Social

Grève chez Albioma : "C'est la sécurité et la santé au travail qu'ils négligent"

Mercredi 29 Novembre 2017 - 16:21

Les ouvriers des usines du Gol et de Bois Rouge ont stoppé les turbines productrices d'électricité hier, une grève annoncée, les revendications des salariés portant sur le non-respect de la sécurité et de la santé au travail, ainsi que du Code du Travail et des instances représentatives du personnel.


Albioma a répondu ce matin dans un communiqué adressé aux médias, non sur les revendications des ouvriers, mais sur les conditions salariales, qu'Albioma qualifie de "très favorables".

Interrogé sur cette réponse, le chef de section CGTR d'Albioma Bois-Rouge, Joël Didat, répond "C'est la sécurité et la santé au travail qu'ils négligent, mais cela, ils ne le disent pas." Par ailleurs, le délégué syndical ne nie pas les conditions salariales, mais rappelle qu'elles sont le fruit d'une lutte acharnée contre une situation de disparités salariales entre les Réunionnais et des cadres venus de métropole.

"On a fait la grève pour qu'ils nous payent bien. Aujourd'hui, lorsqu'un jeune est embauché, il l'est selon une grille de salaire alignée sur les salaires des métropolitains. Ces pratiques étaient insupportables, il nous a fallu lutter pour obtenir l'égalité salariale. Alors oui, certains cadres sont bien payés, Albioma ne peut s'en prendre qu'à elle-même."

Les revendications portent donc non sur les salaires, mais sur les conditions de travail. Les ouvriers n'ont pas les temps de repos hebdomadaire auquel ils ont droit, certains travaillent même le dimanche sans repos hebdomadaire. Les durées maximales de travail ne sont pas non plus respectées, selon Joël Didat.

Quant à la sécurité et la santé, à titre d'exemple, le syndicaliste cite le site de Bois-Rouge, gangréné par de la fibre céramique, une fibre qui pose les mêmes problèmes pour la santé des travailleurs que la funestement connue amiante, mais qui est moins connue du grand public. Les travaux d'enlèvement, qui doivent se faire dans les mêmes conditions drastiques que pour l'amiante, ne seraient pas faits, et les ouvriers respireraient donc des fibres cancérigènes.

Enfin, le syndicat réclame les respect des institutions représentatives du personnel, qui, dit-il, ne sont jamais consultées lors d'un changement d'organisation des usines.

Des actions "à tout instant"

Quant aux désagréments liés aux coupures d'électricité chez les particuliers, Joël Didat rappelle que c'est EDF qui est chargée du service public de distribution d'électricité, et qu'elle fait le choix de couper l'électricité aux particuliers plutôt que de demander aux grandes entreprises de se retirer du circuit en branchant leurs groupes électrogènes, pratiquant ainsi des délestages tournants.

"Si vraiment on voulait alimenter les citoyens, on demanderait aux grandes entreprises de se retirer", estime-t-il. 

85000 personnes étaient privées d'électricité hier soir. Quant à la suite de la grève, il faut s'attendre à "des actions similaires à tout instant", le préavis courant jusqu'au 2 janvier.
Bérénice Alaterre
Lu 5184 fois



1.Posté par tetepioche le 29/11/2017 16:54

ouais ok les prélevement EDF seront en greve
puis investir dans des panneaux solaires pour la production
puis allez vous faire voir

2.Posté par gaillard le 29/11/2017 17:24

"Certains travaillent même le Dimanche.." C 'est normal ils font les 3x8 quant au repos les gens doivent savoir qu’après s ils ont 5 oui 5 jours de repos pour récupérer.
Ils n'ont pas certains Dimanches c'est vrai mais comme les infirmières et autres.
Vous en connaissez beaucoup des gens qui travaillent 7 jours et se reposent 5 jours et ce, de façon cyclique?
Il est gentil Joel mais il faudrait qu'il aille bosser chez Jumbo à la caisse, il verra ce ce que c'est les cycles de VRAI travail sans pause!

3.Posté par Tipaul le 29/11/2017 17:31

jE SOUTIENS TOTALEMENT CETTE GREVE ET SOUHAITERAIS QUE LES TRAVAILLEURS DES AUTRES ENTRREPRISES AIENT LE COURAGE D EN FAIRE AUTANT! A2VEC MACRON LES DROITYS CONQUIS DE HAUTE LUTTE DURANT CES DERNIERES DEECENNIES SONT EN DANGER...

4.Posté par Jean le 29/11/2017 17:49

Attendez les futurs décrets Macron, les CHSCT, syndics et compagnie iront se faire pendre ailleurs !

La précarisation des emplois, c'est pour demain !

5.Posté par bilylekid le 29/11/2017 18:05

la majorité des personnes payent EDF par prélèvement , il suffit de révoqué les prélèvements sur deux mois pour mettre en difficulté EDF , on a aucun frais a payé la banque , on paye c 'est un service public il doit nous respecter .

6.Posté par almuba le 29/11/2017 18:33

Macron a raison.
Une bande de paresseux à l'affût du moindre prétexte pour tirer au flanc.
Dehors!

7.Posté par Ikki le 29/11/2017 19:03 (depuis mobile)

Tipaul abruti ! Tu soutiens que les malades sous respirateur ne nécessitent pas d'électricité ? Idem pour les entreprises ? Leurs problèmes chez Edf on s'en balance ! C'est de l'interne. Nous on a rien demandé.

8.Posté par Jose le 29/11/2017 19:38

A : Bilylekid, en quoi ne pas payer EDF va gêner Albioma qui est une entreprise privée et indépendante...

9.Posté par leveque le 29/11/2017 20:21

Et les commerçants (restaurateurs) qui ont du annuler leurs clients et fermer les portes pour la soirée? au nom des gréviste on s'assied sur un chiffre d'affaire perdu?

10.Posté par Erik le 29/11/2017 20:33

Le nombre de lecteurs qui ne savent pas lire...

ALBIOMA, c'est pas l'EDF !

C'est comme si vous alliez bloquer l'entrée de Renault, Peugeot ou Citroën, parce que les stations services étaient en grève.

Alors, c'est un problème de compréhension, de lecture, ou tout simplement de neurones ?

11.Posté par àmoin le 29/11/2017 20:39

ben voilà ! le fait de travailler on doit se taire, dire amen à tout ; dire cochon vole etc non mais ??? ouais on nous prend pour des esclaves !
Combien de personnes souffrent au travail et se taisent ! n'ont pas le choix de continuer malgré tout parce qu'elles ont besoin de travailler ! la peur de perdre leur poste et personne pour les défendre ! c'est triste non ???
profit profit et profit le mot d'ordre peu importe les conséquences !
la plupart des patrons ne respectent pas le code du travail ; comme disaient certains, on est mal barrés avec Macron !

12.Posté par Lefelur le 29/11/2017 23:42 (depuis mobile)

M. gaillard mieu vau se tair lorsqu l''on sai pa de quoi on parle. 1- Pas 5 jour mai 4 jours de repo (theori). 2- Remplacemen (manq effectif), formation à assurer pendant ces repos (nuits ou jours) 3- cette année j''ai eu que 5 repos de 4jour complet

13.Posté par Je ne suis pas convaincu le 30/11/2017 06:25

11.Posté par àmoin le 29/11/2017 20:39

Le problème est chez Albioma: on ne parle pas en général. Et faire grève en sachant que ça pénalise tout le monde est à la limite de l'irresponsabilité.

Vu les commentaires, les motifs invoqués par la CGTR paraissent pas totalement solides.

Son communiqué est surtout "défensif" et parle du passé.

Mais c'est la dernière coupure/grève d'avant hier et eur menace présente de grève et ses motifs qui comptent.

Le syndicaliste parle de mise en danger des travailleurs à propos de repos hebdomadaire. Euh, on mélange pas tout, là? Et la fibre de céramique: c'est dangereux, mais les travaux pour l'enlever semblent en cours.

Cherchez l'erreur....

Je ne suis pas convaincu, surtout que j'ai lu dans la presse que Albioma les a conviés à négocier, et qu'ils ont refusé.

Article d'Orange Réunion du 29 novembre 2017:

http://reunion.orange.fr/actu/reunion/les-coupures-de-courant-risquent-de-continuer.html://

"Aujourd’hui, les employés déplorent un climat délétère et un manque de transparence avec la direction. Un ras le bol général qui s’appuie également sur un manque d’effectifs. Les représentants syndicaux déplorent par ailleurs qu’aucune négociation n’ait été entamée pendant la durée du préavis. Les organisations signataires dans les DOM affirment que la situation est "non acceptable en Outre-Mer". Elles réclament, entre autres, un respect des règles du repos hebdomadaire, une évaluation des risques, une élaboration d’un programme annuel de prévention aux risques professionnels.

Dans un communiqué diffusé ce mardi soir, la direction du groupe Albioma assure s’être rendue à La Réunion la semaine dernière pour "participer aux négociations". Ces dernières n’auraient "pas pu s’ouvrir suite aux refus des organisations syndicales d’y assister"
.

Résultat: tout ça fait pas très sérieux vu les motifs, et cette grève ou menace de grève semble plutôt irresponsable.

14.Posté par néné le 30/11/2017 08:15

albioma paye bien mais on oublie de dire que albioma est super subventionné et que le cout du kwh produit par albioma est considérable ( 14,5 euros de prime bagasse + fonctionnement de la centrale )

15.Posté par J-P le 30/11/2017 13:55 (depuis mobile)

grève au niveau groupe et sur activité thermique d’albioma! Outre-mer c’est 87% de son chiffre d’affaire! La santé, la sécurité, bien être au travail : cahier des revendications tous visé par code du travail ou décret et pas respecter par Albioma!

16.Posté par Zeus69 ZEUS69 le 30/11/2017 14:22

Continuez à glander , quand à Macron , c'est vous qui l'avez elu , alors ayez au moins la décence de vous taire !!!

17.Posté par Gerard974 le 03/12/2017 11:41 (depuis mobile)

Heureusement que le service public d''EDF assure ! C''est une honte la CGT !
Pour rappel Albioma ce n''est pas EDF mais un producteur privé.

18.Posté par Gerard974 le 03/12/2017 11:41 (depuis mobile)

Heureusement que le service public d''''EDF assure ! C''''est une honte la CGT !
Pour rappel Albioma ce n''''est pas EDF mais un producteur privé.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >