Social

[Femme à l'honneur] Françoise Boyer: "Le dialogue fait très souvent défaut dans le couple"

Mercredi 8 Mars 2017 - 01:51

Une silhouette longiligne, un sourire timide : l’apparence est trompeuse. Françoise Boyer ne laisse rien paraître de la femme au "caractère trempé". Au fil de l’entretien, elle dévoile une personnalité imprégnée de détermination. Réfléchie, posée, elle a su faire le choix de chaque mot pour parler des femmes d’une manière générale.


[8 mars 2017 : Journée Internationale des Femmes] Elle a eu une double vie. D’abord elle se destinait au management, au commerce. Pour cela, elle a mené de brillantes études à l’école supérieure de commerce à Rouen et a travaillé dans l’organisation des affaires. "Il y a 21 ans, j’ai pris la décision de devenir avocate et de défendre la cause des autres", indique Françoise Boyer. En réponse à la remarque d’être la fille de, ou la femme de, elle réagit "je ne suis pas que cela !".
 
Les dossiers des prévenus, les plaidoiries au tribunal, Françoise Boyer les travaille : consciencieusement, méthodiquement tout comme les choix des mots pour répondre aux questions de Zinfos. Malgré l’accumulation des drames et autres faits-divers auxquels elle doit faire face au quotidien, l’avocate reste lucide : "chaque procès reste pour le justiciable un accident de la vie, lourd de conséquences avec énormément de dégâts collatéraux, l’exercice de ce métier demande, en permanence, de faire preuve d’humanité".
 
Françoise Boyer éprouve une pleine satisfaction lorsqu’elle voit d’autres femmes s’impliquer notamment dans le milieu judiciaire. "La profession se féminise, dit-t-elle. Notre sensibilité et notre compassion sont nécessaires dans cet environnement difficile…" 
 
De même, elle constate que "les femmes osent de plus en plus dénoncer, mettre en accusation leurs bourreaux : chose qui était rare auparavantMalgré les problèmes qu’elles vont rencontrer : financiers, affectifs (divorce) etc, les femmes refusent de plus en plus d’être soumises. Et c’est tant mieux. 
 
Toujours en réponse aux violences domestiques, l’avocate, à la lumière de nombreux procès, regrette qu'"à La Réunion comme partout ailleurs le dialogue fait très souvent défaut dans le couple, alors la situation explose".
 
Françoise Boyer est sensibilisée à ces situations souvent dramatiques. Elle est convaincue que la solution judiciaire n’est pas toujours adaptée.
 
C’est pourquoi elle a été amenée à se former et à décrocher un diplôme universitaire de médiation : cet outil propose "des lieux d’écoute, de dialogue", et contribue à apporter l’apaisement dans la relation. "La médiation respecte les ressentis humains. Bon nombre de litiges peuvent être réglés à l’amiable", poursuit-elle, "alors que les procédures judiciaires sont longues, coûteuses, et entretiennent le conflit."
 
Pour commenter la citation de Simone de Beauvoir*; elle fait référence au philosophe Henri Cohen Solal pour sa pratique constante du dialogue. Françoise Boyer poursuit : "au-delà  des droits des femmes, il faut donner "la parole" ; on ne règle pas la violence par la violence. Quel que soit le conflit : guerres, discordes, invasions, polémiques ou querelles de couple : seul le dialogue peut apaiser les parties, il faut savoir rester dans l’ouverture à l’autre, la colère n’a jamais résolu les choses.
 
Il y a une femme que Françoise Boyer aurait aimé rencontrer : Simone De Beauvoir pour son écriture philosophique et féministe. Femme engagée elle a mené des combats avec une avocate de renom : Gisèle Halimi et une autre philosophe : Elisabeth Badinter.
 
-------
* "N’oubliez jamais qu’il suffira d’une crise politique économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devez rester vigilantes votre vie durant". Simone de Beauvoir

A LIRE AUSSI :
Denise Delavanne: "Les hommes s’octroient les CDI avec tous les avantages financiers"
Geneviève Sévagamy: "Nous possédons une force silencieuse"
Tayeba Moullan: "Difficile pour les femmes d’être à côté de l’homme dans la société"
Gilette Aho
Lu 6127 fois



1.Posté par Le féminisme est une imposture le 08/03/2017 07:55

La liberté promise aux femmes par les féministes est totalement illusoire.

Liberté de jouir sans entrave et de se comporter comme la femelle d'un vulgaire animal ? Grâce à Simone Veil vous aurez la liberté d'avorter sans contrainte. Et avec la liberté de choper un beau cancer à l'utérus. Quelle belle avancée !

Liberté économique ? Avant le féminisme, la femme était esclave de son mari ? Cette esclave était bien plus épanouie au sein d'un foyer heureux et entourée de ses enfants. Grâce au féminisme, la femme est aujourd'hui esclave de son patron : caissière exploitée, femme de ménage, employée de bureau...
Si on ajoute à ça le harcèlement sexuel à cause du chantage économique, nous pouvons, là encore, nous féliciter de cette belle avancée.
Car toute femme qui travaille n'est pas franc-maçonne et n'accepte pas forcément de faire la tournée des partouzes pour obtenir un poste et un salaire décent. Malgré le féminisme ambiant, la plupart préfèrent garder leur dignité et leur honneur.

Liberté sociale ? Dans le temps de grand-papa, seule la femelle prostituée fumait. Grâce au féminisme et au concept de l'égalité homme femme, les femmes peuvent fumer. " Libérez vous des contraintes sociales et des clichés !" Quelle belle avancée féministe !

Avant, la femme s'épanouissait au sein de son foyer. Aujourd'hui, grâce au féminisme, elle peut divorcer. Changer de mec. Essayer un autre. Parfois se faire buter par son ancien amant. Quand ça se passe mieux, elle a la liberté, après son divorce, de procéder chaque samedi soir à l'échange d'enfants : une semaine chez toi, une semaine chez moi ! Quelle belle avancée !

La loi naturelle a pour but d'élever la femme. Le féminisme la transforme en femelle semblable à celles que l'on voit dans les tribus de singes.

2.Posté par tanguy47 le 08/03/2017 08:23

ici c'est le language du coupe-coupe ou de la machette qui prédomine.

3.Posté par DOGOUNET le 08/03/2017 08:33

Ces créatures, si naturellement perverses
mais dont la svelte silhouette
est si grâcieuse et fluette
me font souvent tomber à la renverse.
(librement interprété d'umberto Eco -le nom de la rose- et de Brassens - les passantes)

4.Posté par cmoin le 08/03/2017 09:59

La femme veut dialoguer quand c'est pour le partage d'agent lors du divorce...Elles ne veulent que ca.

5.Posté par Zarin le 08/03/2017 11:05

Le concours de beauté et de professionnalisme des femmes militaires dans les troupes de missiles stratégiques dans la région de Yaroslavl est une tradition en prévision de la Journée internationale des femmes.


Belles et audacieuses: le concours de beauté «Maquillage sous camouflage»

https://fr.sputniknews.com/photos/201703071030357570-maquillage-sous-camouflage-concours-beaute/

6.Posté par Fidol Castre le 08/03/2017 12:43

ici c'est le language du coupe-coupe ou de la machette qui prédomine.


L'affaire du moment est l'affaire Troadec. En matière de découpe de corps, le Réunionnais n'est qu'un amateur si on compare à son frère métropolitain.

7.Posté par Jose le 08/03/2017 15:06

A Fidol Castré :

France, plus de 60 millions d'habitants !

Réunion moins d'1 million !

Il faut comparer ce qui est comparable, ici nous sommes champions des faits divers, et comme totem, le plus vieux détenu de France, est Réunionnais.

Non, sérieusement, tous départements confondus, nous sommes définitivement en tête, mais sans doute bientôt nous serons coiffés au poteau par Mayotte.

8.Posté par Simandèf le 08/03/2017 16:36

En France le combat pour la condition de la femme semble se limité à la liberté sexuelle on préfère se plaindre et ne pas agir. Dans beaucoup de pays la Journée internationale des femmes est férié. Au Brésil cette année pendant dix jours, du 8 au 18 mars, le nom d’Antonio Carlos Jobim, icône de la Bossa Nova, laissera place à Maria da Penha, a annoncé mardi Bianca Ferreira, porte-parole de l’aéroport. A la Réunion, il est possible de changer des noms de rue, de bâtiments... par des résistantes réunionnaise... mais bon on préfère la récupération commerciale !

9.Posté par Dialogué koé... le 08/03/2017 17:03

ôté bone tantine la li raconte nimporte koé
main mi dialogue avec mon fem, mi di a li ko sa nou mange,
kan sa ou fé le menage
etc un ta de zafer mi cose avec li

fo arrêté de cozé un ta avec tantine sinon li va foutre a ou den le fenoir

lé jamais content li rale tout le temp

a kan la journé des boug...

10.Posté par TICOQ le 08/03/2017 17:35

Dans les vieux couples, on se comprend sans se parler. Moi par exemple je ne sais plus pourquoi je tape sur ma femme, mais elle, elle le sait très bien !

11.Posté par reunionnaise le 08/03/2017 18:07

On peut dire qu'en général les avocates sont plus travailleuses et dans les dossiers que les avocats qui sont plus dans la communication et les effets de manche!

12.Posté par Christhoar le 08/03/2017 23:56 (depuis mobile)

Le genre d''articles qui fait sourire... Oh oui l''apparence est souvent trompeuse ! Quel exemple ! Une femme avocate, avec ces études supérieures, une silhouette longiligne, un sourire timide. Belle carapace et beau discours ! Bravo ! Voyons !

13.Posté par fred974 le 09/03/2017 11:04

post 1 et 4: c'est lamentable de lire vos commentaires misogynes...je plains vos femmes , enfin si vous avez réussi à en garder une...

14.Posté par Zarin le 09/03/2017 12:01

«200 ans d'hommes au pouvoir, ça suffit !» : des féministes font une action coup de poing au Kremlin

A l'occasion de la Journée de la Femme, un groupe de sept femmes s'est introduit dans le Kremlin et a brandi banderoles et fumigènes. Les activistes ont revendiqué leurs valeurs féministes, et ont réclamé une présidence féminine de la Russie.

https://francais.rt.com/international/34978-200-ans-dhommes-pouvoir-feministes-kremlin


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >