MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

Foyer des Jeunes Travailleurs du Port, une chance perdue ?


Par Patric Boitard - Publié le Mercredi 17 Août 2016 à 09:46 | Lu 1364 fois

Foyer des Jeunes Travailleurs du Port, une chance perdue ?
Le Foyer des Jeunes Travailleurs du Port, le premier établissement de ce genre à La Réunion et le seul pendant très longtemps, a fermé ses portes le 13 juin 2016. Cette fermeture met ainsi  fin à presque quarante années de mission sociale d'accueil et d'hébergement de jeunes travailleurs, garçons et filles, privés de logement ou en grandes difficultés.

En effet, au moment où la structure devait passer à une étape supérieure et que les phases les plus contraignantes étaient accomplies, la dynamique engagée depuis plus de 10 ans a été stoppée brutalement.

En ma qualité d’ancien employé de la structure durant 10 ans (de 1985 à 1995) et de président pendant 16 années (de 1999 à 2015), il est de mon devoir d'apporter mon point de vue concernant cette fermeture, même si un certain nombre d'éléments ont déjà été apportés à l'opinion par la presse. J’ai donc été un témoin privilégié de l'utilité de cet outil pour de nombreux jeunes Réunionnais et de sa contribution pour la notoriété de la ville du Port.

On peut rappeler quelques étapes essentielles de l’histoire du FJT du Port.

C’est dans un contexte de fort développement économique sur le territoire de la commune du Port que le FJT a ouvert ses portes en 1977 avec pour mission première l’hébergement des jeunes travailleurs réunionnais. Son succès et son utilité ont développé sa reconnaissance à l’échelle régionale.

Progressivement, un partenariat actif a été construit avec des organismes ou des institutions tels que la Mission Intercommunale de l’Ouest (MIO), le Conseil Départemental (ex Conseil Général) par le biais du Groupement d’Unité Territorial (GUT), la Chambre de Commerce et d’Industrie de La Réunion (CCIR), la Chambre des Métiers, ou encore l’Ecole d’Apprentissage Maritime (EAM).

Vers la fin des années 90, le contexte économique et social contraint nous a obligés à requestionner notre projet associatif.
Ainsi, en 2010, grâce au partenariat financier avec la Caisse d’Allocations Familiales (CAF), dans le cadre du Contrat Territorial Global, et à la contribution du Territoire de la Côte Ouest (TCO), la commune du Port, maître d’ouvrage, lance les travaux de réhabilitation du bâtiment pour une capacité d’accueil de 66 chambres, dont 6 pour des personnes à mobilité réduite.

Ce renouveau du FJT s’inscrivait dans une nouvelle perspective. Afin d’intégrer de nouvelles orientations, nous avons modifié nos statuts, mis en place un plan de formation pour une meilleure qualification du personnel et aussi fait fructifier notre réseau de partenaires.

Ce nouveau virage, impulsé avec les partenaires publics, confortait ainsi le FJT dans son rôle d’acteur référent d’insertion sociale des jeunes par le logement, favorisant ainsi leur autonomie et leur responsabilisation.

Cette mission a été appuyée par le travail très constructif mené avec nos partenaires, à savoir :

La MIO pour continuer la mise en place de l’accueil des jeunes.

La CAF pour bénéficier d’un accompagnement financier dans le cadre de sa politique d’action sociale.

La Direction Régionale de la Jeunesse et Sports et de la Cohésion Sociale (DRJSCS) apportant un financement pour l'animation du Foyer.

L’Union Nationale pour l’Habitat des Jeunes (l’UNHAJ) pour bénéficier d'un accompagnement à la structuration.

L’Association Réunionnaise pour la Valorisation des Initiatives Socio-Economiques (l’ARVISE) et UNIFORMATION pour l’accompagnement et la mise en place d’un plan de formation pour le personnel, afin de répondre aux exigences liées à l’évolution des métiers et des compétences.

Dans le FJT, il n’y a pas uniquement l’aspect hébergement. En effet, la dimension socio-éducative et culturelle entrait dans nos priorités. Ainsi, nous avons procédé à :

la mise en place d’activités socioculturelles en concertation avec les résidents.

la prise en compte du parcours résidentiel des jeunes confrontés aux difficultés d’accession à un logement autonome, dans une dynamique partenariale avec le Centre Communal d’Action Sociale (CCAS) du Port, la MIO, l’Académie des Dalons et les bailleurs sociaux, entre autres.

Sur le plan financier, notre exercice comptable pour l’année 2014 faisait pourtant une nouvelle fois la démonstration de notre capacité à gérer au mieux les fonds publics mis à notre disposition, sans déficit ni dépenses inconsidérées. L’optimisation progressive de nos fonds propres, qui aurait été effective avec la livraison définitive de tous les logements, aurait entrainé rapidement une diminution du besoin de financement émanant de la commune du Port.

Cependant, la réduction conséquente de la subvention communale en 2015 déclenche la procédure d'alerte par le commissaire aux comptes et remet en cause la viabilité et la survie de la structure. La liquidation a d'ailleurs été prononcée par le tribunal récemment.
Depuis ses débuts, l’association FJT n’a jamais eu l’intention de se substituer à ses partenaires et elle a toujours su rester, vis-à-vis de ces derniers, et en premier lieu la Municipalité, un acteur respectueux et à l’écoute de toutes propositions ou évolutions nécessaires.

Je regrette que les nombreuses sollicitations entreprises par l’association auprès de l’autorité municipale pour échanger sur le projet du Foyer soient restées vaines. Aussi devant l’impossibilité de partager notre expérience et notre point de vue sur le devenir du Foyer avec notre principale partenaire, la décision qui s’imposait était de quitter avec regret, un engagement de longue date, des responsabilités partagées et surtout une équipe de salariés qui a tant donné à leur outil de travail.

En effet, je ne saurais oublier ces 8 membres du personnel qui se retrouvent aujourd'hui au chômage avec toutes les conséquences sociales, matérielles et psychologiques que l'on n'ose imaginer. Je tiens tout particulièrement à les remercier pour leur compréhension, leur esprit d’équipe et la solidarité dont ils ont su toujours fait preuve dans les moments difficiles. Je partage totalement leur désarroi.

Je souhaite sincèrement qu’un repreneur puisse très vite prendre le relais pour assurer la continuité du projet du Foyer des Jeunes Travailleurs du Port qui reste une structure viable au sein de ce territoire.

Il serait dommage qu'un tel outil portois, répondant aux besoins de notre jeunesse, ne puisse pas continuer à prospérer comme cela était envisagé.

Le Port a depuis longtemps démontré sa capacité à innover, à fédérer et à donner une dimension régionale à des projets de développement local. J’ose espérer qu’on n’est pas passé à côté d’une chance offerte à la commune du Port de tirer profit des atouts de son histoire.

Patric Boitard
Président du FJT de 1999 à 2015




1.Posté par Jean Yves le 18/08/2016 10:23

M.Boitard, président fantôme et incompétent. Ou étiez-vous, quand la FJT prenait le fond par manque de gouvernance compétent. Vous saviez parfaitement, que vous ne rentriez plus dans les critères homologué par l'état pour avoir l'agrément d'un foyer de jeune travailleur. Vous n'avez rien fait pour que cela sois rétabli Les salariés de la FJT, c'est vous et votre conseil administration irresponsabilité qui ont décidé de mettre la clé sous la porte et de les mettre au chômage. Assumez votre responsabilité .Mais, ses pauvres salariés se retrouvent sans emploi, mais vous, c'est le TCO qui vous gave à ne rien faire.

2.Posté par Elémentaire le 18/08/2016 21:34

Elémentaire ce cher Patric.
Que dis-je ALIMENTAIRE.

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes