MENU ZINFOS
Faits-divers

Harcèlement conjugal: "Quand vais-je retrouver une vie normale?"


Un quadragénaire a été renvoyé derrière les barreaux ce jeudi matin suite à une décision de la cour d'appel. Après une séparation et un divorce houleux, le père de famille n'a eu de cesse d'harceler son ex-épouse et de lui faire subir des violences psychologiques et administratives.

Par IS - Publié le Jeudi 16 Septembre 2021 à 17:37

C'est sur une plage de l'ouest qu'en dépit d'une interdiction d'approcher, l'ex-époux a harcelé à plusieurs reprises la mère de ses enfants (Photo d'illustration)
C'est sur une plage de l'ouest qu'en dépit d'une interdiction d'approcher, l'ex-époux a harcelé à plusieurs reprises la mère de ses enfants (Photo d'illustration)
Didier* est un prévenu comme on a peu l'habitude d'en voir sur le banc des prévenus de la cour d'appel. Il porte des petites lunettes d'intellectuel qu'il met et enlève sans cesse pour cacher sa nervosité et s'exprime avec une grande aisance. Trop peut-être car le prévenu, jugé ce jeudi matin devant la cour d'appel de Saint-Denis, agace visiblement les magistrats.

Le 17 mai dernier, l'époux indélicat a été reconnu coupable de harcèlement sur son ex-femme et a écopé de 18 mois de prison pour finir derrière les barreaux. Car entre décembre 2020 et février 2021, alors que cette dernière bénéficiait d'une ordonnance de protection délivrée par le juge aux affaires familiales, l'homme est venu plusieurs fois l'importuner. Et c'était loin d'être une première puisqu'en 2016, il avait déjà été jugé et incarcéré pour des violences conjugales avec, en prime, une injonction de soins.

Des blessures invisibles

Malgré une interdiction de contact, de nombreux appels et textos auraient été passés, "il y en a 15 pages" a indiqué le président de la cour. Puis, en janvier dernier, alors qu'elle nageait dans le lagon, il l'avait abordée et saisie par la cheville en lui intimant de retirer ses plaintes. L'ex-épouse avait alors été équipée d'un téléphone grave danger. Quelques semaines plus tard, en février dernier, Didier avait recommencé. Pendant qu'elle le filmait en train de lui barrer la route, il avait attrapé le portable et l'avait jeté à l'eau. "Je ne l'ai pas jeté, je l'ai pris d'un geste doux et naturel" s'est justifié le prévenu donnant plusieurs explications malgré le recadrage insistant de la cour. Après moultes péripéties, les gendarmes avaient réussi à retrouver sa trace au Case de Trois-Bassins. 

"Une bêtise"

Comme lors de son premier procès, Didier a affirmé ne pas être l'auteur des appels et des SMS, ceux-ci ayant été envoyés d'un téléphone prépayé donc impossible à retracer. Mais pour l'épisode du téléphone lancé à la mer qui s'était déroulé devant des témoins intervenus afin de le neutraliser, Didier a reconnu avoir fait "une bêtise".

Ce à quoi le président, visiblement excédé, a répondu du tac au tac: "ici, on juge pas les bêtises mais les crimes et les délits".

Représentant sa cliente, l'avocate de la partie civile a évoqué "une pollution mentale" subie quasiment tous les mois depuis 2018 ainsi que l'obligation de déclencher le téléphone grave danger à plusieurs reprises à cause d'un homme jugé "dangereux" par les experts l'ayant examiné. "Les blessures de madame sont invisibles mais son traumatisme est massif  à cause des violences psychologiques, mais aussi administratives vu le nombre de procédures engagées, a ajouté la robe noire. Quand pourra-t-elle enfin retrouver une vie normale ?".

Bracelet anti-rapprochement ?

Pour enfoncer le clou, l'avocate générale a rebondi en indiquant que "tout l'arsenal dont on équipe les femmes victimes" avait été déployé et que le seul moment où la victime était tranquille c'était lorsque l'ancien époux était détenu. La représentante de la société a proposé la peine de 2 ans d'emprisonnement dont 6 avec sursis probatoire et un placement sous bracelet anti-rapprochement avec une pré-alerte déclenchée si présence à moins de 20 km et une alerte à moins de 10 km.

De son côté, la défense a plaidé le fait que madame n'avait "aucune égratignure" suite aux différents incidents relatés et "aucun jour d'ITT". Le conseil du prévenu a souligné "l'attitude ambivalente de l'épouse" et souligné "le choc carcéral de son client" dû à la privation de liberté.

Didier continuera à dormir en prison. La cour a confirmé le jugement rendu par le tribunal correctionnel de Saint-Pierre et prononcé une interdiction de paraître dans les communes de Saint-Leu, Saint-Paul et Trois Bassins à sa sortie. La proposition du bracelet anti-rapprochement n'a pas été retenue.

*Prénom d'emprunt




1.Posté par Lulu le 17/09/2021 07:26

jusqu'au jour où.......il pètera un câble et on connait l'issue hélas!

2.Posté par Gaius Appuleius Dioclès le 17/09/2021 07:42

Encore un "homme" qui pense que sa femme (ex) lui appartient.
Va en Afghanistan mec ou dans un de ces trop nombreux pays dans lesquels la femme appartient à l'homme.

3.Posté par Nany le 17/09/2021 10:22

@lulu post 1... c'est tout à fait ça.

4.Posté par Iza le 17/09/2021 10:25

Depuis 2018, cet homme la harcele, malgré des démarches ô combien contraignantes, administratives et 3 ans plus tard, elle est toujours harcelée...

5.Posté par Samous le 17/09/2021 12:43

Mon ex-femme nous harcèle, moi et ma famille, depuis 3 ans. Elle partage mon numéro de téléphone avec de nombreuses personnes et leur dit de m'appeler. Elle crie devant ma maison. Elle prend des photos de moi et apporte des choses au hasard chez moi. Personne ne s'en soucie parce que je suis un homme. Ni la police, ni les juges. Sans violence physique, pas de solution. Donc, jusqu'à ce qu'elle me frappe ou me tue, rien.

6.Posté par Avertit le 17/09/2021 15:35

Post 2 oula vivre dan bande pays la pou connaître !arete compare !!! oule inutile là

7.Posté par Ats le 17/09/2021 18:35

Plus de 10 ans que dure cette histoire, cet homme qui a trompé tout son entourage, était parmi les profs les plus respectés du lycée des avirons... un vrai malade mental qui une fois sorti continuera ses péripéties mais aussi de pourrir le cerveau déjà bien entamé de ses 2 enfants...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes