MENU ZINFOS
Faits-divers

Grave accident du travail : L'ouvrier passe sous un bus


Qui est responsable de l'accident du travail d'un mécanicien d'autobus qui a failli perdre la vie, en partie écrasé sous un des véhicules qu'il réparait ? La justice a tranché en relaxant l'employeur et son représentant. Mais le parquet ne l'entend pas de cette oreille.

Par Isabelle Serre - Publié le Lundi 7 Mars 2022 à 10:40

Grave accident du travail : L'ouvrier passe sous un bus
L'agent polyvalent ne doit-il s'en prendre qu'à lui-même si, pour gagner du temps, il s'est faufilé sous un autobus en marche pour récupérer une pièce détachée ? Ou bien est-ce à cause des négligences en matière de sécurité de l'entreprise de transport que le grave accident du travail s'est produit ?

C'est à ces questions que le tribunal correctionnel de Saint-Denis devait répondre aujourd'hui. Les magistrats ont estimé que la responsabilité des faits incombait à l'homme accidenté.

Le 22 janvier 2018 à La Possession, au sein d'une entreprise de transport affrétant des autobus pour le transport scolaire, un mécanicien s'était faufilé sous l'avant droit d'un véhicule en marche afin de récupérer une pièce détachée qui lui manquait pour changer des plaquettes de frein. Celui-ci était stationné sur le parking extérieur de la société et au volant se trouvait un de ses collègues. Ce dernier avait décidé de déplacer le bus afin de lui faciliter la tâche. Assis au volant, il avait prévenu l'autre qu'il allait avancer. Des mots qui n'ont vraisemblablement pas été entendus à temps. Le bus de 11 tonnes avait alors partiellement roulé sur le corps du malheureux, grièvement blessé.

Le collègue déplace le bus pour lui faciliter la tâche 

Ce dernier avait décidé de poursuivre son employeur en justice pour manquement à la sécurité et défaut d'une formation adaptée à son poste de travail. À ses yeux, il était devenu mécano du jour au lendemain. "J'en avais assez d'être conducteur et je voulais démissionner lorsque l'on m'a proposé d'entrer au garage. Trois mois après, j'y travaillais, je changeais des huiles, je vérifiais des climatiseurs, je donnais des coups de main aux collègues avant d'entamer des tâches plus compliquées sans y être formé", explique Benoit C., 43 ans à la barre du tribunal correctionnel de Saint-Denis.

Le quadragénaire a du mal à se tenir debout et passe régulièrement ses mains dans le bas de son dos. Depuis son accident qui avait occasionné 150 jours d'interruption totale de travail, les tâches simples du quotidien sont pénibles. Le jour de l'accident, polytraumatisé, il avait été placé en réanimation sur le champ tant la douleur était grande. Le quadragénaire occupe désormais un poste de magasinier et doit rester assis.

"Je me suis vu mourir"

Outre l'absence de supervision et de consignes de travail claires, son avocat, Me Colombani, pointe un atelier encombré empêchant les véhicules d'accéder au pont levant. "Ni fait, ni à faire", renchérit la procureure de la République. Pour Bérengère Prud'homme, l'entreprise n'a pas pris en compte la sécurité et la disposition des lieux, "un problème connu de tous et source d'accident".

Deux ans de prison avec sursis sont requis à l'encontre du directeur technique, pénalement responsable, et 10.000 euros d'amende. La représentante de la société propose 30.000 euros d'amende pour l'entreprise Start OI.

Pour la défense, il n'y a aucune faute ni défaut de négligence de la part de l'employeur. "Le mécanicien voulait s'économiser des gestes et du temps pour aider son collègue à réparer. C'est lui qui a pris l'initiative d'aller chercher sur un bus à l'extérieur la pièce qui lui manquait. Il aurait dû utiliser un des trois ponts levants", fustige l'avocate de la société possessionnaise qui compte 60 salariés. 

Après délibération, le tribunal relaxe la société START OI ainsi que son représentant mais le parquet décide de faire appel de cette décision. L'agent fait appel à son tour. L'affaire devrait être rejugée dans les prochains mois.




1.Posté par justedubonsens le 07/03/2022 11:21

Si sans aucun doute 'accident est regrettable puisque l'homme a été gravement blessé, il me semble que dans cette affaire l'homme a accepté de remplir une tâche pour préserver un emploi dans la société qu'il voulait quitter. De plus ou l'article est mal rédigé ou l'homme est inconscient de se mettre sous un bus en marche ; récupérer une pièce pour dépanner un autre bus ? c'est incohérent. ! Mais il faut admettre que la société est mesquine et tente de se défausser de toute responsabilité quand on sait bien comment fonctionne ce genre de société qui privilégie le profit au détriment de la sécurité.
Enfin le chauffeur qui a avancé le bus sans s'assurer que son collègue l'avait entendu est soit idiot, soit dangereux !

2.Posté par LadiLafé le 07/03/2022 12:11

Est-ce que la personne qui a déplacé le bus n'avait pas une part de responsabilité, il sait que son camarade est dessous et il démarre quand même ?

3.Posté par Ouais... le 07/03/2022 13:47

Il y a, à mon sens quelques petites choses à faire dans ces cas là. Déjà un personnel non qualifié, sur des engins ou des bus est un manœuvre. Le responsable du binômes, donne une info, un ordre doit s assurer que l ordre à été compris par la confirmation orale du manœuvre. Le chef d atelier doit s assurer d avoir donné ces consignes, et surtout aurait pu aller voir ce qui se passait,sur le parking qui n est pas celui de l entreprise. A un moment les gens doivent prendre leurs responsabilités, souvent je demande à mes gars, vous avez entendu le cran de sécurité du pont avant de rentrer dessous ? On me répond oui, pour finir avec,on passe pour des casse-pieds, en tout cas j espère que ça fera réfléchir tout le monde, employeur, salarié, même les épouses qui devraient totoche zot boug concernant leurs sécurité...

4.Posté par billout le 07/03/2022 15:10

il y a accident de travail , le tribunal est dépassé .

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie












 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes