MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

Femme ton martyre ne sera pas vain


Par Jing - Publié le Jeudi 7 Avril 2016 à 12:36 | Lu 385 fois

Femme ton martyre ne sera pas vain
Tu as frappé une femme. Tu as frappé TA femme !

Tu la considères comme ta propriété mais pourtant elle n’est pas à toi. Elle est ton égale si ce n’est un être supérieur car elle, elle peut donner la vie. Porter en elle le futur de l’humanité.

Celle que tu considères comme ta propriété ne t’as pas donné la vie. Alors pourquoi aurais tu du respect pour elle ? parce que grâce à elle tu as pu laisser une trace de ta vie sur cette terre par tes descendants.

Tu te dis elle le mérite. Elle n’avait qu’à pas me répondre, elle n’avait qu’à être là à la maison. Es tu si peu sûr de toi pour que tu aies besoin de la frapper ? ta réponse à ses paroles est donc des coups ? ne juges tu pas que ta réponse est disproportionnée ? face aux mots, les poings, les claques, ou les mots qui dévalorisent.

Et tu te sens fort, fort d’avoir frappé, fort d’avoir utilisé tes poings, fort d’avoir pu lui lancer à la figure des paroles blessantes. Quelle faiblesse !

Tu te sens viril et respecté : je suis l’homme, je suis le chef, celui devant qui tous les yeux se baissent et toutes les voix se taisent.
Tu aimes que tes désirs soient respectés : Je veux manger ! que mon bain soit prêt ! Prépare mes habits je sors. Et elle se tait et fais ce que tu veux. Tyran !

Mais elle aimerait tant se révolter, te dire "respecte moi". Elle aimerait tant partir loin de toi. Elle aimerait tant sortir de cette condition d’esclave dans laquelle tu l’as enfermée.

Mais toi tu ne t’en rends pas compte. Seule compte la satisfaction de tes besoins de mâle.

Un jour elle décide de partir, de couper ce lien qui vous unit, de divorcer. Et là tu pense : comment peut-elle partir loin de moi ? Comment peut-elle me laisser. Tu ne sais même pas que dans ce questionnement perle ton angoisse la plus profonde : qui va satisfaire tous mes besoins de mâle désormais ? Et pire encore : si elle retrouvait quelqu’un qui n’est pas comme moi ? Elle sera libre de faire ce qu’elle veut. Elle ne sera plus là pour ma satisfaire.

Alors tu armes ta main ! Qu’elle meure ! Elle ne mérite rien d’autre puisqu’elle me défie !

Tu as frappé celle qui porte la vie. Tu viens de t’abaisser au rang de la chose la plus inutile qui soir sur terre ! je ne te ferais même pas l’honneur de te dire que tu t’es abaissé au rang d’un animal car un animal ne tue pas sa compagne.

Si tu savais ce que tu venais de faire ! Main maudite ! Si seulement tu pouvais prendre conscience de ce que tu viens de faire. Tu viens de tuer celle qui porte la vie.

Un jour, femme, le sang que tu verse ne sera pas vain. Ton martyre s’arrêtera car les mentalités changeront. Mais aujourd’hui mon cœur saigne et saignera chaque fois qu’une goutte de ton sang sera répandue.




1.Posté par Juliette Caranta-Pavard le 09/04/2016 08:18


*INCROYABLE !!!

2.Posté par Jules Bénard le 09/04/2016 09:50

Les incantations mystiques, c'est bien, c'est beau, c'est émouvant.
Mais autant pisser dans un violon ou souffler dans une contrebasse !

3.Posté par polo974 le 09/04/2016 14:05

Jules, tu peux ajouter "chier dans un tuyau d'orgue" tant qu'à faire vulgaire, autant y aller costaud...

Bon, sinon, là, insister sur "celle qui porte la vie", c'est un peu lourd.

Une femme est un être humain qui mérite tout le respect de chacun.
Vouloir la situer au-dessus de l'homme, c'est ici une erreur qui affaibli le plaidoyer.

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes