MENU ZINFOS
National

Fin des sacs plastique jetables: Le décret est publié


Le décret mettant fin aux sacs plastique jetables a été publié au journal officiel. Les sacs plastique à usage unique seront donc interdits aux caisses à compter du 1er juillet 2016.

- Publié le Samedi 2 Avril 2016 à 10:32 | Lu 1519 fois

Fin des sacs plastique jetables: Le décret est publié
Le décret mettant fin aux sacs plastiques jetables a été publié au journal officiel du 31 mars 2016. Ce texte donne corps à l’ambition portée par Ségolène Royal de réduire les impacts environnementaux considérables liés à la production et la distribution de ces sacs.

Les sacs plastique à usage unique seront donc interdits aux caisses à compter du 1er juillet 2016.

Les solutions alternatives aux sacs plastiques de caisse sont désormais connues et éprouvées :
   - utilisation de sacs réutilisables quelle que soit leur matière ;
   - autres modes de conditionnement des marchandises comme par exemple des cabas, filets ou chariots).
 
D’autres Pays, la Finlande, le Danemark ou l’Irlande, ont ainsi déjà réduit la consommation de sacs de caisse à usage unique à moins d’une trentaine de sacs par habitants et par an.

Les enjeux liés à la consommation considérable et l’importation des sacs à usage unique utilisés pour la pesée des fruits et légumes et l’emballage des produits de bouche justifient également que des mesures soient prises rapidement pour en diminuer les impacts.

Ainsi, dès le 1er janvier 2017, seuls les sacs biosourcés (avec une teneur en matière végétale qui augmente progressivement dans le temps) et compostables en compostage domestique pourront être utilisés pour ces usages. Des entreprises françaises (SPhere, Barbier, Limagrain, Bagherra, Styl-Pack, La Française des Plastiques…) produisent déjà ce type de sacs.

Le développement de nouveaux plastiques biosourcés permettra, en comptabilisant les emplois dans la recherche et le développement, la culture des végétaux qui serviront de base aux matières premières, la production de nouvelles résines composées de matière végétale et les usines fabricant les produits biosourcés, de créer 3 000 emplois sur le territoire national.

Les sacs plastique non biodégradables sont utilisés quelques minutes mais mettent plusieurs centaines d'années à se dégrader, et sont ingérés par les animaux marins et les oiseaux. 75 % des déchets abandonnés en mer sont en plastique. 

Le cas le plus emblématique est celui des tortues marines, qui confondent les sacs plastique avec des méduses : 86 % des espèces de tortues marines sont touchées par ce phénomène.

Les oiseaux sont également très concernés : en mer du Nord, les estomacs de 94 % des oiseaux contiennent du plastique. En tout ce sont plus de 260 espèces qui sont impactées par les sacs plastique.

En France, jusqu'à ce jour, 5 milliards de sacs plastique à usage uniqueétaient distribués aux caisses chaque année.

Cette interdiction constitue une étape clé, qui marque la volonté de Ségolène Royal de mettre en œuvre des politiques ambitieuses en matière de protection de l’environnement, notamment portées dans le cadre du projet de loi relatif à la biodiversité.




1.Posté par Thierry le 02/04/2016 10:46

Au moins ça de fait. Euh, ... et pour les autres sacs en plastiques à usage unique, on fait quoi ? vous savez, ceux qui sont élastiques pas déchirable, goûts fraise, menthe ... ! même pas consignables !

2.Posté par Eno2016 le 02/04/2016 11:30

Félicitation !
Ces sacs causent beaucoup de morts parmi la faune marine , les oiseaux ....
Maintenant il faut réutiliser les gonis , les soubiks , les tantes en vacoas , les valises .... pour transproter les marchandises ;

3.Posté par Pamphlétaire le 02/04/2016 12:00

...qui marque la volonté de Ségolène Royal de mettre en œuvre des politiques ambitieuses en matière de protection de l’environnement, notamment portées dans le cadre du projet de loi relatif à la biodiversité. qui est la dernière partie de la phrase de l'article.

Ségolène Royal sait-elle qu'elle est ministre de l'Ecologie ?

Et si c'était elle ? Et si, après la trop rebelle Delphine Batho et le trop gentil Philippe Martin, c'était Ségolène Royal qui parvenait, enfin, à faire tenir la rose socialiste sur sa tige chlorophylle ? Elle, tête de pont revendiquée de la cause écolo dans sa région Poitou-Charente. Elle, forcément entendue par le président Hollande. Las. Il aura fallu neuf mois pour que Ségolène Royal devienne, au contraire, la ministre du fiasco écologique. Elle communique, elle communique même bien. Mais pour rien.

Royal est contre l'écologie punitive et ne se lasse pas de le répéter. Vrai que c'est populaire. Dernière sortie en date : sa volonté de revenir sur l'interdiction des feux de cheminée en Ile-de-France, gros pourvoyeur de particules fines. La décision, selon elle, "ne va pas dans le bon sens" :

On nous a fait croire que les feux de cheminée polluaient plus que les voitures diesel".

Derrière cette rhétorique complotiste, qu'en est-il vraiment ? Selon les mesures de l'organisme AirParif effectuées dans Paris (à l'écart du trafic routier il est vrai), les deux tiers de la pollution aux particules fines en Ile-de-France émanent de sources situées hors de cette région. Mais le tiers restant, qui provient de l'Ile-de-France-même, se décompose ainsi :

8% des particules sont émises par le trafic routier ;
"9% par le chauffage dont 7% par le chauffage au bois".
On nous a donc "fait croire"… la vérité. Mais qu'importe, puisque la ministre n'est "pas favorable à une société des interdictions". Et qui le serait ?

Les chiffres, pourtant, ne sont pas anodins. Il y a un an exactement, lors du pic de pollution du 13 décembre 2013, les rues de Paris étaient aussi polluées qu'"une pièce de 20 mètres carrés occupée par huit fumeurs" (AirParif). Dès qu'un Parisien respire, il inhale 100.000 particules fines. Un type de pollution qui fait 2 millions de mort chaque année dans le monde (OMS).

"L'écologie punitive" ou... le vide ?

Si l'on suit le raisonnement de Ségolène Royal, il faut donc dire non à la fiscalité écologique : Christian de Perthuis, président du comité mis en place en 2012 pour y réfléchir, s'est senti si abandonné par elle qu'il a jeté l'éponge en octobre. Les Français ne s'en plaindront pas.

Non, encore, à l'écotaxe, ce méchant impôt sur les poids lourds destiné à limiter les dommages environnementaux qu'ils occasionnent. Ségolène Royal lui a d'abord préféré le"péage de transit poids lourds", applicable sur 4.000 kilomètres au lieu des 15.000 initialement prévus... Avant d'enterrer à son tour cette "écotaxe light". Tant pis pour les 390 millions d'euros de recettes escomptés chaque année pour financer des lignes de bus et de tramway. Tant pis pour le milliard d'euros qu'il faudra verser à Ecomouv' pour résiliation de contrat. Tant pis pour les 200 emplois supprimés. Le tout, en faisant revenir l'écotaxe – finalement pas si mal - par la petite porte en Alsace. Tout le monde est content.

Déesse du vent

La ministre est écolo. Elle recycle : les 173 portiques, plutôt que d'être démontés - ce qui coûterait encore 7 à 13 millions d'euros – seront utilisés par les gendarmes pour "mesurer les embouteillages et prévenir des intempéries" !

Elle compense aussi. En puisant dans les "super-profits" des sociétés d'autoroute. Facile ! Sauf que son collègue aux Finances, Michel Sapin, a tout de même dû lui rappeler que les contrats négociés avec ces sociétés ne permettaient pas de mettre gratuitement les doigts dans la confiture. Il faudra donc augmenter en contre-partie les péages.

Et là-dessus, quelle idée fulgurante a eu notre ministre de l'Ecologie ? Une nouvelle provoc : rendre les autoroutes gratuites le week-end ! Vous ne voyez pas le rapport ? Nous non plus. Ni le bénéfice écologique d'une incitation à utiliser sa voiture à l'oeil le dimanche. Mais par les temps qui courent, qui va s'en plaindre ?

Le grand flop de la voiture électrique

Est-ce aussi au nom de l'écologie non-punitive que Ségolène Royal, également ministre de l'Energie, n'entre pas en guerre contre les drones qui survolent nos centrales nucléaires ? Voilà ce qu'elle en dit :

Les survols de centrales aujourd'hui ne font peser aucun risque sur ces centrales, qui sont construites pour résister aux secousses sismiques et même aux chutes d'un avion sur une centrale".

Nous voilà rassurés. Même si c'est faux. Comme le rappelle Guillaume Malaurie dans "Libération", les centrales ne sont pas invulnérables : les réacteurs sont peut-être solides, mais pas les piscines, pleines de combustibles usagés qui ne demandent qu'a s'enflammer au contact de l'air, nous inondant du même coup de fumées radioactives. Les drones peuvent également filmer les installations. Ou diffuser des gaz toxiques. A part ça tout va bien.

Ne nous leurrons pas. La Suède a réussi sa transition écologique en donnant, avant tout, un prix au carbone. Aujourd'hui, tout émetteur paie ses émissions. Environ 120 euros la tonne. Mais en France, non, non et non à l'écologie punitive. On se contentera donc de taxer un peu le diesel et surtout, dans le cadre de la loi de transition énergétique, de promouvoir la voiture électrique. Cet objet de désir que les Français sont censés s'arracher : entre le 1er janvier et le 30 novembre 2014, seulement 847 voitures électriques se sont vendues. Soit 77 par mois. Voilà qui ne va pas encombrer les autoroutes gratuites le dimanche. Au passage, la ministre se garde bien de dire que ces véhicules sont sont méga-subventionnés par... le contribuable.

Quelles ambitions ?

Les voitures hybrides en revanche, marché sur lequel les constructeurs français sont très en retard, intéressent bel et bien les automobilistes : selon une étude du cabinet Xerfi, ils représenteront 16,5 % des immatriculations françaises en 2020. 5 fois plus que les voitures 100% électriques. Royal n'en parle pas. Idem pour les camions à hydrogène, qui ne rejettent que de la vapeur d'eau, et dont Ségolène Royal semble ignorer jusqu'à l'existence. Trop compliqué à expliquer ?

Une dernière pour la route. Comme écrit dans "l'Obs", après avoir condamné sur Twitter la pêche au chalutage, hautement destructeur des fonds marins, Ségolène Royal s’est vue remettre un "trophée" par Blue Fish, le pire des lobbys de la pêche profonde. Croit-elle vraiment à ce qu'elle dit ? Pense-t-elle vraiment qu'il n'y a toujours qu'une seule réponse - oui ou non - à l'incroyable complexité des problèmes environnementaux ? De cadeaux coûteux en annonces illisibles pour l'opinion, notre ministre avide d'amour sait-elle elle-même où elle va ?

Morgane Bertrand
http://tempsreel.nouvelobs.com/politique/20141209.OBS7343/segolene-royal-sait-elle-qu-elle-est-ministre-de-l-ecologie.html

Et on n'a pas parlé de ses jours de vacances à plusieurs milliers d'euros par jour passés à l'île Maurice. C'est peut-être pour cela que les Phoenix de Maurice a racheté Edena...Et combien elle (Ségolène) aurait perçue? Chuuttt

4.Posté par Zarin le 02/04/2016 12:49

Nikola Tesla est inconnu en France ?

5.Posté par Eno2016 le 02/04/2016 12:53


Post 1
Thierry il me semble que ces types de sacs sont en caoutchouc et consommables en chewing gum ... il y en a à usage multiple si lavable presque comme les slips !

6.Posté par bandedecon le 02/04/2016 13:17

ouhaha la reunion est vraiment ecolo,elle attend le journal officiel pour comprendre qu'elle est degueux et sans respect pour "noot pei".....pour info maurice a deja fait le pas depuis presque 3ans....

7.Posté par lorema le 02/04/2016 19:18

Avis à bann komik y tire zot coup bord'mer après y jette capote dann l'eau. Si Ségolène la trap à zot y coup keksoz !

8.Posté par Moubi le 02/04/2016 19:25 (depuis mobile)

Ben on est pas ds la m..... chez not marchand de legumes....de belles idées la encore....

9.Posté par Pétale le 02/04/2016 22:09

Si on veut rétablir l'équilibre entre la nature et l'homme, si on veut sauver la terre, l'humanité, il faut bien agir, concrètement, en commençant par le commencement, c'est à dire par les industries. La protection de l'environnement passe, inéluctablement, par la destruction des pyramides industrielles, en des points précis, jusqu'à un certain niveau et pourquoi pas, la transformation de ces "pyramides" en "cubes" ou "sphères" économiques où tout évoluerait dans l'ordre, la cohérence, l'équilibre. Je pense à un monde politique, environnemental, social et économique où ont ne parleraient plus de "pyramide", là où règne tant d'injustices, d'inégalités, d'illégalités, là où ont trouvent au sommet, l'élite super puissant, super riche et en bas, des peuple dans la guerre, la misère, dans la souffrance extrême.

En mettant fin aux sacs plastique jetables, on agit, vraiment, en faveur de l'environnement et c'est ce qu'il faut, AGIR RÉELLEMENT ET DURABLEMENT au nom de l'environnement. J'espère que la Ministre ne va pas s'arrêter aux sacs plastiques et que d'autres belles et précieuses actions s'enchaîneront solidement, autour de notre terre, autour de LA TERRE.

10.Posté par Tonton le 03/04/2016 09:31

Faudra aussi interdire les capottes en matière synthetique. J'en vois souvent trainer dans la nature.

11.Posté par Un premier pas le 03/04/2016 11:14

Une très bonne mesure: il était temps. Mais il en faut maintenant bien d'autres (car sinon il ne s'agira que d'une mesurette) pour protéger notre environnement dont nous avons tous besoin, et notre santé ...

Ainsi, tous les emballages industriels, commerciaux, vont continuer avec du plastique que l'on utilise à très grande échelle dans les produits de consommation.

Le problème est que en plus, la France n'est qu'un des pays parmi les 150 ou 180 pollueurs mondiaux en plastique...

Aticle du Figaro (pas particulièrement gauchiste ou écolo....) du 25/01/2016 : http://www.lefigaro.fr/sciences/2016/01/25/01008-20160125ARTFIG00358-en-2050-les-oceans-compteront-plus-de-plastique-que-de-poisson.php://

" Si rien n'est fait, les océans pourraient se transformer en décharge à ciel ouvert. «Il y aura plus de plastique dans l'océan que de poisson en 2050», alerte une étude réalisée par la fondation Ellen McArthur et soutenue par le Forum économique mondial et le cabinet McKinsey. «Aujourd'hui, nous estimons qu'il y a environ 150 millions de tonnes de déchets plastiques dans les océans. Si la consommation de plastique se poursuit au même rythme, l'océan devrait contenir 1 tonne de plastique pour 3 tonnes de poisson en 2025 et en 2050, plus de plastique que de poisson, en terme de poids», indique l'étude. "


Extrait du site Expédition 7ème continent:
http://www.septiemecontinent.com/pedagogie/lesson/trajet-plastiques-oceans/://

"S’il existe des macrodéchets, les 7ièmes continents sont surtout constitués de petits éléments plastiques, souvent invisibles sans une fine observation, issus en grande partie de la dégradation des plastiques. Plus ou moins longue en fonction des matériaux et de leur épaisseur, la durée de dégradation est estimée en laboratoire de 1 à 5 ans pour le fil de nylon, de 1 à 20 ans pour les emballages plastiques fins, jusqu’à 450 ans pour les bouteilles plastiques et encore plus pour d’autres matériaux."

Et là, on ne parle que du problème des plastiques. Mais il y en a bien d'autres....

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes