Communiqué

"Gestion des déchets post-Fakir à St-Leu : le risque existe toujours !"

Mercredi 23 Mai 2018 - 17:46

Maurice Chaffarod, citoyen saint-leusien, s'inquiète de la quantité de gravats et de boue toujours présente sur la commune, estimant que cela représente un danger. Voici son communiqué, au nom de la société civile :


"Gestion des déchets post-Fakir à St-Leu : le risque existe toujours !"

La tempête Fakir a amené une masse importante de boue, de débris et autre détritus sur la commune que ce soit sur le littoral, au niveau du cimetière ou encore sur berges des ravines.

Citoyens écologistes avertis, nous avons pu constater à notre grande surprise que face à la déchetterie de la rue George Thénor (voirie communale) jusqu'aux kiosques de la rue du musée (route départementale), il a été déposé une quantité de gravats, de boues à proximité immédiate de la route (voir photo). Il va sans dire qu'au prochain épisode pluvieux, tout cet amas reviendra en bas par le caniveau ou par déferlement.

La Société Civile de Saint-Leu demande à la municipalité de Saint-Leu d'intervenir dans les plus brefs délais pour éliminer ces tas de gravats qui représente un risque imminent pour notre environnement et la population Saint-Leusienne.

En cas de persistance de ce danger, nous n'hésiteront à alerter la sous-préfecture de Saint-Paul et les services de l'État (ARS, DEAL)

 

Pour la Société Civile de Saint-Leu
Maurice Chaffarod, citoyen écologiste Saint-Leusien

N.P
Lu 456 fois



1.Posté par JORI le 23/05/2018 18:25

Tiens ce n'est plus l'élu de l'Etang Salé, v.defaud qui signe ces communiqués???.

2.Posté par GIRONDIN le 23/05/2018 20:21

........ En cas de persistance de ce danger.....

La mairie tremblent?

3.Posté par GIRONDIN le 23/05/2018 20:22

........ En cas de persistance de ce danger.....

La mairie tremblent?

4.Posté par roro 61 le 24/05/2018 19:41

il a été déposé une quantité de gravats, de boues à proximité immédiate de la route (voir photo). Tout est dit sur certains comportements des citoyens .

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter