Courrier des lecteurs

Happy New Year saison 3

Mercredi 7 Février 2018 - 17:13

Contre toute attente, le petit Pravind propulsé dans les plus hautes sphères du pouvoir par son géniteur continue de régner sur le petit caillou mauricien. Le petit Pravind vaut certainement mieux que sa caricature mais son besoin de faire comme papounet l'en a rendu prisonnier. L'ombre du père plane. L'Artiste- car il a du talent- fait son show habituel : un mélange de populisme, de repenti surdoué et de Trudeau's style à la mauricienne, le charisme et le physique en moins. Ce qui ne donne au final rien de convaincant.


Happy New Year saison 3
Comme chaque début d'année entre les vœux, les prédictions et les résolutions, y'a toujours le stress de l'élève qui veut faire une belle rentrée mais qui a déjà repéré  du coin de l'œil dans son agenda les jours fériés, petits ponts et grands week-ends prolongés. Tout en se souciant des prévisions météo comme si sa vie en dépendait.  

Alors que les petits mauriciens ont vu leur rentrée reportée d'une journée pour cause d'intempéries, du côté de l'assemblée, on est fermé jusqu'à fin mars. Ainsi en a décidé le petit Pravind. Il faut dire que l'année fut difficile. Très difficile. C'est un rythme à prendre quand on a un jour, un scandale.  

Pourtant il a tout donné. Pravind a démarré son mandat comme Martine:

Pravind joue au karom 
Pravind joue au ping pong 
Pravind se rend en pélérinage à Grand Bassin 
Pravind en mode opération "nettoyaz et ramasse saletés " du pays 
Pravind à Rodrigues  
Pravind donne son sang version Twilight 
Pravind inaugure des parkings ou centres commerciaux dans sa circonscription en serrant la pince aux grands donateurs qui financent son parti 

Malgré des intentions louables, l'élection de la partielle n18 et le candidat élu Arvind Boolell du PTr a laissé pas mal de monde groggy. Voter Boolell c'était voter un retour pour Navin Ramgoolam.  Certains ont encore la gueule de bois et attendent que ça passe. Sauf que comme les dépressions les tropicales de saison. Ça s'enchaîne. De quoi refiler le bourdon. Il va bien falloir affronter la défaite.  

Le petit Pravind continue sous la huée populaire à s'acheter une image et un taux de popularité qu'il n'obtient pas sur le terrain. Le bienheureux s'est vu attribuer le prix Mandela de Gouvernance pour l'édition 2017 du Prix Mandela. 
Grand bien lui en fasse. Ça sent une fin de règne programmée. Un Prix Mandela certes mais que nos amis africains adorent distribuer comme on en trouve sur EBay.  

C'est tout de même bien vendu le machin.  

"Pour sa stratégie de diplomatie économique consistant à placer les investissements à l’avant-garde, pour son engagement à promouvoir des procédures internationales éthiques et transparentes dans le domaine des services financiers et de la coopération fiscale, sa vision d’une île Maurice moderne, prospère et visionnaire, avec un centre financier international responsable qui lutte contre l’évasion fiscale transfrontalière et les malversations financières." 

Bla-bla-bla  

On est rarement déçu, un vrai champion. Ça sent l'almanach en tête de gondole à la Fnac pour les prochaines fêtes ou le Prix Nobel machin chose. Simple oubli ou déni, il faut rendre à César ce qui appartient aux Oscars, enfin un truc du genre. Le petit lauréat du Prix Mandela a participé à la destruction de l'empire Rawat, Betamax et j'en passe par vengeance politique avec des conséquences qui laissent au pays un héritage criblée de dettes pour plusieurs générations.  


Dans le même tempo de stupidités, comme chaque année, le fan-club de Sir Anerood Jugnauth a organisé un dîner de fin d’année en l’honneur du ministre mentor. L’occasion pour SAJ de faire le bilan du gouvernement et d’évoquer, tout en critiquant avec virulence l’ex- Premier ministre Navin Ramgoolam, sa retraite à la fin de ce mandat. S'il a refilé le poste de Premier ministre à son fils (selon la Constitution) mais qui moralement est une passation de pouvoir du monarque à son rejeton. Il continue d'occuper un poste d'emploi fictif. Ministre Mentor. On a rien trouvé de mieux que le rôle de baby sitter.  

Comme d'habitude, papy fait de la résistance. Entre salves rageuses et crise de démence face à l'ingratitude du petit peuple, il s'est offert un bilan avec toute l'humilité qui l'honore. C'est durant son règne et celui du petit Pravind que le gouvernement "a remis le pays sur les rails une fois de plus". On n'est jamais mieux servi que par soi-même. Alors autant y aller à fond. 

Théâtralement il annonce que c’est son dernier mandat. "Je ne viendrai plus vous demander de vote", ajoutant que "c’est la dernière fois que je viens sauver le pays".  

Vive Rambo ! 
La Mauricienne
Lu 574 fois


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie