Société

Forêt de l'Etang-Salé : L'histoire se répète pour les Adekalom

Vendredi 1 Décembre 2017 - 18:09

L'activité agricole de Nicolas Adekalom et Sully Lauret sur le littoral leur apparait comme nécessaire
L'activité agricole de Nicolas Adekalom et Sully Lauret sur le littoral leur apparait comme nécessaire
"Depuis des générations nou viv là, nou soign nout zanimo et zordi nou lé menacé d’expulsion", s’inquiète Nicolas Adekalom. Un nom de famille qui résonne dans la mémoire collective réunionnaise, Danyel Waro ayant immortalisé le combat de son oncle Thérésien Adekalom pour garder ses terres dans les années 70.   

L'histoire se répète. Nicolas Adekalom, comme son oncle, mais aussi Sully Lauret se battent aujourd’hui pour poursuivre leur activité traditionnelle d’éleveur de boeuf moka sur leur exploitation de respectivement 5 et 10 hectares, dans la foret sèche de l’Etang-Salé.

Des terres, propriétés du Département gérées jusqu’alors par l’ONF - avec qui les Adekalom étaient parvenus à trouver un terrain d’entente -  sont passées entre les mains de la société GTOI-Icade dans le cadre du projet d ‘extension du parcours et de construction d’un hôtel haut de gamme sur le golf de l’Etang-Salé. Selon les éleveurs, les baux arrivent à échéance et pourtant "personne du département, de l’ONF, ni de la Société réunionnaise de golf de Bourbon ne s’est déplacé pour discuter", déplore Nicolas Adekalom. 


Les deux éleveurs d’un cheptel de 80 bêtes craignent l’expulsion. Sans autorisation, ils se retrouvent hors la loi. Chassés de "leurs terres", c’est tout une partie de l’identité réunionnaise qui serait ainsi perdue. "Nous voulons garder cette communication avec la nature, avec notre héritage, notre passé, nos coutumes". A bien des égards, Nicolas Adekalom et Sully Lauret apparaissent comme "les gardiens de la forêt" dont ils souhaitent préserver les richesses faunistiques et floristiques pour les générations à venir. 

Ce vendredi matin, ils ont reçu le soutien de la député Huguette Bello pour qui l’extension du parcours de golf soulève une question d’éthique, "le sport doit s’adapter à l’environnement et non l’inverse", affirme l’élue. "A l’heure où l’on parle d’écologie, un inventaire de la biodiversité dans la foret sèche de l’Etang-Salé est nécessaire". Quelle sera le taux d’incidence d’un tel complexe, interroge Huguette Bello qui déplore le "mépris des différents acteurs du projet" qui n’ont pas pris la peine d’échanger avec les personnes concernées.

"Des difficultés de communication", reconnait Mario Lechat, président de Société réunionnaise de golf de Bourbon (SRGB) et de la Cirano Tourisme Loisir dont la société GTOI-Icade lui a subdéléguée la gestion du site "le temps que le projet se mette en musique". "Je comprends l'inquiétude des Adekalom mais le projet n'est qu'au stade des études", poursuit-il. Les contacts n'ont pas encore été établis mais " il n'y a pas de volonté à les exclure du projet", assure Mario Lechat. "Il est possible de conserver notre culture et en même temps promouvoir le tourisme par la création d'une structure de qualité". Le début des travaux est prévu pour un à deux ans. 
 
Au moment où nous écrivons ses lignes, le Département n'a pas répondu à nos sollicitations. 

Pourtant les deux éleveurs sont loin de s’opposer au projet. Ils lancent donc un appel au Département afin que leur activité puisse intégrer l'extension du golf, mais aussi à la population réunionnaise en soutien à leur combat.
PB
Lu 8412 fois



1.Posté par JORI le 01/12/2017 18:27

Comment se fait il que les terres appartenant au Département se soient retrouvées dans les mains de la société GTOI-Icade sans même que les locataires n'est pas été contactés en premier lieu. J'ai toujours appris que le locataire était toujours prioritaire en cas de cession. M'aurait on raconté n'importe quoi??.
Ceci dit, je serais curieux de savoir pour quel montant, quand on sait comment sont attribués certains terrains ou cases, cette cession des terres du Département s'est faite!!.

2.Posté par DOGOUNET le 01/12/2017 18:37

Pour ceux qui ont connu la fin des années 70, Remember le fameux : LAISSE A ZOT VIV !

3.Posté par bel air le 01/12/2017 19:46

en se qui concerne le passage des terrains d une main a l autre
avec certain élu que nous avons c est pas impossible
moi aussi je me suis poser la question comment notre commune et MAIRE a pu céder une partie du centre technique de la commune a une entreprise et surtout qu une personne proche de lui possède des parcelles dans cette commune comment a été fait l acquisition il y a même une partie de la pépinière communal

4.Posté par Theliberator le 01/12/2017 20:54

Creole i vendrait zot momon pou gagn in peu de l arzent... C est pas les gros blancs les colonialistes C le creole i vend son âme au diable pou deux pieces.. Zot i conné la solidarité que si le probleme i concerne à zot pas zot camarade apres zot i vien pléré.. Allez pousse le bef don band la siasse..

5.Posté par Gitans de la croix de Chavaux le 01/12/2017 21:07 (depuis mobile)

Elles ont bon dos les traditions,oui je suis installée ici y a 50ans sans rien payer mais bon maintenant je suis chez moi !!trop facile ça...chacun s'installe comme ça et au bout de quelques années c'est bon ça m'appartient !!

6.Posté par cmoin le 01/12/2017 21:31

Le bail est fini,point! Sortez de là!

7.Posté par coup balai... le 02/12/2017 08:34

zot lé cui...

8.Posté par zenesrebel le 02/12/2017 08:45 (depuis mobile)

listwar y répète malérèzman...la profitasyon bann gro zozo y kontinu dessu kreol...y fo nou rouv in kou lo zyé! lér fine arivé pou nou mèt ansanm kontr profitasyon domoune andéor!

9.Posté par Satya le 02/12/2017 08:55

MM ADEKALOM et LAURET vous êtes dans la tradition OK.
Pourquoi vous n'essayez pas d'intégrer et d'utiliser le système, tout en trouvant votre compte ?
Si cela ne vous cause pas trop de désagrément, je vous propose d'ouvrir votre exploitation à des visites ciblées. Je suis certaine que beaucoup de gens, locaux et touristes, seraient friands de voir le mode de vie d'avant, voir en vrai des bêtes et des planteurs. Proposer ce projet à l'IRT. Ne rester pas dans la réclamation.

10.Posté par Ben voyons! le 02/12/2017 10:22

Des terres de l’ONF vendues au plus offrant , ce n’est pas la première fois , dans les années’ 80 , des terres domaniales s’étaient transformées comme par enchantement en terres à bâtir. Et c’est devenu la zac carangues ....mais on est à Étang Salé et zan claude est prêt à tout pour avoir son golf deux fois plus grand et son 5 étoiles.......peu importe si ça va bouffer de l’eau , peu importe si une’ partie non négligeable cet endroit prisé des marcheurs et des sportifs est privatisé ( contrairement au blabla déjà servi lors de la première tentative.....)
Tout pour le fric et les dessous de table , car ne nous y trompons pas , ce projet est une affaire de gros sous , de défiscalisation au détriment des habitants , mais à l’avantage certain des braves élus qui mangent à tous les râteliers , l’édile en tête....
A suivre ....reverra t-on les mobiles charger le troupeau et ses bergers ?

11.Posté par patrimoine en surçi... le 02/12/2017 11:23

la forêt de l 'étang sale est devenue un site que pour les profiteurs!! mais quand il fallait bataille courages fuyons!

12.Posté par Lol kaf le 02/12/2017 12:29 (depuis mobile)

A st leu quelqu un qui travail pour le Maire et à fait construire une maison en béton sur un terrain agricole soit disant et qui l appartient pas et le vrai propriétaire n à pas le droit construire en béton ou sa i sa va comme sa volére terrain .

13.Posté par roro 61 le 02/12/2017 13:08

Pour mémoire : L’animal est aujourd’hui primé au Salon de l’Agriculture à Paris. Grâce à cela, les éleveurs devraient être encouragés à l’élever dans les pâturages réunionnais. D’autant plus qu’il demande très peu de moyens et se montre résistant, comme le rappelle Max Fontaine, président de l’Association de promotion du patrimoine écologie Réunion (Apper).
Agrobiodiversité animale. Vache nantaise, bœuf Moka, brebis basque ...



https://www.breizh-info.com › Environnement



8 mars 2017 - Issu d'une histoire complexe faite de multiples influences qui font son originalité, le bœuf Moka est une race aux aptitudes mixtes propre à l'île de La Réunion. Elle a été inscrite récemment au catalogue des races officielles du ministère de l'Agriculture. Sauvegarder et promouvoir le bœuf Moka fait ...

Si cela ne suffit pas , que faut il faire de plus pour convaincre les gens du patrimoine ! je n'invente rien il suffit de lire .

14.Posté par les ripoux au sommet!!. le 02/12/2017 14:41

pauvre tan sale LACOUTURE ve refaire zot l'ourlet.

15.Posté par a de juger .. vendu!!. le 02/12/2017 15:51

la commune de l’Étang-Salé est devenue une ville saturée rien n'a été fait la dégorger ! ,a tous les coins de rue des panneaux immobiliers polluent poussent comme des champignons, c'est tres étonnant de sortir dans ce panier de crabes un 5***** au milieu de nul part???

16.Posté par bibik le 02/12/2017 18:55

Malheureusement privation ban terrain l'onf par ban gros Zozos, lé pa fini

Banna i essaye effas nout patrimoine.. Kan ou oubli oussa ou sorte, ou devien lesclav la société

17.Posté par Batisseurs de.bourbon le 03/12/2017 00:09 (depuis mobile)

Honte à Lechat..zinfos..halte à la censure..!

18.Posté par Tristesse ! le 03/12/2017 08:00 (depuis mobile)

Une forêt magnifique appréciée des marcheurs et sportifs transformée en béton pour quelques nantis. Vive le béton, supprimons cette belle forêt ! Félicitations à l''''ONF et la municipalité...

19.Posté par Grangaga le 03/12/2017 17:10

......................................Arr' Papa li nana dé z'yeu...............................................

Dopi lo tan ni rodd' pi do bwa
Krwa pa la natirr' la ar'pran son drwa
An déor' la rézèrv' l'Unesco
Troupo d'sèrf' y déssann' ziska Dominzo
Blé marinn' y pouss' dann' park' bann' z'wazo
Konm' dann' liv' la Tourr' dé Gardd' Jévého
In n'ott' tan toutt' noutt' bann' rodéo
Y binll' an foto gro titt' dann' zourno

Batissèrr' l'épok' Canada
Tansyion y fé in ri sofé d'otrefwa
Bèz' min vié franswa l'argo
La ligu' douz'-san si noutt' gran plato
Vi souvyin l'sorr' la rass' Navazo
Y dérivv' ankorr' l'povv' Zéronimo
Po sortt' dan lo vir'tuèl' zot' z'anklo
Mwin la mènn' bann' marmay' vizitt' la ban-o

Arr' Papa li nana dé z'yeu

Pars'ki le regarr' mon z'anfan
Lé lo reflé de l'amm'
Si bèff' là y wa a ou lé kontan
Son souv'nirr' lé vagu'
Konm' ou la atann' l'az' trwa z'an
Po montt' la kanpann'
A li ossi y fé in bou d'tan
Pankorr' vi in marmay''.................................

20.Posté par li le 03/12/2017 18:16

L onf entourloupeur de 1ère. Ké sovegarde natur zot i fé là ? Aux ordres du département é gro billet ?
Tou manyer, in tèr ek okupan, à tit gratui ou onereux, i pe pa ven ' comm sa.
Asé vol à nou.
Oté, o ki lé chamb' lagrikiltir ? Zékologis? En train réserver zot billet pou lo parcours golf ?
Patrimoine mondial, mon ki !

Lès nout' moka trankil
Lès nout' pié marss su nout 'tèr.
Alé fé trou do lux koté zot kaz.
É essaye pa taz a nou ek in parcour santé intégré accessible. Nou la poin à être intégré. Nou lé ici.
Sé comm si té fé in kouloir pou lé zindigène é in l'espace pou lé trou d'bal.
Supoz qu entre deux pof , ils Iront festoyer su la plaz des gens au dessus des 5 pas royaux.

21.Posté par li le 03/12/2017 18:22

Du béton au volcan, du béton en forêt, du béton sur les plages,
Vive l onf
Vive le département bourbon
Vive la région pharaonique
Réunion. Patrimoine mondial.
Et la dengue, le chikungunya et la leptospirose pou nou.


22.Posté par cha.. alor! le 04/12/2017 08:52

le pillage de la forêt toujours d"actualité...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >