MENU ZINFOS

Gérald Maillot , Président du Sydne : "30 hectares pour l'enfouissement, c'est l’équivalent de 60 terrains de foot!"

Pourquoi le Syndicat de traitement des déchets collectés par la CINOR et la CIREST, a t-il opté pour un marché de tri optimisé alternatif ? Loin des jeux de la polémique stérile Gérald Maillot, Président de Sydne, justifie cette décision : "pour les Réunionnais, pour le territoire, cette solution s’est imposée d’elle-même".


Samedi 17 Février 2018

Le nouveau dispositif permettra de réduire de 70% l'enfouissement des déchets de la Cinor et de la Cirest et de plus souiller les terres du territoire
Le nouveau dispositif permettra de réduire de 70% l'enfouissement des déchets de la Cinor et de la Cirest et de plus souiller les terres du territoire
Aujourd’hui, les déchets collectés dans le Nord et à l’Est de La Réunion sont enfouis.

Ce qui représente l’équivalent de 20 cachalots qui souillent chaque jour la terre réunionnaise.

Aussi, dès sa création, le Sydne s'est donné pour mission première d'anticiper la limitation obligatoire de l’enfouissement en développant un marché de tri optimisé alternatif, marché visant au traitement de 2 100 000 tonnes de déchets et qui s'est révélé source à polémique depuis plusieurs semaines.

Gérald Maillot s'en explique.

Monsieur le Président, depuis plusieurs mois, vous évoquez l’urgence de mettre en place des solutions alternatives pour le traitement des déchets. Quelles en sont les raisons ?

- Gérald Maillot : Nous sommes aujourd’hui dans un contexte d’urgence et de risque de saturation d’ici 2020. Effectivement, dans moins de deux ans la décharge de Sainte-Suzanne, où sont enfouis les déchets collectés par la CINOR et la CIREST et ceux des professionnels, va atteindre sa limite de capacité d’enfouissement.
Dit simplement, cela veut dire que la poubelle sera pleine et qu’on ne pourra plus la vider ! Ce n’est pas plus compliqué que cela.

Dans ce cas là, on appelle cela un risque sanitaire avec une possibilité de rupture de service, mais également un risque financier.


C'est à dire ?

- Notre marché actuel de mise en décharge se termine à fin 2020. Continuer dans cette direction alors que nous manquons de volume foncier disponible voudrait automatiquement signifier que la facture grimperait.

De plus, dans les années à venir, les taxes gouvernementales environnementales sur ce mode d’élimination d'un autre temps vont augmenter fortement.

Donc à coup sûr, on ne peut pas considérer la tarification d’aujourd’hui comme base de discussion pour le traitement de demain.

Je ne sais pas si l'on s'en rend bien compte: on enfouit sur le nord-est de La Réunion environ 140 000 tonnes/an d’ordures ménagères sur 30 hectares, soit l’équivalent de 60 terrains de foot!
Et ce avec tous les impacts sur l’environnement et les sols réunionnais que cela engendre. Il est de ma responsabilité de mettre fin au "tout enfouissement". Cela n'est plus tolérable.

Face à ces enjeux, une majorité d'élus du Sydne ont majoritairement décidé à leur tour de changer de mode de traitement en privilégiant le tri optimisé.

Ces évolutions vont permettre une valorisation maximale de nos déchets. Aujourd’hui, toutes nos ordures ménagères sont enfouies. Demain, nous proposons de réduire de 70% cet enfouissement.
Quand on sait qu’une barquette en polystyrène met plus de 100 ans à se dégrader, il est urgent d’arrêter de les enterrer.

"Zéro déchet valorisable enfoui : de plain-pied dans l’économie circulaire !»


Le Sydne a donc signé un marché de traitement multifilières des déchets pour tendre vers une autre mode de traitement des déchets: qu’est-ce que cela signifie ?

- Une fois le constat d’urgence effectué, nous avons travaillé avec nos équipes du Sydne à l’étude des possibilités s’offrant à nous.
Nous avons eu un regard économique pour les contribuables, un regard écologique pour les générations à venir, mais aussi un regard technique en prenant en considération les spécificités locales de maitrise foncière, de procédure administrative longue…

Le marché passé avec la société InovEST nous permettra à partir de nos ordures ménagères d’effectuer, ce qui ne faisait pas auparavant, une valorisation de nos matières (métaux, plastiques, bois…), organiques (compost) et de préparer un combustible en vue de sa valorisation énergétique.

Au lieu d’enfouir nos déchets et de les voir mettre des années à se dégrader, nous allons les utiliser pour créer de la valeur, comme cela se fait déjà dans de nombreuses villes en métropole et dans le monde entier.

Maintenant que cette première étape est en cours de réalisation, nous allons pouvoir travailler à la valorisation énergétique de ce combustible, l’étape suivante donc.

Et en tendant vers le zéro déchet valorisable enfoui, nous rentrons ainsi de plain-pied dans l’économie circulaire !
 
 
A lire la suite de cette interview :

Gérald Maillot à Jean-Paul Virapoullé: "remettons nous au travail pour mette La Réunion en l'air!"

Gérald Maillot, Président du Sydne, se montre fier du travail réalisé par son équipe, avec à droite, le DGS Yoland Savrimoutou
Gérald Maillot, Président du Sydne, se montre fier du travail réalisé par son équipe, avec à droite, le DGS Yoland Savrimoutou



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 10 Juillet 2020 - 08:09 Le Conseil Communautaire de la Cinor en direct

 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes