Société

[Femme à l'honneur] Tayeba Moullan: "Difficile pour les femmes d’être à côté de l’homme dans la société"

Mercredi 8 Mars 2017 - 22:55

Si son prénom résonne les mille et une nuit, le cœur de Tayeba fait écho aux rires de centaines d’enfants malades de La Réunion. Tayeba Moullan est présidente de l’Association " Sourire de l’enfant " depuis 1981. Elle n’est pas prête à passer le flambeau " la générosité ne prend jamais de retraite dit-elle en souriant. Parallèlement est vice-présidente d’une structure d’accueil de parents dont les enfants sont hospitalisés la maison des parents de l’Océan Indien. Et son regard sur les femmes est aussi fraternel ?


[8 mars 2017 : Journée Internationale des Femmes] Une frêle silhouette débordante d’énergie apparaît et disparaît dans les couleurs du Centre Hospitalier Universitaire de Bellepierre. Infirmière de profession, cadre de santé en chirurgie pédiatrique à la retraite, Tayeba a connu deux anciennes versions de la structure : CHD (centre hospitalier département) CHR, (centre hospitalier régional) "au-delà de ces grands changements, les souffrances des enfants hospitalisés restent les mêmes : douleurs, solitude, angoisses et incompréhensions " affirme Tayeba, à l’association, nous nous démenons pour leur apporter quelques instants de bonheur, de détente ». 

Et les grands moments de l’association la présidente s’en souvient " la générosité, la visite, les cadeaux des grands sportifs comme Zinedine Zidane, Daniel Sangouma, Richard Jackson, Philippe Candeloro Lucie Ignace ou la navigatrice Maud Fontenoy mais aussi des artistes locaux comme Maroni, Dominique Barret, Anthony Kavanagh sont venus soulager les craintes et l’isolement de nos enfants malades au cours de nos après-midi récréatives " poursuit-elle. 

Son expérience auprès des enfants malades procure à Tayeba une lucidité acérée : " je reconnais d’une manière instinctive le grand cœur des bénévoles, leur présence, leur réconfort, leur tendresse auprès des enfants est sans commune mesure. Si les femmes sont plus sensibles que les hommes ces derniers à leur manière apportent une pierre indéniable à la dynamique de l’association ". 

L’amour, c’est comme le soleil, ça ne s’engrange pas la citation de Benoîte Groult va comme un gant à Tayeba Moullan, est-ce pour cette raison que son regard féministe se pose d’abord sur les ouvrages de l’écrivaine ? " Ainsi-soit-elle " une référence littéraire dans l’histoire des femmes parle d’un passage de flambeau entre générations de femmes. L’urgence de rejoindre le combat qui " depuis la nuit des temps, il est difficile pour les femmes d’être à côté de l’homme dans la société " reconnaît Tayeba. " Moi-même étant première fille musulmane de La Réunion devenue infirmière en 1966 j’ai eu du mal à l’imposer à ma famille et à ma communauté ! "

Pour Tayeba, la citation de Simone de Beauvoir* est malheureusement d’actualité " ici à La Réunion, le rôle des médias, le rôle des artistes sont plus que nécessaires pour valoriser et maintenir la place de la femme.  Le dialogue, la communication sont primordiaux dans tous conflits familiaux ou autres " affirme-elle. 

Si elle tient des propos sévères autour des violences domestiques et autres viols, Tayeba exècre les proxénètes, pédophiles et autres maltraitances envers les enfants… " les proxénètes devraient être jugés plus sévèrement dans les tribunaux. Pour les pédophiles, je ne revendique pas peine de mort, mais une réponse scientifique ! Pourquoi les médecins dans le secret de leurs cabinets n’inviteraient-ils pas les malades à se confier sur leurs problèmes sexuels ; je crois en la solution scientifique. Un numéro vert est nécessaire à toutes leurs déviances… " s’emporte Tayeeba.

Deux autres femmes pour lesquelles Tayeba voue une admiration sans borne " Mère Térèsa ! " se confie-t-elle émue. C’est une femme qui a tout donné ! Nassimah Dindar à sa manière est une personne courageuse et tenace."

Et pour conclure, une dernière question : comment voulez-vous que les autres se souviennent de vous ? " Une personne qui a apporté dans le mesure de ses possibilités un peu de bonheur à ceux qui sont dans la souffrance ".

-----

* "N’oubliez jamais qu’il suffira d’une crise politique économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remises en question. Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devez rester vigilantes votre vite durant " Simone de Beauvoir

A LIRE AUSSI :  
Denise Delavanne: "Les hommes s’octroient les CDI avec tous les avantages financiers"  
Françoise Boyer: "Le dialogue fait très souvent défaut dans le couple"  
Geneviève Sévagamy: "Nous possédons une force silencieuse"    
Gillette Aho
Lu 944 fois



1.Posté par josepha le 09/03/2017 03:36

En cette journée des droits des femmes, du fait que je suis sensible à la cause animale (tout en étant sensible aux causes humaines), je voudrai mettre à l'honneur toutes les femmes qui s'investissent avec dévouement sans relâche à la protection animale où il y a tant à faire, elles sont très nombreuses, j'en citerai quelques unes connues comme par exemple Brigitte BARDOT (Présidente de la Fondation Brigitte BARDOT), Reha HUTIN (Présidente de la fondation 30 Millions d'amis), Dany SAVAL, merveilleuse épouse de Michel Drucker (Présidente de l'association Li-Za), Sophie, Isabelle de Actuanimaux, les présidentes de refuges animaliers SPA avec toutes leurs bénévoles, Valérie de l'association Les petits Innocents, etc, etc.....

2.Posté par Kayam le 09/03/2017 13:32

post 1
Tran'n koz si zenfan lé malade... et la ou vien koz déssi maltrétans' zanimo !!? Lapoin la honte kwé ?? Aten'n kan nora in lartik si zanimo...é nana de koi pou kontente a ou si zinfos...pou ou ékrir sa. Dékale a ou si rhinocéros.
----
Bravo pou sak madame Tayeba y fé. Zenfan y dwa surmen retrouv le sourir mèm dan la soufrans, é lamour kel y done sans compter y dwa avoir bocou de valèr. Réspé.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter