqué ?
Qu'en disent les alliés locaux de cet élu ?
Qu'en disent les mouvements de défense des Droits des Femmes ?

C-Tout ceci relève de l' information et devrait aider chaque lecteur à forger son opinion , loin des développements inqualifiables que certains cherchent à développer ici pour des raisons qui ne servent pas loin la vie publique et ceux qui ont mandat de l' organiser .

D-Il serait , à ce stade , urgent de demander à M. BAYROU son analyse , lui qui a démissionné de son poste de ministre alors qu'il était soupçonné d' avoir usé de financements publiques dans l' intérêt de son parti.
c'est ce que je suggère à Zinfos de regarder.

45.Posté par Kayam le 25/02/2018 00:33

Moi, je serais vraiment très en colère si je souffre et suis en détresse, que je confie mes états à un professionnel de santé - en l'occurrence un psycha/cho/chia et compagnie- et que cela arrive dans la presse.
Le secret professionnel la-d'dans ? S'agit-il de vrais documents ?

Si une personne subit des harcèlements -moral et sexuel- est-ce qu'elle a le droit de hurler dans le bureau, d'envoyer dans la tête du/de la fautif-ve une agrafeuse ... Qu'est-ce qu'elle risque ... La perte du boulot mais son honneur serait sauvé.
Un vrai scandale devant tout le personnel, rien de tel que cette preuve ! oui ? non ?
Du harcèlement à la sauce rentre-dedans 🔁 ... pas trop appétissant tout ça !

1 2
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie