MENU ZINFOS
Zinfos974
Zinfos 974, l'info de l'ile de La Réunion
Alertes infos :
National

Guadeloupe : Les négociations avec l'intersyndicale n'auront duré que 10 minutes


10 petites minutes. C'est en tout et pour tout ce qu'auront duré les négociations entre le ministre des Outremer Sébastien Lecornu et l'intersyndicale organisatrice des manifestations de protestation en Guadeloupe.

Par - Publié le Lundi 29 Novembre 2021 à 21:52

Pendant que les syndicats et le gouvernement font mine de négocier, les barrages continuent sur les routes (capture d'écran vidéo Twitter)
Pendant que les syndicats et le gouvernement font mine de négocier, les barrages continuent sur les routes (capture d'écran vidéo Twitter)
Le ministre des Outre-mer Sébastien Lecornu n'a rencontré que pendant une dizaine de minutes l'intersyndicale en Guadeloupe.

Se disant choqué par l'une des revendications des syndicats demandant l’arrêt des poursuites contre les manifestants arrêtés, le ministre avait posé comme préalable que les syndicats condamnent tous les actes de violence survenus depuis le début des manifestations, "et plus précisément les tentatives de meurtre sur les policiers et les gendarmes". Condition à laquelle les syndicats ont refusé de souscrire.

Tout comme ils ont refusé d'obéir à la limite d'une dizaine d'interlocuteurs qu'avait voulu imposer le ministre. Ils étaient trente. Ou le ministre recevait les trente représentants ou il n'y aurait pas de négociations.

Finalement, une délégation d'une dizaine de syndicalistes a rencontré le ministre, mais s'est contentée de déposer un cahier de revendications avant de ressortir.

La véritable raison de cet échec est peut-être cependant à chercher ailleurs. Parmi les 32 revendications avancées par l'intersyndicale, rebaptisé Collectif des organisations en lutte, et regroupant syndicats et partis politiques, une seule était de la responsabilité de l'Etat : l'abrogation de l'obligation vaccinale. Impossible, avait par avance répondu le ministre :  la République est une et indivisible et les lois doivent s'appliquer de la même façon partout le territoire.

D'où l'explication de la proposition d'ouverture de négociations sur l'autonomie. Le ministre ne l'a pas dit mais il l'a pensé tellement fort que tout le monde l'a entendu : "Si vous ne voulez pas appliquer les lois de la République, vous n'avez qu'à demander votre autonomie"...

La revendication concernant les coupures d'eau récurrentes en Guadeloupe est assez symptomatique, à cet égard. Les compétences eau et assainissement, jusqu'ici dévolues aux communes, ont été transférées par la loi NOTRe aux communautés d'agglomération depuis le 1er janvier 2020. Il est de notoriété publique que les communes, que ce soit en Guadeloupe ou en Martinique, sont très mal gérées et les maires en ont notamment fait la démonstration en n'effectuant pas les investissements nécessaires pour refaire les canalisations ou pour mettre en place les infrastructures nécessaires. Résultat : les canalisations sont de véritables passoires et l'eau est coupée parfois plusieurs heures, chaque jour. Que font les syndicats? Au lieu de demander des comptes à leurs élus incompétents, ils demandent à l'Etat de passer à la caisse...

Souvenez-vous. La situation était à peu près identique à La Réunion, il y a quelques années, dans le domaine de l'assainissement. Les maires refusaient de construire des stations d'épuration et les égouts se déversaient dans la mer. Il a suffi que le préfet porte plainte et que deux ou trois maires soient mis en examen pour que, comme par miracle, les stations d'épuration se sont mises à fleurir dans l'ensemble des communes. Pour le plus grand bonheur des vacanciers qui pouvaient enfin faire trempette dans une eau saine.

On comprend mieux dès lors l'échec des négociations. Le ministre, représentant de l'Etat, n'était concerné que par une revendication sur 32 et n'avait nulle intention de céder sur ce point. Et en face, les syndicats et les partis n'avaient aucune véritable intention de négocier, sachant pertinemment que le ministre n'était pas le bon interlocuteur.

Chaque camp a donc obtenu ce qu'il était venu chercher : Sébastien Lecornu a pu apporter la preuve de la fermeté de l'Etat face aux revendications irresponsables des syndicats. Et en face, les syndicats ont obtenu quelques arguments supplémentaires pour chauffer encore plus une population déjà acquise à leur cause contre un Etat sourd aux légitimes revendications des Guadeloupéens.

Pendant ce temps-là, les élus, véritables responsables de la catastrophe sociale et économique de leur ile, continuent à tirer les ficelles en coulisses, faisant tout pour éviter qu'on ne vienne leur demander des comptes. Et les Guadeloupéens continuent à souffrir et les entreprises à mourir du fait des barrages qui paralysent la vie économique...

 


Pierrot Dupuy
Pierrot Dupuy est le fondateur de Zinfos974. C’était le 1er septembre 2008… Aidé d’une petite... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par Guétali le 30/11/2021 00:33

Pendant ce temps-là, les élus, véritables responsables de la catastrophe sociale et économique de leur ile, continuent à tirer les ficelles en coulisses, faisant tout pour éviter qu'on ne vienne leur demander des comptes.
..............................
C'est la faute de l'Etat complice si les élus se la coulent douce.....

2.Posté par Berfroi le 30/11/2021 00:41

C'est facile de commenter lorsque l'on ne vit pas aux Antilles tchippp

3.Posté par Olivier le 30/11/2021 01:03

Ce serait tellement plus simple d'abroger cette obligation vaccinale pour un retour à la vie normale là-bas.
Les antillais, en général, c'est tout ou rien.

4.Posté par Mme Kieffer le 30/11/2021 01:04

il a 100% raison Mr Dupuy, concernant la venue du ministre d'outre mer en Guadeloupe.Chacun campe sur ses positions, et personne ne veut faire un pas l'un vers l'autre.
Il me semble que ils n'ont pas demander l'indépendance.Ils ont demandé que la vaccination ne soit pas obligatoire, le pass sanitaire, et qu'ils retrouvent le chemin de leur boulot chez les soignants, les pompiers et autres.Ils n'ont pas trouvé dans une boite de bonux leurs diplômes et leurs expériences de leur métier quand même.Méme en métropole, la détresse de toute cette tranche de la population qu'on a enlevé le pain de la bouche, il faut être inhumain pour agir ainsi et se dire après moi le déluge.On comprend ces personnes, tout le monde vit à crédits aujourd'hui, déjà la maison à crédit il faut la rembourser,au moins 300mille euros; non, on ne réfléchis plus, on fonce comme des chauffards dans la situation, avec un ptit drapeau "c'est le covid".
il faut peut etre enlever l'obligation vaccinale pour la métropole et les antilles, et le pass sanitaire , car selon le ministre on ne peut pas faire que pour la guadeloupe, alors faire pour pour la métropole et l'etendre dans les dom tom.
Il y a toujours une solution plus adéquate, que la précédente qui a "fouaré".Il faut peut etre se dire que ce covid nous a poussé à rentrer dans un grand déconnage, le plus grand de ce siècle,nous a affolé, et la question, il faut se poser on fait quoi maintenant???
Il faut se poser les bonnes questions.

5.Posté par BinBin le 30/11/2021 03:08

Post 2 Beffroi.
Ah wouai.
Encore un C À moin c à nou.
Suis pas antillais, je peu commenter ou pas?

6.Posté par Karloss le 30/11/2021 05:43

Post2 ou n'a raison

7.Posté par Titi984 le 30/11/2021 06:31

Au moins là bas ils savent négocier.

8.Posté par Cloclo⁶ le 30/11/2021 06:42

Je suis d'accord avec le ministre. Les lois de la République sont pour tous. On ne peut pas faire une loi pour chaque citoyen. Si on est pas d'accord on demande son autonomie et on nous fout la paix. La bas comme ici on pleure souvent la bouche pleine. Les premiers responsables se sont les locaux, élus, syndicats...qui protègent leurs intérêts en revoyant, chaque fois la responsabilité sur le Gouvernement. Balayez devant zot porte avant. Sinon voyage un peu pou voir si ailleurs lé meilleur.

9.Posté par GIRONDIN le 30/11/2021 06:51

la République est une et indivisible et les lois doivent s'appliquer de la même façon partout le territoire.

🤣


C’est la maîtresse de Toto qui lui demande : « Toto, quand je dis « il pleuvait », de quel temps il s’agit ? », et là Toto il répond « D’un sale temps madame ! ».


C’est l’histoire de la maîtresse qui demande à Toto de lui citer dix animaux africains. Et Toto il répond « La girafe, l’éléphant et… 8 lions ! ». Ça pour sûr, il l’a bien eue.

10.Posté par Gros blanc le 30/11/2021 07:12

A la reunion c est la même chose ,que font les élus de tout bord ? I bat caré ,se regroupe et petit four champagne, font des missions imaginaire autour du globe ,part avec des potes acheter des avions ,s octroie des indemnités de ministre ,des grateur dcul et qui mettent tout sur la faute de l etat!!!
Et c est donnant donnant entres eux d ou la phrase répéter par ces escrocs "j ai confiance en la justice de mon pays"...

11.Posté par Cloaca maxima le 30/11/2021 07:18

10 mns de travail c'est déjà beaucoup là-bas, plus ils craquent, bormal.

12.Posté par tantine le 30/11/2021 07:19

vous l'avez bien dit, à la réunion c'est le préfet qui a agi contre les maires pour les obliger à faire leur travail. le préfet c'est l'état. donc l'état est bien responsable de la situation en guadeloupe.

l'état arrive très bien à forcer les maires à accepter des antennes relais ou des compteurs linky alors que les maires et les habitants n'en veulent pas.

l'état arrive très bien à imposer par la contrainte et le vice une thérapie génique expérimentale qui rend malade, handicapé, stérile ou tue.

l'état arrive très bien à tuer les entreprises, les libertés et la vie sociale avec des petits arrêtés et de fausses lois votées en missouk à 4h du matin devant 4 pékins et 3 tondus.

que l'état fasse ce pour quoi il existe : gérer le bien commun au service du peuple partout où son autorité s'applique

13.Posté par Dauphine le 30/11/2021 07:46

Des élus demande des fonds mais n'aide pas en réalité les habitants. Les problèmes restent présent. De plus le gouvernement parle de loi applicable à tous mais concernant les obligations lié à l'eau potable pour tous.... Quand est il? La sa ne dérange personne qu'il n'y est pas d'égalité.

14.Posté par La vérité; le 30/11/2021 08:45

Les élus qui tirent les ficelles en coulisse : Toute ressemblance avec l'épisode des gilets jaunes à la Réunion ne serait que fortuite...

15.Posté par Zoé le 30/11/2021 08:50

" Résultat : les canalisations sont de véritables passoires et l'eau est coupée parfois plusieurs heures, chaque jour. Que font les syndicats? Au lieu de demander des comptes à leurs élus incompétents, ils demandent à l'Etat de passer à la caisse...
"
Vraiment des c... , c est leurs amis qui sont dans les mairies. "Y a de l'argent ? Oh ? Y a pu larzent! Ou ça il est passé larzent ?" Arrêtez de vouloir bananer le reste des francais ! Prenez la votre autonomie et faites pas chier !

16.Posté par olivette le 30/11/2021 09:03

10 minutes de trop : il n'y a rien à négocier, qu'ils se démerdent les guadeloupéens, la France entière se moque totalement de ce qui se passe là bas

17.Posté par Ces syndicalistes se comportent comme des enfants attardés. le 30/11/2021 09:08

Il a fallu que le Maitre, le Ministre, leur explique les Lois de la République, face à leur enfantillage.
Je casse tout, je bloque tout si vous ne me donnez pas ce que je veux. Et je m'en fout des autres. Super raisonnement de voyous.
Cassez tout et l'ile s'enfoncera encore plus dans la misère.
Commencez par changer la mentalité, et l'ile avancera.
C'est pas gagné.

18.Posté par Vous êtes sérieux ? le 30/11/2021 10:00

Parce que vous pensez que les maires de La Réunion sont mieux que ceux de Guadeloupe ? Vous pensez que la situation reunionnaise est mieux que les Antilles ? Paris se désintéresse des ultra-marins. Le seul intérêt de ces territoires , c'est la ZEE. Je suis zoreol et fier de ma double identité mais force est de constater que nous ne sommes plus dans un système colonial mais dans une système néo-colonial. Il ne sert à rien de se défouler sur les zorey (non ! Ceci n'est pas du racisme mais belle et bien la description d'une partie de la communauté reunionnaise) qui postule car ils voient une annonce. Il n'y a que les politiques de droite ET de gauche qui sont à blâmer. En même temps , ça leur permet d'avoir un discours politique , quelque fois nauséeux, pour s'assurer des voix mais ils ne font rien pour changer cela. Je trouve juste qu'on est bien gentil à La Réunion de rester tranquille sur notre situation (j'en suis le premier responsable , puisque que je ne bouge pas).

19.Posté par Le Jacobin le 30/11/2021 11:20

Pierrot, cette fois vous êtes en dehors des clous, sur une autre page de ce blogue concernant la Réunion avec le Ministre j'ai listé un certain nombre de point qui me semble t-il relève de compétence des collectivités, j'accepte la contradiction.

Je suis entièrement contre la demande de libération de ceux qui tirent sur les forces de l'ordre, le Ministre a raison de rester ferme à ce sujet.

Par ailleurs, comment un Ministre peut-il demander comme préalable à toute discutions à des adultes de se soumettre à une déclaration ? c'est à peine croyable c'est une relation de Maître à l'esclave.

Si le gouvernement joue à ce petit jeux la grenade éclatera entre les mains du Président de la République au mois de Mars 2022 au moment des élections.

Eric Ciotti du parti Républicain se frottera les mains, c'est un Outsider qui ne faut pas négliger.

La Guadeloupe ce n'est pas les gilets Jaune pour prétendre jouer la montre et la pourrissement.

Pierrot avez vous lu les 32 propositions de l'intersyndicale de Guadeloupe pour ne reprendre les dires du Gendarme Lecornu qui est faux. Il est disponible dans la barre de recherche proposition intersyndicale Guadeloupe.

20.Posté par LUTTE OUVRIERE le 30/11/2021 13:56

Antilles : qui sème la misère récolte la colère !

La mobilisation contre le passe sanitaire et l’obligation vaccinale, particulièrement forte aux Antilles depuis l’été, vient de se transformer, en Guadeloupe, en mouvement de révolte générale.
Le jour, les piquets de grève et les barrages rassemblent des travailleurs de la santé, des salariés de l’hôtellerie-restauration, des sapeurs-pompiers, des enseignants, des travailleurs des Ehpad ou encore des travailleurs d’ArcelorMittal en grève depuis plus de deux mois. La nuit, ce sont des bandes de jeunes qui cherchent à défier la police en allumant des incendies ou en pillant.
L’étincelle qui a mis le feu aux poudres est la suspension sans salaire des travailleurs de la santé non-vaccinés. Comme ici en métropole, de nombreux soignants ont vécu l’obligation vaccinale, assortie de menaces et de sanctions, comme une énième humiliation. Et on les comprend !
L’État les a envoyés au front du Covid au péril de leur santé, sans leur fournir le matériel de protection élémentaire. Il a toujours refusé d’accorder les moyens nécessaires en matériel, en équipement et en personnel aux hôpitaux, et voilà qu’il s’érige en donneur de leçons et qu’il sanctionne ceux qui ne sont pas prêts à se faire vacciner en les suspendant sans salaire !
La vaccination est un moyen puissant pour combattre l’épidémie, mais les méthodes autoritaires qui l’accompagnent n’ont rien de sanitaire. Elles sont hautement politiques et servent d’abord à mettre au pas les travailleurs et la population. De fait, la non-vaccination est devenue un nouveau motif de licenciement, une attaque anti-ouvrière de plus, c’est ce que combattent les travailleurs de la santé en Guadeloupe et en Martinique, et c’est bien légitime.
Et qui peut s’étonner de la méfiance vis-à-vis de la parole des autorités de santé aux Antilles ? Pendant des décennies, elles ont autorisé les patrons de la banane à utiliser le chlordécone, un pesticide cancérigène qui a empoisonné ouvriers agricoles, sols et nappes phréatiques.
Parmi les raisons qui alimentent la révolte actuelle, on retrouve tous les ingrédients qui avaient déjà fait exploser la colère en 2009 avec le mouvement contre la « profitation » : l’extrême pauvreté, l’abandon et la déshérence d’une bonne partie de la jeunesse condamnée au chômage, les bas salaires, la vie chère et l’incurie de l’État.
Le gouvernement et les commentateurs n’ont pas de mots assez durs contre les bandes de jeunes casseurs qui sèmeraient « l’anarchie » et « le chaos ». Mais quand il n’y a pas d’électricité ni d’éclairage public pendant des mois, quand le ramassage des ordures est sporadique, c’est aussi une forme de chaos. Et celui-ci est organisé par l’État ! Les coupures d’eau font tellement partie du quotidien que les habitants de certains quartiers sont forcés de se déplacer vers des points où l’eau arrive : une école, un parc, le long d’une route, et ce depuis des années ! Serait-ce imaginable dans un département de métropole ? Non !
Il y a dans la façon de traiter la population antillaise une forme de mépris colonial insupportable. Ce qui est considéré comme un minimum en métropole ne l’est pas pour la Guadeloupe et la Martinique. Le gouvernement se vante d’avoir ramené le chômage à 8 % en métropole, eh bien, il s’élève à 17 % en Guadeloupe ! Quand la pauvreté frappe 14 % de la population dans l’Hexagone c’est 34 % en Guadeloupe. Et comment la jeunesse de l’île pourrait-elle ne pas se sentir méprisée quand elle ne trouve ni emploi ni formation sur place ?
La hausse des prix prend, aux Antilles, une tournure vertigineuse. Rien que le pain a augmenté de 68 % ! Tout cela avec des salaires et des pensions qui sont, comme en métropole, bloqués, quand ils ne sont pas baissés du fait de la suppression de certaines primes.
Si la cocotte-minute a explosé, Macron en est le responsable et, en envoyant des forces du Raid ou du GIGN, il ne fait que rajouter de l’huile sur le feu.
Pour l’instant, la colère prend des formes diverses, mais elle peut et doit être orientée contre le gouvernement et le patronat. Les travailleurs sont capables de le faire s’ils utilisent la force de la grève. En s’organisant à partir des entreprises, en arrêtant de produire les profits patronaux, le monde du travail peut avancer ses revendications, qui constitueraient un progrès pour toute la population : des embauches, des augmentations de salaire et leur indexation sur les prix, des moyens pour des services publics en déshérence…
Alors oui, une telle révolte sociale serait source d’inspiration pour nous tous ici !

21.Posté par Lavi974 le 30/11/2021 14:23

La France est une et indivisible.
Si tu ne l'aime pas, casse toi.

22.Posté par droit du citoyen le 30/11/2021 17:49

les manifestants prétendes faire la grève , mais la ce n'ais plus une manifestation de gréviste , mais plutôt un groupes de personnes regroupés en groupes de terroristes organisés qui a pris le peuples guadeloupéen/ne en otages en les empêchant de vivre librement leurs vies ce qui est une atintes a la liberté et aux droits de l'homme et du citoyens . ils ont le droits de ce manifestés mais pas de prendre le peuples en otages , ni d'empêché les gents de se déplacé comme bons leurs sembles sur le territoire , ni d'empêché ceux qui veulent allé travaillez pour gagné leurs vie , ni d'empêché ceux qui ont dépensé leurs agent pour se payez une activité sportifs de profité de leurs argent , de leurs vie ( comme par exemple moi , je ne peux plus vie ma vie a causse de ces terroristes , oui ,c'est du terrorismes de prendre un peuples en otages comme ils le fonds , d'empêchées des personnes libres de se déplacé librement , ... ) , je contre l'obligations vaccinale , mais ce n'est pas nous le peuples qui les obligeons a se faire vacciné c'est l'état français , allez les prendre otages , foutées la pais aux citoyens guadeloupéen/ne et allez cherchez un travailles a comme tous personnes qui a une vie .... j'aurait été a la place du président j'aurait demandé aux forces militaire d'intervenir pour libérez le peuples guadeloupéen/ne du joug de ces terroriste que sont ces manifestant qui prennent le peuples en otages contre leurs nous demandons aux préfet et au président de la république de faire leurs travaille en fassent respecté la liberté des citoyens et du peuples et de traités ces terroristes comme ils ce droits c'est a dire comme ce qu'ils sont ( des terroristes ) vous envoyez nos forces militaires tuez des civile a l'étranger sous-prétexte de défendre un peuples et un gouvernement étranger ,et quand ils s'agis de nous défendes et protéger ( nous les guadeloupéens/nes /français ) contre des personnes terroristes regroupés sous formes de syndicats afin de séquestrés toutes un peuples sans sont consentements et commettre leurs délit criminels , tels que braquages , vandalisme , tirs et tentatives de meurtres envers les secouriste , les forces de l'ordre et même sur des civile comme eux , qu'ils n'hésites pas braqués et tuez .
ils faux que les militaires interviennes et arrête ces terroriste afin qu'ils soit jugés pour leurs crimes envers le peuples guadeloupéens/nes .... ont en a marre de ces terroristes par-ce-que c'est ce qu'ils sont tous ....

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes