MENU ZINFOS
Faits-divers

Harcèlement moral à la mairie de Saint-Benoît : Un invraisemblable panier de crabes !


Séance correctionnelle du mardi 15 juin 2021.

Par - Publié le Mercredi 16 Juin 2021 à 14:58

Harcèlement moral à la mairie de Saint-Benoît :  Un invraisemblable panier de crabes !
« On m'a toujours reproché mon indulgence... Je suis trop respectueuse des gens pour faire ça... Il y a du bon en chacun... J'étais la Mère Térésa dans cette commune... » Et ce n'est qu'un petit florilège de ce que l'accusée a trouvé pour se défendre devant le tribunal où elle était convoquée pour avoir pourri la vie de l'ingénieur en chef communal, René Chane Laï, des années durant. Elle n'a pas cité Jésus, l'abbé Pierre ou Rigoberta Menchu mais c'était à un poil près.

Marylise C-K-B., directrice générale des services à la mairie de Saint-Benoît sous le règne de Jean-Claude Fruteau, était accusée ni plus ni moins de harcèlement moral envers l'ingénieur en chef en charge des bâtiments et des projets de réaménagement de cette commune. Mais ne voit pas du tout ce qu'on peut lui reprocher. « En fait, nous sommes des compagnons de route. Nous avons travaillé ensemble, ayant été embauchés quasiment en même temps. C'est un excellent technicien qui sait de quoi il parle, dit-elle de sa victime. J'ai beaucoup d'amitié pour lui ». Oups ! Qu'est-ce que ça aurait été si elle ne l'aimait pas, alors. Parce que...

Combines, coups bas, trahisons et Cie.

Architecte de formation, René Chane-Laï a été embauché à la commune de l'Est en février 1984, pour un simple contrat d'une année. II ne l'a plus quittée depuis : il est aujourd'hui Ingénieur en chef au 9è échelon, ce qui laisse supposer une certaine qualité de compétences et de travail. Marylise C-K. Entre dans les services communaux un an après son « ami d'enfance et d'école ». Elle est DGS (directrice générale des services).

De longues années durant, l'entente paraît cordiale, jusqu'en 2015 quand les conditions de travail de l'architecte se dégradent brutalement. Comment en est-on arrivé là ? L'histoire ne le dit pas mais les instances communales, là-bas, semblent être le pire des paniers à crabes de notre connaissance. On sait bien que dans les services municipaux de France, de Navarre, de Pétaouchnok ou du Tampon, c'est jalousies, combines, coups bas, trahisons et compagnie. Mais à ce point !

Pour preuve : pas un seul représentant de la commune n'est là. Une omerta parfaite ; pour vivre heureux, vivons couchés ! « C'est pas à moi de... C'est l'autorité qui... C'est le DGA... C'est la DGS... C'est le DRH... C'est à eux de voir... Je ne signe rien, moi... C'est tout juste si je le connais... » Je suppose que plus d'un enquêteur (soulignons le travail de fourmis des gendarmes) a dû s'arracher quelques poignées de tifs.

Parce qu'il faut souligner qu'on a droit à deux grandes premières dans cette histoire d'une débilité confondante.

Et d'une, c'est bien la toute première fois qu'une femme est accusée de harcèlement. D'habitude, c'est plutôt les mecs. Et de deux, c'est aussi la première fois qu'une commune porte plainte contre sa directrice générale des services. Excusez du peu. Les faits reprochés à l'accusée laissent pantois et seraient de nature à dissuader qui que ce soit d'entrer dans la fonction publique territoriale. Heureusement qu'il y a quand même de bons fonctionnaires territoriaux.

« Son fichu caractère »

L'architecte, dont le dossier ne révèle aucun manquement durant ses décennies de service, se voit changé de service sans préavis. Puis son bureau est déménagé dans le service de gardiennage. On le colle au conseil de discipline pour un vague motif de désobéissance totalement faux au demeurant. La sanction de ce conseil sera annulée par le Tribunal administratif. Son poste est supprimé. On ne lui donne plus rien à faire. Il disparaît de l'organigramme communal du jour au lendemain. Il se retrouve enfin déplacé à l'étage d'un bâtiment communal insalubre, seul, sans secrétaire, sans feuille de route : il passe là ses journées solitaires, à se dégrader moralement, psychologiquement et physiquement. Une détresse morale médicalement constatée.

A côté de ces harcèlements physiques, il y a les intentions plus ou moins larvées rapportées par témoins. Du style : « Je lui réglerai son compte, à ton collègue, et puis ce sera ton tour ! »

Pourtant, affirme l'accusée, « Je discute ; je n'impose jamais rien. Je n'ai jamais eu de problème avec lui. Je n'ai rien à lui reprocher. Je reste bienveillante envers lui ».

Avant de dire quand même : « S'il a des problèmes avec tout le monde, c'est sans doute à cause de son caractère et il a loupé là une belle carrière » .

Toujours est-il que si seule la plainte de l'architecte a été prise en considération, plusieurs autres, classées sans suite, ont été déposée contre la dynamique DGS.

Faut-il y voir la conséquence d'une guerre des clans ?

Une poubelle aux relents nauséabonds

La politique repointe le bout de son nez. Selon un témoin : « Le but des menaces, des actions sournoises, était de nous faire craquer pour que nous partions, parce que René ou moi, et quelques autres aussi, n'avons jamais adhéré à aucun parti politique et dans l'administration communale, c'est très très mal vu ».

Restent quelques textos soigneusement récapitulés par les enquêteurs, comme celui-ci, de l'accusée envers sa victime : « Tu fais toujours tout pour pourrir l'image de la mairie ! » Drôle de preuve d'amitié.

Tout au long des débats il en sera ainsi, avec dénégations, contre-vérités, faux-fuyants, dénis. L'affaire soulève un drôle de couvercle de poubelle, laquelle dégage des relents de tiraillements, de luttes d'influence, de rancoeurs, coups bas, coups en douce, coups fourrés, trahisons ici ou là, inimitiés, on-dits et autres ladi lafé. Le tout-venant de la perversité, en somme.

« Méchanceté sans limites... sadisme... » (sic !)

Me Iqbal Akhoun, pour la victime, n'eut aucun mal à mettre en avant l'isolement physique et moral de son client, l'inoccupation forcée, les procédures disciplinaires sans rime ni raison « pour un ingénieur en chef au dossier sans le moindre accroc 35 ans durant ». L'avocat a également souligné le déni total dans lequel s'enferre l'accusée, et sa mauvaise foi. Ce fut le premier boulet.

Le bâtonnier Georges-André Hoarau, mandaté par la commune, partie civile, a tiré comme à son habitude, une volée de boulets rouges. Pourquoi cette partie civile ? Parce que l'architecte, rémunéré à hauteur de 5.000 euros mensuels, a été payé des mois durant à ne rien faire, sans que ce fût de sa faute. La commune tient donc à récupérer, à travers la DGS, les salaires versés à contre-raison. Quelques dizaines de milliers d'euros.

Se plantant du haut de son mètre quatre-vingt-dix devant l'accusée, haute d'au moins un mètre soixante (elle faisait pitié sous les assauts de l'avocat saint-pierrois), il l'a littéralement écrasée sous ses coups de boutoir : « Mère Térésa, non mais... Quel tricotage !... Si tous vos amis sont dans cet état (il pointe du doigt l'architecte)... Méchanceté sans limites... Sadisme... » et j'en passe. Si l'intervention du bâtonnier fut très brève, quelle charge, les amis !

La Procureur a insisté sur la souffrance réelle, le manque de considération comme de respect dont la victime a pâti, la volonté manifeste de le démolir physiquement, le « déni infantilisant » de la DGS, avant de demander 18 mois avec sursis à son encontre.

Me Rapady, comme à son habitude, a pris tout son temps pour décortiquer millimètre par millimètre, les moindres arcanes de ce dossier hors du commun. Soulignant que l'accusée, elle aussi, n'a aucune mauvaise mention à son dossier, l'avocat, très habilement, a soulevé les contradictions troublantes du dossier. Venant à « enfoncer » la victime, Me Rapady a demandé la relaxe de sa cliente.

Verdict le 17 juillet.
 


Jules Bénard
Le plus ancien de l’équipe ; la mémoire de Zinfos. Jules Bénard, globe-trotter et touche-à-tout... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par klod le 16/06/2021 16:57

les "paniers de crabes " ds certaines administrations ....................: la vie de ts les jours avec ses hypocrisies ............ non , le travail ce n'est pas la santé !!!!

2.Posté par Choupette le 16/06/2021 17:06

« Tu fais toujours tout pour pourrir l'image de la mairie ! »

C'est vrai que la mairie a triste mine ... .


(ironie)

3.Posté par georges le 16/06/2021 17:26

la vraie vérité c'est de poser les vraies questions : que fait monsieur CL aujourd'hui, en juin 2021, avec comme une nouvelle municipalité bienveillante et une nouvelle dgs humaine : c'est quoi ses dossiers, c'est qui son équipe, à qui il rend des comptes, et surtout combien il touche comme salaire pour faire cela c'est à dire rien ?

4.Posté par té bana le 16/06/2021 18:35

A Georges
Pourquoi? Vous croyez que les sbires de l'ex-DGS ne sont plus actifs et qu'ils ne sont plus sa marionnette à la mairie? Ils lui sont redevables de brillantes carrières, alors qu'ils sont incapables de passer un concours et écrivent papa avec trois "p"!
Vous parlez de la nouvelle DGS? Soit elle est intelligente et ne se fera pas manipuler par qui que ce soit, soit elle se fera manipuler par les suppôts de l'ancienne et se fera avoir comme un bleu! L'avenir nous le dira! Elle exerce ses fonctions depuis le 1er octobre 2020 et si elle prend le même chemin que l'ancienne, elle sait que les procédures judiciaires sont là pour rétablir le droit des agents! Laissons-la travailler et espérons qu'elle ne commettra pas les mêmes erreurs que l'ancienne et qu'elle saura raison garder! Pour cela, elle devra rester sur ses gardes et se méfier des anciens complices de harcèlement moral... Il faut faire confiance à la jeunesse diplômée!

5.Posté par Jujube le 16/06/2021 20:14

Je suis d'accord qu' il faut dire la vérité et non une version, je dirait même qu'il faut dénoncer la paresse, je pèse mes mots
pendant qu'on travaille toutes nos heures, Calimero de la mairie de st benoît est payé à ne rien faire, rien ! mais aujourd'hui on dirait qu'il ne se plaint plus de son placard, tout le monde trouve son compte dans la fumisterie,

6.Posté par Jacadis le 16/06/2021 20:55

Franchement, rien ne me surprend de cette dame, pour en avoir fait les frais sur le plan politique ! elle avait tout en mains, elle menait tout le monde à la baguette, mais pas une baguette comme on en connait mais plutôt avec une fine baguette, et de manière très très sournoise ! elle avait toujours le grand sourire devant vous, elle vous faisait croire qu'elle allait tout faire pour vous, c'était la professionnelle, la fonctionnaire idéale ! mais une fois que vous étiez sorti de son bureau, le fouet était déjà prêt !!!!!!! pour ma part, j'ose espérer que le nouveau maire déterre des dossiers qui confirmeront le vrai visage de cette dame que beaucoup pourraient en témoigner ! en tous les cas, content que st benoit ait tourné la page de toute cette mafia ......

7.Posté par wtf le 16/06/2021 22:43

La FPT ne s'en sort pas grandi avec ce genre d'histoire. Trop de politisation dans ces mairies, les gens doivent être au poste X, y Z en raison de leur capacités et non pour faire la place à untel parce que ce dernier "vote mieux". C'est la population qui au final en pâtit et le 1er magistrat concerné, qui à un moment ne peut plus se cacher derrière la prétendue incompétence de untel ou l'autre tel à partir du moment ou les capables, en raison de cette caractéristique qui fait qu'elles/qu'ils peuvent lui expliquer que ça, c'est pas possible, du moins, selon cette méthode, sont placardisé .

Dans le cas présent, c'est quand même gros doigt d'isoler une personne comme ça sans que son N+1 ne lui donne missions et ose par al suite demander restitution d'un indu créer volontairement. Il y a énormément de souffrances morales là dedans. Que cette affaire en délie d'entre de ce type de filet des "petits chefs". Avoir des responsabilité, implique un usage réfléchi de ses pouvoirs.

8.Posté par Réunionnais aux urnes le 17/06/2021 07:02

Vous ne pouvez plus diriger un service sans vous retrouver harceleur !
La mode est le bien être au travail ..... donc vous devez laisser faire.

Tout un programme dans l'Education Nationale et dans les autres administrations.

Le gens sont bien payés et vous n'avez pas le droit d'exiger des contreparties.

Les encadrants sont harcelés par les gens qui dysfonctionnent, par contre eux n'ont pas le droit de se plaindre, le stress est permanent ! mais qui s'en soucie ?

surement pas les autorités car pas de vague car les syndicats veillent au grain ! une bande de fainéants et d'hystériques dont le métier est d'emmerder les gens qui bossent pour défendre les brebis galeuses contre une cotisation.

Ces brebis galeuses ont toutes un pet de travers, souvent reconnu handicapé pour le travail par la MDPH et se cachent derrière ce statut pour ne plus rien faire.

Sans compter les incompétents qui ne veulent pas évoluer et monter en compétence pour des emplois qu'ils occupent et dont c'est la mission !

Alors avant de crier au loup contre les bosseurs ......


Un dernier rapport de la cour des comptes indique que les services publics coutent de plus en plus chers avec des services au publics de plus en plus défaillants ! Surtout dans les collectivités territoriales

9.Posté par totoche le 17/06/2021 07:05

A jacadis :C'est un devoir d'informer la justice ou l'actuel maire sur les dossiers litigieux!

Il faut dire que l'ancien maire a perdu la santé et cette dame, avec la complicité de la DRH, des DGA et de sa cour royale (syndicats, élus, agents incompétents etc...), a exercé des pressions sur beaucoup d'agents qui ont perdu la santé physique et mentale. Certains de ses fidèles compagnons lui seront éternellement fidèles, d'autres l'ont lâchée! L'ancien maire a essayé de la stopper dans ses agissements mais vainement. Une seule plainte est retenue pour l'instant et les autres classées pour ne pas la condamner à de la prison ferme. Mais ce n'est pas lui faire du bien parce qu'elle se croit toute puissante... La souffrance des agents a bien existé! Que justice soit faite...

10.Posté par Davidgoliath le 17/06/2021 08:35

Vu l'état général de la commune après 30 années de règne du maire fantôme, on n'est pas étonné qu'il se soit entouré de bras cassés dont la fameuse ou fumeuse DGS, la géographie mène à tout.

11.Posté par oté la Réunion le 17/06/2021 10:51

Les DGS sont des emplois politiques à la Réunion et la plupart n'ont pas de diplômes, pas le niveau ni l'expérience ni la compétence... Cette dame n'a réussi à aucun concours... Ils sont protégés par les maires pour faire des coups bas. Ce sont de bons manipulateurs, menteurs et encu...eurs de mouches et connaissent les petits secrets de nos maires et présidents. Ils sont docteurs en magouilles. Amis et ennemis selon le vent...
19 millions de dettes : au lieu de faire son boulot et gérer la commune, elle a fait du harcèlement moral. C'est la population qui en paie les pots cassés

12.Posté par MICHOU le 18/06/2021 08:50

C'est hélas ce que vivent beaucoup d'agents dans la Fonction Publique. Malgré cette réalité, l'ancienne ministre de l'Outre Mer qui était ministre de la Fonction Publique, s'est permise , après des suicides de médecins en IDF, d'accuser un internaute de tenir des propos malveillants, parce qu'il confirmait la maltraitance et le burn out. Mise au placard, isolement, brimades quotidiennes........
Sous prétexte qu'il y a une sécurité de l'emploi, on pense que tout est rose mais contrairement au privé, il n'y a pas d'inspection du travail, de prudhomme, seul un tribunal administratif peut être saisi mais c'est une autre affaire on ne voit hélas pas quand on ne veut pas voir

13.Posté par MICHOU le 18/06/2021 08:54

A11 Ce n'est pas un privilège chez nous , en Seine Saint Denis, c'est pire et il y a quelques années, un très bon journaliste d'investigation avait fait une enquête pointue concernant le Département de la VIENNE, édifiant!

14.Posté par MICHOU le 18/06/2021 08:58

Encore une fois, cela montre qu'un véritable travail interne est à faire .A lire certains, il ne s'agit pas seulement de ce Monsieur mais d'une hiérarchie qui sévit depuis longtemps, alors pourquoi le procureur n'a t il jamais été saisi?

15.Posté par MICHOU le 18/06/2021 08:58

Encore une fois, cela montre qu'un véritable travail interne est à faire .A lire certains, il ne s'agit pas seulement de ce Monsieur mais d'une hiérarchie qui sévit depuis longtemps, alors pourquoi le procureur n'a t il jamais été saisi?

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

3 rue Émile Hugo
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes