Communiqué

Fonctionnaires séquestrés : Une enquête débute sous trois chefs d'inculpation

Le Parquet de Saint-Pierre communique à propos de la séquestration subie par des fonctionnaires de la Direction de l'agriculture à la Plaine des Cafres en début de semaine. Le vice-procureur de la République Benoît Bernard fait le point :

Vendredi 2 Août 2019 - 18:45

Enquête pénale diligentée à la suite des évènements survenus les 29 et 30 juillet 2019 sur une exploitation agricole au préjudice d'agents de la Direction de l'alimentation, de l'agriculture et de la forêt (DAAF) de la Réunion

Lundi 29 juillet 2019, suite à la réception d'informations précises, les agents de la DAAF de la Réunion en charge du contrôle des élevages bovins ont initié une nouvelle procédure relative à l'état de santé d'un animal présent sur l'exploitation agricole des époux Lauret située à La Plaine des Cafres.

En application des dispositions de l'article L. 214-23 1° du code rural, et après en avoir informé le Parquet, trois agents se sont rendus sur l'exploitation pour corroborer par des constatations objectives les informations en leur possession. Les trois agents se sont vus interdire de quitter les lieux par un groupe de personnes. Deux des trois agents n'ont pu partir que le lendemain en début d'après-midi.

Les trois agents ont été entendus ce jour par les enquêteurs de la brigade des recherches de Saint-Pierre.

Au regard des faits rapportés par ces personnes, une enquête débute des chefs suivants : séquestration suivie d'une libération avant le 7e jour, violences en réunion et sur personnes dépositaires de l'autorité publique, infraction se rapportant au climat d'agressivité et d'humiliation verbale ayant manifestement engendré un retentissement pour certains des agents, atteinte à l'intimité de la vie privée par captation, enregistrement ou transmission de l'image d'une personne, infraction se rapportant aux multiples films et photographies des agents captés sans consentement par des personnes du groupe.

Les trois agents ont porté plainte. Le préfet de la Réunion a indiqué par courrier qu'il s'associait à ces plaintes.

Les enquêteurs de la brigade des recherches ont débuté les investigations et les auditions afin de matérialiser ces infractions, identifier les mis en cause et déterminer les responsabilités de chacun.

Parallèlement, le Parquet de Saint-Pierre a reçu une plainte de Madame Lauret à l'encontre de la DAAF. Elle sera prochainement entendue afin qu'elle puisse préciser les faits reprochés à cette administration. Si des éléments laissent supposer la commission d'une infraction, une enquête sera ordonnée.
Zinfos974
Lu 1493 fois



1.Posté par GIRONDIN le 02/08/2019 19:44

Cette histoire de vache malade finira mal !

Du coup le préfet il a fait quoi depuis ça :

.... "" "".... La situation de la Leucose à La Réunion
Article créé le 02/11/2017 Mis à jour le 02/11/2017

L’État s’engage auprès de la profession dans un plan global de maîtrise sanitaire des maladies bovines


Face à des questionnements devant un risque sanitaire pour l’homme que pourrait présenter cette maladie, le préfet tient à affirmer sans ambiguïté que la leucose est une maladie animale spécifique des bovins et qu’elle ne présente donc strictement aucun danger pour l’homme : aucune transmission de la maladie bovine à l’homme n’est possible ni par le contact avec des animaux vivants ni par la consommation de lait et de viandes.

Cette maladie fait l’objet de mesures de lutte en métropole pour maintenir un statut sanitaire indemne de Leucose nécessaire pour l’exportation d’animaux vivants.
A La Réunion, du fait de l’absence d’exportation de bovins et de la présence diffuse du virus sans impact sanitaire avéré sur les élevages comme précisé dans l’avis de l’ANSES (agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation) du 23 juillet 2015, le ministère en charge de l’agriculture a dispensé La Réunion de l’application des dispositions en vigueur sur le reste du territoire national au travers de deux arrêtés ministériels publiés en 2015.

Si le Conseil d’État a pu demander le 20 mars 2017 l’annulation sur la forme des deux arrêtés ministériels, il n’a en aucun cas remis en cause l’objectif de ces textes et la nécessaire adaptation des mesures de lutte contre la leucose à la particularité de la situation épidémiologique de La Réunion.

Cette adaptation s’est concrétisée dans le cadre du nouvel arrêté ministériel qui est entré en vigueur le 1er novembre 2017. Cet arrêté exclut les élevages bovins de La Réunion de l’application des mesures de police sanitaire. Sous le pilotage sanitaire du conseil régional d’orientation de la politique sanitaire animale et végétale (CROPSAV) qui regroupe l’État, les collectivités territoriales et les partenaires du monde agricole (professionnels agricoles, la chambre d’agriculture et les organismes à vocation sanitaire), les élevages réunionnais se développent et recherchent une production locale de qualité tout en assurant un revenu pérenne pour les éleveurs. Un plan global de maîtrise sanitaire bovin, ayant pour objectif de lutter contre l’ensemble des maladies des bovins, y compris la leucose, a ainsi été initié en 2016. Ce plan est centré sur 3 actions principales : la lutte contre les maladies, la lutte contre les insectes vecteurs et la réduction des mortalités.

Dans le cadre de ce plan, le nouvel arrêté prévoit la réalisation d’un dépistage sanguin annuel sur tous les bovins de plus de 12 mois. Ce dépistage va permettre de disposer fin 2018 d’une cartographie des élevages atteints, sur la base de laquelle des mesures d’assainissement adaptées seront définies.


Face aux récentes attaques sur la qualité sanitaire du cheptel réunionnais, le préfet rappelle l’importance de maintenir et développer une agriculture durable à La Réunion et de défendre le modèle réunionnais en matière d’élevage.

Les éleveurs les plus en difficulté font l’objet d’un accompagnement social. Ils ont été reçus individuellement et sont suivis pour apporter une assistance concrète. L’administration est engagée auprès des interlocuteurs les plus représentatifs des filières de l’élevage et conduit depuis plusieurs années un travail efficace, collectif et constructif.

L’État, dans son rôle de garant de la santé du consommateur, réalise des contrôles aussi bien en élevages (respect des conditions de bien-être, lutte contre les maladies réglementées, règles de mouvements des animaux, pharmacie vétérinaire) qu’en industries agro-alimentaires (depuis l’abattoir jusqu’à la remise directe). Ces contrôles visent la maîtrise de la sécurité sanitaire des aliments tout au long de la chaîne alimentaire par les opérateurs. Les agents de l’État sont présents sur ces sites et même de façon permanente en abattoir d’animaux de boucherie.....,''''...

http://www.reunion.gouv.fr/la-situation-de-la-leucose-a-la-reunion-a3269.html

2.Posté par Soutient total aux eleveurs le 02/08/2019 21:59

Suite au comportement hautain et non approprié des 3 agents de l état, je soutient les éleveurs, trop c est trop, en 19 ans qu a fais la DAAF ?, en 19 ans pas un plan d’éradication de la leucose à la réunion, sérieusement la DAAF est responsable, ils viennent de porté plainte ?, à nous créole de levé la tete

3.Posté par balayedovantzotportavant le 03/08/2019 11:09

pour une fois soyez des hommes et battez vous pour défendre vos intérêts nous sommes derrière vous mais actuellement dans l'incertitude plus de lait et viandes pays pour ma famille , trop de magouilles et de laisser aller dans cette île. prenons notre place au sein de notre île adaptation un point c'est tout!

4.Posté par Pascale le 03/08/2019 11:43

Il est plus que certain que Madame Lauret verra sa plainte classée sans suite :)


5.Posté par Lesseps le 03/08/2019 16:45

Normal s’ils sont condamnés ! Ils avaient des soucis, leur bêtise sans fond les fait s’enfoncer encore plus... Si on devait prendre en otage toutes les personnes qui ont un comportement hautain ou inapproprié, y aurait plus grand monde dans les rues... Les subventions à foison ne guériront jamais les agriculteurs et éleveurs qui en profitent allègrement (ils ne prennent personne en otage bizarrement quand ils les reçoivent) ...

6.Posté par JORI le 03/08/2019 20:56 (depuis mobile)

Ça va être la faute à castaner et aux forces de l''ordre !!.

7.Posté par Petit Robert le 05/08/2019 12:37

Post 2: Créole de relever la tête et d'apprendre l'orthographe!...

8.Posté par ti créole le 06/08/2019 00:02

@ 7, Petit Robert : ce qi compte cé que le post 2 la doné son avis sur le sujet...
et le moune y comprend sak lu di : alors, where is the problem ?

9.Posté par cd974 le 06/08/2019 18:00

ces éleveurs se croiraient ils au far west ? J'espère qu'ils vont prendre cher ! et fin des subventions surtout !!! Quelle honte.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie