MENU ZINFOS
International

Grève générale contre les mesures de rigueur en Grèce


Par . - Publié le Mardi 7 Février 2012 à 17:26 | Lu 807 fois

Grève générale contre les mesures de rigueur en Grèce
Alors que la menace d’un défaut de paiement plane sur la Grèce, le gouvernement vient d’annoncer de nouvelles restrictions budgétaires de l’ordre de 3,3 milliards d’euros, soit 1,5% du PIB. Las des mesures d’austérité, les syndicats ont appelé à une grève générale de 24h.

En pleine récession, ils rejettent la baisse de salaires, des retraites et les 15.000 suppressions d’emploi dans le public réclamées en échange des aides internationales de l’Union Européenne et du FMI. A la clé de la nouvelle cure d’austérité, un plan de redressement de 130 milliards d’euros et l’annulation de 100 milliards de la dette du pays.

Des manifestations massives de salariés du privé comme du public et de sympathisants sont prévues au cours de la journée à Athènes. Les secteurs de l’éducation, des banques, des transports ferroviaires et maritimes sont notamment concernés par la mobilisation.

Le premier ministre, Lucas Papademos, n’est pas parvenu à obtenir l’aval des leaders des partis socialiste, de droite et d’extrême-droite aux mesures controversées mais devrait à nouveau les rencontrer cet après-midi. En parallèle, la chancelière Angela Merkel et Nicolas Sarkozy ne relâchent pas la pression et ont souligné l’importance d’agir rapidement. Sans aides financières, le pays pourrait se retrouver en défaut de paiement au 20 mars prochain face à une créance de 14,5 milliards d’euros.




1.Posté par Marquise de carabas le 07/02/2012 16:36

et pendant ce temps, les élus de ce pays continuent à se gaver sans faire d'effort pour montrer l'exemple, quelle honte.

2.Posté par E Delest le 07/02/2012 16:43

Le défaut grec, à court ou à moyen terme, porte en lui de nombreux dangers : impact majeur sur la BCE, le FMI et les structures publiques prêteuses, déstabilisation des bilans bancaires, faillite d’émetteurs de CDS (ces assurances échappant de façon scandaleuse à toute régulation prudentielle), tensions majeures sur le marché obligataire et donc sur les capacités de financement des États et des banques…
Le malheur est dans le prêt … (source : blog d'Olivier Berruyer www.les-crises.fr)

Alors l’union européenne a demandé aux grecs de baisser leur salaire minimum à moins de 600 euros, de supprimer les 13e mois, et un gel des salaires sur 3 ans …
Ce qui arrive en Grèce peut nous arriver. Quelles réactions en France quand le SMIC sera abaissé puis supprimé ?

C’est surement le pire scénario et rien ne dit qu’il ne se produira pas. Après les élections bien entendu … et si le président est soit Sarkozy soit Hollande ça ne changera rien.

Mais on s’en fout n'est-ce pas parce que la Grèce … on s’en balance ça ne nous concerne pas ? Vraiment ?


3.Posté par Tom974 le 08/02/2012 05:57 (depuis mobile)

allez donne plus l'argent à la Grèce apres demain se sera la France ou un autre pays de l'UE --'

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes