MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

Fallait-il détruire des tonnes de choux ?


Par Jules Bénard - Publié le Jeudi 26 Novembre 2015 à 18:12 | Lu 837 fois

Fallait-il détruire des tonnes de choux ?
Personne, pas plus moi que les autres, n’a pu rester insensible devant cet agriculteur massacrant des tonnes de choux. Qui lui ont réclamé des mois, des jours et des nuits d’un dur boulot.

Mais voilà, l’impitoyable loi de la concurrence, due à l’impitoyable économie ultralibérale, fait que face aux importations d’Afrique du Sud, il joue perdant.

C’est la même réaction qui nous saisit en voyant les laitiers français déverser des millions de litres devant les sous-préfectures hexagonales pour obéir aux directives des salauds de la Commission européenne.

La réaction ? Elle est simple et générale ou presque : « Il y a tant de gens qui meurent de faim. Tant de familles démunies ici-même. Il ya des hospices, des centres d’hébergement, etc. » C’est un fait : ces légumes seraient mieux dans une assiette que transformés en engrais vert ! »

Mais cette réaction hypodermique ne tient pas compte une seule seconde de ce planteur. Cet homme, il a bossé, trimé, sué sang et eau pour obtenir de si beaux légumes. Faut-il alors considérer que puisqu’il ne peut pas les vendre, il lui est fait obligation de donner le fruit de son travail ? Il a dépensé son temps, sa santé, sa vie de famille, acheté les amendements, passé des centaines d’heures au volant d’un engin pas vraiment bon pour les lombaires… et il faudrait qu’il donne ? Encore heureux si on n’ajoute pas « par charité chrétienne » !

La solution ? Je ne l’ai pas. Je ne suis ni ingénieur agronome ni agrégé d’économie. La seule chose qui permettrait de voir le bout du tunnel, c’est, je ne le répèterai jamais assez : LA REVOLUTION ECONOMIQUE MONDIALE. Pour balayer cette foutue loi des marchés… et accessoirement tous les dirigeants qui y souscrivent.

Il est illogique que des travailleurs détruisent leur travail pendant que les financiers (et les politiques) s’engraissent sans jamais avoir rien produit.

Aux armes, citoyens du monde !

Jules Bénard




1.Posté par kld le 26/11/2015 17:45

je te serrerais ds mes bras Jules ! bravo ! ( c'est du conditionnel!!!!!!! on ne peut abolir la libre concurrence et fermer les frontières, mais on peut favoriser , par les "marchés publics" une close de préférence de la production régional" .c'est complexe l'économie , mais pourtant l'économie ne tombe pas du ciel , elle se construit par l'homme , non ? , sauf à croire en "David Vincent qui les a vu" , atchoum).

2.Posté par Pff le 26/11/2015 18:26

J'ai été atterré de voir ce qui s'est passé
Je viens de voir à la TV et quand j'ai vu les personnes qui ont jeté les choux... je n'étais pas étonné, parce ces personnes font partie d'une famille des riches agriculteurs du Piton !!
Pfff... et dire qu'il y a des gens qui ont du mal à acheter des légumes frais !!

3.Posté par Bino le 26/11/2015 19:04 (depuis mobile)

Allez plante un coup après allez vende pou .50 centimes plus j'aimais ou mais un plant dans la terre !!!!! Arrêt un peut avec ces importation nana plein chose que non peut faire pas ke dans ke dans l'agriculture !!!!

4.Posté par kld le 26/11/2015 20:14

ben bino , peut etes où la raison , mais mi applaudie pas domoun y jette mangé par terre ???réflexe de péi riche ......................

5.Posté par galimatias le 27/11/2015 06:03 (depuis mobile)

roche malgache, combien le kilo?......roche pays.....?

6.Posté par Simandèf le 27/11/2015 06:50

Si on importait moins, on consommerais plus local ce genre de choses n’arriverait pas.

7.Posté par Zbob le 27/11/2015 07:17

À kid: cette dérogation aux marchés publics existe déjà et il y a longtemps que nos élus de tous bords et de tous niveaux le savent.
Il y a longtemps que cela se fait en métropole ou beaucoup de collectivités ont opté pour la consommation locale dans les cantines , les maisons de retraites, les hôpitaux ...la seule contrainte , s'adapter au marché locale , à la production saisonnière et donc bosser différemment .
Ça ne se fait pas chez nous ..pourquoi?
Sans doute pour plusieurs raisons :
Refus des agents de ces collectivités de bosser différemment , c'est plus facile d'ouvrir des boîtes que d'éplucher des légumes et pressions syndicales pour qu'on ne fatigue pas trop ces braves gens?
Ou peut-être intérêts financiers en jeu et pression des importateurs qui se font des couilles en or sur la restauration de collectivité ?

8.Posté par Dave le 27/11/2015 05:56

Voila ont prend les reunionnais pour des imbeciles,et j'ai pas vue un seul politiciens intervenir pour aider les agriculteurs..c'est pour ça moi je voterais jamais plus et ne soutiens aucun candidats...la vie est de plus en plus cher et le vrais combat est la...travailler et tout donner a l'etat ,on travail mais gagne pas plus,et la ont trouve des gens pour aller aux reunions des candidats...TOUT MENTEURS...

9.Posté par Precursor le 27/11/2015 09:58

Si jamais vous ne connaissez pas encore François Asselineau (ce dont je doute au vu de la maturité de votre propos), sur ce sujet je vous invite à regarder cette petite interview de 2012, qui n'a pas pris une ride, bien au contraire :
www.youtube.com/watch?v=gYx2hlUTchc

10.Posté par kld le 27/11/2015 10:25


c'est bien ce qu'il me semblait , cela existe déjà .une régulation de la production via une coop .c'est si dure de s'adapter au marché ?


11.Posté par noe le 27/11/2015 20:55

Nos agriculteurs sont sur la corde raide !

12.Posté par VPV le 28/11/2015 12:46

BOYCOTT POLITIQUES DE TOUS BORDS = VOTE BLANC !

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes