MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

"Halte à l’élitisme conservateur !"


Démocratiser l’école et la réussite, c’est l’essence de l’élitisme républicain

Par Maya Akkari (responsable du pôle Education du think tank Ter - Publié le Lundi 18 Mai 2015 à 17:02 | Lu 161 fois

"Halte à l’élitisme conservateur !"
La réforme du collège fait face à une opposition de principe qui ne s’intéresse guère à la réalité des mesures annoncées. La polémique ignore l’essentiel, la lutte contre l’échec scolaire, estime un collectif dans une tribune au " Monde".

La réforme du collège portée par la ministre de l’éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem, est accusée de sacrifier l’enseignement de l’allemand et des langues anciennes, et de pervertir les programmes d’histoire. On peut naturellement débattre de l’opportunité de cette réforme, ou discuter de la manière dont elle est conduite, mais il est inutile de lui faire dire ce qu’elle ne dit pas.

Le sacrifice de l’allemand ? La réforme va, en réalité, mettre fin aux classes bilangues, qui permettent, aujourd’hui, à 16 % des élèves de 6e et de 5e d’apprendre deux langues vivantes, dès le début du collège. Il est vrai que ces classes ont permis de soutenir l’apprentissage de l’allemand dans notre pays. Mais, la même réforme va imposer à tous les collégiens l’apprentissage de deux langues vivantes dès la 5e, ce qui est une bonne nouvelle.

Les expérimentations de ce système, qui ont été conduites à Rennes et à Toulouse, suggèrent, en outre, que l’enseignement de l’allemand ne sera pas sacrifié, au contraire. Enfin, l’année de langue vivante perdue par 16 % des collégiens en 6e sera, en revanche, une année gagnée pour les 84 % restant, dès la 5e.

Le sacrifice du latin ? La vérité est que les collégiens qui désirent étudier le latin pourront le faire dans le cadre des heures consacrées aux enseignements pratiques interdisciplinaires (EPI), ou dans le cadre d’horaires aménagés à dessein.

Ces EPI, sur lesquels pèse un étrange soupçon de principe, ne sont nullement des enseignements au rabais. Ils introduisent, de manière mesurée, des méthodes de travail faisant davantage confiance à la capacité d’apprentissage et à la curiosité des élèves. Ils incitent également les équipes enseignantes à construire des projets dans leur établissement, dans le cadre de programmes nationaux.
Outils de sélection

La perversion des programmes d’histoire ? L’idée selon laquelle l’enseignement de l’histoire du christianisme deviendrait optionnel, alors que celui de l’histoire de l’islam serait obligatoire, ne tient pas davantage la route. En réalité, c’est l’enseignement du christianisme médiéval qui deviendrait optionnel en 5e. Pour autant, l’étude de la naissance du christianisme figurait déjà – et se maintient – au programme de 6e.

Par ailleurs, la religion et la culture chrétiennes sont présentes dans quantité d’autres items du programme : il est ainsi difficile de ne pas les évoquer au sujet de l’Occident médiéval, des pouvoirs du roi ou de l’Empire byzantin… Quant à l’étude de la naissance de l’islam, elle n’a rien de nouveau : elle était déjà obligatoire !

Mais les pourfendeurs de la réforme ne s’intéressent pas au détail des mesures. Ils sont surtout animés par un élitisme conservateur. Celui-ci s’illustre, en particulier, dans leur défense de l’enseignement du latin. Ils dramatisent ce symbole, comme si le socle de nos vertus civiques reposait sur la déclinaison latine, et comme si la bonne pratique de notre langue dépendait de la capacité de chacun de traduire dix lignes de Cicéron.

Mais, si tel était le cas, il faudrait imposer l’apprentissage du latin à tous les élèves ! Ce que personne ne propose. En réalité, le latin n’est pas défendu pour ses vertus propres, mais pour ce à quoi il sert en pratique : l’identification et la sélection des bons élèves.

Le choix de l’allemand comme première langue vivante ainsi que les classes bilangues ont souvent eu la même fonction, du reste : ils ont servi à constituer des classes de niveau à l’intérieur d’un collège prétendu unique. Autrement dit, ils ont été des outils de sélection indirecte dans un contexte censé empêcher ou différer la sélection. Ce n’est faire injure à personne de constater que ce n’est ni le latin ni l’allemand qui intéressent le plus les enfants de l’élite, mais plus simplement leur " rendement scolaire ", autrement dit les avantages que cela leur procure dans la hiérarchie scolaire.
Peurs identitaires

En réalité, l’élitisme des adversaires de la réforme ne sert qu’en apparence la cause de l’allemand et du latin. Car, quoiqu’ils s’en défendent, il consiste surtout à mettre le conservatisme culturel au service de l’utilitarisme le plus plat. Ils se font ainsi les alliés ou les idiots utiles d’un esprit de compétition qui n’est guère animé par l’amour des grandes œuvres de l’Antiquité ou le goût de l’amitié franco-allemande, mais le plus souvent par le simple désir d’entre-soi des élites.

A cet élitisme conservateur s’ajoutent les peurs identitaires de ceux qui fustigent le dévoiement des programmes d’histoire. Car ce qu’ils redoutent est l’ensevelissement de l’identité française sous la repentance postcoloniale, l’ouverture à l’islam et le culte des pages les plus sombres de notre histoire… Outre qu’elles sont souvent infondées, comme on l’a vu, ces attaques traduisent une étrange conception de l’enseignement de l’histoire.

Que recherche-t-on à travers lui ? Le développement de l’enthousiasme patriotique ou l’éducation d’un citoyen capable de s’orienter à la lumière des enseignements du passé ? Dans le premier cas, les programmes d’histoire devraient s’efforcer – et pourraient se contenter – de raconter une belle histoire. Dans le second cas, ils ont vocation à s’approcher de la vérité et à dissiper les fantasmes. C’est, selon nous, cette seconde version qui doit être privilégiée dans l’intérêt de tous.

Mais, surtout, pendant que ces polémiques occupent la chronique, on ne s’occupe pas de l’essentiel : la lutte contre l’échec scolaire. Tout le débat se concentre sur le contenu des programmes d’histoire et sur les supposées pertes de chances qu’un recul du latin ou de l’allemand pourrait imposer aux meilleurs élèves. Mais on n’accepte toujours pas de prendre en considération les pertes d’opportunité des élèves en difficulté, ou même des élèves moyens.

Ce qu’il faudrait valoriser, c’est justement tout ce qui permet de combattre l’échec scolaire. Et cela passe de plus en plus par des programmes moins lourds et par des stratégies pédagogiques pensées à l’échelle de l’établissement. Les médiocres résultats du collège français dans les comparaisons internationales, mais aussi l’image dévalorisée des élèves et des enseignants qui s’y développe justifient largement qu’on cherche à rompre avec le mythe d’un traitement uniforme des collégiens et qu’on retrouve, derrière l’image abstraite de l’élève, des situations d’enseignement plus réalistes.

C’est le chemin qu’ouvrent les EPI. Ces débats sont certainement moins grandioses, mais sans aucun doute beaucoup plus utiles à l’intérêt général.

Maya Akkari (responsable du pôle Education du think tank Terra Nova), Christian Baudelot (sociologue), Laurent Bigorgne (directeur du think tank Institut Montaigne), Anne-Marie Chartier (historienne), Roger Establet (sociologue), François Dubet (sociologue), Dominique Julia (historien), Marc-Olivier Padis (directeur de la rédaction de la revue " Esprit "), Antoine Prost (historien), Thierry Pech (directeur général de Terra Nova) et Benjamin Stora (historien)

Maya Akkari




1.Posté par Gérard Jeanneau le 19/05/2015 14:07


Grand Dieu ! une belle brochette pour vanter la marchandise de dame Belkacem ! Des brasseurs d'air qui n'ont jamais mis les pieds dans une classe de CP, de CM2, de 6ème, etc. Nos brasseurs ont trouvé le remède : les EPI. Diable ! la guerre est déclarée dans les collèges : c'est à qui va pouvoir tirer la couverture à son profit pour sa matière préférée avec une méthode innovante pour la circonstance. Bref ! des EPI qui seront des épines dans le pied de beaucoup de collègues. Et ma foi, pourquoi donc faire simple quand on peut faire compliqué ? C'est dans l'air du temps !


Je me souviens : dans une classe de 4 ème, j'avais un peu trop laissé dans son coin un brave élève qui ne pouvait que contempler les murs. Vers la fin de l'année, je lui ai dit : "Maintenant, je ne m'occupe que de toi" ! Et j'ai commencé à écrire au tableau : le fameux b a ba, comme je l'avais appris moi-même. Il était aux anges ! A la seconde heure de classe, devant la porte de la classe, il quitte les rangs et me dit : "Monsieur, on continue". J'avais Banban dans ma classe.

Et lorsque je faisais mes premières armes dans l'enseignement, un inspecteur primaire m'a demandé de l'accompagner pour une épreuve de CAP dans une classe de CP : j'ai été ravi d'assister au b a ba qu'enseignait une maîtresse digne de ce nom. Et j'ai beaucoup appris en allant de classe en classe. Et si les jeunes enseignants faisaient ainsi leur noviciat, on pourrait faire l'économie de l'école normale.

Autre chose ! Un de mes professeurs d'anglais n'enseignait l'anglais qu'en anglais ! Ma foi, il maîtrisait la langue d'Albion si bien que pendant les vacances il devenait le recteur d'une paroisse de Londres. Dans le privé, on se privait pas de faire autrement que dans le public. Et si on enseignait les langues de la même manière, comme autrefois j'ai appris mon patois vendéen avec ma mère qui, sans le savoir, s'y connaissait en sémiologie !

Et mes camarades et moi étions, en ce temps-là, à bonne école.

Qu'en pense la charmante clique de brasseurs d'air ?

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes