MENU ZINFOS
Politique

Génération Écologie invite la ministre de la Transition écologique à respecter sa propre loi


Par voie de communiqué, Génération Ecologie demande à la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, de renoncer au projet de loi réautorisant les néonicotinoïdes qui doit être présenté au parlement ce lundi. Ce vote irait à l’encontre de la loi biodiversité de 2016, interdisant l’usage agricole des néonicotinoïdes. Une loi qui avait été portée à l’époque par Barbara Pompili elle-même.

Par - Publié le Dimanche 4 Octobre 2020 à 08:26 | Lu 1292 fois

Le communiqué :
 
#StopNéonicotinoïdes
Pour Génération Ecologie, le gouvernement doit respecter la loi
biodiversité de 2016

La loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages a été promulguée en 2016. Portée à l'époque par Barbara POMPILI, alors secrétaire d'Etat à la biodiversité, cette loi avait interdit l’usage agricole des néonicotinoïdes. Les néonicotinoïdes sont de puissants insecticides tueurs d’abeilles, véritables poisons pour la biodiversité et un danger pour notre santé. Toutes les études scientifiques confirment en effet que les néonicotinoïdes ont une toxicité neurologique, une perturbation endocrinienne, une génotoxicité et cytotoxicité. L’adoption de ce texte de loi avait alors bravé toutes les pressions des lobbies de l’agro-chimie.

Aujourd'hui ministre de la Transition écologique, Madame POMPILI défend [cruelle ironie de l’Histoire] au nom du gouvernement le projet de loi de ré-autorisation des néonicotinoïdes dans les plantations de France Hexagonale et d’Outre-mer. Ce projet de loi sera examiné en séance publique à l’Assemblée Nationale à partir de ce lundi 05 octobre.

Faisant un bilan critique de la loi biodiversité de 2016, le Conseil Économique, Social et Environnemental (CESE) pointe, dans un avis adopté le 23 septembre 2020, les "insuffisances" et le caractère "lacunaire" de la mise en œuvre de ce texte. Dans ce rapport il est écrit que "la reconquête n'est pas amorcée mais au contraire, le déclin se poursuit".
Pour les Outre-mer, le CESE demande que les pouvoirs publics soient "à la hauteur des enjeux" en y augmentant les moyens humains et financiers pour la protection des mangroves et des récifs coralliens et qu’ils mettent en œuvre l’expérimentation d’un réseau d’aires protégées s’inspirant du réseau Natura 2000. Enfin le CESE recommande de porter auprès de la Commission européenne une réforme des instruments financiers de soutien aux projets en matière de biodiversité.

Cet avis pertinent du CESE montre que la bonne exécution de la loi biodiversité de 2016 n’est pas la priorité du gouvernement.

De la même manière, en présentant un projet de loi de ré-autorisation des néonicotinoïdes en France et dans les Outre-mer, le gouvernement affiche son mépris de la loi biodiversité de 2016. Cette réintroduction des insecticides tueurs d’abeilles constituerait un recul juridique et sociétal majeur, en totale contradiction avec la Charte de l’environnement, qui a valeur constitutionnelle, et au principe de non-régression [présent dans la loi biodiversité de 2016] selon lequel les dispositions réglementaires et législatives en matière de protection de l’environnement ne peuvent faire l’objet « que d’une amélioration constante ».

Pour Génération Ecologie, le gouvernement doit s’engager pour le respect de la loi biodiversité de 2016 en affectant tous les moyens nécessaires pour une application optimale de cette loi aussi bien en France Hexagonale qu’en Outre-mer et en retirant le projet de loi de ré-autorisation des néonicotinoïdes tueurs d’abeilles.

VINCENT DEFAUD,
Membre du Conseil Exécutif de Génération Ecologie, chargé de l’écologie de la mer et des Outre-mer, Délégué Départemental Génération Ecologie La Réunion


Gaëtan Dumuids
« Dans la vie, les choses sont simples, ce sont les esprits qui les compliquent ». Cette citation... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par DouloumMacrOn le 04/10/2020 09:13

Encore un texte rédiger la semaine sur le temps de travail et publier le dimanche
Bravo collègue fictif

2.Posté par Zéro defo, zéro déchet le 04/10/2020 09:25

🤣

3.Posté par toto666 le 04/10/2020 09:54

Ha tiens, maintenant il est membre de GE ? A qui le tour, l'année prochaine ?

4.Posté par Le Jacobin le 04/10/2020 09:55

Defaud (x) prétexte !

Vous circulez en vélo électrique j'espère ?

J'aurai préféré génération Bicyclette.

5.Posté par TUITUIT le 04/10/2020 10:24

La voix de son maître se réveille à 6 mois d'élections régionales, cette fois-ci à 6 mois de son éviction....Enfin !

6.Posté par Gramoune le 04/10/2020 12:52

Donc, par ce "texte", M. DEFAUD existe encore Mais râler avant de connaître la loi,
cela aussi fait partie de Génération Écologie. Tout le sérieux est là !

7.Posté par JORI le 04/10/2020 15:00

Defaud, defaud, et son collectif, après avoir tant critiquè domen, ne se sont pas présentés aux municipales de St leu !! 😂 😂 😂

8.Posté par LAMPION le 04/10/2020 16:55

POSTE 2 Bien dit.
Au cac ou ce Monsieur serait fonctionnaire lu pense koué de la prime de vie chère attribué à certaine catégorie de personne qui bien sur consomme moins que lui.

Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes