Santé

Grippe A : deux cas suspects en observation à Bellepierre

Vendredi 22 Mai 2009 - 18:55

La Réunion a peut-être ses premiers cas de H1N1. Peut-être, car la réponse ne sera connue que demain selon le médecin qui est intervenu sur Radio Freedom. Les deux cas suspects qui arrivent des Etats-Unis, ont été placés en observation, en attendant les résultats des analyses.


Grippe A : deux cas suspects en observation à Bellepierre
La première question à laquelle il faudra répondre : les deux cas suspects au H1N1, ont-ils été réellement infectés par le virus ? Si les résultats sont positifs, les deux malades seront placés sous les antiviraux, à l’hôpital de Bellepierre, puisque le Tamiflu, le médicament, est stocké dans ce même CHR.
Les responsables devront dans le même temps, prendre contact avec l’ensemble des personnes qui auraient été en relation avec ces deux voyageurs. La Direction régionale des affaires sanitaires et sociales sous la tutelle de la préfecture, devrait prendre en main la mise en place d’un dispositif de précaution et de sécurité.
La préfecture a rappelé à maintes reprises que tout est en place, si le virus H1N1 est confirmé à La Réunion. Il ne faut surtout pas se laisser gagner par la panique. C’est ce à quoi le docteur Gaüzer s’est employé à rappeler sur Radio Freedom tout à l’heure.
Toutefois à l’heure où nous rédigeons cet article, il n’y a aucune certitude concernant les deux cas suspects. Aussi, il est judicieux d’attendre les résultats des analyses demain, et ce avant de prendre une quelconque décision…

Jismy Ramoudou
Lu 983 fois



1.Posté par Coo2gle le 22/05/2009 19:21

J'ai une question naïve à poser : un malade infecté mais non encore déclaré, donc contagieux, prend l'avion... Qu'en est-il des 400 autres passagers confinés plusieurs heures dans la cabine pressurisée climatisée ?

2.Posté par Alex le 22/05/2009 19:49

Il a choisit une excellente radio, qui ne fait pas paniqué la population pour un rien, je trouve...

3.Posté par andremctp le 23/05/2009 09:00

Autre question naïve.
Pourquoi parler d'un évènement dont il n'est pas sûr qu'il pourrait avoir eu lieu?
Les journalistes ne sont pas si impatients que ça. Attendre 1, 2 ou 3 jours, ce n'est pas le bout du monde.
Ah si, j'oubliais. Ca permet de remplir 2 fois les pages des journaux y compris télévisés : on parle d'un supposé évènement puis on confirme qu'il n'a pas eu lieu......
Et pendant ce temps on ne parle pas de la crise, du chômage et du pouvoir d'achat en baisse.
Comme disait Coluche dans un sketch sur les soit-disantes infos des journaux télévisés, on pourrait fermer sa gueule.
Ceci dit, je suis aussi coupable, car moi ausi je l'ouvre.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 7 Décembre 2018 - 12:29 ▶️ Le nouvel hélicoptère du Samu dévoilé !