Société

Filière Canne Sucre: L'UPNA très inquiet de voir "les planteurs mourir à petit feu"

Dimanche 11 Novembre 2018 - 13:44

L'UPNA s'est réunit ce samedi matin au Gol en présence d'une trentaine de planteurs et a indiqué sa vive inquiétude face aux tergiversations dans l'octroi des aides d'urgences aux planteurs de canne touchés par Fakir.


Suite à cette crise sans précédent au sein de la filière canne sucre avec une récolte attendue de 1 500 000 tonnes, l'UPNA s'inquiète de l'absence de décisions concrètes et des annonces à l'emporte-pièce.

On nous avait annoncé des mesures rapides et efficaces pour les planteurs après le passage du cyclone: où sont t-elles? Encore des promesses en l'air pour endormir les planteurs?
 
Lorsqu'il y a une calamité agricole, une interprofession doit être réactive et à l'écoute des plus démunis. Là, ce n'est pas le cas. De réunions en réunions, de tergiversations en tergiversations, aucune mesure concrète pour permettre aux planteurs de relancer leur activité et de pallier aux plus pressés.
 
Les enveloppes financières sont là mais la CPCS sous la pression de TEREOS refuse des aides directes pour les planteurs pour privilégier encore une fois les investissements pour les prochaines campagnes.
 
On laisse les planteurs mourir à petit feu. Les aides d'urgences c'est MAINTENANT pas dans 2 mois. L'UPNA demande que les reliquats de l'article 17 et 21 (plus de 6 millions d'euros) soient versés sous forme d'aide à l'hectare (comme l'ICHN). C'est une mesure simple à mettre en œuvre et efficace.

Ces enveloppes sont disponibles et doivent servir au développement de la filière. L'UPNA demande que cette enveloppe serve cette année à la survie de la filière.

ARRETE VOULOIR FAIS UN L'USINE A GAZ.

Est ce que quand un Momon néna pu de lait oussa dit à li aller soigne un vache ou bien ou donne à elle une boîte de lait pour nourri son zenfant?

Aujourd'hui les planteurs de canne sont dans la même situation. Pourquoi ce qui est possible pour le maraîchage ou l'arboriculture n'est pas possible pour les planteurs de canne? Ces derniers ont bénéficié des aides forfaitaires calculés à la surface. Nous avons l'impression que ceux qui siègent au sein de la CPCS sont déconnectés de la réalité du terrain.
 
Aujourd'hui la DAAF disposent de tous les fichiers des planteurs avec leur déclaration de surface annuelle (ICHN). Nous demandons que ces dossiers soient traités de la même manière.
 
Sans remettre en cause l'utilité des bons d'engrais, l'UPNA posent la question pour les planteurs suivants :
  • ceux qui font de l'amendement organique produit sur leur exploitation ou utilisent ceux du voisin (sans achat).
  • ceux qui ont déjà acheté leur engrais. Toutes les études montrent que l'engrais est plus efficace juste après la coupe. De plus si les conditions climatiques sont les même que l'année dernière, les premières pluies vont arriver seulement en décembre.
  • Et enfin, ceux qui n'ont pas les moyens de mettre de l'engrais. Il faut être réaliste et savoir que certains planteurs n'auront pas les moyens de mettre de l'engrais cette année. Est-ce que ces planteurs ne méritent pas d'être soutenus?
 
Le passage de FAKIR est une catastrophe naturelle et doit être traité dans ce sens. Une aide de 320 euros par hectares pour les 15 premiers hectares et 200 euros / ha pour les hectares supplémentaires.
 
Autre exemple, la campagne sucrière a été marquée par les nombreuses défaillances des usines avec des pannes à répétition et ce samedi l'usine du Gol ne réceptionnera pas encore les cannes ; Est-ce que TEREOS veut vraiment traiter toutes les cannes au champ d'ici le mois de décembre?

Certains bruits du côté de TEREOS annoncent qu'il reste 3 semaines pour la fin de la coupe, mais nous avons des petits planteurs qui ont encore 200 tonnes de cannes au pied (car débuté la campagne en septembre pour avoir une meilleure richesse). Avec la chaleur qui rentre et les pluies qui peuvent venir, est-ce que ces planteurs vont finir la coupe?

Est-ce que TEREOS, qui dort sur son matelas de 44 millions d'euros d'article 21, est encore intéressé pour broyer toutes les cannes de la Réunion?
 
Aujourd'hui les planteurs de canne sont dans la même situation que les éleveurs laitiers en Métropole. Il sont dans une structure coopérative mais c'est le distributeur LACATALIS qui fait la pluie et le bon temps. Le plus inquiétant c'est que même l'Etat, conscient des difficultés des planteurs, n'arrive plus ) taper du poing sur la table avec TEREOS.
 
Comme l'a dit l'UPNA depuis sa création, l'interprofession canne à sucre ne joue plus son rôle d'interface entre planteurs et usiniers. Face à ce constat, le Préfet doit siffler la fin de la récréation et imposer que la CPCS prennent des mesures d'urgences dans les prochains jours.
Zinfos 974
Lu 1228 fois



1.Posté par Yab le 11/11/2018 14:04 (depuis mobile)

Il serait logique de leurs verser 50euros par pied de cannes , leurs fournir un 4x4 et autant de carburant nécessaire pour les balades.

2.Posté par JORI le 11/11/2018 15:44

Preuve en est, si il en fallait encore une, que sans les subventions la canne est bien morte à la Réunion!!. Question: pourquoi continuer à subventionner une agriculture sans avenir???.

3.Posté par Boby le 11/11/2018 16:41 (depuis mobile)

Une filière mourante... Autant l'achever et repartir sur autre chose. Gardons la canne seulement dans les zones à risques et sur les meilleurs terroirs.

4.Posté par La gitane le 11/11/2018 18:31 (depuis mobile)

que c'est fatiguant de faire pousser, arroser la canne de son canapé, avec le 4x4 Audi dans la kour

5.Posté par sergei le 11/11/2018 19:05

mourir a petit feu MDR s est prenders les gents pour des con

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >