La revue de presse National / International

Franz-Olivier Giesbert, le journalisme sans foi ni loi

Dimanche 8 Juillet 2012 - 18:45

Franz-Olivier Giesbert, le journalisme sans foi ni loi
Au commencement un nom de brouillard. FOG : trois initiales qui cachent un prénom double et une bête étrange, née d'une philosophe normande et d'un peintre germano-américain débarqué sur une plage de Normandie, un certain 6 juin 1944, pour bouter les nazis hors de France. FOG : le produit compliqué de cette mère adorée et de ce père haï, miraculé de l'enfer d'Omaha Beach et qui fera payer à ses proches d'avoir survécu, hanté à jamais par la mer remplie de sang et de vomi, de corps sans têtes, de morceaux d'humains et de copains criant à l'aide, accrochés à leur tripaille. Franz-Olivier Giesbert, ce Rastignac monté un jour de sa province normande pour devenir grand manitou de l'élite parisienne, vient du bourbier et de la violence.

Il en a peut-être tiré son air de diable. Une gueule à la Jack Nicholson, un oeil un peu plus fermé que l'autre, la tignasse romantique et ce très grand front qui part vers le haut, comme les caricatures de Victor Hugo dans les journaux satiriques de son siècle. Il s'avance dans la comédie humaine de cet oeil torve et complice, cynique et candide, connivent et traître, affectif et assassin, impitoyable et écorché vif, chroniqueur agité de la vie politique. Vus par lui, nos dirigeants semblent sortis d'une fresque balzacienne à laquelle il prend part, sans pitié pour lui-même.

Le pouvoir, il se vautre dedans pour l'observer. Il le désire pour le trahir et le raconter. Il tient tous les piliers du système médiatico-politico-littéraire, entre la direction du Point, son invasion des plateaux de télévision, ses émissions culturelles télévisées, ses livres politiques, ses livres d'écrivain, la présidence du jury du prix Renaudot, où il fait et défait les rois avec JMG Le Clézio. Jadis, Franz avait envisagé de louer avec un copain une garçonnière pour y recevoir des amoureuses de passage. Il a renoncé : "Finalement, a-t-il dit, ce truc ne m'intéresse pas. Moi, je baise avec le pouvoir."

La suite de l'article sur Le Monde.
Lu 654 fois
Pierrot Dupuy
Pierrot Dupuy est le fondateur de Zinfos974. C’était le 1er septembre 2008… Aidé d’une petite... En savoir plus sur cet auteur



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 28 Juillet 2012 - 10:05 Laetitia Payet, "paupiette" à l’anglaise