MENU ZINFOS
Sport Réunion

Grand Raid : Des coureurs dénoncent des manquements sur l’édition 2022


Après les déboires qu’avait connus l’édition 2021, des coureurs ont eu la mauvaise surprise de découvrir de nouveaux loupés sur la course de cette année. Ils dénoncent également un Grand Raid devenu une machine à éliminer les coureurs avec des barrières temps toujours plus serrées, malgré les kilomètres en plus.

Par Maxime Bonnet - Publié le Mercredi 23 Novembre 2022 à 06:03

Grand Raid : Des coureurs dénoncent des manquements sur l’édition 2022

Près d’un mois après que les derniers coureurs ont franchi la ligne d’arrivée à la Redoute, les premières critiques commencent à émerger sur cette édition 2022. Il y a un peu d’amertume chez certains participants qui espèrent une amélioration pour les prochaines éditions. 

Alors que le Grand Raid 2021 avait été marqué par un manque d’eau, en partie aggravée par une chaleur étouffante, il semble que certains raiders aient dû subir également un manque cette année. Parti avec la cinquième vague, Pascal* réussit à arriver dans les temps au stand de ravitaillement de Coteau Kerveguen. Les bénévoles lui annoncent alors qu’il n’y a plus rien. 

“J’étais tellement surpris que j’ai d’abord cru à une plaisanterie. Au point précédent, personne ne nous a prévenus, car sinon on se serait plus chargé pour tenir. J’étais tellement agacé que les bénévoles m’ont emmené derrière pour me montrer les bidons vides. Visiblement, les derniers coureurs de la quatrième vague ont eux aussi dû attendre le pointage du Bloc pour avoir quelque chose à boire. Ce n’est pas normal, car on prévoit en fonction de ce qu’on nous annonce, relate Pascal, le pire, c’est que je suis passé vers 13h le vendredi, ce n’est pas si tard”.


Un ravitaillement aléatoire
 

À ses côtés, Hervé* a lui aussi participé au Grand Raid. Ce raideur accompli raconte également un manque d’eau, malgré la bonne volonté des bénévoles. “Ils étaient vraiment désolés, mais les bénévoles ne pouvaient rien y faire. On était obligé de se faire passer les gourdes entre nous. Heureusement les gens étaient solidaires et partageaient ce qu’ils avaient. Mais on voyait clairement que ça tendait les coureurs, explique le traileur, laisser les gens comme ça juste avant la montée du piton des Neiges, c’est presque de la mise en danger. Je ne sais pas du tout si les gens du poste ont fait remonter l’information, mais ce n’est pas normal que l’organisation n’ait pas réagi"

D’autres trailers confirment également avoir eu des stands bien dégarnis, voire vides. Armand* se dit amer après sa participation. Avec une quinzaine de participations au compteur, ce trailer avoue avoir vécu son “pire Grand Raid niveau organisation”. Parti lui aussi dans la cinquième vague, il décrit un ravitaillement qui laisse à désirer pour les derniers partis. “À Notre-Dame de la Paix, il n’y avait presque plus rien, juste quelques fruits. Mais à Mare à boue, on nous a promis qu’il y aurait des repas chauds, mais il n’y avait presque rien. Les bénévoles manquaient même de couverts, j’ai dû manger des pâtes avec un couteau. Et personne ne nous a prévenus qu’il manquait de l’eau à Coteau Kerveguen. Alors moi aussi j’ai été surpris en arrivant là-bas de ne pas pouvoir me ravitailler. Autant la nourriture, c’est moins grave, car nous avons des barres énergétiques, autant le manque d’eau, je ne comprends pas”, relate Armand. “Autant fermer le poste, si c'est pour n’avoir rien à donner aux coureurs. J’ai du mal à comprendre pourquoi l’organisation a laissé des stands aussi vides à des endroits aussi stratégiques”, poursuit le coureur.


Des bouchons dans les sentiers


Le système des vagues est également questionné par les deux amis. Mises en place en 2021 pour limiter les attroupements, covid oblige, les vagues font partir les coureurs par “paquet” de 500, sauf pour les 50 pros qui ont leur propre vague. “En plus de ne pas trop comprendre comment l’organisation nous répartit entre toutes ces vagues, ça a créé des bouchons dans les sentiers plus hauts. On est resté parfois près de 30 minutes debout, car la file au stand de pointage était trop longue, notamment vers Mont-Vert. Être à l’arrêt complet pendant aussi longtemps de nuit, c’est la meilleure manière de tomber malade ou de casser son rythme”, poursuit Hervé. 

Avec plusieurs participations, il n’a jamais vu autant d’embouteillages sur les sentiers. “Même en 2021 on n’avait pas autant attendu, alors que ce problème de bouchons avait déjà été évoqué”, souligne le participant. Même son de cloche du côté d’Armand, qui relate avoir passé plus d’une heure à l’arrêt complet au domaine Vidot. “D’habitude, le tracé de la course nous fait passer par un chemin agricole assez large, mais cette année on nous a fait passer par un sentier étroit. Résultat, il y avait plus de 300 coureurs devant moi qui attendaient à la file indienne pour pouvoir pointer”, poursuit Armand.


Grand Raid : Des coureurs dénoncent des manquements sur l’édition 2022

Une édition sans problème majeur pour l’organisation

Devant ces critiques, l’association Grand Raid assure qu’aucune information n’est encore remontée concernant de possibles manquements sur le ravitaillement. “J’ai doublé la quantité d’eau, notamment dans Mafate par rapport à notre expérience en 2021. Je n’ai pas eu d’information concernant des manques d’eau, mais je sais que nous avions monté 2000 litres d’eau, plus 10% pour se laisser un peu de marge. Si certains points de ravitaillement ont effectivement manqué d’eau, il n’est pas normal que les responsables des points de ravitaillement n’ont pas fait remonter l’information en amont pour que les coureurs s’organisent. C’est peut-être un point à améliorer pour la prochaine édition”, explique Jean-Pierre Fargeon, responsable logistique pour la Diagonale des fous. 
 

“Nous sommes très attentifs aux impressions des coureurs pour corriger ce qui ne va pas. Pour l’instant, nous avons surtout eu des retours positifs. Par exemple, nous avons distribué de la pastèque ou des gâteaux créoles pour la première fois et cela a rencontré un franc succès. Nous avons aussi remarqué que l’eau au sirop est bien plus appréciée des coureurs que le coca. Bien sûr rien n’est jamais parfait, mais nous avons aussi toujours à faire une minorité de mécontents”, botte en touche le responsable logistique. 


Mafate, le cirque de tous les dangers 
 

Pierre Maunier, le président de l’association Grand Raid, rappelle également l’exigence de cette compétition et nuance les remarques des coureurs mécontents. “ll s’agit d’une course en semi-autonomie, ce n’est pas une randonnée touristique. Les coureurs doivent gérer seuls leurs logistiques, et certains négligent ce point, car ils sont sûrs de tout avoir au prochain ravitaillement”, rappelle le président. 

Devant cette rallonge de 4 km, Pierre Maunier tient à préciser un point. “Y’a t-il une sélection à Cilaos ? Oui et non. Non, car tous ceux sur la ligne de départ ont vocation à arriver. Mais oui aussi, car il faut avouer que Mafate est un lieu exigeant. Aller chercher un raider en difficulté demande beaucoup de moyens, donc nous devons éviter ces situations” 

Une compétition internationale qui demande des prérequis

Face aux critiques sur l’élitisme de la course, Pierre Maunier souligne que les “stars” du Grand Raid ne sont qu’une cinquantaine. “Le Grand Raid, ce n’est pas que les pros, même s’ils permettent de mettre en lumière la course. Le cœur du Grand Raid, c’est bien les participants, notamment les locaux. Nous n’avons pas du tout oublié les Réunionnais, mais il faut comprendre qu’il s’agit désormais d’une course internationale. Si nous mettons tout à disposition, nous ne rentrerons plus dans ces normes. Mais je m’engage quand même à regarder ce qu’il s’est passé pour voir si des points doivent être améliorés”, poursuit le président.

Les vagues sont désormais présentes sur toutes les courses, explique Pierre Maunier, notamment sur l’UTBM. “Cela permet de fluidifier le départ, et c’est désormais quelque chose d’installer. Aucun problème de bouchon n’a été remonté pour l’instant. Ces vagues de 500 coureurs vont sûrement être remises en place pour l’année prochaine”, enfonce le clou Pierre Maunier. 

Tous les coureurs qui ont témoigné dans cet article expliquent qu’ils ne souhaitent plus participer à la Diagonale des Fous, tant que ces points n’auront pas été améliorés.’
 

*les prénoms ont été modifiés





1.Posté par Hardcore le 23/11/2022 06:44

Tout a fait d accord avec Pierre Maunier.
L esprit du trail a l origine, c est une relation avec la nature. Petit a petit cet esprit s est perdu avec l arrivée de coureurs plus intéressés par la communication liée a ce sport.
Le niveau monte mais les coureurs ne sont plus les mêmes. Les débrouillards doivent affrontes des concurrents qui s entraînent tout le temps (parfois au détriment de leur vie de famille) équipés de matériel a la pointe.
La solidarité originelle se perd.
Alors ne pas approvisionner complètement certains postes, c est œuvrer pour l esprit originel du trail

2.Posté par marie le 23/11/2022 06:58

Comme toutes les courses le plus dur est d etre devant depuis le depart afin d eviter de se retrouver bloque par la moyenne


3.Posté par Métisse le 23/11/2022 07:50

On fini cette course exigeante et à l’arrivée on a même pas un t-shirt à notre taille . Comment expliquer cela vu en amont on précise la taille du t-shirt ? Pas faute d’avoir envoyé plusieurs mais sans réponse . Je ne suis ps la seule dans ce cas malheureusement

4.Posté par Antoine le 23/11/2022 09:00

Benevoles au mauvais comportement surtout à la Possesion le samedi deux dames qui criaient sur tout le monde,aucun respect

5.Posté par la croissance le 23/11/2022 09:26

à entendre l'organisation tout serait parfait.
nier les problèmes ne sert pas le grand raid!
folie des grandeurs toujours plus mais sans être capable de gérer et jusqu'à quand?
l'argent? le but du grand raid?

6.Posté par Fopa me prendre pour un couillon le 23/11/2022 09:56

Course devenu course à pognon. On s’est fait voler cette course mythique par le pognon.

7.Posté par Pas normal le 23/11/2022 10:02

Manque d’eau !? Vous pouvez dire ce que vous voulez, un ravito sans eau ce n’est pas possible!
« L’information n’est pas remontée » de la part des bénévoles peut-être parce que ce sont eux qui gèrent mal ou pire…
En tout cas ça c’est bien passé comme ça à ces points et ce n’est pas normal donc parler de « quelques mécontents » c’est est irrespectueux

8.Posté par kosa sa le 23/11/2022 10:03

Si zot lé pas capable rest zot kaz.

9.Posté par Saturne 974 le 23/11/2022 11:15

C’est consternant de voir que l’organisation n’est pas capable un instant de se remettre en cause !!! Faut pas oublier que si la fête est belle c’est parce que le peuple y participe. Laissons la place qu’aux élites et la course deviendra vite un champ de ruines. Les Kadors quand ils ne sont plus dans le top 10 souvent abandonnent. A méditer

10.Posté par Kat le 23/11/2022 12:32

Ce nouveau Mr le Président du grand raid il a magouiller pour être élu, hors qu'il est même pas capable de gérer ,et ce Monsieur de la logistique il est vraiment un incapable il n'arrivera à la cheville de l'ancienne equipe

11.Posté par Par monts et par vaux le 23/11/2022 12:44

Remonter l'information en amont ?? Ça donne quoi une information remontée en...aval ?
Ce même responsable dit "...c'est peut-être un point à améliorer pour la prochaine édition". Pourquoi "peut-être" ?...
Raiders, vous voilà avertis !

12.Posté par Ahah le 23/11/2022 12:59

Un beau discours de politiciens de la part des organisateurs

13.Posté par Krazaou le 23/11/2022 13:01

@6 depuis une dizaine d'années c'est devenu juste un business, et un 'regardez-moi, moi je vais faire le grand raid' pour se pavané sur les réseaux sociaux, je mets pas tout le monde dans le même panier mais beaucoup sont de ce genre.
bref ce n'est plus ce que c'était et c'est fini, ce fut une bonne époque à ces débuts ! ;)

14.Posté par Lalangnapwinlozo le 23/11/2022 13:17

Au lieu de pleurer ,la prochaine fois inscrivez vous à la vague rose de l étang salé...!

15.Posté par Kat le 23/11/2022 13:19

Le Président ose dire que l'info n'est pas arrivé jusqu'à lui? C'est faux. Mr ou l'est pas à la hauteur laisse la place

16.Posté par PERE VERT le 23/11/2022 19:13

PereVert
3.Posté par Métisse le 23/11/2022 07:50

190€ le tee-shirt, ça fait cher.

La prochaine, gardez votre argent et allez vous acheter une parure complète. Il vous restera même de quoi allez au resto...

17.Posté par laspi le 23/11/2022 20:20

Je suis arrivé à 11h30 au coteau Kerveguen. Il faisait chaud, au soleil. Je n'avais plus d'eau et m'y suis ravitaillé. Un bénévole me dit qu'ils vont rationner car il ne leur reste plus beaucoup d'eau. Il me montre toutes les bonbonnes vides. Il me dit "de toutes façons, il n'était pas prévu qu'il y ait de l'eau ici, c'est un plus, un cadeau qu'on vous fait"!
Je lui réponds que non, le ravitaillement en eau est bien prévu ici sur notre plan de course, mais il ne me croit pas.
Je lui demande ensuite s'ils ont prévenu l'organisation du manque d'eau à venir, pour se faire ravitailler en urgence par un hélico. Il me répond que non, on doit faire avec ce qu'on a. Quand il n'y en aura plus, et bien il n'y en aura plus.
Je lui rappelle que près de 1000 concurrents vont encore passer sur le stand, et que pour mon cas personnel cela aurait été dangereux qu'il n'y ait plus d'eau car j'étais vraiment à sec. Et ceux qui arrivent derrière avancent encore moins vite, ont passé plus de temps sur le chemin, ont encore plus chaud (on s'approche de midi), et donc plus soif.
Mais rien n'y fait, c'est ainsi.
Je repars du ravito dépité, en priant pour qu'il ne se passe rien de grave...

M Maunier parle de semi autonomie...
J'ai mis 6 heures pour faire la portion mare à boue-le bloc. Et j'avançais plus vite que les derniers de la course. Faire 6 heures ou plus sans ravito (eau), cela s'appelle de l'autonomie et non de la semi autonomie... Qu'il en prenne conscience.

Je précise également que l'an dernier, je faisais partie de ceux qui sont arrivés à deux bras au moment où il n'y avait plus d'eau...

Un jour, quelqu'un fera un coup de chaleur à cause du manque d'eau, et donc mourra sur la course. Et là on dira "on ne nous a rien fait remonter?????"

18.Posté par Dufresne le 23/11/2022 21:07

Sur mafate ,le chef de poste à dit 3 raviolis par personne, pour excuse il a dit qui a pas assez pour tout le monde . C'est inadmissible pour le prix que l'on paie cette course .

19.Posté par Gui9 le 24/11/2022 07:03

Bonjour à tous,
Petit calcul:
2816 participants à 190€ (Grand raid)
1320 participants à 135€ ( bourbon)
1571 participants à 100€ (masca)
776 participants à 80€ (zambro)
Résultat 932420€ Récolté par l’association par les trailleurs uniquement
Plus les partenaires (ne les oublions pas, 73 au total) dont certains de renommée EDF , la région ( subvention versée à hauteur 55000€- commission permanente du 7 octobre 22).
On peut largement estimer que la valeur apportée des partenaires est à l’égal des traileurs. Soit un total d’environ 2 000 000€ .
Il serait bon que l’association fournisse des justificatifs et explications sur les dépenses/recettes de ces courses. La transparence compte tenu des manquements dénoncés par les participants devient inévitable et exigée.

20.Posté par menfin le 25/11/2022 09:58

@LASPI, je m'en foutisme et médiocrité . Malheureusement habituel ici..

21.Posté par MICHOU le 26/11/2022 15:47

c'est leur entêtement pour y participer qui pose question comme le dakar et autres

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie









 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes